•  

    N'ayez pas peur peur !

     

     

     

    N'ayez pas peur peur !

     

     

     

     

    "Rassurez-vous, c'est Moi ; n'ayez pas peur ! " Matthieu 14 : 27

     

    L'ennemi savait bien qu'il ne pourrait empêcher le Fils de Dieu d'accomplir Son oeuvre rédemptrice ; mais il s'efforçait par tous les moyens de Lui nuire et l'un de ses buts méprisables était de Lui soustraire Ses disciples.

     

    Et voici que son opportunité semble être venue : les disciples traversent seuls la mer. Toutefois, ils le font selon l'ordre du Maître, ils sont donc dans la ligne de Sa volonté ; ils n'ont pas agi par indépendance ou désobéissance, ils ne sont pas les victimes d'une séduction de l'ennemi. Une violente tempête soulevée par celui-ci menace la barque et leur vie. Dans leur effroi, ils ont déjà oublié le miracle de la multiplication des pains; comme des enfants privés de leurs parents, ils sont désemparés dès qu'ils sont privés de la présence du Messie.

     

    Le Seigneur qui prie pour eux sur la montagne sait toutes choses; au moment voulu, Il Se joint à eux. Il laisse la tempête se déchaîner jusqu'à un certain point... les disciples poussent même des cris de frayeur. Et tout à coup Il est là, "marchant sur la mer"! Mais ils ne Le reconnaissent pas, étant plus impressionnés par la tempête et leur propre sécurité, que par Sa présence et les promesses qu'Il leur avait faites. Ils Le prennent même pour un fantôme!

     

    Ils ignorent ce qu'il y a derrière ce vent violent et les vagues menaçantes: Satan, qui veut leur destruction. Chrétiens, si vous subissez l'assaut du sous-monde, n'ayez pas peur. N'essayez pas de marcher sur les eaux, comme Pierre, en présumant de vous-mêmes. Attendez-vous à l'intervention directe de Celui qui prie pour vous et qui vous dit: "Rassurez-vous, c'est Moi; n'ayez pas peur."

     

    Votre vie appartient au Seigneur, et Il vous a promis qu'Il serait un refuge pour le faible, un abri contre la tempête et le tumulte des esprits sataniques qui viennent s'abattre sur les saints. Si Dieu permet ces assauts, c'est pour que vous sachiez que Lui-même est là; et plus encore, qu'Il possède autorité divine sur le vent et les vagues, le pouvoir de vous délivrer entièrement de vos craintes, des dégâts de la tempête et des conséquences de votre incrédulité!

     

     

     

    H.E. Alexander

    (Source : bible-ouverte.ch/ Manne du matin)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Apportez votre problème à Jésus

     

     

     

    Apportez votre problème à Jésus

     

     

     

     

     

    « Une femme atteinte d'une perte de sang […] toucha la frange du vêtement de Jésus » Lu 8.43-44 

     

    La Bible raconte : « Une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, […] n’avait pu être guérie par personne. Elle s’approcha par derrière et toucha la frange du vêtement de Jésus. À l’instant la perte de sang s’arrêta.

     

    Et Jésus dit : Qui m’a touché ? Comme tous s’en défendaient, Pierre dit : Maître, la foule t’entoure et te presse ! Mais Jésus répondit : Quelqu’un m’a touché, car je sais qu’une force est sortie de moi. La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds […]. Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix » (v.43–48).

     

    Cette femme avait une affection qu’aucun médecin ne pouvait guérir. Elle a donc fait ce que vous devriez faire : elle a remis son problème à Jésus, l’a touché par la foi et a été guérie. Pensez à ce qu’elle a dû surmonter. Douze ans de souffrance. Un sentiment de désespoir parce qu’elle avait passé toute sa vie à consulter des médecins impuissants à la soulager. Malgré la foule qui encombrait son chemin vers Jésus, elle s’est frayée un passage pour toucher son vêtement et obtenir la guérison.

     

    Alors, quel est votre plus gros problème aujourd’hui ? Est-il ancien et récurrent ? Est-ce familial ou professionnel ? Est-ce un problème de santé ou une mauvaise habitude tenace ? Ne vous arrêtez pas avant d’arriver à Jésus, même si vous devez vous mettre à genoux dans la prière et passer à travers tous les obstacles qui se dressent sur votre chemin. Touchez Jésus par la foi aujourd’hui, et vous aussi pourrez être guéri.

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Revenez et soumettez-vous

     

     

     

    Revenez et soumettez-vous

     

     

     

    « Retourne […] et humilie-toi » Ge 16.9 

     

    La Bible raconte : « Saraï la maltraita, et Agar prit la fuite loin d’elle. L’ange de l’Éternel la trouva près d’une source d’eau dans le désert […]. Il dit : Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu et où vas-tu ? Elle répondit : J’ai pris la fuite loin de Saraï, ma maîtresse. L’ange de l’Éternel lui dit : Retourne chez ta maîtresse et humilie-toi devant elle. […] Je multiplierai beaucoup ta descendance, et on ne pourra la compter tant elle sera nombreuse » (v.6–10).

     

    Agar obéit, et à la naissance de son fils Ismaël, Dieu dit : « je t’ai entendu : je le bénirai, je le rendrai fécond et je le multiplierai à l’extrême ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation » (Ge 17.20).

     

    On n’aime pas beaucoup l’idée de se soumettre, c’est-à-dire approuver, être d’accord, se rendre. Ce jour-là, Dieu renvoie Agar dans un lieu hostile. Mais parce qu’elle obéit, il la bénit.

     

    Remarquez la question de l’ange, car Dieu pourrait vous poser la même : « D’où viens-tu et où vas-tu ? » Si Dieu vous interroge, réfléchissez à votre réponse. Dieu, qui connaît la fin depuis l’origine et transforme le mal en bien, s’intéresse à vous. Même si c’est dur, il vous bénira si vous obéissez. Il vous donnera la grâce et la force de supporter le combat et fera des choses dans votre vie qui ne peuvent pas s’accomplir autrement.

     

    En essayant d’échapper à vos problèmes actuels, vous fuyez peut-être la leçon que Dieu veut vous donner et passez à côté de votre récompense future. Alors, voici votre parole du jour : « Revenez et soumettez-vous ».

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Attendez-vous au Seigneur

     

     

     

    Attendez-vous au Seigneur

     

     

     

     

    Demeure tranquille en regardant à l’Éternel, et t’attends à lui; ne t’irrite pas contre celui qui vient à bout de ses desseins. Psaumes 37.7 

     

    Indéniablement, l’Éternel est un abri contre la tempête et un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Véritablement, qu’ils sont heureux tous ceux qui se confient en Lui! Ils peuvent marcher tranquillement sans jamais craindre quoi que ce soit. Et pourtant, c’est peu dire qu’il en existe des sujets d’être épouvantés ici-bas! D’ailleurs, à ce propos, il est probablement inutile de chercher à convaincre qui que ce soit. Remarquons-le, quel contraste saisissant entre la joie de celui qui prend appui sur l’Éternel et les frayeurs du malheureux qui est sans Dieu dans le monde!

     

    Pour nous, nous nous savons aimés d’un bon et tendre Berger, et cela nous suffit. Qui pourrait bien ravir une brebis de la main du Seigneur Jésus? Bien que chahutés quelquefois, notre sécurité n’en demeure pas moins parfaite. Sous Sa garde, il peut certes nous arriver de nous blesser mais de nous perdre, jamais! Oui, le Seigneur a soin de nous. Quelle douce consolation pour nos âmes, n’est-ce pas? Dans les moments difficiles et douloureux, à quoi bon s’angoisser et se débattre? Nous ne ferions que nous épuiser et nous enfoncer toujours plus. De même, à quoi bon nourrir des inquiétudes pour le lendemain? Voici, il prendra soin de ce qui le regarde!

     

    Evidemment, que personne ne se méprenne, il ne s’agit ici ni d’un appel à la légèreté pas plus qu’à la paresse, absolument pas! Non, bien loin de là! Il s’agit tout simplement d’un appel à la foi, à la confiance en Dieu! Que ferons-nous alors? Soyons sérieux et fidèles dans tout ce que nous entreprenons. Pour le reste, ayons seulement soin de nous attendre au Seigneur. Nous le savons bien, nous ne pouvons avoir aucune influence sur la plupart des événements. Par conséquent, pourquoi nous en mettre en peine?

     

    Notre espérance réside en Celui qui est Maître des temps et des circonstances. Voilà notre paix, voilà le repos pour nos âmes! C’est une certitude, si nous sommes convaincus que toutes choses concourent ensemble au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés, selon Son dessein, alors aucune nouvelle, même mauvaise, ne pourra faire trembler nos cœurs. En un mot, voici ce qu’il y a à retenir de ces quelques lignes: « Remets ta voie à l’Éternel et te confie en Lui, et Il agira. »

     

     

    (Source : unmessagedamou.fr)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une table comme arme de guerre

     

     

     

    Une table comme arme de guerre

     

     

     

    La colère ardente des tyrans ressemble à une pluie d'orage qui bat une muraille (…) Mais toi, tu as mis fin aux chansons des tyrans (…) Le Seigneur (...) préparera lui-même pour tous les peuples là, sur cette montagne, un festin de vins vieux, et de mets succulents… Nous avons une ville qui est bien fortifiée. Ésaïe 25.4-6 Ésaïe 26.1 

     

    Enfant, j’avais appris par cœur le Psaume 23. J’ai longtemps imaginé la table que le Seigneur "dressait devant moi en face de mes adversaires" comme une barricade derrière laquelle je pouvais me cacher pour ne pas recevoir de projectiles, style celles de Paris dans Les misérables de Victor Hugo.

     

    Cette table dressée est, en réalité, une place forte, où je suis sécurisée dans son amour.

     

    Plus tard, on m’a expliqué qu’il s’agissait d’une table de banquet à laquelle le Berger m’invitait et qu’il versait de l’huile sur ma tête comme l’a fait, un jour, une certaine femme sur la tête de Jésus, en signe de son amour. Cette table dressée est, en réalité, une place forte, où je suis sécurisée dans son amour. 

     

    Elle est faite de bois… comme le bois sur lequel a été pendu notre Sauveur (Galates 3.13) qui a vaincu Satan notre ennemi numéro 1. (Apocalypse 12-11

     

    On y trouve des "mets succulents" comme ce pain, symbole du "corps brisé" de Jésus qui, par "ses meurtrissures", guérit nos propres blessures. (Luc 22.19 ; Ésaïe 53.5)

     

    Comme le fruit de l’Esprit - amour, joie, paix, patience, bienveillance, bonté, fidélité, douceur et maîtrise de soi - qui nourrit notre âme et nous équipe au combat. (Galates 5.22)

     

    Cette table regorge aussi de "de vins vieux".  En particulier, ce vin qui nous rappelle le sang de Jésus versé pour le pardon de nos péchés et nous invite à pardonner "ceux qui nous ont offensés". Plus encore, à les aimer en les invitant à cette même table. "Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger… Ce sera comme si tu lui mettais des charbons ardents sur la tête." (Matthieu 5.44 ; Romains 12.20

     

    Dès les temps anciens, on s’est servi de morceaux de bois enflammés comme armes de guerre. La Bible nous propose d’utiliser aussi des matières incandescentes, enflammées d’amour, pour "désarmer" nos attaquants et conclure un éventuel "cessez-le-feu". 

     

    Une prière pour aujourd’hui : 

     

    Comme je te loue, Père, car tu mets fin aux "chansons de mes tyrans". À ta table, je suis en sécurité, aimé(e), nourri(e), guéri(e) pardonné(e) et équipé(e) pour combattre et pour vaincre, avec la force d’aimer ! Amen.

     

    Catherine Gotte Avdjian
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pourquoi tout cela m'est-il arrivé ?

     

     

     

    Pourquoi tout cela m'est-il arrivé ?

     

     

     

     

    L’ange de l’Éternel lui apparut et lui dit : « L’Éternel est avec toi, vaillant héros ! » Ah ! mon seigneur, si l'Éternel est avec nous, pourquoi tout cela nous est-il arrivé ? Où sont tous ses actes merveilleux, ceux que nos pères nous racontent quand ils disent : « L'Éternel ne nous a-t-il pas fait sortir d’Égypte ? » Maintenant l'Éternel nous abandonne et nous livre entre les mains de Madian ! Juges 6.12-13 

     

    Pourquoi la maladie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi la guerre ? Pourquoi la haine, l’indifférence, l’injustice…? Pourquoi telle épreuve ? Pourquoi cela arrive-t-il ? Nous nous sommes tous déjà posés au moins l’une de ces questions en regardant autour de nous.

     

    Gédéon aussi. Son pays, sa famille rencontrent crise économique, assassinats, pillages, violence. Il existe une telle insécurité que, lorsque l’ange de Dieu vient le visiter, il ne semble pas particulièrement sensible au titre de héros que ce dernier lui décerne. Le seul cri qui jaillit de lui est : "Pourquoi tout cela nous est-il arrivé ?" Et il reparle du bonheur passé, du temps où tout allait tellement mieux pour lui et pour les siens. Il se sent abandonné par Dieu, livré entre les mains de ses adversaires, désespéré.

     

    Votre Père comprend vos pourquoi et ne les méprise pas.

     

     La réaction de l’ange est étonnante. Il ne répond pas directement à ses pourquoi mais il lui donne la solution. Et la solution, c’est lui : Gédéon ! Dieu le missionne pour chasser les attaquants et délivrer son pays et sa famille. 

     

    En réalité, le malheur qui s’est abattu sur les Israélites est la conséquence de leur rejet de Dieu et donc de sa protection. Mais, Dieu dans son amour infini, veut leur venir en aide et a choisi Gédéon. Il va lui donner toute la stratégie pour obtenir l’une des plus belles et éclatantes victoires pour sa nation.

     

    Sachez que Dieu ne veut pas que vous restiez dans la défaite et la honte, sous le feu de l’ennemi. Votre Père comprend vos pourquoi et ne les méprise pas. Non seulement il veut vous faire sortir de vos difficultés, mais en plus, il fera de vous un livre ouvert, un témoignage pour la délivrance de tous ceux qui passent par ces mêmes difficultés autour de vous. Vous êtes aussi "la" solution de Dieu aux maux de ce monde. Ce n’est pas de l’orgueil, c’est l’appel de Dieu sur votre vie. La seule condition pour y parvenir : obéir à Dieu et appliquer fidèlement son plan. Faites votre possible et lui fera l’impossible. Alors vos pourquoi se changeront en solution, vos pleurs en joie et vos cris en louange. 

     

    Une prière pour aujourd’hui :
    Je ne sais pas tout et je n’ai pas toutes les réponses à mes pourquoi mais je suis sûr(e) d’une chose : tu veux me donner la victoire et faire de moi un instrument de bénédiction. Je te prie de m’éclairer par ta Parole et par ton Esprit afin que j’obtienne la victoire pour moi et pour beaucoup. Amen.

     

     

    Solange Raby
    (Source : TopChrétien)

     

    Pourquoi tout cela m'est-il arrivé ?

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Ma grâce te suffit

     

     

     

     

    Ma grâce te suffit

     

     

     

     

    Afin que vous ne deveniez pas paresseux, mais que vous imitiez ceux qui, par la foi et par la patience, héritent des promesses. Hébreux 6.12 

     

    Seuls ceux qui franchissent la ligne d’arrivée remportent le prix de la course. Ceci, nous le savons bien. Parfois pourtant, le pas se fait tellement pesant, n’est-ce pas? Le genou à terre, lassés et découragés, il semble qu’une simple brise suffirait désormais à nous faire déclarer forfait. Seulement, si nous succombons à cette tentation, il va sans dire que les conséquences seraient désastreuses. Alors, nous aurions absolument tout perdu.

     

    Après avoir renoncé à Christ, quel repos reste-t-il? Qui nous consolera et quelle sera notre espérance? Si les Écritures affirment ouvertement que nous avons tout pleinement en Christ, il parait tout à fait évident que, sans Lui, nous sommes entièrement dépouillés. En somme, une fois engagés dans la carrière chrétienne, il n’est plus question de rebrousser chemin. La paix ne se laisserait alors plus jamais trouver. Maintenant, nous connaissons que Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie. Maintenant, nous sommes convaincus que nul ne vient au Père que par Lui. Impossible d’emprunter un autre sentier sans se perdre.

     

    Que faire alors? Marcher, continuer d’avancer coûte que coûte. En dépit des embûches, des chutes et des blessures, suivons fidèlement le Pasteur. Envers et contre tout, Il nous mènera jusqu’au bout. Notons-le bien, c’est Lui qui le fera. Il est le Berger et nous sommes Ses brebis. Soyons lucides, la victoire finale ne dépend absolument pas de nos propres capacités. Indéniablement, nous faisons fausse route si notre confiance est dans la chair. Tôt ou tard, elle nous trompera. Non, ce qui nous fait remporter la victoire sur le monde, c’est notre foi. Nous croyons que, selon Sa promesse, le Seigneur est avec nous et nous prenons appui sur Lui.

     

    Quelqu’un se sent faible et incapable de faire un pas de plus? Tant mieux! Il lui sera d’autant plus simple de se confier dans le Sauveur. Nos infirmités ne sont certes pas un obstacle, notre incrédulité l’est indiscutablement. À ce propos, écoutons les douces paroles du Sauveur: « Ma grâce te suffit; car ma force s’accomplit dans la faiblesse. » Quelles extraordinaires paroles de consolation! Nos cœurs peuvent bien cesser de s’alarmer à présent. Retenons-le, en dépit de toutes les apparences, tout est bien si notre foi est dans le Nom de Jésus-Christ. Aussi, ne craignons plus, croyons seulement. Bientôt, très bientôt, la course s’achèvera et nous hériterons des précieuses promesses!

     

     

    (Source : unmessagedamour.fr)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le banc de l'amitié

     

     

     

    Le banc de l'amitié

     

     

     

     

    Lecture proposée  : Exode 33.9-11 

     

    L’Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami. V. 11

     

    Au Zimbabwe, en Afrique, les traumatismes de guerre et un taux de chômage élevé acculent des gens au désespoir – jusqu’à ce qu’ils trouvent l’espoir sur un « banc de l’amitié ». On peut s’y rendre pour s’entretenir avec des « grands-mères » formées à cette fin. Il s’agit de femmes âgées à qui l’on a enseigné à écouter les gens qui luttent contre la dépression, que l’on décrit dans la langue shona de ce pays comme kufungisisa, ou « penser trop ».  

     

    Le projet Friendship Bench s’implante aussi ailleurs, dont au Zanzibar, à Londres et à New York. « Les résultats nous épatent », de dire un chercheur londonien. Un conseiller new-yorkais lui a d’ailleurs donné raison : « Avant même de s’en rendre compte, on n’est plus sur un banc, mais bien au chaud dans une conversation avec quelqu’un qui s’intéresse à soi. »  

     

    Dieu précieux, lorsque nous sommes morts d'inquiétude,
    ramène notre esprit sur toi, notre tendre Ami

     

    Ce projet évoque le côté accueillant et merveilleux d’un dialogue avec notre Dieu tout-puissant. Moïse n’a pas installé un banc, mais une « tente d’assignation » où communier avec Dieu et où « [l’Éternel] parlait avec [lui] face à face, comme un homme parle à son ami » (EX 33.11). Josué, son aide, ne sortait même jamais de cette tente, peut-être parce qu’il accordait une immense valeur à son temps passé avec Dieu (V. 11). 

     

    Plus besoin d’une tente d’assignation. Jésus nous a rapproché du Père : « Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père » (JN 15.15). 

     

     

     

    Lorsque l’inquiétude nous gagne, concentrons-nous sur Dieu.

     

     

     

    Patricia Raybon

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quand la vie vous parait injuste

     

     

    Quand la vie vous parait injuste

     

     

     

    “Le Seigneur était avec Joseph…” Gn 39. 2  

     

    A lire l’histoire de Joseph, il semble difficile de croire que Dieu était avec lui ! Né dans une famille ordinaire et aisée, considéré comme le favori de son père, il ne manquait de rien. Sauf d’un minimum de sagesse ! Aller narguer ses frères en leur racontant qu’ils se prosterneraient un jour devant lui était plutôt stupide, mais ne méritait pas de subir le sort brutal que lui réserverait leur vengeance.

     

    Imaginez ce qu’il a dû penser quand il s’est retrouvé esclave dans un pays lointain dont il ne comprenait ni la langue ni la culture. Chacun d’entre nous vit des hauts et des bas au cours de sa vie. Joseph avait porté avec fierté les somptueux vêtements offerts par son père, avant d’endosser les haillons de la servitude.

     

    Peut-être avez-vous connu la joie de trouver un emploi excitant, bien payé et enrichissant avant de vivre un revirement de fortune et de vous retrouver au chômage… Comment allez-vous réagir ?

     

    Quelqu’un a dit : “Les épreuves font partie intégrante de la vie. Vous ne pouvez les contrôler. Mais vous pouvez contrôler votre réaction face à elles.”

     

    Alors que Joseph poursuit sa misérable existence en Egypte, ses frères doivent mener la grande vie en Canaan, enfin libérés du trouble-fête prétentieux qui leur empoisonnait l’existence.

     

    Trouvez-vous difficile d’accepter que vos collègues obtiennent de meilleures promotions ? Que celle que vous aimiez ait préféré se marier avec un autre, que vos brillantes idées soient volées par d’autres; moins doués que vous ?

     

    C’est alors que la Bible nous révèle un secret d’importance : Dieu était avec Joseph ! Comme Il est aussi avec vous, malgré les déboires apparents qui parsèment votre vie.

     

    Vous devez apprendre ce qu’apprit Joseph : Dieu est près de vous, même si vous ne Le voyez pas, même si vous ne ressentez pas Sa présence, même si les circonstances semblent se détériorer au lieu de s’améliorer.

     

    Quand la vie vous paraît injuste, souvenez-vous alors du Dieu qui est “avec vous” !

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    De main de maître

     

     

     

    De main de maître

     

     

     

     

    Nous sommes l’argile, tu es celui qui nous a formés, et nous sommes tous l’ouvrage de tes mains. Ésaïe 64. 8

    Nous sommes son ouvrage, ayant été créés dans le Christ Jésus pour les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l’avance. Éphésiens 2. 10

     

    À Florence, au 16e siècle, un groupe d’artistes considéraient un énorme bloc d’un très beau marbre, haut de plus de quatre mètres, mais malheureusement entaillé par la main d’un sculpteur maladroit. “Il n’y a rien à en tirer”, pensaient-ils. Mais un matin, un jeune homme dressa une palissade tout autour du bloc abandonné. Et pendant quatre ans, on entendit le bruit du ciseau taillant la pierre. Quand on abattit les planches, les Florentins, émerveillés, purent contempler un chef-d’œuvre : la magnifique statue du “David” de Michel-Ange. Elle est encore aujourd’hui un des joyaux de la ville. D’un bloc froid et informe, apparemment inutilisable, un miracle de beauté avait jailli sous le ciseau du maître.

     

    Nombreux sont ceux qui disent : “J’ai gâché ma vie”. Ils ont taillé maladroitement dans le marbre de leur destinée. Que reste-t-il de leurs efforts et de leurs espoirs ? Ne désespérez pas ! “Confie-moi ta vie, que tu estimes ratée, dit Jésus Christ, je la transformerai à la gloire de Dieu.” Si tu abandonnes ta volonté à la sienne, il fera quelque chose de beau de ta vie gâchée. Peut-être commencera-t-il par dresser une palissade entre toi et ce que tu as aimé auparavant, tout ce qui fait un obstacle à son travail. Peut-être taillera-t-il profondément dans tes plans et dans ton cœur. Car ce qu’il veut reproduire en toi, c’est sa propre image. Il travaille jusqu’à ce qu’il soit formé en nous (Galates 4. 19). Oui, le Seigneur sait transformer en chef-d’œuvre ce que nous avons abîmé.

     

     

     

    (Source : labonnesemence.com)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Cette année, l'Eternel est avec vous

     

     

     

    Cette année, l'Eternel est avec vous

     

     

     

     

     

    « L'Éternel est avec toi vaillant héros ! » Jug 6.12

     

    Un jour, un homme place un œuf d’aigle dans le nid d’une poule domestique. Peu de temps après, l’aiglon éclot et grandit avec une nichée de poussins. Comme il ne connaît rien d’autre, il fait toute la journée ce que font les poulets : gratter la terre pour trouver des graines et des insectes, et glousser sans jamais voler à plus de quelques pieds du sol.

     

    Puis un jour, il voit un magnifique oiseau voler gracieusement au-dessus de lui et demande : « Quelle est cette belle créature ? » Le poulet à ses côtés lui dit : « C’est un aigle, le roi de tous les oiseaux. Mais ne rêve pas, tu ne pourras jamais faire comme lui. » L’aigle se remet donc à picorer dans la boue et meurt en ayant pensé toute sa vie n’être qu’un vulgaire poulet.

      

    Qui vous a dit que vous n’avez aucun potentiel ? Qui vous a dit que vous n’aurez ni succès ni influence ? Certainement pas Dieu ! Lorsque l’ange du Seigneur a appelé Gédéon pour délivrer Israël des Madianites, il a répondu par une litanie d’excuses expliquant pourquoi il n’était pas qualifié pour le poste. Mais l’ange lui dit : « L’Éternel est avec toi vaillant héros ! […] Va avec cette force que tu as, et tu sauveras Israël de la main de Madian ; n’est-ce pas moi qui t’envoie ? » (v.12, 14).

     

     

    Remarquez deux choses importantes dans cette histoire :

    1) Dieu a parlé du destin de Gédéon, non de sa situation actuelle.

    2) Dieu lui a rappelé que ce n’était pas le pouvoir de l’envoyé mais celui de l’envoyeur qui gagnerait la bataille. Aujourd’hui, vous êtes « vaillant » parce que Dieu est avec vous.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique