• * RONDE DE MEDITATIONS *

     

    *RONDES DE MEDITATIONS*

     

    Sommaire : ici

     

  •  

    Il restaure mon âme

     

     

    Il restaure mon âme

     

     

     

    "… Il s’assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant : C’est assez ! Maintenant, Éternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères." 1 Rois 19.4

    Après quelques jours de marche dans le désert pour sauver sa vie menacée par Jézabel, Élie s'arrête, complètement épuisé moralement et physiquement. Oubliant ses exploits d'hier sur le mont Carmel, il se laisse vaincre par un profond sentiment d'échec, et sombre dans la dépression. Cette fois il n'est plus question pour lui d'affronter, mais de fuir les réalités qui l'ont conduit jusqu'ici ; il demande la mort !

    Vous est-il déjà arrivé de croire qu'il est plus facile de mourir que de vivre ?

    Élie ne se tient plus devant Dieu, mais face à lui-même. Dans son égarement, il oublie la source de sa force ! Sa vision du monde extérieur est alors totalement faussée, et il commence à percevoir sa situation d'une manière négative. Pour lui, il n'y a aucune issue possible ! Il n'y a plus d'espoir !

    Vous est-il déjà arrivé de laisser une situation qui paraissait insurmontable à vos yeux s'interposer entre Dieu et vous ? De croire qu'il est plus facile de mourir que de vivre ?

    L'accumulation d'événements douloureux peut avoir des conséquences néfastes sur l'état de notre âme. Une âme abattue, c'est un homme qui souffre, qui faiblit moralement et physiquement. Élie se couche et s'endort… tentant peut être d'oublier les pressions qu'il subit ? Heureusement, Dieu, lui, ne sommeille, ni ne dort. Et il envoie un ange réveiller le prophète : "Lève-toi et mange !" (1 Rois 19.5-7).

    Renouvelé et fortifié par cette nourriture miraculeuse, Élie reprend sa marche et va de l'avant avec cette force nouvelle (1 Rois 19.8) !

    N'en est-il pas ainsi de la parole de Dieu ? N'a-t-elle pas le pouvoir de restaurer votre âme et de renouveler vos forces ? Prenez le temps de la méditer et mettez-la en pratique. La simple obéissance à cette Parole fera de vous un vainqueur et non un vaincu !

    Une prière pour aujourd'hui :

    Père, je te demande pardon pour toutes les fois où j'ai remis en cause ta volonté. Ouvre mes yeux sur ta Parole et apprends-moi à y puiser les ressources et la force nécessaires à ma marche quotidienne. Dans le nom de Jésus. Amen.

     

    Yannis Gautier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La peine du jour présent

     

     

     

    La peine du jour présent

     

     


     

    Ses compassions ne cessent pas ; elles sont nouvelles chaque matin; grande est ta fidélité! Lamentations de Jérémie 3. 22, 23
    Bienheureux l'homme dont la force est en toi… Ils marchent de force en force. Psaume 84. 5, 7

     

    “Je ne souffre qu'un instant ; c'est parce qu'on pense au passé et à l'avenir qu'on se décourage et qu'on désespère.” Ces paroles de Thérèse de Lisieux sont instructives : comment réagissons-nous devant la souffrance ou les épreuves de la vie ?

     

    On peut regretter la tranquillité des jours passés, la joie et la facilité dans lesquelles on vivait. Mais Dieu nous invite à ne pas regarder en arrière pour regretter. “Ne dis pas : Pourquoi les jours passés étaient-ils meilleurs que ceux-ci? Car ce n'est pas la sagesse qui te ferait poser cette question” (Ecclésiaste 7. 10). En revanche, souvenons-nous que Dieu ne nous a jamais abandonnés.

     

    On peut aussi se faire du souci pour l'avenir : nos forces déclinent, notre société évolue de façon inquiétante… Mais l'apôtre nous dit: “Rejetez sur Dieu tout votre souci, car il prend soin de vous” (1 Pierre 5. 7). Nous ne pouvons rien changer de notre passé, et l'avenir ne nous appartient pas. Tout est entre les mains de Dieu, qui conduit tout à bonne fin pour nous (Psaume 57. 2).

     

    “À chaque jour suffit sa peine”, a dit Jésus Christ (Matthieu 6. 34). La peine du moment présent peut être supportée avec son aide. Il nous aime, il comprend nos souffrances et il a toujours compassion de nous. Il nous donnera les forces un jour après l'autre. Apprenons à les lui demander chaque matin, en comptant sur sa fidélité. Il a promis : “Moi je suis avec vous tous les jours” (Matthieu 28. 20).

     

     

     

    (Source : la bonnesemence.com)

     

     

    La peine du jour présent

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le miracle au milieu de la tempête

     

     

    Le miracle au milieu de la tempête

     

     

    "Viens !" répondit Jésus. Pierre sortit de la barque et se mit à marcher sur l’eau pour aller à Jésus. Mais quand il remarqua la violence du vent, il prit peur. Il commença à s’enfoncer dans l’eau et s’écria : "Seigneur, sauve-moi !" Matthieu 14.29-30

     

    La Bible nous parle de cet homme qui, tout comme vous et moi, a douté. 

     

    Au sein de votre tempête, Jésus vous révèle qui il est...

     

    Vous arrive-t-il de douter ? De Dieu, de sa capacité à prendre soin de vous et de votre famille, de son désir de subvenir à vos besoins ?

     

    Voyez-vous ce qu’il se passe ici ? Pierre, qui est en train de marcher vers Jésus sur l’eau en pleine tempête, se met à douter. Il doute, au milieu d’un miracle (marcher sur des vagues déchaînées, cela tient du miraculeux, c’est le moins qu’on puisse dire !)

     

    Comme pour Pierre, il nous suffit de quitter Jésus et son miracle des yeux quelques secondes pour nous focaliser soudain sur la tempête qui nous entoure. On oublie le merveilleux cadeaux qu’est notre famille pour ne voir que ses dysfonctionnements, on subit un travail bien fatiguant qui était pourtant la réponse à nos prières…

     

    Pourtant, quelques versets plus haut, nous voyons que c’est Jésus qui a commandé à ses disciples de monter dans la barque qui les mènerait à la tempête… Cela signifie-t-il que Jésus souhaite nous voir batailler ?

     

    Au contraire, cela nous montre qu’il connaît ce qu’il y a à l’autre bout de la rive, et qu’il est prêt à utiliser les tempêtes que nous traversons pour nous révéler, à chaque miracle, un peu plus de sa nature.

     

    Et puisqu’il est infiniment miséricordieux, il nous tendra sa main à chaque moment de doute !

     

    Une prière pour aujourd’hui :
    Seigneur, je te remercie parce que même dans ma tempête, tu me révèles qui tu es : un Père aimant qui me tend la main et qui m’appelle en dehors de ma barque. Je crois fermement que même si je ne comprends pas tout, toi tu gardes les yeux fixés sur ma destination ! Je désire te faire confiance. Tout est sous ton contrôle. Amen.  

     

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le perfectionnement par la souffrance

     

     

    Le perfectionnement par la souffrance

     

     

     

     « Dieu … a élevé à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. » (Hébreux 2.10)

     

    Ce texte nous dit clairement que Jésus, le Prince de notre salut, a été amené à la perfection par le moyen de la souffrance. Que Christ ait connu la souffrance, cela est une évidence biblique des plus certaines. L’apôtre Pierre écrit : « Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée » (1 Pierre 4.1). L’auteur de l’épître aux Hébreux écrit : « Jésus a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » (Hébreux 5.8).
    Nous fuyons la souffrance, à juste raison nous faisons tout pour l’éviter autant que faire se peut, cependant elle demeure une expérience inévitable au cours de notre existence. Si Jésus est passé par le chemin de la souffrance, nous sommes avertis que nous aurons nous aussi à passer par cette voie.
    Là, Jésus a appris l’obéissance ! A l’école de la souffrance, nous pouvons apprendre bien des choses, telles : l’humilité, le pardon, la reconnaissance, l’amour, la fidélité…mais le fait que la Bible nous dise que Jésus a appris l’obéissance, c’est comme si Dieu mettait le doigt sur l’une des leçons des plus difficiles à apprendre : l’obéissance. C’est par l’obéissance de Christ que le salut est offert à tous : « …de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes » (Romains 5.12/19).

     

    Il est impossible d’évoquer le thème de la souffrance sans mentionner le cas exceptionnel de Job. Job était un homme aimant Dieu. Mais Dieu a permis que Job passe par la souffrance pour le perfectionner. Job déclarera à la fin de son épreuve : « Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil t’a vu » (Job 42.5). Ce qui fait la solidité d’un vase d’argile, c’est le fait de passer par le four. Un vase qui ne passe pas par le feu, sera friable et se cassera au moindre petit choc.
    Souvenez-vous de Joseph qui a connu le rejet, la prison, la calomnie, l’oubli et la servitude ; or, tout ce chemin de souffrance contribuait à le perfectionner.

     

    Passez-vous par la souffrance en ce moment ? Perte d’emploi, maladie, séparation, deuil, rejet…sont peut-être votre lot ? Souvenez-vous que Christ a connu lui-même la souffrance et qu’il peut vous secourir dans vos souffrances.

     

    Un conseil pour ce jour :
    Considérez vos souffrances comme des occasions de grandir, de mûrir, de devenir inébranlables, de vous perfectionner. Ce sera la meilleure façon de les affronter. Ce qui aujourd’hui vous semble être une immense montagne, ne sera plus demain qu’une petite colline, lorsque vous aurez acquis cette maturité à laquelle Dieu vous appelle.

     

     

     

    Paul Calzada
    (Source : lueursdumatin.fr)
     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Libérez les captifs (1 et 2)

     

     

    Libérez les captifs (1)

     

     

    « Je suis descendu [...] pour le faire monter » Ex 3.8

    Pendant quatre cents ans, les Israélites étaient esclaves de la tyrannie des Égyptiens qui les opprimaient et leur rendaient « la vie amère » (Ex 1.14). Beaucoup d’entre nous pouvons faire le parallèle avec ce sentiment d’impuissance qui nous étreint lorsque nous songeons à nos propres combats. Excès de nourriture, alcool, drogue, sexe, argent, mauvaises fréquentations, nous avons tous connu cette sensation d’impuissance alors que nous tentions vainement de nous en libérer. L’échec peut engendrer un désespoir chronique qui nous fait abandonner toute nouvelle tentative. Brisé et abattu, Israël a crié à l’Éternel et il a répondu : « J’ai bien vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu son cri à cause de ses oppresseurs, car je connais ses douleurs » (Ex 3.7). Et voici comment Dieu montre sa compassion à leur égard : « Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et pour le faire monter de ce pays […] dans un pays découlant de lait et de miel » (v.8). Aujourd’hui encore, Dieu peut faire la même chose pour vous. Pour qu’Israël soit délivré, il a fallu sacrifier un agneau pascal immaculé. Ils ont appliqué son sang sur le linteau de leur porte et l’ange de la mort les a épargnés. La Bible dit : « Christ, notre agneau pascal, a été sacrifié » (1Co 5.7). Jésus-Christ, notre agneau sacrificiel, a versé son sang pour nous libérer de tout esclavage. Quels sont vos combats aujourd’hui ? Vous pouvez être délivré(e) de la captivité, non par vos propres efforts qui sont vains, mais en croyant en ce Dieu qui répond aux cris de son peuple.

     

     

     
     

    Libérez les captifs (2)

     

     

    Ps 107.14

    Dieu se charge de rendre les gens libres, corps et âme. Lorsque les Israélites étaient en esclavage : « Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, et il les sauva de leurs angoisses » (v.13). Jésus délivre encore, jour après jour : « Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres » (Jn 8.36). Alors suivez ces étapes vers la liberté :

    1) criez à l’Éternel. Il a dit : « Vous me chercherez et vous me trouverez, car vous me chercherez de tout votre cœur » (Jér 29.13). La plainte des Israélites était sincère, et Dieu répond toujours aux cris du cœur. Pour être délivré(e), avouez d’abord que vous dépendez totalement de lui. Ne cherchez pas à tout régler vous-même. La Bible dit : « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous » (1P 5.7).

    2) nourrissez-vous de l’Esprit. Jésus a dit : « Je suis le pain vivant […]. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jn 6.51). Si vous vous imprégnez de la Parole et partagez vos sentiments dans la prière, il allégera votre fardeau et nourrira votre âme. Jésus est venu « pour proclamer aux captifs la délivrance, […] pour renvoyer libres les opprimés » (Lu 4.18). Prenez le temps de méditer la Bible jusqu’à ce que vous compreniez comment l’appliquer dans votre vie. La connaissance sans la pratique est vaine. La liberté passe par une nourriture biblique quotidienne, et la mise en pratique de ce que vous avez appris à votre situation présente. « Heureux l’homme […] qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, et qui médite sa loi jour et nuit ! » (Psalm 1:1-2 NCV). Faites-le, jour après jour, et soyez libre !

     

     

     

    Bob Gass

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne laissez pas vos peurs vous guider

     

     

    Ne laissez pas vos peurs vous guider

     

     

    "N’aie pas peur, je suis avec toi. Ne regarde pas autour de toi avec inquiétude. Oui, ton Dieu, c’est moi. Je te rends fort, je viens à ton secours et je te protège avec ma main puissante et victorieuse." Esaïe 41.10

     

    "N’aie pas peur", nous dit le Créateur de la terre et du ciel. Nous avons parfois tendance à croire que la peur nous protège. Que plus nous entretenons de peurs dans notre vie, plus nous aurons de chances d’éviter le malheur. En fait, c’est tout l’inverse !

     

    L'inquiétude ne rallongera pas votre vie, au contraire !

     

    La peur est un indicateur de danger, comme un signal, qui nous dit "Tiens-toi prêt !" Mais il n’est pas avantageux pour nous de lui laisser plus de place dans nos vies que celui d’un simple signal. Car lorsque nous laissons la peur nous conduire, nous l’autorisons à être non pas une barrière contre le danger, mais une barrière nous empêchant d’entrer dans notre destinée !

     

    L'inquiétude ne rallongera pas votre vie, au contraire ! Faites votre part (le possible ) et laissez à Dieu la sienne (l'impossible). La main de Dieu est assez grande pour vous protéger, pour vous bénir, pour vous consoler, pour vous relever, pour vous ouvrir la porte d’un avenir nouveau.

     

    Une prière pour aujourd’hui :
    Seigneur, je m’attends à toi. J’ai confiance en ta main puissante et victorieuse. Je me place sous ta protection et je reçois ton abondance divine. Elles sont à moi par la foi, grâce au prix payé par Jésus sur la croix. En toi, je suis un "vaillant héros" !

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

    Ne laissez pas vos peurs vous guider

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un sommeil agité

     

     

    Un sommeil agité

     

     

     

    Lecture proposée : Psaume 4

    Je me couche et je m’endors en paix, car toi seul, ô Éternel ! tu me donnes la sécurité dans ma demeure. (V. 9)

    Qu’est‑ce qui vous garde éveillé la nuit ? Dernièrement, j’ai eu du mal à trouver le sommeil à force d’essayer de régler un problème. J’en suis venue à craindre de ne plus pouvoir relever mes défis du lendemain !

     

    Vous vous reconnaissez ? Une relation brouillée, un avenir incertain, quoi que ce soit, nous finissons tous par céder aux inquiétudes un jour ou l’autre.

     

    Précieux Père, merci de m'écouter quand je t'appelle et de toujours veiller à mon bien

     

    Le roi David était manifestement en détresse lorsqu’il a écrit le Psaume 4. On l’accusait faussement (V. 3) et on doutait de son aptitude à régner (V. 7). Cette injustice le mettait probablement en colère. Or, il aurait assurément pu passer des nuits à ruminer tout cela. Pourtant, nous lisons cette parole remarquable : « Je me couche et je m’endors en paix » (V. 9).

     

    Charles Spurgeon explique à merveille le verset 9 : « Se couchant ainsi […] [David] s’est abandonné entre les mains d’un autre ; il l’a fait tout entier, car en l’absence de toute inquiétude, il a dormi ; il y avait ici une confiance totale. » Qu’est‑ce qui lui a inspiré une telle confiance ? Dès le début, David comptait sur Dieu pour exaucer ses prières (V. 4). Et il était certain que, comme Dieu l’avait choisi, celui‑ci comblerait ses besoins avec amour.

     

    Puisse Dieu nous aider à nous reposer dans sa puissance et sa présence lorsque les inquiétudes nous menacent. Dans ses bras souverains et bienveillants, nous pouvons nous coucher et nous endormir en paix nous aussi.

     

     

    On peut confier ses soucis à un Dieu parfaitement digne de confiance.

      

     

    Poh Fang Chia
    (Source : Note Pain Quotidien)

     

     

    Un sommeil agité

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vous avez une destinée particulière à accomplir

     

     

     

    Vous avez une destinée particulière à accomplir

     

     

     

    "Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis ; je vous ai chargés d’aller, de porter des fruits et des fruits durables. Alors, le Père vous donnera tout ce que vous lui demanderez en mon nom." Jean 15.16

     

    En quoi la pensée que Dieu a un plan pour vous changerait-elle votre vie ? De savoir qu’il vous a choisi personnellement ? Ce sont ces mêmes vérités que Jésus enseigna à ces disciples la nuit précédant sa mort. Il leur expliqua que ce n’était pas un hasard s’ils l’avaient suivi. En fait, il les avait choisis !

     

    Il est des missions que Dieu n’a confiées à personne d’autre que vous.

     

    Jésus était en train de leur dire que leurs vies ne devaient rien au hasard. Qu’ils aient été pêcheurs, collecteurs d’impôts ou autre, ils avaient chacun une histoire, des compétences et un vécu spécifiques. Jésus avait choisi et appelé chacun d’entre eux à un moment précis pour lui confier une tâche spécifique. Lorsqu’ils prirent conscience de ces vérités, les disciples purent considérer leurs propres vies et repenser à leur appel. Ils auraient des missions particulières à remplir, ils iraient et porteraient du fruit.

     

    Ce même principe est vrai pour vous. Dieu vous a choisi. Et vous avez été créé pour accomplir une destinée particulière ! Il est des missions qu’il n’a confiées à personne d’autre que vous. Vous avez des dons et des capacités qui vous sont propres. Les situations dans lesquelles vous vous trouvez, c’est lui qui les a voulues pour vous. Il vous a appelé à être son ambassadeur, son représentant.

    Peut-être êtes-vous confronté à des défis et des difficultés, mais Dieu se tient à vos côtés, prêt à vous aider. Continuez à avoir foi en lui, en vous attachant à accomplir votre destinée et à produire du fruit qui demeure. Vous pouvez vous réjouir, être plein d’assurance et vous approcher de lui dans la prière, sachant que "ce que vous demandez au Père" dans le nom de Jésus, "il vous le donne". Souvenez-vous, vous êtes spécial à ses yeux !

    Une prière pour aujourd’hui :
    Père, je te remercie de m’avoir appelé. Aide-moi à être prêt pour ton timing dans ma vie. Je veux semer pour ton royaume. Merci pour le fruit que je récolterai. Au nom de Jésus. Amen.

     

     

     

    John Roos
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Où est Dieu dans la tempête

     

     

     

    Où est Dieu dans la tempête ?

     

     

     

    « La tempête se maintenait si forte que nous avions perdu finalement toute espérance d'être sauvés » Ac 27.20

     

    Il y a des moments où Dieu semble inaccessible. Lorsque vous priez, vous vous sentez seul(e) dans vos problèmes actuels. De plus vous êtes terrifié(e) et même désespéré(e). Paul comprend ce sentiment. Il est impatient de prêcher à Rome, et il est en train de s’y rendre lorsqu’une tempête menace son navire. Paul entrevoit du danger « non seulement pour la cargaison et pour le navire, mais encore pour nos personnes » (v.10). Il tente d’avertir l’équipage de l’imminence du drame, mais les responsables méprisent ses paroles. Bref, Paul et 276 autres passagers sont en danger de mort à cause du mépris de quelques marins bornés, et il ne peut rien faire contre. Désespérés, lui et ses compagnons déclarent avoir « perdu finalement toute espérance d’être sauvés ».

    Puis après deux semaines d’errance en mer, au plus fort de la tempête, Dieu envoie un ange qui lui annonce : « Sois sans crainte, Paul, […] Dieu t’accorde la grâce de tous ceux qui naviguent avec toi » (v.24). Au moment où l’ardent désir de Paul d’aller prêcher à Rome va être contrarié, Dieu le guide fidèlement à travers la tempête vers la destination précise qu’il avait prévue pour lui. Paul ira à Rome pour annoncer la Parole de Dieu devant César ! Êtes-vous pris(e) dans une tempête ? Quelle que soit l’épreuve que vous affrontez aujourd’hui, sachez une chose : vous pouvez faire confiance à Dieu pour vous la faire traverser. Il annonce « longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli » (Esa 46.10), alors vous en sortirez plus fort(e) et plus sage.

     

     

     

    Bob Gass

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pardonnez, puis passez à autre chose

     

     

     

    Pardonnez, puis passez à autre chose

     

     

     

    "Pour toi, si tu diriges ton cœur et si tu étends tes mains vers Dieu, si tu éloignes l’injustice de ta main et ne laisses pas demeurer l’iniquité sous tes tentes, alors tu lèveras ton front sans tache, tu seras ferme et sans crainte ; car tu oublieras ta peine, tu t’en souviendras comme des eaux qui se sont écoulées." Job 11.13-16 

    Aussi longtemps que vous n’arrivez pas à détacher vos pensées d’une personne pour laquelle vous éprouvez de la rancune, cette personne exerce un ascendant sur vous. Vous vous tourmentez pour quelque chose qu’il ou elle a déjà oublié.

    Ce que vous avez vécu par le passé importe moins que la vie qui s’ouvre devant vous.

    Bien avant l’avènement de la psychologie, Job a compris que la guérison intérieure suivait trois étapes.

    Mettez votre cœur en ordre. Si vous voulez être guéri émotionnellement d’une blessure, vous devez lâcher prise – que vous en ayez envie ou pas. N’essayez pas de vous venger. Pardonnez à cette personne, puis lâchez prise.

    Demandez l’aide de Dieu. Invitez Christ à venir dans votre vie pour vous remplir de son pardon. Pourquoi ? Parce que votre pardon humain ne suffira jamais pour faire face à toutes les blessures de votre vie, non seulement celles du passé, mais aussi toutes celles à venir.

    Vous souvenez-vous de l’histoire de Corrie Ten Boom ? Elle avait caché des Juifs dans son appartement durant la Seconde Guerre mondiale pour les protéger des nazis. Quand les Allemands le découvrirent, ils envoyèrent non seulement les Juifs dans un camp de concentration, mais également Corrie et sa famille. Tous les siens moururent à l’exception de Corrie, qui subit des tortures et des abus. Par la suite, elle demanda à rencontrer les gardiens qui avaient abusé d’elle, et elle leur pardonna.

    Le pardon humain est impuissant à accomplir une telle chose. Il faut le pouvoir surnaturel de Dieu dans une vie pour lâcher prise et être capable de dire : "C’était très dur à supporter. C’était mal. Mais je crois que Dieu peut faire sortir du bien de ce qui est mal, et d’une certaine manière, le meilleur de ma vie est devant moi."

    Ouvrez-vous à nouveau au monde. Quand nous sommes blessés, nous avons tendance à rentrer dans notre coquille, à dresser un mur de protection et à décider de ne plus jamais laisser personne s’approcher. En fait, une telle attitude ne réussit qu’à vous faire du tort. Laisser une souffrance passée définir votre identité, c’est comme conduire une voiture en regardant dans le rétroviseur. Vous allez droit dans le mur. Il faut faire face à l’avenir et recommencer à vivre. Ce que vous avez vécu par le passé importe moins que la vie qui s’ouvre devant vous.

    Quel souvenir douloureux refusez-vous de lâcher – quelle parole, action ou opinion qui vous a blessé ?

    Une prière pour aujourd'hui :
    "Seigneur, je veux mettre mon cœur en ordre. S’il te plaît, enlève ce ressentiment de ma vie. Je choisis de pardonner à ___. Aide-moi à m’ouvrir à nouveau au monde. Aide-moi à me concentrer sur toi à l’avenir. Remplace ma souffrance par ta paix, ma blessure par ta guérison, mon amertume par ton amour. Au nom de Jésus. Amen."

     

     

    Rick Warren
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Surmonter l'adversité

     

     

    Surmonter l'adversité

     

     

    ÉSAÏE 63.9

    Les enfants reçoivent parfois des vaccins lors de leurs rendez‑vous médicaux. Il est possible qu’ils ne comprennent pas qu’on les vaccine afin de les protéger. Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils ont mal et que quelqu’un qui les aime permet qu’on les blesse. Cette expérience nous aide un peu à saisir comment Dieu agit envers les siens. Elle répond à une question que nous nous posons souvent quand les choses vont mal : Où est Dieu?

    La Bible nous apprend que « dans toutes leurs détresses il a été en détresse » (És 63.9, Darby). L’un de vos parents vous retenait peut‑être pendant que le médecin vous injectait le vaccin. Peut‑être vous a‑t‑il dit que cela lui faisait plus mal qu’à vous. C’est exactement le sentiment que notre Père céleste décrit dans ce passage. Un enfant ne peut saisir ce concept, mais quand nous devenons parents, nous le comprenons clairement. Nous commençons alors à voir quel genre de Dieu nous avons. Jésus a vécu notre douleur et a bu jusqu’à la dernière goutte de notre coupe de souffrances.

    Où est Dieu? Là où se trouve la douleur. Ésaïe nous dit encore : « Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui » (53.5).

    Quand nous traversons des moments difficiles, fixons le visage baigné de larmes du Sauveur; nous n’y verrons rien d’autre que de l’amour. Si nous voulons suivre Jésus, nous connaîtrons la communion de ses souffrances. Nous devons marcher sur ses traces, et la croix est l’un des endroits les plus merveilleux où le trouver.

     

     

    (Source : encontact.org)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique