•  

    Le pouvoir de devenir enfant de Dieu

     

     

    Le pouvoir de devenir enfant de Dieu

     

     

    "Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu" Jean 1.12.

     

    Une vieille légende indienne raconte qu'un jour, un brave trouva un un œuf d'aigle, et le déposa dans le nid d'une "poule de prairie". C’est ainsi que l'aiglon vit le jour au milieu d'une portée de poussins de prairie, et grandit avec eux.

     

    Toute sa vie, l'aigle fit ce qu'une poule de prairie fait normalement: il chercha dans la terre des insectes et de la nourriture, il caqueta de la même façon qu'une poule de prairie, et, lorsqu'il volait, c'était dans un nuage de plumes, et sur quelques mètres à peine. Après tout, c'est ainsi que les poules de prairie sont censées voler.

    Les années passèrent. L'aigle devint très vieux. Un jour, il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuages. S'élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants, faisant à peine bouger ses superbes ailes dorées.

    "Quel oiseau splendide!, dit notre aigle à ses voisins. "Qu'est-ce que c'est?"
    "C'est un aigle, le roi des oiseaux, caqueta sa voisine, mais il ne sert à rien d'y penser à deux fois. Tu ne seras jamais un aigle".

    Ainsi, l'aigle n'y pensa jamais une deuxième fois. Il mourut, en croyant qu'il était une poule de prairie.

     

    Marchez comme un enfant de Dieu et déclarez qui vous êtes en Christ.

     

    Triste, non ? L’ennemi de votre âme vous poussera à penser que c’est impossible de marcher comme un enfant de Dieu. Il a bien compris que si vous appréhendez la vie comme une poule de prairie, alors celle-ci sera pénible et stérile. Refusez cette mauvaise croyance, déclarez qui vous êtes en Christ et envolez-vous vers votre destinée.

     

    Une réflexion pour aujourd’hui :
    Qui suis-je en Christ ?

     

     

    Patrice Martorano
    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pardonnez-leur et laissez courir

     

     

     

    Pardonnez-leur et laissez courir

     

     

     

    "Priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent" Matthieu 5.44

     

    Si vous ne pardonnez pas, vous n’avancez pas. N'est-il pas dès lors essentiel de pardonner à ceux qui vous ont blessé ?

     

    Car Dieu connaît la vérité et il s'occupera de vos détracteurs en son temps.

     

    Vous dites : "Mais ils vont s'en tirer à bon compte". Ils ne se tireront de rien du tout ! Dieu est apte à juger, pas vous. Ceux qui vous critiquent agissent à votre égard en se fondant sur des informations incomplètes, mais Dieu connaît la vérité et il s'occupera de vos détracteurs en son temps.

     

    En tentant de vous défendre vous-même et de prouver leur erreur, vous empiétez sur le terrain exclusif de Dieu. La Bible dit : "Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S'il est possible, autant que cela dépende de vous, soyez en paix avec tous les hommes. Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère, car il est écrit : À moi la vengeance, c'est moi qui rétribuait, dit le Seigneur. Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête. Ne sois pas vaincu par le mal, mais vainqueur du mal par le bien" Romains 12.17-21

     

    Le but de Satan est de vous déstabiliser et de voler votre paix. Ne restez pas entre ses mains ! Christ, votre modèle, a prié pour ceux qui ont planté des clous dans les siennes : "Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" Luc 23.34

     

    Une action pour aujourd’hui :
    Même s'ils se croient intelligents, vos ennemis agissent souvent dans l'ignorance. Ne vous abaissez pas à leur niveau en ripostant. Pardonnez-leur et laissez courir.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Onde de choc

     

     

     

    Onde de choc

     

     

     

    "Ma parole n'est-elle pas comme un feu, dit l'Éternel, et comme un marteau qui brise le roc ?” Jérémie 23.29.

     

    Il y a quelques mois en arrière, en faisant du sport, je ressentis soudain une forte douleur dans le muscle de mon avant-bras. Je pensai alors à une déchirure musculaire classique. Pourtant, après deux mois d’arrêt, la douleur était toujours intense. Un médecin diagnostiqua une épicondylite, et me prescrivit des séances de kinésithérapie car mes fibres musculaires étaient abîmées.

     

    Même si vous avez mal, sa Parole est un marteau agissant comme une onde de choc :

     

    elle vient briser les mauvaises croyances.

     

    Le kiné m’expliqua qu’il allait me soigner par une thérapie d’ondes de chocs. On utilise un générateur d’ondes acoustiques en forme de pistolet qui envoie des impulsions répétées comme le ferait un marteau piqueur, dans le but de détruire les calcifications et les tissus fibreux, de favoriser la cicatrisation et permettre au muscle de se régénérer. L’idée est simple : tant que les anciennes fibres abîmées n’ont pas été détruites, les nouvelles ne peuvent émerger.

     

    Je me dis alors qu’il en était de même pour nos pensées : tant que nous entretenons des croyances douloureuses, abîmées, défectueuses, nous sommes bloqués et nous avons mal. Nous sommes totalement incapables d’avoir l’amplitude nécessaire pour fonctionner.

     

    Peut-être entretenez-vous ce type de pensées. Vous dîtes : "C’est fini, le Seigneur ne peut rien faire pour moi… ma situation ne changera jamais… Dieu peut agir pour les autres mais pas pour moi…" Vous dîtes: "ce n’est pas grave, ça toujours été ainsi, je vais faire avec… Je ne crois pas vraiment que l’Éternel désire agir en ma faveur…" etc.

     

    Croyez qu’il n’y a pas de situation désespérée, mais seulement des gens désespérés. Même si vous avez mal, sa Parole est un marteau agissant comme une onde de choc : elle vient briser les mauvaises croyances.

     

    Oui, avec Dieu tout est possible. Il est le Dieu des miracles, c’est pourquoi nous croyons en Lui. Même quand nous sommes entourés d’impossibilités, Il est capable de tout changer. La seule chose immuable, c’est son amour.

     

    Une prière pour aujourd’hui :
    Seigneur, viens briser en moi toutes les fausses croyances qui m’empêchent d’avancer et me qui me font souffrir. Oui, je crois que tu es le Dieu des miracles.

     

     

     

    Patrice Martorano
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne cessez pas de bâtir

     

     

     

    Ne cessez pas de bâtir

     

     

     

     

    Lecture proposée : Esdras 5.1-5

     

    Mais l’œil de Dieu veillait sur [eux]. Et on [les] laissa continuer. V. 5

     

    Quand on lui a donné la possibilité de jouer un nouveau rôle au travail, Simon a cru qu’elle lui venait de Dieu. Après avoir prié et sollicité des conseils à ce sujet, il a eu le sentiment que Dieu voulait ainsi l’amener à assumer de plus grandes responsabilités. Tout tombait en place, et son patron l’appuyait dans ce changement. Puis les choses se sont mises à mal tourner. Certains de ses collègues lui enviaient sa promotion et lui refusaient leur collaboration. Il a alors commencé à se demander s’il devait baisser les bras.

     

    Lorsque les Israélites sont retournés à Jérusalem pour y rebâtir la maison de Dieu, leurs ennemis ont voulu les intimider et les décourager (ESD 4.4). Les Juifs se sont d’abord interrompus, mais ont repris la construction après que Dieu les y a encouragés par les prophètes Aggée et Zacharie (4.24 – 5.2).

     

    Seigneur, je mets ma confiance dans les projets que tu as formés pour moi

     

    Lorsque leurs ennemis sont revenus les harceler, les Israélites ont toutefois persévéré, sachant que « l’œil de Dieu veillait sur [eux] » (5.5). Ils se sont attachés aux instructions divines et ont cru que le Seigneur les ferait triompher de toute opposition. Or, Dieu a incité le roi de Perse à soutenir la construction du Temple jusqu’à la fin (V. 13,14).

     

    De même, Simon a demandé à Dieu de lui accorder la sagesse de discerner s’il devait garder son emploi ou s’en trouver un autre. Fort de sa conviction de devoir persévérer, il a fini par gagner ses collègues à sa cause.

     

    Là où Dieu nous place et quelle que soit l’opposition à vaincre, continuons de le suivre avec fidélité, car il nous conduira à bon port.

     

     

     

    Restez ferme, car l’œil de Dieu veille sur vous.

     

     

     

     

     

    Leslie Koh
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un consolateur fiable

     

     

     

    Un consolateur fiable

     

     

     

    Lecture proposée : Jean 14.15-26

    [L’Esprit] Saint […] vous rappellera tout ce que je vous ai dit. V. 26

     

    Après qu’une blessure à la colonne l’a paralysé, Marty a décidé de retourner sur les bancs d’école afin d’obtenir sa M.B.A. Sa mère, Judy, l’a aidé à atteindre son objectif. Elle s’est tenue à ses côtés dans chacun de ses cours et de ses groupes d’étude, à prendre des notes et à gérer les problèmes d’ordre technologique. Elle l’a même aidé à monter sur l’estrade lors de sa remise de diplôme. Grâce à l’aide continue et pratique que Marty a reçue, il a pu accomplir ce qui aurait pu lui être impossible à réaliser.

     

    Jésus savait que ses disciples auraient besoin d’un soutien comparable après son ascension au ciel. En leur annonçant son départ imminent, il leur a dit qu’ils vivraient un nouveau genre de relation avec Dieu par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Ce dernier allait être pour eux un aide de tous les instants, à savoir un enseignant et un guide qui non seulement vivrait avec eux, mais encore en eux (JN 14.17,26).

     

    Précieux Seigneur, merci du soutien que tu me procures sans cesse par l'Esprit-Saint

     

    L’Esprit leur apporterait une aide intérieure et divine pour vaincre ce qu’il leur serait impossible de vaincre d’eux-mêmes dans l’annonce de la Bonne Nouvelle. En période difficile, ils pourraient compter sur l’Esprit pour leur rappeler tout ce que Jésus leur avait dit (V. 26) : Que votre cœur ne se trouble point… Aimez-vous les uns les autres… Je suis la Résurrection et la Vie.

     

    Affrontez-vous quelque chose qui dépasse vos forces et vos capacités ? Vous pouvez compter sur l’intervention du Saint-Esprit, qui vous aidera à rendre à Dieu la gloire qu’il mérite.

     

     

    Le Tout-Puissant fait disparaître nos « Je ne peux pas ».
    Oswald Chambers

     

     

    Jennifer Benson
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un grand calme

     

     

     

    Un grand calme

     

     

     

    (Jésus, ) s’étant réveillé, ... reprit le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi ! Le vent tomba et il se fit un grand calme. Marc 4 : 39, 40

    Tu as été au misérable un lieu fort, un lieu fort au pauvre dans sa détresse, un abri contre l’orage, une ombre contre la chaleur. Ésaïe 25 : 4

     

    En traversant la mer de Galilée, les disciples de Jésus sont surpris par une violente tempête. À l’arrière de la barque, Jésus dort sur un oreiller. Les vagues se jettent contre la barque et commencent à la remplir. Les disciples réveillent Jésus et lui disent : « Maître, ne te soucies-tu pas que nous périssions ? ». Alors Jésus reprend le vent et fait taire la mer. Un « grand calme » succède aussitôt à la fureur de la tempête.

    Ce récit n’évoque-t-il pas des circonstances adverses qui surviennent inopinément dans notre vie ? La maladie, un deuil, un licenciement... Alors, comme les disciples dans la barque, nous sommes pris de panique ! Nous nous débattons, impuissants ; il nous semble que notre Dieu ne se soucie pas de nous.

    Nous avons beau faire tous nos efforts, nous devons nous rendre à l’évidence : nous ne sommes pas maîtres de la situation. Mais Jésus, lui, en est le maître. S’il a pris place dans notre barque, si nous lui avons laissé la direction de notre vie, il restera avec nous dans la détresse et ne nous abandonnera jamais. Nous pouvons lui dire nos craintes, nos inquiétudes, notre désespoir même. Il répondra, et nous donnera calme et confiance.

    Près de Dieu l’âme est sereine Et goûte en paix le repos. C’est la joie après la peine, C’est le calme sur les flots. Sa main chasse les nuages, Sa voix raffermit le cœur, Ô mon âme, prends courage ; En Dieu seul est ton bonheur !

     

     

    Source : La bonne semence

    https://chretien.news/meditations-bibliques

     

     

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tueurs de géants (1 à 4)

     

     

     

    Tueurs de géants (1)

     

     

    « David fut plus fort que le Philistin » 1S 17.50

    Voyez l’histoire de David et Goliath. Le berger tue le combattant. Le gamin vient à bout du géant. Dieu donne à David la victoire sur Goliath pour qu’on s’en inspire face à nos propres géants. Ceuxci peuvent être concrets ou intangibles, comme ces difficultés qu’on ne peut surmonter car la peur nous en empêche. Ce sont ces objectifs hors de portée, ces projets inachevés ou ces rêves non réalisés, toutes ces impasses de la vie qui nous laissent dans le bourbier de la médiocrité. Un géant est une chose ou une personne qui vous empêche d’être et de faire ce que Dieu veut pour vous. Il est intérieur ou extérieur, réel ou imaginaire, physique ou moral. C’est peutêtre un comportement, une habitude, une croyance, une philosophie ou un souvenir. C’est peutêtre une personne qui se tient entre vous et Dieu, entre qui vous êtes et qui Dieu veut que vous soyez, entre là où vous êtes et là où Dieu vous veut, entre vos croyances et celles que Dieu aimerait vous voir adopter. Les géants n’ont qu’un objectif : vous empêcher d’avancer vers votre destin. Mais leurs tueurs voient la victoire à l’ombre de la défaite ! Pour eux, chaque combat les met au défi de retourner une situation compromise. Ils relèvent le gant et s’attendent à forte partie. Le conflit les fait grandir, et chaque ennemi vaincu leur vaut une promotion. Les géants peuvent révéler nos forces cachées, être l’étalon de notre croissance et nourrir notre confiance en Dieu. Avec son aide, nous aussi pouvons devenir des tueurs de géants.

     

     

     

     

    Tueurs de géants (2)

     

     

    « Celui qui est fidèle dans les petites choses est aussi fidèle dans les grandes » Lu 16.10, BFC

     

    1) On ne naît pas tueur de géants, on le devient ! David était un modeste musicien, un humble berger et un fils dont on faisait peu de cas. Mais il avait un atout majeur : la fidélité. Il était fidèle à ses talents, fidèle aux moutons de son père et fidèle à Dieu. En maîtrisant les petites choses, il a fini par maîtriser les grandes. La fidélité est le point commun de tous les leaders spirituels d’exception. Matthieu a commencé comme collecteur d’impôts, Pierre comme pêcheur, Élisée comme fermier, Jésus comme charpentier. Rendezvous compte, Jésus a monté bien plus de charpentes qu’il n’a prononcé de sermons. Il était fidèle dans les petites choses. Dieu n’a jamais appelé une personne inactive ou improductive. Chaque candidat a eu une première expérience réussie avant de devenir tueur de géant. Pour cela, il faut faire ses preuves !
    2) Les tueurs de géants savent que le bénéfice est toujours supérieur au risque ! La vie récompense ceux qui osent, mais Satan viendra vous murmurer à l’oreille que le risque est trop grand et n’en vaut pas la peine. Pourtant il reste évident que Dieu « récompense ceux qui le cherchent » (Hé 11.6). Vous devez croire que la promesse surpasse le problème, que l’objectif est plus grand que l’objection, et que Dieu est supérieur à votre géant. Croire que « Dieu est plus grand » est l’essence-même d’une foi qui résiste à la peur. La peur est l’arme de Satan pour vous paralyser. La foi est l’arme de Dieu pour vous mobiliser. Alors comptez sur Dieu, défiez les montagnes, et rejoignez les rangs de l’armée divine des tueurs de géants.

     

     

     

     

    Tueurs de géants (3)

     

     

    « David [...] choisit cinq pierres polies du torrent » 1S 17.40

     

    Du temps de David, on se battait « par procuration ». Un seul homme combattait pour tout un peuple, et le vainqueur annexait le pays du vaincu. L’avantage est évident, n’est-ce pas ? Les pertes étaient limitées ! David contre Goliath était donc réellement Israël contre les Philistins, un duel où le gagnant remportait toute la mise. Tout le monde sait que David a vaincu le géant grâce à la foi, une pierre et une fronde. Pourtant la Bible dit qu’il n’a pas choisi une seule, mais « cinq pierres polies ». Pourquoi ? Non par manque de foi mais parce qu’il savait que Goliath avait quatre frères.
    1) Les tueurs de géants savent que le leur est l’arbre qui cache la forêt. Un géant ne vient jamais seul. Ses causes l’accompagnent. Boulimie, addiction, abus et colère sont tous reliés à d’autres problèmes. Derrière l’indéniable géant se cache son fan club : le chagrin, la culpabilité, la déception et la honte. David était prêt avec ses cinq pierres, une pour Goliath et les quatre autres pour ses frères. Qu’est-ce qui se cache derrière votre géant ? Avec l’aide de Dieu vous pouvez le vaincre lui et ses supporters.
    2) Les tueurs de géants ne craignent pas les défis. Que jamais vos peurs ne submergent votre foi. La Bible affirme : « Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » (2Ti 1.7). La peur va se nourrir des erreurs du passé, mais ne gâchez pas votre foi d’aujourd’hui avec les fautes d’hier. Notez-les sur un cahier dans la rubrique : « Choses à ne plus refaire, leçon apprise ! »

     

     

     

     

    Tueurs de géants (4)

     

     

    « L'Éternel, qui m'a délivré [...], me délivrera » 1S 17.37

     

    David est sûr de soi parce qu’il se souvient des succès passés. Il dit au roi Saül : « L’Éternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin ».
    1) Les tueurs de géants construisent sur les succès passés. Une série de victoires vous donne l’élan, la confiance en Dieu et en vousmême nécessaires et suffisants pour que plus rien ne vous arrête. La Bible dit : « La guerre dura longtemps entre la maison de Saül et la maison de David. David devenait de plus en plus fort, et ceux de la maison de Saül allaient en s’affaiblissant » (2S 3.1). David comprenait qu’à chaque fois que vous marquez un point sur votre tableau de score, votre confiance en Dieu et en vousmême grandit. Alors repassezvous le film de vos succès passés et croyez que Dieu peut refaire ce qu’il a déjà fait.
    2) Les tueurs de géants ont leur propre style. David n’était pas à l’aise dans l’armure de Saül. Vous ne pouvez pas agir avec les atouts des autres. Vos armes, votre armure et votre style sont bien à vous. Votre équipement est unique. David a vaincu Goliath avec une fronde. Moïse a ouvert la Mer rouge avec un bâton. Paul s’est servi d’un mouchoir pour vaincre la maladie. Souvent, Jésus se contentait de prononcer une parole. Ne vous précipitez pas sur « l’armure de Saül ». Mettez tranquillement la panoplie que Dieu vous a donnée. Ne sortez pas de votre cadre. Si vous mélangez avec soin expérience et originalité, vous aurez confiance et inspiration, deux des armes secrètes des tueurs de géants.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Votre bien et sa gloire

     

     

     

    Votre bien et sa gloire

     

     

     

    « Si, tout en faisant le bien, vous supportez la souffrance, c'est une grâce devant Dieu » 1P 2.20

     

    Bien des héros de la Bible ont été maltraités. Et Dieu l’a permis. Pensons à Daniel donné en pâture aux lions, et à Joseph jeté en prison. Ils n’ont rien fait pour mériter ça.

     

    La Bible dit : « Si, tout en faisant le bien, vous supportez la souffrance, c’est une grâce devant Dieu. C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ lui aussi a souffert pour vous et vous a laissé un exemple, afin que vous suiviez ses traces » (v.20-21).

     

    Notez bien, vous êtes « appelés » à surmonter les difficultés. Il y a une raison à votre douleur. Et rien ne peut vous atteindre qui ne soit passé entre les mains de Dieu. Il anticipe tout, et tout ce que vous traversez maintenant vous prépare à mieux le servir.

     

    Paul a dit : « Personne ne m’a soutenu la première fois que j’ai présenté ma défense ; tous m’ont abandonné. […] Mais le Seigneur m’a secouru et m’a fortifié, de sorte que j’ai pu pleinement proclamer son message » (2Ti 4.16-17, BFC). Paul voyait l’épreuve comme une avancée ! Alors prenez courage, vous croîtrez « dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur » (2P 3.18). Vous êtes en phase de préparation.

     

    Si vous ne comprenez pas, alors lisez Joni Erickson Tada : « Si la pensée de Dieu était assez simple pour que je la comprenne, il ne serait pas Dieu. J’ai parfois du mal à supporter mon fauteuil roulant, mais c’est là que la grâce de Dieu intervient. Malgré mon handicap, Dieu a un plan et un objectif pour ma vie. »

     

    Que Dieu vous tire d’une situation ou vous y plonge, faites-lui confiance. Il travaille pour votre bien et sa gloire.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Grandir sous le vent

     

     

     

    Grandir sous le vent

     

     

    Lecture proposée : Marc 4.36‑41

    Quel est donc celui‑ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? V. 41

     

    Imaginez un monde sans vent. Les lacs seraient calmes et les feuilles mortes n’envahiraient pas les rues. Reste que, dans ce cas, qui s’attendrait à ce que des arbres tombent soudain ? Or, c’est précisément ce qui est arrivé dans un dôme forestier de verre bâti dans le désert de l’Arizona. Des arbres grandissant dans une énorme bulle sans vent, la Biosphère 2, poussaient plus vite que la normale avant de s’écrouler subitement sous leur propre poids. Les chercheurs de ce projet ont fini par en trouver l’explication. Ces arbres avaient besoin de subir le stress des vents pour se fortifier.

     

    Jésus a permis à ses disciples de faire l’expérience de bourrasques pour affermir leur foi (MC 4.36‑41). Pendant la traversée tardive d’un lac qui leur était familier, une tempête s’est soudain levée, trop forte même pour ces pêcheurs aguerris. Vents et vagues s’engouffraient dans leur barque tandis que Jésus, épuisé, dormait paisiblement. Paniqués, ils l’ont réveillé. Cela ne dérangeait‑il pas leur Maître qu’ils risquent la mort ? À quoi pensait‑il donc ? Puis ils ont commencé à découvrir le fin mot de l’histoire. Jésus a ordonné au vent et aux vagues de se calmer, pour ensuite demander à ses amis pourquoi ils n’avaient toujours pas confiance en lui.

     

    Si le vent ne s’était pas levé, ils ne lui auraient jamais demandé : « Quel est donc celui‑ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? » (MC 4.41.)

     

    Il se peut que la vie dans une bulle protectrice nous semble avantageuse, mais combien notre foi grandirait‑elle dans pareil contexte?

     

    Dieu ne sommeille jamais.

     

     

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Selon toute apparence

     

     

     

    Selon toute apparence

     

     

     


    Lecture proposée : 2 Rois 6.8‑17

    Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec [l’ennemi]. V. 16

     

    Don est un Border‑Collie qui vit dans une ferme du South Lanarkshire, en Écosse. Avec Tom, son maître, il est sorti un matin évaluer quelques animaux. Ils se sont promenés ensemble à bord d’une camionnette utilitaire de ferme. À leur arrivée sur place, Tom est descendu du véhicule en oubliant de tirer le frein manuel. Avec Don sur le siège du conducteur, le véhicule s’est mis à descendre une pente en traversant deux voies de circulation avant de s’immobiliser en lieu sûr. Pour les automobilistes témoins de la scène, le chien semblait être sorti faire sa tournée matinale. En effet, les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être.

     

    Apparemment, Élisée et son serviteur étaient sur le point d’être emmenés captifs devant le roi d’Aram. L’armée du roi avait cerné la ville où Élisée et son serviteur séjournaient. Alors que le serviteur croyait leur dernière heure venue, Élisée a déclaré : « Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec [l’ennemi] » (2 R 6.16). Dès qu’Élisée a prié, son serviteur a pu voir une multitude de forces surnaturelles se mettre en place pour assurer leur protection.

     

    Les situations qui semblent désespérées ne le sont pas toujours en réalité. Lorsque nous avons l’impression d’être en nombre inférieur à nos ennemis, rappelons‑nous que Dieu se tient toujours à nos côtés et qu’« il ordonnera à ses anges de [nous] garder dans toutes [nos] voies » (PS 91.11).

     

     

    Le rappel que Dieu est à nos côtés nous fait tout voir avec justesse.

     

     

     

    Jennifer Benson Schuldt

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le senti… ment

     

     

     

    Le senti… ment

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Parfois, il nous arrive de douter de la présence de l’Esprit Saint en nous. Nous pensons qu’il nous a quittés quand :

     

    • nous sommes éprouvés ou fatigués,
    • nous avons des craintes et des angoisses,
    • nous sommes incertains quant aux choix, aux décisions qui se présentent,
    • nous l’avons attristé ou déçu.

     

    Pensez-vous alors, Mon ami(e), que Dieu peut disparaître et réapparaître tout à coup…?

     

    Je vous rassure de suite : pas du tout…! Ce n’est pas parce que vous ne "sentez" pas la présence de Dieu qu’il n’est pas là. En effet, un sentiment n’est pas un fait. Il ne correspond pas toujours à la réalité ni à la vérité. Quelqu'un a dit : le senti… ment. Bref, ce que nous ressentons n'est parfois qu'une vue faussée de la réalité.

     

    D’ailleurs, Smith Wigglesworth avait cette devise : "Je ne suis pas influencé par ce que je ressens. Je ne suis pas influencé par ce que je vois. Je suis seulement influencé par ce que je crois." Et voici ce que croyait l’apôtre Paul lorsqu’il attestait : "Vous êtes le temple de Dieu, et l’Esprit de Dieu habite en vous. Vous ne savez donc pas cela...?" (Lire 1 Corinthiens 3.16.)

     

    Cela signifie qu’il est toujours en vous. Chaque instant de chaque jour, l'Esprit de Dieu est en vous. Il est déjà là, dès votre réveil. Il ne vous quitte pas quand vous vous endormez. Sa présence est avec vous, en vous. Elle ne s’échappe pas. Elle demeure ancrée en vous 24h/24 et 7j/7…!

     

    Je vous invite à croire, par la foi, que l’Esprit de Dieu habite en permanence en vous. Il a fait de vous sa maison, son temple. Il ne vous abandonnera jamais.

     

    Prions ensemble, maintenant. "Père, je te remercie de m’avoir rappelé que tu vis en moi par ton Esprit et que tu as fait de moi le temple du Saint-Esprit. Par la foi, je crois que tu es toujours là, de mon lever à mon coucher. Par la foi, je crois que tu me connais et que tu m’assistes dans mon quotidien. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique