•  

    A l'assaut de vos Goliath (1 à 2)

     

     

     

    A l'assaut de vos Goliath (1)

     

     

     

    “Il... alla choisir cinq pierres... il les mit dans son sac de berger, puis... il se dirigea vers Goliath.” 1 S 17.40

    Des Goliath continuent de hanter notre monde. Ils ont nom Dépression, Cancer, Dette, Chômage, Danger, Divorce... Avant de les affronter, approchez-vous de Celui qui peut les vaincre sans coup férir. Max Lucado a dit : “Concentrez votre esprit sur vos Goliath et vous trébucherez. Concentrez votre esprit sur Dieu et vos Goliath trébucheront !” Prenez exemple sur David et préparez-vous avec soin à les attaquer de front. De même qu’il alla ramasser cinq pierres dans le cours du torrent voisin, prenez cinq décisions importantes. Pourquoi cinq pierres ? Peut-être parce que nous avons cinq doigts à chaque main et qu’il sera plus facile de nous rappeler à quoi elles correspondent ! Que sont ces pierres ?

    1- La pierre du passé. A la vue du géant, David se souvint de ses combats contre le lion et l’ours et des victoires que Dieu lui avait permis de remporter. Remémorez-vous les interventions de Dieu dans votre vie : “Souvenez-vous des choses étonnantes qu'Il a faites, de Ses prodiges...” (1 Ch 16. 12). N’a-t-Il pas toujours été à vos côtés quand vous traversiez des difficultés ?

    2- La pierre de la prière. Paul a écrit: “Afin de pouvoir tenir ferme contre les manœuvres du diable... priez sans cesse... restez éveillés...” (Ep 6. 11, 18). David prit très tôt l’habitude “de se fortifier dans le Seigneur” (1 S 30. 6). Acculé par les soldats du roi Saül, il se tourna vers Dieu : “Et moi, je chante Ta force, le matin, j’acclame ta fidélité, car Tu as été pour moi une citadelle, un refuge au jour de ma détresse” (Ps 59. 17). Invitez Dieu dans votre situation. Ne négligez pas la prière, car “ce n'est ni par l'épée ni par la lance que le Seigneur sauve. Car le combat appartient au Seigneur...” (1 S 17. 46-47).

     

     

     

    A l'assaut de vos Goliath (2)

     

     

    “Dieu fit à l'homme et à sa femme des habits de peau, dont Il les revêtit.” Gn 3.21

    Aujourd’hui, considérons les autres pierres que David mit dans son sac de berger.

    3- La pierre de la priorité. La réputation de Dieu et l’honneur de Son nom comptaient plus aux yeux de David que les siens. “Je viens armé du nom du Seigneur de l'univers, le Dieu des troupes d'Israël, que tu as insulté. Aujourd'hui même, le Seigneur te livrera en mon pouvoir... Alors tous les peuples sauront qu'Israël a un Dieu” (1 S 17. 45-46). Voyez-vous votre géant comme une opportunité de glorifier Dieu et d’honorer Sa réputation ?

    4- La pierre de la passion. Avez-vous remarqué que Goliath se “remit à marcher”, tandis que David s’élançait vers le géant au pas de course ? D’un côté Saül et ses soldats, dont les genoux s’entrechoquaient de peur, et de l’autre les Philistins fanfarons, qui se moquaient de leurs adversaires. Entre les deux, un géant qui s’ébranle avec lourdeur, et un adolescent qui vole avec la légèreté d’un danseur de ballet à l’assaut du premier. Personne n’aurait parié sur la victoire du jeune berger, sauf Dieu qui a dû sourire de voir le dynamisme de son protégé ! Lui seul reconnaissait la passion qui brûlait au fond du cœur de David. Et vous aussi devez faire preuve de passion et de dynamisme si vous voulez abattre vos Goliath. Un timide “Ok ! Seigneur, si Tu le veux vraiment, je ferai un effort pour Te faire plaisir” ne suffit pas à bouleverser le cœur de Dieu ! Imitez plutôt David et lancez-vous à l’assaut de vos géants.

    5- La pierre de l’endurance. Goliath avait de la famille au premier rang des Philistins. Quatre autres géants apparentés à celui-ci furent tués plus tard par David et ses hommes (1 S 21. 15-22). David le savait-il ? Toujours est-il qu’il s’était préparé au cas où ces derniers auraient voulu venger la défaite de Goliath. David avait placé sa confiance en Dieu et demeurait persuadé que Ce denier ne l’abandonnerait pas. Mais cela ne voulait pas dire qu’il avait négligé son temps de préparation. Jésus a déclaré à Ses disciples (et à nous par la même occasion) : “Le Saint-Esprit... vous rappellera tout ce que Je vous ai dit” (Jn 14. 26). Si vous ne lisez pas Sa Parole, comment le Saint-Esprit pourra-t-Il vous “rappeler” ce que Jésus a dit dans les Evangiles ? Saisissez cinq pierres similaires, si vous voulez abattre vos Goliath !

     

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dans la présence de Dieu

     

     

     

    Dans la présence de Dieu

     

     

     

     

    “Je demande au Seigneur une seule chose : habiter tous les jours de ma vie dans la maison du Seigneur...” Ps 27. 4  


    La présence du Seigneur est un lieu unique en son genre ! Il s’y passe des choses comme nulle part ailleurs.

    Moïse découvrit cet endroit si spécial, un jour qu’il faisait paître son troupeau, et dès qu’il s’en approcha un buisson se mit à brûler sans pourtant se consumer ! Plus tard la Bible nous dit que son visage rayonnait chaque fois qu’il entrait dans la présence de Dieu.

    Pour ce faire Moïse dut, la première fois, s’isoler loin du peuple et passer quarante jours dans l’intimité de Dieu. Quarante jours... et la plupart du temps nous trouvons difficile, voire impossible, de rester tranquilles pendant quarante minutes seuls à seuls avec Dieu ! Il dut grimper une montagne escarpée, tandis que nous avons des difficultés à rester longtemps assis dans une église, sans souffrir de crampes et de fourmillements dans les pieds !

    Dieu n’est pas intéressé par nos paroles et nos promesses. Si nous affirmons qu’Il tient la première place dans notre vie, comment le Lui prouvons-nous ?

    David a écrit : “Ce que je recherche ardemment, c’est d’habiter tous les jours de ma vie dans la maison du Seigneur.” Remarquez en passant qu’Il pouvait dire cela après avoir poursuivi sans doute les mêmes buts que nous recherchons dans notre vie contemporaine. Mais il alla plus loin. Il ajouta : “C’est Toi que je recherche !” (v. 8). Si vous êtes sérieux dans votre désir de le chercher, vous vous débarrasserez des obstacles qui risquent de vous ralentir dans votre quête. Car le but suprême est de demeurer dans la présence du Seigneur, “pour voir Sa beauté et s’enquérir de Lui diligemment dans Son temple”.

    Cette promesse est pour tous ceux qui sont las de voyager sans vrai but dans l’existence, ceux qui ont décidé de ne plus rechercher Sa main afin d’obtenir une bénédiction passagère, mais de rechercher Sa face pour jouir de relations profondes et stables avec Lui. En êtes-vous ?

     

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Etes-vous prêt(e) à faire le kilomètre supplémentaire ?

     

     

     

    Etes-vous prêt(e) à faire le kilomètre supplémentaire ?

     

     

     

    "Va avec cette force que tu as (...) N’est-ce pas moi qui t’envoie ?" Juges 6.14 

     

    Un dimanche matin, j’étais en mode "repos". Je n’avais vraiment pas envie de bouger, juste de rester dans mon lit, de me reposer et de prier bien au chaud sous la couette.  

     

    Je n’avais aucun engagement ce jour-là, donc il m’était facile de rester chez moi.

     

    Mon fils Benjamin est venu me trouver et m’a dit : "Papa, tu as écrit d’être prêts pour une connexion divine et tu enseignes aux autres de faire le kilomètre en plus quand ils n’en ont pas envie… Alors tu dois venir avec nous !"

     

    Mon autre fils, Clément, est également venu avec le même message ! Ma femme aussi !

     

    Ils avaient raison… Je me suis donc levé et après la douche, j’ai cherché des chaussures dans le placard.

     

    Le secret, c’est de faire pour Jésus
    ce que vous n’avez justement pas envie de faire. En avant !

     

    J’ai trouvé une paire qui me convenait mais elle était pleine d’une vingtaine de cartes de visite. Je sais, c’est un endroit étrange pour des cartes de visite ! Mais rassurez-vous, je les avais placées là pour les protéger en rentrant d’un voyage aux USA.

     

    Une carte tomba de la pile et attira mon attention. Je découvrais le nom de la société : "2 miles". Je me souvins tout à coup que le patron, un Japonais que j’avais rencontré en Californie, m’avait expliqué qu’il a appelé sa société 2 miles, car si on fait un mile et qu’on fait le mile en plus (ou le kilomètre en plus) ça fait donc 2 miles. Et lui, en tant que comptable, il souhaitait accompagner ses clients en faisant davantage que ce qu’ils attendaient… d’où ce nom de "2 miles".

     

    Après m’avoir parlé par mes fils et ma femme, voilà que Dieu me parlait une quatrième fois par une carte de visite d’un Japonais vivant aux USA ! C’est fort, non ?

    Vous voulez voir à quoi ressemble cette carte de visite ? Alors cliquez
    ici.

     

    Arrivé à l’église, j’ai retrouvé un vieil ami qui me dit : "Éric, j’aimerais que tu rencontres David Luiz, le joueur de foot du PSG qui s’est récemment fait baptiser. Et voilà qu’après le culte, j’ai pu le rencontrer et nous avons très bien connecté, grâce à la présence d’une sœur brésilienne qui était justement présente et qui aime beaucoup le Top Chrétien.

     

    J’avais en projet d’interviewer un jour David Luiz, ayant vu qu’il s’était fait baptiser au mois de mai (Lisez cet excellent article sur InfoChrétienne.com.), mais je n’avais absolument pas son contact. Toujours aussi fort, le Seigneur !

     

    Je n’ai pas regretté de faire le kilomètre en plus, ni même le double kilomètre en plus. Et je suis sûr que, de cette rencontre, de belles choses sortiront pour le Royaume de Dieu. Vous serez les premiers au courant...

     

    Alors, prêt(e) pour parcourir le kilomètre en plus ? Et si vous vivez aux USA, prêt(e) pour le mile en plus ? Le secret, c’est de faire pour Jésus ce que vous n’avez justement pas envie de faire. En avant !

     

    Un engagement pour aujourd’hui :
    Seigneur Jésus, je reconnais que parfois je manque de force et de courage. Je veux alors me souvenir que tu es avec moi pour faire ce kilomètre supplémentaire pour faire avancer ton Royaume. À toi soit toute la gloire, amen.

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La règle des cinq minutes

     

     

     

    La règle des cinq minutes

     

     

     

     

    Lecture proposée : Psaume 102.1-18 

     

    Il est attentif à la prière du misérable. Il ne dédaigne pas sa prière. Psaume 102.18

     

    J’ai lu quelque chose au sujet de la règle de cinq minutes qu’une mère imposait à ses enfants. Chaque jour, ils devaient être prêts à partir pour l’école et se réunir cinq minutes avant de quitter la maison.

     

    Ils se rassemblaient autour de leur mère, et elle priait pour chacun d’eux individuellement en demandant au Seigneur de bénir leur journée. Puis elle les embrassait et les envoyait à l’école. Elle incluait même dans son cercle de prière les enfants du quartier qui s’arrêtaient chez elle. De nombreuses années plus tard, une de ces enfants a dit en être venue ainsi à comprendre toute l’influence qu’exerce la prière sur sa journée.

     

    L’auteur du Psaume 102 connaissait l’importance de la prière. Ce psaume est désigné comme ceci «Prière d’un malheureux, lorsqu’il est abattu et qu’il répand sa plainte devant l’Éternel.» Puis l’auteur s’écrie «Éternel, écoute ma prière, et que mon cri parvienne jusqu’à toi !»
    (v. 1-2), avant d’ajouter plus loin «Car il regarde du lieu élevé de sa sainteté, du haut des cieux l’Éternel regarde sur la terre» (v. 20).

     

    Dieu se soucie de vous et désire que vous communiquiez avec lui. Que vous observiez la règle des cinq minutes en lui demandant de bénir votre journée ou que vous ressentiez le besoin de passer plus de temps à lui rappeler votre grande détresse, parlez à Dieu chaque jour. Il se pourrait que votre exemple influence énormément votre famille ou un intime.

     

     

     

    La prière est la reconnaissance de notre besoin de Dieu.

     

     

     

     

     

    Anne Cetas
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

    La règle des cinq minutes

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment développer vos dons

     

     

     

    Comment développer vos dons

     

     

     

    « Mais tout cela, c'est l'unique et même Esprit qui le met en œuvre, accordant à chacun des dons personnels divers, comme il veut. » 1 Corinthiens 12.11

     

    Les gens me demandent constamment comment ils peuvent découvrir et développer les dons que Dieu leur a donnés.

     

    Voici quelques astuces que j’ai découvertes :

     

    1. Concentrez-vous sur les forces que Dieu vous a données. Cela va vous aider à entrer dans l’appel que Dieu a placé sur votre vie.

     

    2. Exercez votre don. Trouvez quelque chose que vous aimez faire et que vous faites bien, et faites-le encore et encore. Savez-vous ce qu’il va alors se passer ? L’image que vous avez de vous même va s’améliorer de jour en jour, parce que vous ne serez plus constamment en train d’échouer.

     

    3. Ayez le courage d’être différent. Le mécontentement vient lorsque vous essayez de ressembler aux autres au lieu d’accueillir la personne unique que vous êtes.

     

    4. Apprenez à gérer la critique. Ayez suffisamment d’assurance en qui vous êtes en Christ pour pouvoir écouter les autres et être prêt à changer, sans pour autant vous sentir forcé de partager leur point de vue ou de devoir acquérir leur approbation. Dieu a placé quelque chose de grand en vous. Je prie qu’aujourd’hui soit le début d’une grande aventure alors que vous utilisez les dons qu’Il vous a donnés.

     

    Ma prière pour aujourd’hui :
    Seigneur, je veux cultiver et développer les dons que Tu m’as donnés. Donne-moi le courage de Te suivre et de développer les dons et les capacités que Tu as mis en moi.

     

     

     

     

     

     

     

    Joyce Meyer

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dieu est avec nous

     

     

     

    Dieu est avec nous

     

     

     

    Et David répondit au Philistin: Tu viens contre moi avec l’épée, la lance et le javelot; mais moi, je viens contre toi au nom de l’Éternel des armées, du Dieu des armées d’Israël, que tu as insultées. 1 Samuel 17.45 

     

    Le monde peut bien, par ses épouvantails, nous remplir d’effroi et d’angoisses. Pour nous intimider, il peut bien déployer devant nous son armée de géants. Certes, face à eux, nous sommes comme des sauterelles. Toutefois, qu’il nous souvienne que Celui qui vit en nous est plus grand que celui qui est dans le monde. Oui, si Dieu est avec nous, qui sera contre nous? Si nous sommes en Jésus-Christ, qu’avons-nous à craindre?

     

    Certes, ce n’est pas en nous que réside le fondement de notre assurance. Si tel était le cas, c’est certain, nous succomberions avant longtemps. Non, notre attente est en l’Éternel! C’est Lui qui est le Dieu Sauveur et le Rocher de notre salut! C’est pourquoi, avec la même confiance que fut celle de David lorsqu’il affronta Goliath, allons au combat! Revêtus de cette assurance, livrons bataille comme si nous voyions Celui qui est invisible. C’est vrai, nos armes de guerre ne sont pas charnelles. Néanmoins, n’en soyons pas surpris! Celles dont nous disposons sont puissantes par la vertu de Dieu! Par elles, nous renversons les forteresses, pour détruire les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et pour amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ!

     

    Soyons-en toujours convaincus, nous ne sommes pas seuls au combat. Rappelons-nous du prophète Élisée, il a prié pour son serviteur épouvanté afin que Dieu lui ouvre les yeux sur la réalité du monde spirituel. Il a vu l’armée du Seigneur, tous les chars de feu qui les environnaient et comment les assaillants ont été combattus! Ce témoignage ne nous fortifie-t-il pas? N’ayons aucune crainte et marchons courageusement à la suite du Seigneur Jésus. C’est une certitude, Il a vaincu le monde! Aucun ennemi, si redoutable qu’il soit, ne pourra nous atteindre si nous demeurons sous Sa bannière!

     

     

    (Source : unmessagedamour.fr)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La présence du Seigneur est notre repos et notre paix

     

     

     

     

    La présence du Seigneur est notre repos et notre paix

     

     


    Et Pierre, répondant, lui dit: Seigneur! si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux. Jésus lui dit: Viens. Et Pierre, étant descendu de la barque, marcha sur les eaux pour aller à Jésus.
    Matthieu 14.28-29

     

    Ne sommes-nous pas tous confrontés aux tempêtes de la vie? Certainement, personne n’est épargné. Seulement, quelle est notre attitude face aux déconvenues de la vie? Quand notre barque est malmenée par les flots impétueux qui se jettent sur elles, ne perdons-nous pas tout bon sens bien souvent? Lorsque tout parait s’effondrer sous nos pieds, ne sommes-nous pas tentés de nous écrier ainsi: « Maître, ne te soucies-tu point de ce que nous périssons? » Lorsque les doutes et les angoisses nous dominent, le Seigneur ne pourrait-Il pas aussi nous adresser cette parole: « Où est votre foi? » Oui, certainement!

     

    D’où vient que nos cœurs chancellent? Peut-être est-ce parce que nous avons oubliés, l’espace d’un instant, que nous ne sommes pas seuls dans la barque. Jésus est avec nous! Il est vrai, sans Lui, nous ferions évidemment naufrage avant longtemps. Mais, s’Il est avec nous, qu’avons-nous à craindre? Ne nous souvient-il pas que le Seigneur a puissance sur tous les éléments? Certes, nous sommes faibles et sans défense. Certes, nous ne sommes qu’un grain de sable au milieu de la mer. Seulement, est-ce sur nos forces que nous devons compter pour faire face à l’adversité? Non, sur celles du Seigneur! Lui est plein de forces et peut nous mettre au large. Si Sa main nous porte, nous traverserons victorieusement les difficultés! La mer, si agitée soit-elle, ne pourra pourtant pas faire chavirer notre barque! Quelle grande consolation, n’est-ce pas? C’est une certitude, la présence du Seigneur est notre repos et notre paix.

     

    C’est pourquoi, lorsque les flots viendront à nouveau menacer notre embarcation, ne paniquons pas! Par la grâce de Dieu, ayons le réflexe de regarder vers le Seigneur! Par la grâce de Dieu, rappelons-nous que le Seigneur est là! Quelles que soient les circonstances, confions-nous en Celui qui parle avec autorité au vent et à la tempête: Jésus-Christ!

     

     

    (Source : unmessagedamour.fr)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dieu vous pardonnera

     

     

    Dieu vous pardonnera

     

     

     

     

    « Le pardon se trouve auprès de toi » Ps 130.4 

     

    Le Psalmiste a écrit : « Des profondeurs de l’abîme je t’invoque, Éternel ! Seigneur, écoute ma voix ! […] Si tu gardais le souvenir des fautes, […] qui pourrait subsister ? Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu’on te craigne » (v.1–4). Le pardon de Dieu n’a cependant aucune valeur si vous ne le recevez pas par la foi puis vous pardonnez à vousmême !

     

    Vous dites : « Qu’en estil de mon passé ? » À l’instant où Dieu vous pardonne, vous n’avez plus de passé mais seulement un avenir. Malgré tout il vous reste trois étapes à franchir.

    1) Réaliser que tout le monde fait des erreurs. Samson s’est égaré en compagnie de la mauvaise femme (voir Jug 16). Jonas s’est trompé en voulant échapper à la mission que Dieu lui avait confiée (voir
    Jon 1.3). Pierre a commis l’erreur de renier Jésus (voir Mt 26.34). Pourtant, Dieu leur a pardonné et les a utilisés pour sa gloire.

    2) Faire taire vos sentiments. Les regrets : « Si seulement… » La frustration : « J’ai pourtant fait de mon mieux. » L’apitoiement sur soi
    même : « De toute façon personne ne m’aime. » Le blocage : « J’ai été trop loin, je ne m’en sortirai jamais. » Vos émotions vous mentent, ne les croyez pas !

    3) Vous relever après une chute. Salomon écrit : « Car à sept reprises le juste peut tomber et il se relève » (
    Pr 24.16). Notez que les justes comme les injustes tombent de la même façon. Alors, soyez comme la dame qui a dit : « Je ne suis jamais en bas. Soit je suis debout, soit je suis en train de me lever ! » Et vous, êtesvous prêt(e) à vous relever ? Si c’est le cas, Dieu fera son œuvre en vous.

     

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce n'est que le commencement

     

     

     

    Ce n'est que le commencement

     

     

     

    "Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ." Philippiens 1.6 

     

    Dieu a commencé une œuvre dans votre vie. Vous êtes unique. Vous êtes une personne précieuse. Il a commencé quelque chose en vous. C’est un commencement ! J’en suis persuadé, tout comme l’apôtre Paul l’était.

     

    "Je suis persuadé", cela signifie que j’ai foi en celui qui accomplit toute chose en son temps. Dieu réalise toujours ce qu’il a prévu, car "il n’est pas homme pour mentir,
    ni humain pour se repentir. A-t-il jamais parlé sans qu’il tienne parole ? Et n’accomplit-il pas ce qu’il a déclaré ?"  (
    Nombres 23.19)

     

    Je crois de tout cœur que cette œuvre qu’il a commencée en vous est bonne et même très bonne !

     

    • Quand Dieu a créé le monde, il vit que cela était bon. (Genèse 1.31)
    • Quand il a fait de vous une nouvelle création, il a vu que cela était bon et même très bon.

     

    Dieu réalise toujours ce qu’il a prévu

     

    Il rendra son œuvre parfaite pour le jour de Christ. Ne vous en faites pas si vous n’êtes pas encore parfait(e). Ne culpabilisez pas si votre ancienne nature ressurgit parfois. Rassurez-vous, moi aussi je suis loin d'être parfait. J’ai beaucoup de défauts. Demandez à ma femme, mes enfants, mes collaborateurs…!

     

    J’ai même une liste de toutes mes faiblesses et si je vous la montrais, vous ne voudriez peut-être plus me lire. Mais le Saint-Esprit travaille dans ma vie jour après jour pour me faire ressembler à Jésus. Et il travaillera dans la vôtre aussi si vous le lui permettez.

     

    Ce que Dieu a commencé de faire dans ma vie et dans la vôtre n’est pas terminé ! Quand nous serons au ciel, au jour de Christ, alors nous serons parfaits ! "Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés."  (Hébreux 10.14)

     

    Un encouragement pour aujourd’hui :
    Ne baissez pas les bras : Dieu vous transforme de jour en jour, et il est lent à la colère, riche en bonté. Sa patience envers vous, tout comme son amour, est illimitée.

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Des sentiers non éclairés

     

     

     

    Des sentiers non éclairés

     

     

     

    Lecture proposée : Josué 1.1-9 

     

     (Car), l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras. Josué 1.9

     

    En rentrant de vacances, ma famille et moi avons dû emprunter une route traversant des contrées isolées du centre de l’Oregon. Après le crépuscule, nous avons parcouru de profonds canyons et des plateaux désertiques pendant près de deux heures. Pas même une vingtaine de paires de phares n’ont ponctué l’obscurité. Puis la Lune s’est levée à l’horizon, devenant visible lorsque nous atteignions les sommets des collines et disparaissant lorsque nous redescendions dans les basses terres. Ma fille a alors dit de sa lumière qu’il s’agissait d’un rappel de la présence de Dieu. Je lui ai demandé si elle avait besoin de le voir pour savoir qu’il était là. Ce à quoi elle m’a répondu: «Non, mais ça aide, c’est sûr.»

     

    Après la mort de Moïse, Josué a hérité du rôle de chef des Israélites et de la responsabilité de faire entrer le peuple élu de Dieu en Terre promise. Malgré son mandat divin, Josué a dû trembler devant l’étendue de sa tâche. Dans sa grâce, Dieu lui a assuré qu’il serait avec lui tout au long (Jos 1.9).

    Le chemin de la vie nous fait souvent traverser des territoires inconnus, à savoir des périodes où la route devant nous se distingue mal. Les desseins de Dieu ne nous sont pas toujours évidents, mais il nous a promis d’être avec nous «tous les jours, jusqu’à la fin du monde»

    (Mt 28.20). Quelle plus grande assurance pourrions-nous espérer, peu importe l’incertitude ou le défi que nous affrontons ? Même sur un chemin non éclairé, la Lumière du monde est avec nous.

     

      

    Dieu est avec nous même lorsque nous ne le voyons pas.

     

     

    Kristen Holmberg
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    Des sentiers non éclairés

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Laissez Dieu agir

     

     

    Laissez Dieu agir

     

     

     

    “Le Seigneur lui demanda : que tiens-tu à la main ? — Un bâton. — Jette-le à terre !” Ex 4. 2-3

     

    Comprenez-le bien : Dieu n’a pas besoin de vous. S’Il décide de se servir de vous d’une manière ou d’une autre, ce qu’Il accomplira à travers vous ne le sera pas grâce à vous, mais malgré vous ! Le Ciel ne fera pas faillite si vous ne Lui donnez pas la dîme de vos revenus. Le Créateur peut très bien accomplir Ses desseins sans votre aide. Si vous gaspillez vos talents en travaux futiles, le royaume de Dieu ne s’écroulera pas.

     

    Néanmoins, pour des raisons qui nous dépassent, Dieu le Créateur Tout-Puissant a choisi de nous associer à Ses plans et de nous confier un rôle dans le déroulement de ceux-ci. Mais avant d’entrer dans Son jeu, nous devons “jeter à terre notre bâton”.

     

    Que signifie cet ordre divin à Moïse? Que le futur prophète devait laisser agir Dieu comme bon Lui semblait. Il devait d’abord jeter à terre ses prétentions de “sauveur” du peuple d’Israë. Sa première tentative s’était soldée par un échec cuisant l’ayant forcé à l’exil pendant 40 ans !

     

    Joel Schmidgall a dit : “Soit vous laissez la place à votre foi, soit vous gardez le contrôle de votre vie, mais l’un n’est pas compatible avec l’autre !”

     

    Son bâton de berger représentait l’identité de Moïse, et sa sécurité. Dieu lui demandait de l’abandonner et de Lui faire confiance.

     

    Quel est votre “bâton”, cette sécurité que vous ne voulez pas abandonner ? Si vous refusez de le jeter par terre, ce “bâton” demeurera seulement un bâton inutile entre vos mains. Mais si vous le jetez à Ses pieds, il deviendra une arme redoutable entre les mains divines, non pas parce que vous avez eu le courage de le jeter, mais parce que la puissance divine l’a transformé. A vous de choisir !

     

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique