•  

    Avoir confiance ou avoir peur

     

     

    Avoir confiance ou avoir peur ?
     

     

     

    “Le juste a le courage du jeune lion !” Pr 28.1 

    Nous sommes tous, un jour ou l’autre, obligés de choisir entre la confiance ou la peur. Tout dans la vie est affaire de choix : si vous souffrez aujourd’hui de relations familiales qui vous oppriment, vous devez choisir entre rechercher de l’aide pour vous en sortir ou demeurer prisonnier. Si vous vous sentez aujourd’hui encouragé à prendre des décisions que vous regretterez plus tard, vous pouvez, soit vous fondre dans la foule, soit vous en détacher pour faire cavalier seul. Le choix vous appartient !

     

    Dieu affirme que le juste jouira du courage d’un jeune lion. Même si vous ne vous sentez pas aussi brave et sûr de vous, souvenez-vous que le courage n’est pas l’absence de peur, mais sa conquête.

     

    David a dit : “Espère en Dieu et Il affermira ton coeur…” (Ps 27. 4). Plus vous apprendrez à Lui faire confiance, plus Il affermira le courage dont vous aurez besoin pour aller de l’avant.

     

    On pourrait qualifier les gens qui prétendent ignorer la peur, “de gros blagueurs”, si l’on ne savait pas qu’ignorer la peur est une impossibilité biologique ! Tant que vous vous développerez, vous connaîtrez la peur. Ce n’est pas ce que vous vouliez entendre, certes ! Vous auriez préféré découvrir une formule miracle pour faire disparaître sur-le-champ toutes vos craintes présentes et futures. Ne vous faites pas d’illusion: chaque fois que vous prendrez un risque, ou sortirez de votre cocon, vous ferez l’expérience de la peur. Ce qui est normal : vous avez peur, donc vous êtes en vie !

     

    Lorsque la peur vous tient au ventre, le pire est de ne rien faire ! Attendre qu’un événement survienne pour vous en délivrer ne fera que vous paralyser un peu plus longtemps.

     

    Aujourd’hui, Dieu vous demande d’agir, car le premier pas que vous ferez par la foi vous délivrera de l’emprise factice de la peur sur votre âme.

     

    En vérité, la peur peut s’avérer très bénéfique si elle vous pousse à faire davantage confiance à Dieu et à effectuer les changements nécessaires dans votre vie pour aller de l’avant et comprendre mieux Sa volonté.

     

    Sa parole pour vous aujourd’hui est : surmontez votre peur et faites preuve du courage d’un jeune lion !

     

     

     

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Araignées et présence de Dieu

     

     

    Araignées et présence de Dieu

     

     

     

     

    Lecture proposée : Éphésiens 3.14-19

     

    [Afin] qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. (V. 16) 

     

    Les araignées. Je ne connais aucun enfant qui les aime. Du moins pas dans leur chambre… à l’heure du coucher. Or, en s’apprêtant à se glisser entre les draps, ma fille en a vu une dangereusement près du lit. « Papaaa ! Araignéeee ! » a‑t‑elle hurlé. Malgré ma détermination, je ne suis pas parvenu à trouver l’intruse à huit pattes. « Elle ne te fera aucun mal », ai‑je rassuré ma fille. Elle n’en était toutefois pas convaincue. Ce n’est que lorsque je lui ai dit que je resterais à côté de son lit superposé, à y monter la garde, qu’elle a accepté de se glisser entre les draps.

     

    Tandis que ma fille s’y installait pour dormir, je lui ai tenu la main en lui précisant : « Je t’aime tant. Je suis là. Mais tu sais quoi ? Dieu t’aime encore plus que papa et maman ne t’aiment. Et il est très proche. Tu peux toujours le prier quand tu as peur. » Cela a semblé la réconforter, si bien qu’elle s’est endormie rapidement.

     

    Seigneur, merci de toujours te tenir près de nous
    et que l’on puisse faire appel à ton aide n’importe quand

     

    La Bible nous rassure souvent quant au fait que Dieu est toujours près de nous (PS 145.18 ; RO 8.38,39 ; JA 4.7,8), mais il nous arrive parfois d’avoir du mal à y croire. Cela explique d’ailleurs peut‑être que Paul ait prié que les croyants d’Éphèse aient la force et la puissance nécessaires pour saisir cette vérité (ÉP 3.16). Il savait que, dans la crainte, nous risquons d’oublier que Dieu est là, tout près. Par contre, comme j’ai tenu avec amour la main de ma fille sur le point de s’endormir, de même notre Père céleste et bienveillant ne reste jamais plus loin de nous que d’une prière.

     

    Dieu est toujours près de nous, en dépit de nos craintes.

     

     

    Adam Holz
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Exercez-vous à croire Dieu

     

     

    Exercez-vous à croire Dieu

     

     

     

     

    “La foi, c'est l'assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas.” He 11.1

    Exercez votre foi dans les petites choses, et quand surviendra la grande épreuve de votre foi, celle-ci sera assez forte pour demeurer inébranlable.

    Avez-vous l’impression de prier sans voir aucun résultat ? Le véritable test de votre foi est de croire les promesses de Dieu et de rester ferme sur vos convictions, malgré l’absence d’évidence. Ecoutez : “Quiconque en est encore au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice, car il est un enfant” (He 5. 13).

    Quelle expérience avez-vous de Sa parole ? Y avez-vous trouvé les promesses divines qui vous concerne dans les circonstances où vous vous trouvez aujourd’hui ? Quand vous priez, si vous ne ressentez rien, pensez-vous que vos prières ne vont pas aboutir ? Et si les symptômes persistent, croyez-vous que Dieu ne veut pas vous guérir ?

    Quels que soient vos doutes, ne les exprimez jamais à haute voix! Vous indiqueriez à Satan qu’il est train de gagner. N’oubliez pas qu’il n’est pas omniscient, comme Dieu: il entend vos paroles, mais il ne peut pas lire vos pensées et découvrir vos doutes. Il ne peut qu’imaginer ce que vous ressentez. N’entrez donc pas dans son jeu.

    Pendant 20 ans Abraham répéta ce que Dieu lui avait promis. A 90 ans, la raison se moquait de lui, ses amis et même sa femme riaient en cachette, mais lui continuait de faire confiance en Dieu, lui “qui appellent les choses qui ne sont point comme si elles étaient” (Rm 4.16).

    Quand Jésus toucha l’aveugle et lui demanda s’il voyait quelque chose, celui-ci répondit: “Je vois des hommes, mais comme des arbres qui marchent” (Mc 8.24). Est-ce que l’homme s’en alla, content de cette situation ? Est-ce que Jésus abandonna Ses efforts ? Non, Il lui imposa à nouveau les mains et la vue de l’aveugle devint parfaite.

    La leçon pour vous aujourd’hui: ne vous découragez pas. Retournez à la source. Priez et croyez Ses promesses. La foi n’est pas une émotion, c’est une manière de penser et une manière de marcher !

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gardez l'espoir

     

     

    Gardez l'espoir

     

     

     

    “Je connais les plans que J’ai formés pour vous...” Jérémie 29.11 

    Ce verset est une promesse extraordinaire de la part de Dieu, placée au milieu d’un chapitre au demeurant peu encourageant. Si les circonstances actuelles de votre vie ne vous paraissent pas trop réjouissantes, ce verset s’adresse à vous !

    Les enfants d’Israël vivaient désormais à Babylone en qualité d’esclaves, à cause de leurs années de rébellion contre Dieu. Le pays de leur captivité était un haut lieu du paganisme, pas l’endroit idéal pour un peuple mis à part par Dieu. C’était un pays corrompu, un désert moral et spirituel. Qui plus est, les prêtres et les prophètes issus des enfants d’Israël ne cessaient de les entraîner toujours plus loin de Dieu. Aussi Celui-ci leur avait Il dit: “Ne vous laissez pas tromper par tous ces soi-disant prophètes et devins qui s’imaginent tout savoir et ne font que vous mentir et que Je ne vous ai pas envoyés...” (Jérémie 29.8-9 TP).

    Et pourtant, d’une situation désespérée naît un rayon d’espoir, Dieu leur dit: “J’ai encore un plan prévu pour vous. Tant que je n’ai pas fermé la porte, rien n’est perdu. Je transformerai un jour les circonstances dans lesquelles vous vivez et vous connaîtrez de meilleurs jours...” (Paraphrase).

    Vous vous demandez : “Mais comment puis-je être sûr que Dieu a encore un plan pour le reste de ma vie ?” Rien de plus simple ! Vous êtes encore en vie ! Il a établi un plan pour la vie de chaque être humain qu’Il a créé et ce plan n’est jamais périmé ! Contrairement à la bouteille de lait du supermarché sur laquelle est imprimée une date de péremption, les plans de Dieu n’en comportent aucune ! Même si vous avez refusé pendant des années de suivre Son plan, Il peut le réactiver dès la minute où vous décidez de confier votre vie entre Ses mains et d’obéir à Sa volonté. Son plan sera bien sûr quelque peu différent de celui que vous auriez suivi si vous Lui aviez obéi vingt ans plus tôt, mais cela n’est pas un obstacle majeur pour Dieu ! Il est capable d’adapter Son plan à toutes les circonstances de la vie de chaque être humain, y compris la vôtre ! Voilà pourquoi vous devez toujours garder l’espoir !

     

     

    Bob Gass

     

     

    Gardez l'espoir

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gérer la culpabilité

     

     

     

    Gérer la culpabilité

     

     

      

    PSAUME 32.1‑7

    Nous éprouvons de la culpabilité lorsque nous nous sentons responsables d’avoir mal agi. Cette conviction peut être l’œuvre du Saint‑Esprit qui veut nous détourner du péché et nous amener au Père, mais la culpabilité n’est pas toujours générée par le péché.

    La fausse culpabilité peut apparaître pour diverses raisons : déception quant à nos propres réalisations, honte ressentie en raison d’un événement passé ou critique de gens de qui nous n’avons pas répondu aux attentes. La fausse culpabilité est une arme puissante dans les mains de l’ennemi qui s’en sert pour éloigner nos pensées de Dieu.

    Qu’elle soit authentique ou fausse, la culpabilité accapare notre esprit, absorbe notre énergie et nous remplit d’insécurité. Quand nous lui permettons de s’installer en nous, nous commençons à douter de la bonté et de l’amour de Dieu pour nous. La dépression et le désespoir peuvent s’ensuivre. Pour la gérer et se débarrasser des pensées qui les condamnent, certaines personnes développent des dépendances : elles mangent à l’excès, regardent trop la télé ou encore passent trop de temps sur Internet, à magasiner ou à faire de l’exercice.

    Il importe de régler rapidement la question de la culpabilité. Il faut admettre la présence de cette émotion au Seigneur et en déterminer la source. Si nous avons désobéi à Dieu, demandons‑lui‑en pardon et prenons des mesures pour changer. S’il s’agit toutefois de fausse culpabilité, confessons‑la à Dieu et demandons‑lui d’aligner nos pensées sur les siennes. Dans les deux cas, louons‑le pour son pardon et sa libération.

     

     

    (Source : encontact.org)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il a toujours un temps d'avance

     

     

     

    Il a toujours un temps d'avance

     

     

     

    "Il te couvre de ses ailes, et tu te réfugies près de lui, comme un poussin sous les ailes de sa mère. Oui, sa fidélité te protège comme un bouclier." Psaumes 91.4 

     

    Lorsque le mari de Wilda Lahmann se réveille dans la nuit en suffoquant et en se frappant la poitrine, il est trop tard pour attendre une ambulance. Elle l’installe dans la voiture et il s’affale contre la porte. Elle raconte...

     

    « Vingt-cinq kilomètres pour l’hôpital, on n’y arrivera jamais. De grâce, aide-nous, Seigneur ! J’aperçois quelque chose au loin sur la route. Je n’en crois pas mes yeux. C’est une ambulance équipée d’un poste de secours. Est-ce qu’elle nous attend ? Qui pouvait savoir pour l’appeler ? Je freine brutalement et me précipite en criant à l’aide. Ils prennent de suite Randy en charge et foncent à l’hôpital.

     

    Oui, Dieu travaille sans relâche et "rachète ta vie du gouffre"

     

    Les trois jours qui suivent sont critiques. Je ne quitte jamais son chevet, et prie pour qu’il s’en sorte. À son réveil, il demande : “Qu’est-il arrivé ?” “Tu as fait une crise cardiaque. Une minute de plus et tu pouvais y rester.” “Tu as appelé les secours ?” “Non, ils intervenaient pour un accident à un carrefour. Je suis passée à leur hauteur alors même qu’ils s’assuraient d’être au bon endroit.”

     

    Vingt-cinq kilomètres sur une route déserte en pleine nuit, Randy n’aurait pas survécu si les secours n’avaient pas été là. Je dirais qu’ils étaient au parfait endroit. »

     

    Souvent, l’urgence ne nous laisse pas le temps d’appeler le pasteur ou le partenaire de prière. Il est alors bon de savoir que Dieu a dit : "Avant qu'ils m'invoquent, moi je répondrai ; ils parleront encore, que moi j'exaucerai".

     

    Un encouragement pour aujourd'hui :
    Oui, Dieu travaille sans relâche et "rachète ta vie du gouffre" (Psaumes 103.4), longtemps avant que tu ne t’y trouves plongé !

     

     

    Bob Gass

     

     

    Il a toujours un temps d'avance

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tuez vos géants

     

     

     

    Tuez vos géants

     

     

     

    Avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le mit à mort, sans avoir d'épée à la main.” 1 S 17. 50 

    Au cours de votre vie, vous rencontrerez beaucoup de “géants”, comme la peur, l’amertume, la jalousie, la convoitise, la dépression, le deuil, la souffrance et d’autres encore. Les dominer n’est jamais chose facile. David, avant le jour où il affronta Goliath, avait déjà appris à dominer un autre “géant”: la peur. Face au Philistin, il comprit très vite que celui-ci jouait sur les nerfs des soldats israéliens depuis 40 jours (v. 16). Ce n’était pas tant la valeur militaire du géant qui terrorisaient les soldats de Saül, c’était la peur panique qu’il leur instillait dès qu’ils le voyaient et surtout l’entendaient blasphémer Dieu. Manquant de confiance en Dieu ils n’écoutaient que leur peur et se terraient loin du géant. David par contre était habitué à gérer la peur et l’avait dominée plusieurs fois (v; 34-37). Aussi se déclara-t-il prêt à combattre Goliath, persuadé que sa confiance en Dieu le rendrait victorieux. La peur que le géant engendrait n’avait pas de prise sur David. Il en va de même pour chacun d’entre nous : avant de combattre tout géant, nous devons avoir une confiance absolue en Dieu.

    Remarquez deux détails concernant le comportement de David :

    1- vous ne pouvez lutter contre votre géant en utilisant la même stratégie que lui. David ne portait même pas d’épée en se lançant à l’assaut de cette “forteresse” ambulante. Une fronde et quelques cailloux lui suffirent. Son armure était sa foi et ses armes, des instruments dérisoires qui entre les mains de Dieu allaient s’avérer redoutables.

    2- vous ne pourrez conquérir vos géants sans expérience et sans discipline. Il est trop tard pour vous préparer le jour où vous vous trouvez nez à nez avec votre géant. David avait été à l’école de Dieu, loin des regards des autres, attentif à apprendre à mieux Le connaître. L’expérience, vous l’acquerrez dans la présence de Dieu et la discipline en vous approchant de Lui avec régularité et confiance. Pensez-y !

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Me coulant entre les doigts

     

     

     

    Me coulant entre les doigts

     

     

     

     

    Lecture proposée : Ésaïe 40.9‑17

     

    Qui a mesuré les eaux dans le creux de sa main […] ? V. 12

     

    Après avoir renversé mon verre par maladresse sur un comptoir de restaurant, son contenu s’est mis à couler en cascade par terre. Très gênée, j’ai tenté de recueillir le liquide dans mes mains mises en coupe, mais presque en vain. La majeure partie du contenu de mon verre m’a coulé entre les doigts. Pour finir, je n’ai conservé que l’équivalent d’une cuillère à soupe dans chaque paume, alors que j’avais les deux pieds dans une flaque d’eau.

     

    Or, ma vie semble souvent ressembler à cette scène. Je m’efforce de résoudre des problèmes, de faire abstraction de détails et de maîtriser la situation. Peu importe le coeur que j’y mets, mes faibles mains sont incapables de gérer tous ses éléments. Des choses ne manquent jamais de me filer entre les doigts pour s’amasser à mes pieds, me laissant avec le sentiment d’être dépassée. J’ai beau me tordre les mains ou resserrer les doigts, je ne parviens jamais à tout gérer.

     

    Dieu le peut toutefois. Ésaïe nous dit que le Seigneur peut mesurer les eaux de la terre – océans, rivières, fleuves et pluies – dans le creux de sa main (40.12). Seules ses mains sont assez grandes pour tout contenir. Nul besoin d’essayer donc de retenir plus que l’équivalent d’une cuillère à soupe, puisque c’est ce qu’il a voulu que nos mains parviennent à contenir. Si nous nous sentons dépassés, nous pouvons remettre nos inquiétudes entre ses bonnes mains.

     

    Nous pouvons nous fier à Dieu pour régler ce qui nous dépasse.

     

     

    Kirsten Holmberg

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ici il y a Dieu

     

     

     

     

    Ici il y a Dieu ! 

     

     

     

     

    "Caleb a été animé d’un esprit différent" Nombres 14.24


    Dans la Parole de Dieu, il y a deux manières d'écrire le mot "Esprit", l'une avec un "E" majuscule et l'autre avec un "e" minuscule. Ainsi, sa signification varie : "Esprit ", désigne l'Esprit de Dieu. Alors qu'"esprit" se réfère à l'attitude d'une personne basée sur sa croyance. Josué et Caleb étaient animés d'un autre esprit. Ils étaient valeureux et humbles. Ils croyaient que si Dieu était avec eux alors, personne ne pourrait les arrêter ; non pas parce qu'ils comptaient sur leur propre force, mais parce qu'ils plaçaient totalement leur confiance en Dieu.

     

    N'ayez plus peur, le Seigneur est ici, il marche à vos côtés... 

     


    Réalisez ceci : le Saint-Esprit peut habiter en nous et on peut malgré tout, avoir une mauvaise attitude ; on peut avoir un grand Dieu et avoir une petite mentalité. Caleb avait un état d'esprit et une attitude qui reflétaient sa foi envers son Dieu. Pour lui, toute crise était une occasion de voir Dieu se manifester. Ceux qui saisissent la vie voient des opportunités au cœur du danger. Les aventuriers de la vie ont une foi et une confiance solides en Dieu. Ils savent que Dieu est bien présent dans leur vie.

    Au début du XVIème siècle, l'Amérique venait d'être découverte et par conséquent, la carte du continent devait être réalisée. Un topographe commença à dessiner la carte des Amériques. Il fit dans un premier temps la côte Est. Il n'eut pas l'occasion de se rendre à l'Ouest, car cette région était encore inexplorée. Plutôt que de laisser le travail à un nouveau topographe pour qu'il puisse l'achever, il décida d'écrire toutes sortes de légendes suscitant la peur. Il nota sur sa carte, à hauteur des différents endroits non explorés : "ici il y a des scorpions de feu ", "ici il y a des géants ", "ici il y a des dragons ". De multiples sources d'angoisse étaient étalées sur cette carte. Le temps passa et cette cartographie se retrouva dans un musée de Londres. Ensuite, un explorateur du nom de Franklin trouva cette carte, il désirait découvrir le reste du continent. Les gens autour de lui commencèrent à s'exclamer : "Mais tu n'as pas peur, tu as vu ce qui y est inscrit ?" Alors l'explorateur saisit son crayon et barra les scorpions, les géants et les dragons et traça, en caractère gras et en lettres majuscules : ICI IL Y A DIEU.

    Une prise de position pour aujourd'hui :
    N'ayez plus peur, le Seigneur est ici, il marche à vos côtés, vivez votre vie !

     

     

    Patrice Martorano
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il a toujours un temps d'avance

     

     

     

    Il a toujours un temps d'avance

     

     

     

    "Aucun malheur n'approchera de chez toi" Psaumes 91.10. 

     

    Pour le petit Keith Pulles âgé de 9 ans, l’hivernage de la piscine sonnait le glas de l’été. Il partage ci-dessous :

    "Je regarde d’un air morose par la fenêtre papa verser un pot de poudre chimique dans la piscine. Puis il ouvre un autre pot et verse plus de produit. Je me dis qu’il en faut vraiment une grosse quantité.

     

    une petite voix me dit : “Décroche !”

     

    Tout à coup le téléphone sonne. Je cours vers l’appareil qui affiche "numéro masqué". Papa et maman m’avaient bien mis en garde de ne pas parler aux étrangers, mais ce jour-là, une petite voix me dit : “Décroche !” L’urgence est telle que je soulève le combiné et dis : "Allo."

     

    - "Pourrais-je parler à Steve Pulles, s’il vous plaît ?"

     

    C’est une voix inconnue, probablement un télévendeur, mais quelque chose me pousse à dire :

     

    - "Ne quittez pas, je vais le chercher." Je sors, le combiné à la main, et crie :

     

    - "Papa, téléphone !"

     

    Il vient depuis le fond du jardin en longeant le garage, m’arrache le combiné, et braille :

     

    - "Allo, qui est à l’appareil ?" Deux secondes plus tard, il raccroche et dit : "Y avait personne."

     

    Soudain une énorme explosion retentit venant de l’arrière de la maison.

     

    - "La piscine !" crie papa.

     

    Il se trouve qu’en mélangeant deux produits chimiques incompatibles, il avait provoqué une explosion dégageant des fumées toxiques. Si papa avait été sur place à ce moment-là, il aurait pu mourir.

     

    Appel masqué ? Je ne pense pas. La personne au bout du fil ce jour-là connaissait certainement notre numéro. Le Psalmiste a dit : "Aucun mal ne t'atteindra, aucun malheur n'approchera de chez toi."

    Un encouragement pour aujourd'hui :
    Aujourd’hui, Dieu vous protège, vous et ceux que vous aimez.

     

     

    Bob Gass
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il convient de demander

     

     

     

    Il convient de demander

     

     

     

    Lecture proposée : Psaume 143.4-11

     

    Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher ! V. 8 

     

    J’ai toujours envié le sens de l’orientation de mon père. Il sait d’instinct où se trouvent le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest. On dirait que c’est un sens inné qui ne lui fait jamais défaut.

     

    Un soir que ma mère et lui assistaient à un événement se tenant dans une ville qu’ils ne connaissaient pas et qu’ils ont quittée une fois la nuit tombée, il s’est toutefois perdu. Convaincu de savoir comment retourner prendre l’autoroute, il s’est égaré, puis il s’est senti confus et la frustration a fini par le gagner. Ma mère l’a alors rassuré ainsi : « Je sais que c’est difficile, mais consulte ton portable pour retrouver ton chemin. Ça va aller. »

     

    Il convient de demander des directives à Dieu

     

    Pour la première fois de sa vie, à ce que je sache, mon père de soixante-seize ans a demandé son chemin… à son téléphone.

     

    Le psalmiste avait un riche vécu. Reste que les Psaumes nous révèlent que David semble s’être parfois senti spirituellement et émotionnellement perdu. Le Psaume 143 en est un exemple. Ce grand roi avait le cœur troublé (V. 4). Il était dans la détresse (V. 11). Il s’est donc arrêté pour prier ainsi : « Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher ! (V. 8.) Or, bien loin de consulter un téléphone, le psalmiste s’est écrié à l’intention du Seigneur : « Car je me confie en toi » (V. 8).

     

    Si cet « homme selon son [Dieu] cœur » (1 S 13.14) s’est parfois senti perdu, il est certain que nous devrons nous aussi compter sur Dieu pour qu’il nous guide sur le chemin à emprunter.

     

     

     

    Il est toujours préférable de demander son chemin à Dieu.

     

     

    John Blase
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    Il convient de demander

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique