•  

    Quand les choses semblent mal tourner

     

     

     

    Quand les choses semblent mal tourner

     

     

     

    « Ici-même je n'ai rien fait pour être mis au cachot » Ge 40.15

     

    La vie de Joseph était exemplaire. Il avait enrichi son patron, résisté aux avances de sa femme et était resté fidèle à Dieu. Mais qu’a-t-il reçu en récompense ? Une peine de prison sans appel.

    Depuis quand le droit chemin mènetil au précipice ? Depuis que le mal est entré dans le monde. Aussi longtemps que Satan « rôde comme un lion rugissant » (1P 5.8), il fera des ravages parmi le peuple de Dieu. Il va enfermer les prédicateurs comme Paul dans des prisons. Il va exiler des pasteurs comme Jean sur des îles perdues. Il va faire mourir des amis de Jésus comme Lazare. Mais toutes ses manœuvres vont échouer.

    De sa cellule, Paul a écrit les Épîtres. Jean le banni a eu une vision du ciel. Le tombeau de Lazare est devenu le cadre d’un des plus grands miracles du Christ. La prison dans laquelle Joseph a été placé est devenue le marchepied vers le palais où Dieu l’avait destiné à gouverner. Avec le recul, il a pu dire : « Vous aviez formé le projet de me faire du mal, Dieu l’a transformé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui et pour sauver la vie d’un peuple nombreux » (Ge 50.20).

    Alors voyez le dessein de Dieu dans les revers de votre vie, et vous les reconnaîtrez pour des tremplins vers la gloire. « La colère ardente de l’Éternel ne se détournera pas, jusqu’à ce qu’il ait accompli, exécuté les desseins de son cœur » (Jér 30.24). Tout ce qui vous arrive, Dieu va s’en servir pour vous fortifier, vous rapprocher de lui, et accomplir sa volonté dans votre vie.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Archiver

     

     

     

    Archiver

     

     

     

     

    Lecture proposée : Psaume 62, versets 6 à 13.

    Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos. Matthieu 11.28

     

    À force d’accumuler des factures et des papiers officiels, un jour, il faut faire un tri. Immobilisé par une opération, je comprends que c’est le moment !

    La bonne manière de trier est de détruire les documents devenus inutiles, périmés, et de stocker dans un endroit sûr ceux qui peuvent être utiles. Cela fera de la place pour les affaires de la vie courante et la préparation de l’avenir.

    Dans notre mémoire, il en est de même. Nous avons une multitude de souvenirs, des bons et des moins bons. Comment effacer les choses désagréables qui génèrent en nous des sentiments négatifs ?

    Pour beaucoup de personnes, l’important c’est le présent, mais pour ceux qui sont des battants, ce qui compte ce sont les projets, l’avenir. Mais comment traite-t-on les traces du passé dans notre cœur ?

    Jésus nous invite à lui remettre tous nos fardeaux, les choses qui nous perturbent, et à lui confier tous nos échecs et nos déceptions. Cela nous permettra de lever les yeux pour voir la lumière s’installer, pour apprécier la gloire de Dieu et nous nourrir de ses promesses en lisant la Bible. Ces promesses merveilleuses nous permettent d’envisager le présent différemment et l’avenir plus sereinement même si le chemin n’est pas sans encombre.

    Dieu ne nous a jamais promis un chemin facile, mais il a promis de nous accompagner tous les jours.

     

     

    Bernard Doise
    (Source : vivreaujourdhui.com)

     

     

    Archiver

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Mon amie(e) quand vous souffrez, il souffre aussi

     

     

     

    Mon amie(e) quand vous souffrez, il souffre aussi

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Les Évangiles nous racontent que Jésus a grandi "en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes". Et il a développé un autre trait de caractère sur lequel j’aimerais insister aujourd’hui, et qui tient en deux mots :

     

    "Jésus pleura." (Lire Jean 11.35.)

     

    Vous rappelez-vous à quelle occasion Jésus a pleuré, Mon ami(e)...? Jésus a entretenu une belle relation avec Lazare et ses deux sœurs, Marthe et Marie, chez qui il avait pris l’habitude de se retirer, pour se reposer, à Béthanie. J’imagine que ces derniers devaient l’accueillir avec joie, qu’ils partageaient leurs repas ensemble, et que Jésus devait échanger avec eux les secrets de son Père...

     

    Or, un drame éclate. Lazare tombe malade et meurt malheureusement. Jésus, prévenu, arrive trop tard, et tombe sur une Marthe anéantie qui lui reproche de ne pas avoir été là quand elles ont eu besoin de lui. Quant à Marie, elle se jette à ses pieds, et pleure de chagrin. Jésus est touché par la détresse de ses deux amies et… il pleure à son tour. (Lire l’histoire dans Luc 11.1-44.) Je crois qu'il pleure de compassion pour ses amies mais aussi de joie en sachant ce qui va bientôt se produire...

     

    Jésus ne résout pas toujours immédiatement tous vos problèmes. En revanche, Il se tient là, compatissant, à vos côtés pendant que vous traversez des périodes douloureuses :

     

    • quand vous avez mal, il souffre avec vous,
    • quand vous êtes triste, il ressent votre tristesse,
    • quand vous pleurez, il pleure avec vous.

     

    Jésus est sensible, aimant. Il est ému de compassion (compassion, signifiant "souffrir avec" ; "com" = avec et "passio" = souffrir) face à la douleur de ses proches, mais aussi des foules accablées par la maladie, des deux aveugles, de la veuve qui a perdu son fils unique...

     

    Jésus n’a pas changé. Sa compassion est toujours la même. Il n’est pas indifférent aux situations que vous subissez. Ne croyez pas qu’il soit éloigné au point de vous considérer comme une fourmi, alors qu’il siège sur son trône…!

     

    Oui, il est le Dieu tout-puissant, et il est riche en bonté, débordant d’amour à votre égard. N’oubliez pas :

     

    • que sa compassion n’a pas de fin, et qu’il agit pour votre bien,
    • que son regard est sur vous, et il s’attend à ce que vous regardiez à lui,
    • qu’il est concerné par toutes vos situations et veut vous amener à les transformer en bénédictions.

     

    Dieu n’aime pas quand vous souffrez, Mon ami(e). Il est touché par vos larmes et il reste à vos côtés pour vous aider à avancer, tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

     

    Recevez l'amour, la grâce et le réconfort que Jésus donne.

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Courir vers le but

     

     

     

    Courir vers le but

     

     

     

     

    Lecture proposée : Philippiens 3.7-14

    [Je] cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. (V. 14)

    En longeant le mur extérieur de l’immeuble de bureaux où je travaille, je me suis émerveillé de voir une superbe fleur pousser dans un interstice entre les dalles de béton qui couvraient le sol. Malgré sa situation déplorable, cette plante avait trouvé un point d’appui, le moyen de s’enraciner dans la fissure aride et de s’y épanouir. Par la suite, j’ai remarqué qu’un climatiseur installé juste au‑dessus de cette plante laissait tomber des gouttes d’eau sur elle durant toute la journée. Bien que son environnement ait été hostile, cette plante recevait l’aide lui étant nécessaire sous forme d’eau lui provenant d’en haut.

     

    Il est parfois difficile de grandir dans la vie chrétienne, mais lorsque nous persévérons en Christ, les barrières deviennent surmontables. Notre situation de vie peut être défavorable, et le découragement peut nous sembler être un obstacle. Reste que, si nous poursuivons notre relation avec le Seigneur, nous pourrons nous épanouir comme cette plante solitaire. Ce fut le cas de l’apôtre Paul. En dépit des terribles épreuves et défis qu’il a dû affronter (2 CO 11.23‑27), il a refusé de baisser les bras. « [Je] cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus‑Christ […] je cours vers le but, pour remporter le prix » (PH 3.12,14).

     

    Voici le jour que tu as créé, Père.
    Merci de rester près de moi dans tout ce que j’affronterai aujourd’hui.

     

    Paul a réalisé qu’il pouvait tout par le Seigneur qui le fortifiait (4.13). Or, il en va de même pour nous, avec l’aide de celui qui nous en procure la force.

     

    Dieu nous procure la force de persévérer et de grandir.

     

     

     

    Lawrence Darmani
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

     * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tournez-vous vers la parole de Dieu

     

     

     

    Tournez-vous vers la parole de Dieu

     

     

     

    « Je ne profanerai pas mon alliance et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres » Ps 89.35 

     

    Les experts de la santé affirment que chacun connaîtra au moins une forme de dépression au cours de sa vie. Une large part de la population se réveille chaque jour dans un brouillard de pessimisme et « se lève du pied gauche ». C’est peut-être votre cas.

     

    Un célèbre livre pour enfants s’intitule Alexandre et sa journée épouvantablement terrible et affreuse. Ça commence par un chewing-gum dans les cheveux, des contrariétés multiples et des catastrophes qui s’enchaînent au point où le garçon n’a plus qu’une envie : partir au bout du monde.

     

    Hélas le remède n’est pas d’ordre géographique. On ne résout pas le problème, on ne fait que le déplacer. Alors que faire ? Se tourner vers la seule source de puissance, d’espoir et d’encouragement qui ne se trompe jamais : la Bible.

     

    Dieu dit : « Je ne profanerai pas mon alliance et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres ». Si vous vous sentez abattu(e) aujourd’hui, voici quelques versets pour vous : « Il envoya sa parole et les guérit, il les délivra de leurs infections » (Ps 107.20). « Oh ! Si je n’étais pas sûr de contempler la bonté de l’Éternel sur la terre des vivants » (Ps 27.13). « Au jour de ma détresse, je t’invoque, car tu me réponds » (Ps 86.7). « Non, la main de l’Éternel n’est pas devenue trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre » (Esa 59.1). « Je m’avancerai avec des exploits. Seigneur Éternel ! » (Ps 71.16).

     

     

    Bob Gass

     

     

    Tournez-vous vers la parole de Dieu

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment s'occuper de ses blessures

     

     

     

    Comment s'occuper de ses blessures

     

     

     

    ÉPHÉSIENS 4.30‑32

    Ressassez‑vous la peine qu’on vous a infligée ? Hier, quelqu’un vous a peut‑être blessé en paroles ou en actions, et vous ne cessez d’y penser. Ou encore, l’incident s’est produit il y a longtemps, mais il vous affecte toujours. Malgré vos tentatives d’enfouir la douleur, celle‑ci remonte constamment à la surface.

    Dieu ne veut pas que nous vivions sous le poids de la douleur émotionnelle. Il nous présente une solution dans le passage du jour, mais nous devons l’appliquer.

    Reconnaître notre propre péché (v. 30). Bien que le péché de l’autre nous semble pire que le nôtre, nous ne devons pas nous voir comme une « victime ». Ceux qui nous ont fait mal en répondront à Dieu, mais nous devrons lui rendre compte de notre réaction. Voilà pourquoi Paul nous exhorte à ne pas attrister le Saint‑Esprit.

    Renoncer au péché (v. 31). Il n’existe qu’une manière d’avancer, et c’est de renoncer à l’amertume, à la colère et à l’animosité envers le coupable. Chaque fois que nous ressassons le tort subi, que nous souffrons de nouveau le mal éprouvé et que nous couvons la rancune, nous péchons et n’obéissons pas à l’Esprit. Pour guérir, nous devons nous abstenir de ces choses.

    Pardonner (v. 32). Dieu nous a pardonné tous nos péchés; nous n’avons donc pas le droit de refuser notre pardon aux autres.

    Lorsque nous nous soumettons au Saint‑Esprit, il nous fait progresser vers le pardon. Si la blessure est profonde, notre cheminement pourra être lent, mais continuons néanmoins d’obéir à Dieu. Dans la mesure où nous pardonnerons, nous serons soulagés de la douleur qui accompagne l’offense.

     

     

    (Source : encontact.org)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Commencez à regarder devant vous

     

     

     

    Commencez à regarder devant vous

     

     

    « J'oublie ce qui est derrière moi et m'efforce d'atteindre ce qui est devant moi » Ph 3.13, BFC

    Pour avancer, il vous faut d’abord régler des choses en vous. Chaque expérience vécue de votre naissance à ce jour a contribué à façonner celui ou celle que vous êtes. Tout ce qui vous est arrivé, en bien ou en mal, détermine la manière dont vous allez agir et réagir pour le restant de votre vie.

     

    Paul parle d’oublier le passé et de regarder vers l’avenir. Vous demandez : « Que devait-il oublier ? » Un tas de choses ! Sur l’ordre de Paul, Étienne, le premier martyr chrétien, a été lapidé à mort sous ses yeux. Avant de rencontrer Christ sur le chemin de Damas, Paul jetait en prison et exécutait systématiquement les chrétiens. En réalité, s’il n’avait pas surmonté son passé il n’aurait jamais écrit la moitié du Nouveau Testament et contribué à bâtir une Église qui dure depuis deux millénaires.

    Paul était-il parfait ? Pas vraiment ! C’est pourquoi il a dit : « Je ne prétends pas avoir déjà atteint le but ou être déjà devenu parfait. Mais je poursuis ma course pour m'efforcer d'en saisir le prix, car j'ai été moi-même saisi par Jésus-Christ. Non, frères, je ne pense pas avoir déjà obtenu le prix ; mais je fais une chose : j'oublie ce qui est derrière moi et m'efforce d'atteindre ce qui est devant moi. Ainsi, je cours vers le but afin de gagner le prix que Dieu, par Jésus-Christ, nous appelle à recevoir là-haut » (v.12-14).

     

    Le passé ne peut vivre que dans votre mémoire, et la seule puissance qu’il a sur vous est celle que vous lui donnez. Alors commencez à regarder devant vous.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quatre types de regards

     

     

     

    Quatre types de regards

     

     

     

     

    Lecture proposée : Psaume 77.1-16 

     

    Je parlerai de toutes tes œuvres, je raconterai tes hauts faits. Psaume 77.13

     

    Lorsque Joan s’est assise avec eux avant le culte d’adoration, ses enfants lui ont donné du fil à retordre. Épuisée, elle voulait «démissionner» de son rôle de mère. Puis le prédicateur s’est mis à encourager ceux qui étaient tentés d’abandonner la partie. Voici les quatre conseils que Joan a entendus ce matin-là et qui l’ont aidée à tenir le coup:

     

    «Regardez vers le ciel et priez.» Asaph a passé la nuit à prier, allant même jusqu’à dire qu’il se sentait abandonné et rejeté de Dieu (Ps 77.10-11). Nous pouvons tout dire et tout demander à Dieu avec franchise. Il se peut que sa réponse tarde à venir ou ne soit pas celle souhaitée ou espérée, mais il ne nous reprochera pas de lui avoir soumis nos requêtes.

     

    «Regardez en arrière et rappelez-vous ce que Dieu a fait pour vous et d’autres par le passé». Ne se contentant pas d’exposer sa douleur à Dieu, Asaph s’est aussi remémoré la puissance que Dieu avait manifestée et les exploits qu’il avait faits pour lui et le peuple: « Je rappellerai les œuvres de l’Éternel, car je me souviens de tes merveilles d’autrefois » (v. 12).

     

    «Regardez devant». Pensez au bien que la situation pourrait vous procurer. Quelle leçon pourriez-vous en tirer ? Que veut accomplir Dieu ? Comme ses voies sont parfaites, que savez-vous qu’il fera (v. 13) ?

     

    «Regardez de nouveau». Réexaminez votre situation, mais cette fois-ci avec les yeux de la foi, vous rappelant que Dieu est prodigieux et fiable (v. 14).

     

    Puisse tout cela nous aider à bien cheminer avec Jésus.

     

    Nos problèmes sont des occasions de découvrir les solutions de Dieu.

     

     

     

    Anne Cetas
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un vent favorable souffle sur votre vie

     

     

     

    Un vent favorable souffle sur votre vie

     

     

     

     “Tu bénis le juste, Éternel !” Psaume 5.13

     

    Le philosophe latin Sénèque a écrit un jour : "Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va."

     

    De même, votre vie ou votre avenir parfois, paraissent si fragiles que vous avez l’impression d’être comme mené par le vent. Ou bien encore d’être comme au bord d’un gouffre, prêt(e) à tomber…Il y a bien une autre rive, en face, mais elle paraît si lointaine… Vous pensez alors : “Comment pourrais-je sauter assez loin pour atteindre cette autre rive, cette prochaine étape, alors que je suis si faible et si découragé(e) ?”

     

    Dieu, le maître du vent lui-même, vous est toujours favorable, et a toujours une pierre,
    un rocher prévu pour vous réceptionner en cas de chute !

     

    Mon ami(e), Dieu vous dit : "Saute !"

     

    Sauter ?! Vous y avez bien pensé, mais Dieu ne sait-il pas que vous n’êtes pas capable de sauter si loin ? Le gouffre est bien trop grand pour pouvoir être franchi. Et pourtant…

     

    "Saute !" vous répète le Tout-Puissant.

     

    Alors, au bout de vos ressources, n’ayant plus d’autre choix que celui de la confiance, vous sautez… Voilà, vous aviez raison… Le gouffre est décidément trop grand et vous n’atteignez pas l’autre rive. Vous vous dites que c’en est fini… Quand soudain, vos pieds heurtent une pierre… Un rocher ! Il y avait un rocher plus bas, que vos yeux ne pouvaient pas voir ! Et ce rocher vous permet d’atteindre l’autre rive !

     

    Contrairement aux auteurs latins, vous pouvez, en ce qui vous concerne, avoir l’assurance que "le vent" vous est toujours avantageux. Autrement dit, Dieu, le maître du vent lui-même, vous est toujours favorable, et a toujours une pierre, un rocher prévu pour vous réceptionner en cas de chute !

     

    "Mais comment pourrait-il encore m’être favorable, alors que trop souvent, je trébuche et fais des erreurs…?", me direz-vous. Tout simplement parce que la faveur, la bénédiction qu’il vous accorde ne repose pas sur ce que vous faites ou ne faites pas, ni sur vos capacités à toujours tout exécuter parfaitement.

     

    Non, la faveur que Dieu vous accorde repose sur un fait bien plus solide… le sacrifice de Jésus-Christ à la croix. À cet endroit, Jésus a pris toutes vos fautes et tous vos manquements. Et en échange, il vous a accordé sa nature parfaite, qui vous rend juste aux yeux de Dieu, pour toujours. (Hébreux 10.14)

     

    C’est pour cela que Dieu peut vous accorder, chaque jour à chaque seconde, sa merveilleuse faveur.

     

    Un encouragement pour aujourd’hui :
    Cette histoire vous rappelle aujourd’hui, que vous pouvez toujours faire confiance à Dieu : il a toujours un plan pour vous. Jésus est votre rocher. Lui ferez-vous confiance pour chacun de vos défis ?

     

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ayez foi et persévérez !

     

     

     

    Ayez foi et persévérez !

     

     

     

    "[Élie] dit à son jeune serviteur : Monte donc, regarde du côté de la mer. Celui-ci monta, il regarda et dit : Il n’y a rien. Élie dit sept fois : Retourne." 1 Rois 18.43

    Élie avait parlé : la famine allait prendre fin. Il ordonna à son serviteur d'aller regarder du côté de la mer pour voir l'accomplissement de cette prophétie. Mais quand le serviteur regarda, il ne vit rien qui put la confirmer. Il ne regarda pas simplement une ou deux fois, mais sept fois. Il se demanda probablement si son maître s'était trompé. Mais le prophète le rassura à chaque fois, lui disant de retourner.

    Ne renoncez pas si vous rencontrez des obstacles ou si l'accomplissement tarde.
    Dieu est fidèle. Sa parole est vraie !

     

    Enfin, au septième voyage, il vit quelque chose. Oh ! rien de bien remarquable, un simple petit nuage. Mais c'étaient les prémices de l'accomplissement de la prophétie d'Élie. Chaque mot avait été vrai ! Et elle s'accomplissait en temps voulu.

    Combien de fois ne faisons-nous pas ce type d'expérience ! Nous lisons la Parole de Dieu, nous entendons sa voix. Nous avançons par la foi et nous obéissons. Mais peut-être ne voyons-nous pas de résultats immédiats. Au lieu de solutions, il nous semble que les problèmes se multiplient. Au lieu de la victoire, nous avons l'impression que nous rencontrons davantage d'opposition, voire la défaite.

    Dans ces conditions, il est facile de renoncer ou de nous décourager. De nous mettre en colère. Nous pouvons penser que nous n'avons pas entendu Dieu correctement. Ou que nous l'avons mal compris. Ou encore que notre foi est vaine. Dans des moments pareils, rappelons-nous l'importance de la foi et de l'obéissance, ainsi que la persévérance du serviteur d'Élie.

    Quelle que soit la situation à laquelle vous êtes confronté, souvenez-vous que la Parole de Dieu est toujours vraie. Mais elle ne s'accomplit pas forcément selon votre agenda. Vous pouvez avoir confiance en Dieu et en sa Parole. Agissez avec foi et soyez persévérant. Ne renoncez pas si vous rencontrez des obstacles ou si l'accomplissement tarde. Dieu est fidèle. Sa parole est vraie !

    Une prière pour aujourd'hui :
    Père, je te remets toutes les situations auxquelles je fais face actuellement. Je crois que tu agiras. J'ai confiance en toi. Aide-moi à te servir et à mener une vie qui te plaise. Au nom de Jésus. Amen. 

     

     

    John Roos

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce que Dieu oublie

     

     

    Ce que Dieu oublie

     

     

     

     

    Mais c'est moi, et moi seul, qui efface tes transgressions par égard pour moi-même, je ne tiendrai plus compte de tes péchés. Esaïe 43.25

     

    Saviez-vous qu'au moment où vous vous repentez de vos péchés, Dieu ne s'en souvient plus ? Alors pourquoi tant de personnes se focalisent sur leurs erreurs et sur les mauvaises actions commises dans le passé ?

    Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.


    Permettez-moi de vous lancer un défi aujourd'hui : cessez de penser à ce que Dieu a déjà oublié ! Recevez sa miséricorde et laissez le passé là où il est.

    Afin de bénéficier des nouvelles choses que Dieu veut faire dans votre vie, vous devez vous débarrasser des choses anciennes. Une fois que vous avez demandé pardon à Dieu, arrêtez de vous attarder sur vos erreurs et vos échecs. Tant que vous regarderez en arrière, vous ne pourrez jamais aller de l'avant. Peut-être que vous avez du mal à chasser le passé de votre esprit, mais savez-vous qui vous le rappelle ?

    C'est l'ennemi. On l'appelle l'accusateur des frères. Son but est que vous ressassiez votre passé, vous sentant coupable et condamné. Mais Romains 8 nous dit qu'il n'y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus.

    Ne permettez pas à l'ennemi de vous rappeler sans cesse vos échecs. Le passé appartient au passé. Recevez la grâce de Dieu aujourd'hui afin de vous approprier la vie bénie qu'il a en réserve pour vous !

    Une prière pour aujourd'hui :
    Père céleste, merci de m'avoir purifié et de m'avoir donné une vie nouvelle. Je choisis de tourner le dos au passé et de recevoir ta grâce, ta miséricorde et ton pardon aujourd'hui. Dirige-moi et conduis-moi dans les plans que tu as prévus pour moi. Au nom de Jésus. Amen.

     

     

    Joël Osteen

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique