• * ECHOS DU COEUR *

     

    * ECHOS DU COEUR *

     

     

     

    001- La vie

    002- A chaque jour suffit sa peine

    003- Le combat intérieur - sagesse indienne

    004- Histoire d'amour et de courage

    005- Etre

    006- Le conte d'une histoire vraie

    007- Base de vie

    008- Le cocon et le papillon

    009- Les trois arbres

    010- Apprenez aux enfants

    011- Les trois portes de la sagesse

    012- Le petit garçon et les ballons

    013- Le collier de perles

    014- Deux amis dans le désert

    015- La chenille

    016- La jarre abîmée

    017- La légende de l'arc en ciel

    018- Montre-moi

    019- Comment porter les fardeaux

    020- La sagesse du petit oiseau

    021- Les quatre bougies

    022- Recadrer l'image

    023- Les orchidées

    024- Bienvenue en Hollande !

    025- Fable sur le soleil et le vent

    026- Le cordon violet

    027- De notre peur la plus profonde... à notre propre lumière

    028- La vie à travers les saisons

    029- La porte du bout du monde...

    030- Le voyage de Silans

    031- Lueur

    032- Pas de hasard avec Dieu

    033- Grand-mère me sourit

    034- Le phare

    035- La boite de Dieu

    036- Mon ami Kyle

    037- Le papillon et la fleur

    038- Même si...

    039- Et vous voudriez abandonner ?

    040- L'espoir d'un matin radieux

    041- Les 3796 perles

    042- La cithare du bonheur

    043- Tricote de ton mieux

    044- Le conte de l'Amour et du temps

    045- Le sapin et le pommier

    046- Un crédo pour la vie

    047- Les yeux de l'amour

    048- La chaise vide

    049- Est-ce que Dieu a créé tout ?

    050- Le marchand de bonheur 

     

    051- Je dis merci à la vie

    052- Si les couleurs m'étaient contées

    053- Le flocon de neige

    054- Le poids du cadeau

    055 - La vieillesse 

    056- L'homme et le rocher

    057- Conte indien

    058 - Le roi et son jardin

    059- Le sac de billes d'argile 

    060- Le tube de gouache

    061 - Tout a été payé

    062- Le petit Flocon

    063- Amour véritable est profond

    064- Chacun porte en lui sa vision du monde

    065- L'arbre à soucis

    066- L'éléphant attaché

    067- L'âne dans le puits et son maître

    068- Le chant du berger

    069- Des outils et ... un homme

    070- Jongler avec la vie

    071- Leçon de vie et d'amour

    072- Les merveilles de chaque jour

    073- Comment sont les gens qui vivent dans cette ville?

    074- L'agenda du bonheur

    075- L'écho de la vie

    076- Les gros cailloux de ma vie

    077- Le paysan et les trois ânes

    078- Les trois grenouilles

    079- La tunique de Raïcha

    080- Les quatre bougies du petit berger

    081- Tu es irremplaçable

    082- Si Noël, c'est la paix...

    083- Chantez la vie

    084- Quand je te demande

    085- Le génie menteur ou les 7 miroirs de l'âme

    086- L'anneau d'or

    087- Le petit arbre

    088- L'art de vivre serein

    089- Alors la paix viendra

    090- Le "corbeau" de noël ou la providence attentive de notre Père céleste

    091- Conte de noël - Quel cadeau pour Jésus ?

    092- Tout est pour le mieux

    093- La vie est un voyage

    094- Le choix de Jigme

    095- Comment le roi Baakir retrouva l'espoir

    096- La fourmi qui volait

    097- Histoire des 3 conseils

    098- Le bonheur

    099- Donne-moi ton coeur

    100- Le sens du silence

     

     

     

     

     

    101- Le faucon de Gengis Khan

    102- Un obstacle sur la route

    103- De la richesse d'un escargot

    104- Les cailloux de Sosan

    105- Ouvrir les yeux avec le coeur

    106- Coupe ta branche

    107- N'arrête jamais de chanter

    108- Le garagiste

    109- Les deux grenouilles

    110- Bonne fête maman ?

    111- La jarre d'huile

    112- Voltaire et l'enfant

    113- La petite hutte du naufragé

    114- La plus belle des fleurs

    115- Une histoire de pommes

    116- La dernière corde

    117- Bâtir des ponts

    118- Ubuntu, conte africain

    119- L'écoute

    120- Prends et donne

    121- Bien faire ce que l'on fait

    122- Leçon de vie "Le médecin"

    123- Le pouvoir des mots

    124- Le conte de la petite fille qui cherchait en elle le Chemin des Mots

    125- Sous un angle différent

     

     

    126- L'histoire du pot de mayonnaise et du café

    127- Une ordonnance

    128- Je continuerai

    129- L'éléphant qui perdit son oeil

    130- Parole de bougie

    131- La petite bougie

    132- Une étoile qui en avait assez

    133- Conte "Le petit âne"

    134- Si tu crois

    135- Prends ma main, ne la lâche pas

    136- Le bouddha en or

    137- Les 3 pommes

    138- Tu es unique et irremplaçable

    139- Le colibri

    140- La tendresse

    141- Leçon de vie : la femme et le mendiant

    142- La plus belle image de la paix

    143- L'écho

    144- Peut-être que oui, peut-être que non

    145- Les deux joies

    146- Le renard sans pattes

    147- Restez debout

    148- L'amour, une route

    149- Leçon de persévérance

    150- La pierre dans le sable

     

     

     

     


     

     

    151- Ma bible, c'est comme mon pré

    152- Comment agir avec les brebis ?

    153- Un enfant passa

    154- Des provisions illimitées

    155- Aimez !

    156- Le berger et sa brebis indocile

    157- Une imagination créatrice

    158- Une sécurité invisible

    159- Il prend soin des mouches

    160- Pourquoi la Bible est la Parole de Dieu

    161- La chambre de Madame Charbun

    162- La lentille de contact

    163- Les galériens

    164- Comme du sable dans nos mains

    165- L'expérience du bambou

    166- Je te souhaite assez

    167- L’immensité de la mer

    168- La confiance

    169- Il meurt lentement

    170- L'ours et la chenille

    171- Rêver

    172- Monsieur Burette

    173- Les crayons de couleur

    174- N'oubliez pas de sourire

    175- Chaque personne a son histoire



     

     

     

    176- Ralentis ton rythme !

    177- Il n’en tient qu’à vous

    178- Belles leçons de vie

    179- La marque d'amour

    180- L’orchidée bleu-ciel

    181- Il était une fois un arbre

    182- L’homme qui murmure aux oreilles des chevaux

    183- Le violoniste

    184- Paix selon le monde, paix selon Dieu

    185- Une question d’attitude

    186- La rose éclose

    187- Conte de noël : Lapin Zinzin

    188- Conte de noël : Mot de passe Matthieu 25.40

    189- Le noël du vieux cordonnier

    190- Conte de Noël : un sourire qui vaut de l'or

    191- Les leçons d’une bougie

    192- Appuyé sur la crèche

    193- Une étoile dans ton ciel

    194- Aimer

    195- Des lettres à prier

    196- Je souhaiterais

    197- Nous sommes faits

    198- Amour de soi et douceur de vivre

    199- N’abandonne surtout pas

    200- La senteur de la pluie

     

     

     

     

     

     

     

     

    201- B comme bonheur

    202- Les cinq qualités du crayon

    203- Les clous

    204- La crème glacée

    205- La recette du bonheur d'après Picasso

    206- A méditer

    207- L’amour n’est pas tout fait

    208- Le visage du Seigneur

    209- Le conte des maux de tête

    210- Métaphore : à quoi bon l’adversité ?

    211- Quelque soit

    212- Jetez vos soucis à la mer

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

  •  

    Jetez vos soucis à la mer

     

     

    Jetez vos soucis à la mer

     

     

     

    Pendant son exil sur l’île de Jersey, exilé, malade, persécuté par une France qu’il aimait tant, Victor Hugo montait chaque soir contempler le coucher de soleil sur la falaise.

    Là, il s’asseyait sur un banc et se livrait à de profondes méditations. A la fin, il se levait, choisissait un caillou plus ou moins gros et, du haut du rocher, le jetait avec satisfaction dans l’eau.

    Ce manège n’avait pas échappé au groupe d’enfants qui jouait dans le voisinage. Un soir, une petite fille plus hardie que ses compagnons s’approcha du grand homme.

    – Monsieur, pourquoi lancez-vous ces cailloux ?

    Le poète sourit gravement :

    – Ce ne sont pas des cailloux que je jette à la mer, mon enfant, ce sont mes lamentations.

    Cette action symbolique comporte une leçon valable pour le monde d’aujourd’hui. Combien d’entre nous, et non des plus malheureux, passent leur temps à se plaindre, à s’attendrir sur eux-mêmes ? Cette attitude finit par engendrer une sorte d’indifférence à nos semblables : on reste prisonnier d’un univers dont nous sommes le centre.

    Victor Hugo était un homme comme les autres : il lui arrivait de se plaindre. Mais, il avait au moins la force de se débarrasser de ses jérémiades en les envoyant au loin. Ensuite, il redevenait réceptif au monde, aux autres. Vous aussi, apprenez à jeter vos petits soucis à la mer…

     

    “Nous pouvons jeter des pierres, nous plaindre d’elles, trébucher dessus,
    les escalader, ou les utiliser pour construire.”
    Victor Hugo

     

    (Source : cpositif.com)

     

     

     

    Jetez vos soucis à la mer


     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quelque soit

     

    Quelque soit

     

     

    Quelque soit la question, n’oublie pas : l’Amour est la réponse.

    Quelque soit la maladie, l’Amour est la réponse.

    Quelque soit la douleur, l’Amour est la réponse.

    Quelque soit la peur, l’Amour est la réponse

    L’Amour est toujours la réponse, car l’Amour est tout ce qui est.

     

    Toujours quand il y a un vide dans ta vie, remplis le d’Amour.

    Adolescent, jeune, vieux, toujours quand il y a un vide dans ta vie, remplis le d’Amour.

     

    Ne pense pas « je souffrirai », ne pense pas « je me tromperai »,

    Va simplement, allègrement, à la recherche de l’Amour.

    Cherche à aimer comme tu peux, à aimer tout ce que tu peux.

     

    Toujours quand il y a un vide dans ta vie, remplis le d’Amour.

    Et quand il y a un plein d’Amour, emplis le de vie.

    Ne pensez pas « il en a assez » ; ne pense pas « il en a déjà trop ».

    Toujours, quand il y a un plein dans ton Amour, emplis le de vie.

     

    N’oublie pas de donner ton Amour et n’arrête jamais.

    Alors tu seras aimé.

     

     

    Anonyme 

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Métaphore : à quoi bon l’adversité

     

     

    Métaphore : à quoi bon l’adversité ?

     

     

    Il était une fois un homme endormi dans sa cabane, un soir. Tout à coup, sa chambre se remplit de lumière et le Seigneur lui apparut et lui dit qu’il avait un travail à lui confier.
    Il lui montre alors un gros rocher et lui explique que son devoir consistait à pousser les rocher de toutes ses forces.

    Et c’est ce que l’homme fit. Pendant plusieurs jours il a travaillé dur, du lever jusqu’au coucher du soleil, poussant avec toute son énergie, son épaule plaquée contre la paroi massive du rocher. Tous les soirs, lorsqu’il rentrait à sa cabane, complètement épuisé et meurtri, avec le sentiment que cette journée s’était écoulée en vain.

    Voyant que l’homme montrait des signes de découragement, le Diable décida d’entrer en scène, soumettant des pensées dans son esprit telles que « Pourquoi te tuer à la tâche ? Tu ne parviendras jamais à le déplacer ce rocher ! », ou « Mon gars, tu es ici depuis un long moment déjà et tu n’as même pas égratigné la surface ! », donnant ainsi à l’homme l’impression que sa tache était impossible à réaliser et qu’il était lui-même un serviteur indigne et inefficace, parce qu’il ne parvenait pas à bouger le gros rocher.

    Ces pensées découragèrent l’homme qui commença dès lors à relâcher ses efforts. « C’est vrai après tout, pourquoi me tuer à la tâche ? », « je vais simplement y passer le temps nécessaire avec le minimum d’efforts et ce sera bien assez » et c’est ce qu’il projeta de faire, avant de décider d’en parler au Seigneur. « Seigneur, dit-il, j’ai travaillé dur et longtemps à ton service, en employant toutes mes forces pour faire ce que tu m’as commandé, et je ne suis même pas parvenu à bouger le rocher d’un millimètre. Qu’est-ce qui ne va pas ? Pourquoi ne puis-je y arriver ? ».

    Avec compassion, le Seigneur répondit « Mon ami, lorsque je t’ai demandé de me servir et que tu as accepté, je t’ai dit de pousser le rocher de toutes tes forces et c’est ce que tu as fait. Je n’ai jamais mentionné que j’attendais de toi que tu le bouges ! du moins pas tout seul. Ta tâche était de le pousser. Et maintenant tu viens à moi, tes forces sont épuisées et tu penses avoir échoué, tu es prêt à abandonner. Est-ce vraiment justifié ? Regarde-toi : tes bras sont forts et musclés. Ton dos tonifié et bronzé. Tes mains sont fermes grâce à la pression constante sur la paroi du rocher et tes jambes sont devenues fortes et massives.

    Tu as beaucoup grandi grâce à l’opposition et maintenant tes capacités surpassent de beaucoup ce qu’elles étaient auparavant. Tu n’es pas parvenu à déplacer le rocher et tu viens à moi le cœur lourd et à bout de forces. Mon ami, je vais déplacer ce rocher. Ta responsabilité était d’être obéissant et de pousser, d’exercer ta foi et ta confiance en ma sagesse, et c’est ce que tu as fait. »

     

     

    Métaphore : à quoi bon l’adversité



    Une attitude positive face aux épreuves est un élément essentiel pour arriver à les surmonter avec optimisme. Paradoxalement, si nous considérons les épreuves comme de nouvelles opportunités et non pas comme des échecs ou des boulets, nous les vivrons toujours différemment, positivement. C'est étrange de constater qu'un pessimiste et en optimiste se souveinnent de façon très différente d'une épreuve.

    Il faut connaître la maladie pour apprécier la santé. Il faut connaître le malheur pour apprécier le bonheur. Il faut connaître la pauvreté pour apprécier la richesse ou le peu que nous avons. Nous avons tous besoin d'opposition pour grandir. Notre attitude face à ces oppositions engendrera nos émotions et sentiments. Si nous considérons l'épreuve et l'opposition comme une suite de malheurs et que le sort s'acharne sur nous, alors ce sera vrai. En revanche, si, comme cet homme, nous avançons avec la confiance que nous en sortirons grandis, comme par enchantement l'épreuve sera vécue différemment alors qu'elle est la même.
    Nous sortons toujours grandi de nos adversités et de la persévérance. Progressivement notre caractère et nos capacité s'affine, se raffine, se peaufine.

    Notre attitude fait toute la différence entre se sentir heureux ou accablé !

     

     

    (Source : sourcedoptimisme.com) 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le conte des maux de tête

     

    Le conte des maux de tête

      

    Dans ce pays-là, que je connais bien pour l'avoir visité, tous les enfants naissaient avec une graine d'amour, qui ne pouvait germer que dans leur cœur.

    Ce qu'il faut savoir, c'est que cette graine avait une particularité… très originale, en ce sens qu'elle était constituée de deux moitiés de graines. Une moitié de graine d'amour pour soi et une moitié de graine d'amour pour autrui.

    Vous allez tout de suite me dire : Ce n'est pas juste, c'est disproportionné, ça ne peut pas marcher ! Une moitié pour un, d'accord, car il faut s'aimer. Mais une seule moitié de graine d'amour pour autrui, pour tous les autres, ah non alors ! Cela va bien au début de la vie, quand un enfant n'a pas beaucoup de personnes à aimer, seulement sa mère, son père, un ou deux grands-parents… Mais plus tard, vous y pensez, plus tard, quand devenu adulte chacun est susceptible d'aimer beaucoup de personnes, cela est déséquilibré. Une seule moitié de graine d'amour à partager entre tant d'amours… Cela est invivable !

    Oui, vous me diriez tout cela avec passion, mais c'était ainsi dans ce pays ! Et d'ailleurs, ceux qui savaient laisser germer et laisser fleurir chacune de leurs moitiés de graine d'amour, avec intensité, avec passion, avec enthousiasme et respect, ceux-là découvraient plus tard qu'ils pouvaient à la fois s'aimer et aimer, aimer et être aimés.

    Ceux qui ne développaient qu'une moitié de graine, soit en s'aimant trop, soit en n'aimant que les autres, soit encore en n'aimant qu'une seule personne au monde, ceux-là avaient des migraines qui durcissaient, qui durcissaient tellement leur cœur… que parfois leur tête éclatait de douleur.

    Ah ! Vivre seulement avec une migraine d'amour, cela doit être terrible ! D'autant plus qu'il n'y a aucun remède à ces migraines et qu'elles sont susceptibles de durer des années.

    Ainsi se termine le conte des maux de tête qui sont surtout des maux de cœur.

     

     

    Jacques Salomé

     

    Le conte des maux de tête

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le visage du Seigneur

     

     

    Le visage du Seigneur

     

     

    Il y a de cela longtemps, vivait en Sicile un moine du nom d’Épiphane. Un jour, il se découvrit un don qu'il ne connaissait pas: il savait peindre de très belles icônes.  Il n' en eut plus de répit  car il voulait peindre le visage du Seigneur. 

    Mais où trouver le modèle qui lui permettrait d'exprimer tout ensemble la souffrance et la joie, la mort et la résurrection, la divinité et l'humanité ?

    Épiphane se mit en route. Il parcourut toute l'Italie, la France et l'Allemagne, scrutant tous les visages.  

    Rien : il n' y avait pas de visage qui permît de représenter le Christ. Un jour, fatigué, il s'endormit en se répétant les paroles du Psaume :  "Je cherche, Seigneur, ton visage.  Montre-moi ton visage ". 

    Il fit un rêve. Un ange lui apparut et lui fit revoir les personnes qu'il avait rencontrées. Sur chacun de leur visage, il indiquait une particularité qui le rendait semblable à celui du Christ : la joie d'une jeune épouse, l'innocence d'un enfant, la force d'un paysan, la souffrance d'un malade, la peur d'un condamné, la bonté d'une mère, l'effroi d' un orphelin, la sévérité d'un juge, l'allégresse d'un bouffon, la miséricorde d'un confesseur, le mystère sur le visage bandé d'un lépreux . 

    Épiphane rentra dans son couvent et se mit au travail. Un an plus tard, l'icône du Christ était prête. Il la présenta à son Abbé, qui en resta stupéfait : elle était merveilleuse ! Celui-ci voulut en connaître le modèle pour le présenter à d'autres artistes du monastère. 

    Le moine répondit : " Personne, Père , ne m'a servi de modèle, car personne n'est identique au Christ, mais le Christ est semblable à tous. Ne cherchez pas le visage du Christ sur le visage d'un seul Homme, mais cherchez en chaque Homme un fragment du visage du Christ. " 

     

    Auteur inconnu
    (Source : Salésiennes Coopérateur Don Bosco)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    L’amour n’est pas tout fait

     

     

    L’amour n’est pas tout fait

     

     

    L'amour n'est pas tout fait
    Il se fait. 

    Il n'est pas robe ou costume prêt-à-porter,
    Mais pièce d'étoffe à tailler, à monter, à coudre. 

    Il n'est pas appartement, livré clefs en main,
    Mais maison à concevoir, à bâtir, 
    entretenir et souvent réparer.
     

    Il n'est pas sommet vaincu,
    Mais départ de la vallée, escalades passionnantes, chutes dangereuses,
    dans le froid de la nuit ou la chaleur du soleil éclatant. 

    Il n'est pas un solide ancrage au port de bonheur,
    Mais levée d'ancre et voyage en pleine mer, 
    dans la brise ou la tempête.
     

    Il n'est pas "oui" triomphant, 
    énorme point final qu'on écrit en musique, 
    au milieu des sourires et des bravos.

    Mais une multitude de "oui" qui pointillent la vie, 
    parmi une multitude de "non" qu'on efface en marchant.
     

    Ainsi être fidèle, vois-tu, ce n'est pas : 
    ne pas s'égarer, ne pas se battre, ne pas tomber,
    c'est toujours se relever et toujours marcher.
    C'est vouloir poursuivre jusqu'au bout 
    le projet préparé ensemble et librement décidé. 

    C'est faire confiance à l'autre au-delà des ombres de la nuit.
    C'est se soutenir mutuellement au-delà des chutes et des blessures.
    C'est avoir foi en l'Amour tout-puissant, au-delà de l'amour. 

     

    Michel Quoist

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    A méditer

     

    A méditer

     

     

    Rassasie-nous, au matin, de ta bonté ; et nous chanterons de joie. Psaume 90. 14
    Ceux qui s'attendent à l'Éternel renouvelleront leur force. Ésaïe 40. 31

     

    Ce que tu seras demain dépend des choix que tu fais aujourd'hui. 

    Ne mets pas un point d'interrogation là où Dieu a mis un point final. 


    Si nous vivons avec le Seigneur, sur le plan moral nous vivrons à contre-courant dans le monde. 


    Si le sentiment de notre faiblesse nous envahit, alors Dieu sera notre force. 


    Celui qui marche avec Dieu trouvera aussi son chemin dans l'obscurité. 


    Ce n'est pas quand il n'y a pas de guerre que nous avons une paix véritable,
    mais lorsque notre foi se fonde sur le Dieu de paix. 


    Ce que nous sommes, vous et moi, nous le sommes par la grâce de Dieu.
    Elle nous sauve, nous conduit et nous donne une espérance. 


    Un cœur engagé pour Christ le sera aussi pour ceux qu'Il aime. 


    Comme le rossignol avant le lever du jour, est-ce que je suis prêt à louer mon Dieu ?

     

     

    (Source : labonnesemence.com)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La recette du bonheur d'après Picasso

     

    La recette du bonheur d'après Picasso

     

     

    Laisse de côté tous les chiffres non indispensables à ta survie Ceci inclut lâge, le poids, la taille. Que cela préoccupe seulement le médecin, il est payé pour ça !
    Fréquente de préférence des amis joyeux, les pessimistes ne te conviennent pas...

    Continue de tinstruire... Apprends sur les ordinateurs, lartisanat, le jardinage, etc.Ne laisse pas ton cerveau inoccupé, un mental inutilisé est lofficine du diable... Et le nom du diable est Alzheimer !
    Ris le plus souvent possible, et surtout de toi-même !
    Quand viennent les larmes, accepte, souffre et continue davancer...
    Accueille chaque jour qui se lève comme une opportunité, et pour cela, ose entreprendre.
    Laisse tomber la routine, préfère les nouvelles routes aux chemins mille fois empruntés !
    Efface le gris de ta vie et allume les couleurs que tu possèdes à lintérieur...
    Que ta joie rejaillisse sur ton entourage.
    Abats les frontières personnelles que le passé ta imposées.
    Rappelle-toi que lunique personne qui taccompagne toute la vie, cest toi-même. Sois vivant dans tout ce que tu fais !
    Entoure-toi de tout ce que tu aimes Famille, animaux, souvenirs, musique, plantes, ou fais un passe-temps... Tout ce que tu veux !
    Ton foyer est ton refuge, mais nen deviens pas prisonnier.Sors dans la rue, visite une ville ou un pays étranger, mais ne tattarde pas sur les mauvais souvenirs.
    Il y a des êtres qui font dun soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font dune simple tache jaune, un véritable soleil »

     

    Pablo Picasso
    (Source : http://lesptitsbonheursdelavie.com)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Entendez-vous au loin de vos souvenirs la douce musique du marchand de glace

    qui annonce sa venue !...

     

     

     

     

    La crème glacée

     

    Comme ils se préparent à dîner dans un restaurant, un petit garçon de six ans demande à sa maman s'il peut prier le Seigneur et offrir les grâces. 

    Comme ils penchent leurs têtes, il dit: " Dieu est bon. Dieu est grand. Merci pour le manger, ... et je te remercierais même plus si maman commandait de la crème glacée pour dessert. Et liberté et justice pour tous ! Amen ! " 

    À travers les rires des autres clients, Kim perçoit la remarque d'une dame : "C'est ce qui n'est pas correct dans ce pays. Les enfants aujourd'hui ne savent pas comment prier. Demander à Dieu de la crème glacée ! Pourquoi, je me le demande ! " 

    Kim fond en larmes, et demande à sa mère : "Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? Est-ce que Dieu est choqué après moi ?" 

    Pendant que la maman le prend contre elle et le rassure, elle lui dit qu'il a fait une prière fantastique et que Dieu n'est certainement pas choqué contre lui. Un monsieur plus âgé s'approche alors de leur table, fait un clin d'œil au petit garçon et lui dit : 

    - Je crois savoir que Dieu pense que ce fut une très belle prière.
    - Réellement ? demande Kim.
    - Croix sur mon coeur, reprend le monsieur.
    Et dans un murmure il ajoute (indiquant la dame qui était intervenue) 

    - C'est malheureux qu'elle n'aie jamais demandé à Dieu de la crème glacée. Car un peu de crème glacée est bon pour l'âme quelquefois. 

    Naturellement, à la fin du repas, la maman commanda de la crème glacée pour son petit garçon. 

    Mais ce qui arriva ensuite fut une complète surprise. 

    "Mon fils réfléchit un moment et il fit quelque chose dont je me souviendrai le reste de ma vie " explique la maman. " Il prit sa glace et sans un mot, marcha vers la dame et la plaça devant elle. Avec un grand sourire, il lui dit " : 

    - Ceci est pour vous. La crème glacée est bonne pour l'âme quelquefois, et mon âme à moi est déjà bonne.

      

    (Source : salésiennes)
    « Le bonheur de l'innocence » 

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les clous

     

     

    Les clous

     

    Il était  une fois un garçon avec un sale caractère. Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter un dans la barrière du jardin chaque fois qu'il perdrait patience et/ou se disputerait avec quelqu'un.

    Le premier jour il en planta 37 dans la barrière. Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour : il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler que de planter des clous.

    Finalement, arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou dans la barrière. Alors il alla voir son père et il lui dit que pour ce jour il n'avait planté aucun clou.

    Son père lui dit alors d'enlever un clou dans la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas perdu patience. Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son père qu'il avait enlevé tous les clous de la barrière.

    Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit : "Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais comme avant. Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un couteau dans un homme et après le lui retirer, mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de fois tu t'excuseras, la blessure restera. Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique.

     

    Auteur inconnu

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les cinq qualités du crayon

     

    Les cinq qualités du crayon

     

     

    Le petit garçon observait son grand-père en train d’écrire une lettre. A un moment donné, il demanda : « Est-ce que tu racontes une histoire qui nous est arrivée ? Et est-ce que par hasard cette histoire parle de moi ? » 

    Le grand-père arrêta d’écrire, sourit, et dit à son petit-fils : 

    « Oui, ça parle de toi, c’est vrai. Mais le crayon dont je me sers est plus important que les mots que j’écris. J’espère que tu lui ressembleras quand tu seras grand ? » 

    Le garçon examina l’objet avec curiosité, mais ne lui trouva rien de particulier. « C’est un crayon comme tous les crayons que j’ai vu dans ma vie ! » 

    « Tout est dans la façon de regarder les choses. Ce crayon recèle cinq qualités qui, si tu parviens à les posséder pour toi-même, feront de toi un être en paix avec le monde. » 

    « Première qualité : tu peux faire de grandes choses, mais tu ne dois jamais oublier qu’il existe une main qui guide nos pas. Cette main nous l’appelons Dieu. Et il doit toujours pouvoir la diriger selon sa volonté. » 

    « Seconde qualité : de temps en temps, il me faut arrêter d’écrire pour utiliser un taille-crayon. Cela fait un peu souffrir le crayon, mais il en sort plus affûté. Ainsi faut-il que tu apprennes à endurer certaines douleurs, car elles feront de toi une meilleure personne.» 

    « Troisième qualité : le crayon te laisse toujours la possibilité d’utiliser une gomme pour effacer ce qui ne va pas. Tu dois comprendre que d’effacer quelque chose que l’on a fait n’est pas nécessairement mal, et que ça peutêtre quelque chose d’important pour rester sur le droit chemin. 

    « Quatrième qualité : ce qui importe vraiment dans ce crayon, ce n’est pas le bois ou la forme extérieure, ce qui compte c’est la mine à l’intérieur. Alors, fait bien attention, toujours, à ce qui se passe en toi. » 

    « Enfin, cinquième qualité du crayon : il laisse toujours une trace. De la même façon, sache que tout ce que tu feras dans ta vie laissera des traces et qu’il faut essayer d’être conscient de chacun de tes actes. 

    Paulo Coelho 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique