• * ECHOS DU COEUR *

     

    * ECHOS DU COEUR *

     

    Sommaire : ici

     

  •  

    Un secret

     

     

     

    Un secret

     

     

     

    Je vais vous dire un secret...

    Pour entendre un oiseau, 
    cessez d'écouter l'avion. 
    Pour entendre une petite flûte, 
    cessez d'écouter la grande batterie. 
    Pour entendre l'amour, 
    cessez d'écouter la haine. 
    Pour entendre le murmure de Dieu, 
    cessez d'écouter les vacarmes du monde.

    Et quand vous aurez appris à reconnaître ces voix, 
    vous pourrez entendre l'oiseau au coeur d'un aéroport, 
    la flûte au coeur d'un grand orchestre, 
    l'amour au coeur d'une guerre 
    et Dieu au coeur de tout être.


     

     

     

    Shafique Keshavjee 

    (Source : CoopBelsud)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Regardons en haut

     

     

     

    Regardons en haut

     

     

     

     

    Un fermier canadien rentrant chez lui, doit traverser d'immenses plaines recouvertes d'un manteau de neige. Toute trace de route ayant disparu, il a bien de la peine à s'orienter. Soudain, notre homme prend conscience qu'il s'est égaré, et ce qui est plus grave encore, c'est que la nuit tombe. Il perd tout espoir de retrouver sa route. Quelle angoisse !

    Tout à coup, il voit les traces toutes fraîches d'un autre traîneau... Accélérant l'allure de ses chevaux, il perçoit bientôt le tintement de clochettes à distance, ce qui lui fait croire qu'il est sur une route fréquentée. Il retrouve l'espoir, mais les kilomètres se succèdent sans que notre homme n'aperçoive ni lumière, ni maison.

    De nouveau inquiet, il accélère l'allure et rattrape enfin le traîneau qu'il suit depuis un bon moment.

    « Où vous allez-vous ? » lui cria le premier voyageur.

    « Eh ! je vous suis ! » fut la réponse.

    En fait, les deux hommes perdus tous les deux, tournaient en rond, se suivant l'un l'autre. Les voilà tous deux dans une profonde détresse, se demandant ce qu'ils allaient devenir, quand soudain, ils pensent à regarder vers la voûte céleste. L'étoile polaire brille et le nord est précisément la direction qu'ils doivent prendre tous les deux.

    « Quelle bêtise ! disent-ils, de ne pas avoir pensé plus tôt à regarder en haut ! ». Ils repartent, guidés par la lumière céleste pour être bientôt chez eux.

    Quelle délivrance !

    Ne jugeons pas trop sévèrement ces deux colons canadiens. N'avons-nous jamais agi comme eux ? Peut-être sommes-nous encore en train de nous suivre l'un l'autre, répétant sans cesse ce que font les autres, sans chercher la direction d'en haut ? Arrêtons-nous pour examiner la route que nous suivons, car nous sommes en voyage : le grand voyage de la vie. Mais, où allons-nous ? Si nous désirons le savoir, cessons de tourner en rond et de nous suivre, l'un l'autre. Détournons nos yeux des hommes et de leurs traces pour les lever enfin vers le ciel, vers notre Seigneur Jésus Christ. Recevons-le comme notre Sauveur, et il deviendra notre guide infaillible et sûr, le grand Pilote qui nous conduira vers le port de l'éternité bienheureuse.

     



    Étoile splendide

    Brillant dans la nuit,

    Bâton qui me guide,

    Pain qui me nourrit,

    Fontaine d'eau vive,

    Phare que je vois

    Là-bas, sur la rive :

    Tout cela, c'est Toi !

     

     

     

     

    (Source : la-verite-sure.fr)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Fêlure

     

     

    Fêlure

     

     

     

    Kintsugi/Kintsukuroi ou la valeur de la fêlure : 
    Ces mots japonais désignent l’art ancestral de réparer une poterie cassée avec de l’or.

    Ainsi réparé, l’objet prend paradoxalement toute sa valeur d’avoir été brisé. Orné de sa cicatrice, il raconte son histoire et nous enseigne qu’un « accident » n’est pas une fin en soi, mais peut devenir le début de quelque chose de plus beau. 

    Le kintsugi serait apparu lorsque, à la fin du xve siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus esthétique. Cela relève d’une philosophie qui prend en compte le passé de l’objet, son histoire et donc les accidents éventuels qu’il a pu connaitre. La casse d’une céramique ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation. Il ne s’agit donc pas de cacher les réparations, mais de mettre celles-ci en avant.

     

    Source : "Mosaïque" Art-Thérapie Virtus 

     

    Tout comme ce vase qui a été brisé et est maintenant orné d'une cicatrice, diverses circonstances de la  vie peuvent aussi nous avoir brisés  et et faire que nous portons des cicatrices. Mais ces "accidents" ne sont pas une fin en soi. Au contraire, osons les remettre à Dieu car il peut en faire quelque chose de "bien". De ce que nous voyons comme "faiblesse", il peut en faire une force.

     

     Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature.
    Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

    2 Corinthiens 5 : 17

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'oiseau et l'abeille

     

     

    L'oiseau et l'abeille

     

    Un jour, un oiseau a demandé à une abeille :

    "Tu travailles si dur pour fabriquer du miel, mais les gens te le volent.
    Ne te sens-tu pas malheureuse ? "

    Et l'abeille répondit :
    "Non, ils pourraient voler tout mon miel,
    mais jamais l'art de le produire."

    De la même façon, les gens peuvent te mépriser, décourager ou voler toutes tes idées,
    mais ne pourront jamais te séparer de la source de tes bénédictions qui est JÉSUS CHRIST.

    Quelles que soient leurs actions tu produiras toujours de bons fruits au Nom de Jésus.

     

    Auteur inconnu.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

    Nos fragilités

     

     

    Nos fragilités

     

     

     

    Un Sage prit la parole et dit : 

     

    « Apprenez à accueillir et à aimer vos fragilités.

    La faille de l’être, c’est la béance par laquelle la vie nous relie les uns aux autres par l’amour.

    Ne nous relions pas seulement aux autres par la synergie de nos forces et de nos dons,
    mais aussi, et surtout, par la complémentarité de nos manques et de nos faiblesses.

    La Vie veut que nous ayons besoin les uns des autres et que nous puissions nous soutenir dans l’amour.

    L’Âme du monde a fait ainsi :
    chaque être est doté d’un don qui lui permet d’être un soutien,
    une consolation ou une lumière pour les autres;
    mais aussi d’une faille, d’une fêlure, d’une fragilité, qui réclame l’aide d’autrui. »
     

     

    Frédéric Lenoir 
    « L’Âme du Monde »
     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Sa main sera là pour te saisir

     

     

    Sa main sera là pour te saisir


    Pendant une période sombre de ma vie,
    j'ai passé beaucoup de temps à prier, mais le ciel paraissait d'airain.

    Il me semblait que Dieu avait disparu,
    me laissant seul avec mes épreuves et mon fardeau.

    C'était la nuit obscur pour mon âme.

    J'écrivis alors à ma mère pour lui exposer mon problème.



    Jamais je n'oublierai sa réponse :


    Mon fils, bien souvent Dieu se retire pour mettre notre foi à l'épreuve.
    Il veut que tu lui fasses confiance même dans l'obscurité.
    Maintenant, mon fils, étends ta main dans le brouillard
    et tu verras que sa main sera là, pour te saisir.

     

     

    (Billy Graham) 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    L’aigle et le rongeur

     

     

    L’aigle et le rongeur

     

     

     

     

    Un aigle vole très haut dans le ciel. Il repère une proie, il pique vers le sol, saisit le rongeur puis reprend de l’altitude.

    Et tout à coup, il pique à nouveau vers le sol et s’écrase, mort.

     

    Mais que s’est-il passé ?

     

    En fait, pendant que l’aigle remontait avec sa proie, le rongeur lui a mangé l’estomac.
    Mais l’aigle n’a pas voulu lâcher sa proie ; et il en est mort.

     

    Es-tu comme cet aigle ?
    T’accroches-tu à une offense, à une blessure, à un échec, une trahison ?
    Peut-être en es-tu malade ? As-tu des problèmes de santé, de sommeil, même des brûlures d’estomac ?

     

    Aujourd’hui, le Seigneur te dit « lâches, décides de pardonner avec l’aide de Dieu.
    Il veut cicatriser ton cœur blessé

     

    Dans Galates 5 v. 1,
    C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis.
    Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude

     

    Aujourd’hui décide de lâcher prise et retrouve la vraie liberté.

     

     

     

     

     

    L'histoire de l'aigle et le rongeur nous enseigne à lâcher nos blessures, nos échecs, nos offenses pour nous rendre libre. Le Christ nous a rendu libre afin que nous connaissons la vraie liberté.


     

     

    Le pasteur Luc Dumont a partagé cette image dans l’un de ses messages.
    (
    Source : boostetajournee.com)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un brin de sagesse

     

     

    Un brin de sagesse

     

     

     

    Vis ta vie, sois prêt à recommencer

    Souris, vise toujours à te dépasser

    La vie ne te demande pas de gagner

    Mais seulement, de toujours essayer

     

    Va de l’avant, n’arrête pas de marcher

    Oublie aussi, tout ce que fut ton passé

    Regarde toujours le soleil en avançant

    Et l’ombre sera toujours inexistant

     

    Regarde aussi ce qu’il y a devant

    Mais vis d’abord ton présent

    Ne vis surtout jamais dans le passé

    Vivre ainsi c’est seulement exister

     

    Tu ne connaitrais pas le bonheur

    Ni celui de tes proches d’ailleurs

    Aimer tu sais, ça peut devenir un jeu

    Et c’est ton sourire qui t’aidera le mieux

     

    Oui, vis ta vie, mais vis la surtout bien

    Car il y aura toujours un lendemain

    Même si on ne la vit qu’une seule fois

    On pourrait la vivre mieux quelquefois

     

    Sache-le, tu ne pourras que mieux t’aimer

    Et tu n’auras jamais à le regretter

    Dis-toi qu’un jour, tout en étant bien assis

    Tu la repenseras toute, ta vie

     

     

    Claude Marcel Breault

    (source : site-positif.com)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tomates

     

     

    Tomates

     

     

     Un enseignant a demandé à ses élèves d'apporter des tomates dans un sac en plastique à l'école.

     Chaque tomate devait recevoir le nom d'une personne que cet enfant déteste.

     Donc, le nombre de tomates serait égal au nombre de personnes qu'ils détestaient.

    Le jour venu, tous les enfants ont bien aporté leurs tomates.

    Certains en avaient deux, certains en avaient trois, certains avaient cinq et d'autres avaient même 20 tomates en fonction du nombre de personnes qu'ils détestaient.

    Le professeur leur a alors dit qu'ils devaient porter les tomates avec eux partout où iilsront, durant deux semaines.
     
    Comme les jours passaient, les enfants ont commencé à se plaindre de la désintégration et de l'odeur des tomates.


     Les enfants qui avaient beaucoup de tomates se plaignaient'' que c'était très lourd à transporter et que l'odeur était trop.

     Après une semaine, l'enseignant a demandé aux élèves "Comment avez-vous vecu cette semaine?"

     Les enfants se plaignaient de l'odeur horrible et du poids lourd des tomates, en particulier ceux qui portaient beaucoup tomates.

    Alors le professeur déclare : "C'est très semblable à ce que vous portez dans votre cœur lorsque vous n'aimez pas certaines personnes.

     La haine rend le cœur malsain et vous portez cette haine partout.

     Si vous ne pouvez pas supporter l'odeur de tomates gâtées pendant une semaine, imaginez l'impact de l'amertume sur votre cœur pendant que vous le portez tous les jours.

     Le cœur est un beau jardin qui nécessite un nettoyage régulier des mauvaises herbes indésirables.

     Pardonner à ceux qui vous ont énervé.

     Cela fait place à l'entreposage de bonnes choses.

     

    Aime tout le monde.....

     

    (Auteur inconnu)


     

    37 Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu,
    de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
    38 C'est le premier et le plus grand commandement.
    39 Et voici le second, qui lui est semblable :
    Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
    Matthieu 22 : 37-39


     

    7 Bien-aimés, aimons nous les uns les autres; car l'amour est de Dieu,
    et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
    8 Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

    1 Jean 4 : 7-8

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vous avez de la valeur

     

     

    Vous avez de la valeur

     

     

     

    Si vous pensez que vous n’avez rien de réelle valeur à offrir aux autres,
    écoutez ce poète anonyme :

     

     

    Un seul chant pour éclairer l’instant,
    une seule fleur pour éveiller le rêve,
    un seul arbre pour créer une forêt,
    un seul oiseau pour annoncer le printemps.
    Un seul sourire pour que naisse une amitié,

    un seul geste pour qu’une âme se relève,

    un seul astre pour guider un navire,

    un seul mot pour définir un but.

    Un seul vote pour changer un pays,

    un seul rayon pour faire entrer le soleil,

    un seul cierge pour chasser l’obscurité,

    un seul rire pour vaincre la tristesse.

    Un seul pas pour commencer le voyage,

    un seul mot pour se mettre à prier.

    Un seul espoir pour redonner le moral,

    un seul contact pour montrer son attention.

    Un seul ton pour exprimer la sagesse,

    un seul cœur pour savoir le vrai.

    Une seule vie pour tout changer.

    Vous voyez, le choix vous appartient.

     

     

     

    (Source : paroledujour.com)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Aimer, c'est quoi ?

     

     

    Aimer, c’est quoi ?

     

     

    Aimer, c’est espérer…  

    Aimer quelqu’un, c’est lui dire qu’il peut s’en sortir, quelle que soit sa situation, sa souffrance ou son désespoir. 

    C’est lui dire : « N’aie pas peur de toi et de ton passé, n’aie pas peur de tes blessures, du mal qu’on t’a fait, des conneries que tu as faites, de l’enfance que tu as eue.  Tu es libre, tu peux changer, tu peux reconstruire ta vie. » 

    Aimer, c’est croire que chaque personne, blessée dans sa mémoire, dans son cœur ou dans son corps, peut faire de sa blessure une source de vie. 

    Aimer, c’est espérer pour l’autre et lui transmettre le virus de l’espérance.  

     

     

    Christian, 
    aumônerie des prisons de Rouen
    (Extrait Diaconia 2013) 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique