• * DOSSIERS DU COEUR *

     

    *Dossiers du Coeur*

     

    Sommaire : ici

     

  •  

    Commentaire du Psaume 23 (1 à 7)

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (1)

     

     

     

    L'Éternel est mon berger.Psaume 23. 1

     

    (Jésus dit :) Moi, je suis le bon berger : je connais les miens, et je suis connu des miens. Jean 10. 14

     

     

     

    Connaissez-vous le Psaume 23 ?

     

    Il y a quelques années, en s'approchant d'un stand biblique à la foire aux livres de Prague, un visiteur a dit : “Je suis tout à fait athée ! Je ne connais pas la Bible”. L'exposant lui a répliqué : “Vous ne connaissez pas le Psaume 23 ?” À son grand étonnement, l'homme lui a alors récité tout le psaume par cœur !

     

    Le visiteur connaissait ce texte, mais pouvait-il vraiment dire que le Seigneur était son berger ? Non, puisqu'il se disait athée. Parler du Seigneur suppose que l'on croit en Dieu, en celui qui est au-dessus de tout. Dire : “Le Seigneur est mon berger”, c'est déclarer que je connais le Seigneur Jésus comme celui qui m'a sauvé, qui me nourrit, me fortifie, me protège…

     

    David, l'auteur du psaume, avait lui-même conduit un troupeau et il savait qu'une brebis est attachée à son berger ; elle reste sous sa protection, elle le suit partout, et si elle est près de lui, elle ne se fait pas de souci. David expérimentait la même relation avec son Dieu et il l'exprime de cette manière imagée.

     

    Maintenant, celui que David appelait “l'Éternel” est pour nous Jésus Christ, le Seigneur, celui qui est vivant, “le grand Pasteur des brebis” (Hébreux 13. 20), “le bon berger”. Il connaît chacun de ceux qui se confient en lui et qui le prient.

     

    Ce Psaume 23 est l'un des textes les plus connus de la Bible et d'innombrables croyants ont été réconfortés en le lisant. Dans les feuillets qui suivent, le mardi, nous allons continuer à l'aborder, verset après verset.

     

     

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (2)

     

     

     

    Je ne manquerai de rien. Psaume 23. 1

     

    (Jésus a dit à ses disciples :) Quand je vous ai envoyés sans bourse, sans sac et sans sandales, avez-vous manqué de quelque chose ? Ils dirent : De rien. Luc 22. 35

     

     

     

    Je ne manquerai de rien

     

    Hervé venait de s'installer dans une chambre d'étudiant au sud de Paris. Pour l'occasion, sa sœur aînée lui avait offert un tableau décoré avec ce verset : “L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien”. Mais, au moment de fixer le tableau au mur, Hervé a hésité, puis il a rangé le tableau dans l'armoire. En fait, il n'arrivait pas à affirmer : “Je ne manquerai de rien”. Il pouvait dire : “L'Éternel est mon berger”, mais il ne pouvait ajouter la suite.

     

    Quelques mois ont passé, Hervé a appris à mieux connaître le Seigneur et il a ressorti le tableau caché pour le placer bien en vue. Depuis, les décennies ont passé, et ce verset lui est devenu toujours plus précieux.

     

    Chacun peut énumérer des choses qui lui manquent : l'un n'a pas de conjoint, un autre n'a pas d'enfant, un troisième a peu de moyens pour élever sa grande famille… Et cependant, plein de confiance, le croyant reconnaît avec foi qu'il ne manquera de rien.

     

    Par ses soins fidèles et par sa présence même, le Seigneur sait chaque jour combler les besoins les plus profonds des siens. Ils peuvent dire : “L'Éternel nous a secourus jusqu'ici” (1 Samuel 7. 12), avec la certitude qu'il en sera de même jusqu'au terme de la vie : “Jusqu'à votre vieillesse je suis le Même, et jusqu'aux cheveux blancs, je vous porterai” (Ésaïe 46. 4).

     

    Le croyant a pu traverser des situations pénibles, mais il n'oublie pas avec quelle fidélité le Berger l'a aidé. Même si l'avenir semble incertain, il s'attend à son Seigneur et ne redoute pas le lendemain.

     

     

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (3)

     

     

     

    Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me mène à des eaux paisibles. Psaume 23. 2

     

    (Jésus dit :) Celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, moi, n'aura plus soif, à jamais ; mais l'eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d'eau jaillissant en vie éternelle. Jean 4. 14

     

     

     

    Verts pâturages et eaux paisibles

     

    Au sud du pays d'Israël, s'étendent des zones arides, presque désertiques. David avait été berger et il savait ce que signifie conduire son troupeau en un lieu où les brebis peuvent se reposer et se rafraîchir. Quand il évoque des “verts pâturages” et des “eaux paisibles”, il faut penser à une oasis, un havre accueillant au sein d'un monde hostile et troublé.

     

    Quelle est la signification de ces images pour nous qui connaissons le Seigneur ? Jésus est lui-même la nourriture pour notre âme, il est “le pain vivant qui est descendu du ciel” (Jean 6. 51). Il a “les paroles de la vie éternelle”, paroles qui sont esprit et vie (Jean 6. 63, 68) et répondent à notre soif spirituelle. Le Seigneur veut rassasier notre âme et nous donner du repos. Il nous dit souvent, comme à ses disciples fatigués : “Venez à l'écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu” (Marc 6. 31).

     

    Quand goûtons-nous vraiment ce repos ? Dans les moments d'intimité et de communion, seuls avec lui, en lisant sa Parole, en le priant et en l'adorant.

     

    Mais une brebis se repose aussi avec le troupeau dont elle fait partie. Ainsi le Seigneur conduit les siens à se retrouver dans des réunions chrétiennes pour le louer, lui chanter des cantiques et écouter sa Parole. Ce sont des moments heureux qui réconfortent et rafraîchissent l'âme.

     

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (4)

     

     

    Il restaure mon âme ; il me conduit dans des sentiers de justice, à cause de son nom. Psaume 23. 3

     

    Quand le berger a trouvé la brebis perdue, il la met sur ses épaules, tout joyeux. Luc 15. 5

     

     

     

    Des sentiers de justice

     

    Qu'elle est belle, cette image d'un berger qui porte une brebis sur ses épaules ! Nos petits-enfants aiment bien la regarder sur un livre illustré qui parle du Seigneur Jésus comme le bon Berger.

     

    Le berger ne s'occupe pas seulement de nourrir son troupeau. Il prodigue aussi les soins nécessaires aux brebis malades ou blessées. Puis il les conduit sur de bons sentiers.

     

    “Il restaure mon âme.” Nous pouvons aussi affirmer : “Le Seigneur prend soin de nous” (1 Pierre 5. 7). Comme le berger porte sa brebis, le Seigneur Jésus nous porte sur ses épaules et sur son cœur. Il nous aime tels que nous sommes, mais veut nous faire progresser dans notre vie spirituelle. Il le fera jusqu'à la fin, jusqu'au moment où nous serons dans le ciel avec lui. “Celui qui a commencé en vous une bonne œuvre l'amènera à son terme jusqu'au jour de Jésus Christ” (Philippiens 1. 6).

     

    “Il me conduit dans des sentiers de justice.” Le Seigneur nous conduit dans le chemin de sa volonté, loin du mal, dans “le chemin de la paix” (Luc 1. 79). Il trace lui-même ce chemin, non pas un “chemin large” où notre cœur naturel se trouverait à l'aise, mais un “sentier”, un “chemin étroit”, difficile peut-être… Mais qu'importe, quand c'est le Berger qui conduit (Matthieu 7. 13, 14). Le Seigneur nous conduit à faire ce qui est juste aux yeux de Dieu, ce qu'il peut approuver. Il le fait afin que notre conduite ne désavoue pas le nom de Christ que nous portons, mais au contraire, qu'elle soit à son honneur.

      
     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (5)

     

     

    Même quand je marcherais par la vallée de l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal ; car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton, ce sont eux qui me consolent. Psaume 23. 4

     

    (Jésus dit :) Moi, je suis le bon berger : le bon berger laisse sa vie pour les brebis. Jean 10. 11

     

     

     

    Tu es avec moi

     

    David a parlé de pâturages et d'eaux paisibles, puis de sentiers à suivre. Maintenant il évoque “la vallée de l'ombre de la mort”, ces moments sans lumière où l'on ressent le danger et la peur, où l'on éprouve tout particulièrement le besoin d'une présence protectrice.

     

    Quand nous traversons un deuil ou une maladie grave, ou lorsque la mort projette son ombre angoissante, combien nous avons besoin du Seigneur ! Il est là, toujours présent. Dans ces moments-là, le croyant a d'autant plus besoin de sa proximité, et il peut dire avec confiance : “Je ne craindrai aucun mal ; car tu es avec moi” !

     

    L'apôtre Paul a été jeté en prison à Jérusalem, et à Rome il a dû comparaître devant l'empereur romain. Mais dans ces deux occasions il a éprouvé que le Seigneur se tenait près de lui (Actes 23. 11 ; 2 Timothée 4. 17). Le Seigneur est fidèle, toujours présent aux heures les plus dures : combien cela nous rassure !

     

    Mais il y a autre chose qui console : ce sont “sa houlette et son bâton”, deux outils caractéristiques du berger : le bâton servant à protéger les brebis, et la houlette à les rassembler. Ce ne sont pas des instruments quelconques, mais ceux de “mon Berger”. La sollicitude du Seigneur est là pour me diriger, me ramener, m'instruire. Je ne suis pas laissé seul avec mes propres tendances. Quelle douce assurance : je suis l'objet des soins du Seigneur qui m'a aimé et m'aime toujours (Hébreux 12. 6-8). Que je ne l'oublie jamais !

     

     

     

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (6)

     

     

    Tu dresses devant moi une table, en la présence de mes ennemis ; tu as oint ma tête d'huile, ma coupe est comble. Psaume 23. 5

     

    Notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. Et cela, nous vous l'écrivons afin que votre joie soit complète. 1 Jean 1. 3, 4

     

     

     

    Une table dressée et une joie complète

     

    La fin du voyage approche… David vient de parler d'une vallée sombre qu'il a traversée avec le berger près de lui ; maintenant il mentionne la présence d'ennemis. Mais il le fait plutôt avec des accents de triomphe. Les ennemis sont comme réduits au silence, car il est question d'un repas où l'on est invité et pleinement heureux.

     

    David ne s'adresse plus au Seigneur comme à un berger, mais plutôt comme à un ami qui prend soin de lui : “Tu dresses devant moi une table”. Le Seigneur donne la nourriture adaptée aux besoins de notre âme, de notre cœur, “en la présence de mes ennemis”. Sa bonté nous est d'autant plus sensible que les difficultés sont là : moquerie, opposition, persécution… Nos ennemis sont témoins de ses soins, en sorte que, pleins de confiance, nous disons : “Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai pas : que me fera l'homme ?” (Hébreux 13. 6).

     

    “Tu as oint ma tête d'huile”. Seuls les rois et les prêtres parmi le peuple d'Israël recevaient une onction d'huile. Le Seigneur lui-même verse cette huile, il nous met à part pour lui et nous bénit de manière particulière.

     

    Ainsi David peut dire : “Ma coupe est comble”, rien ne peut être ajouté à son bonheur. C'est l'image du croyant, pleinement heureux dans la présence de son Seigneur, débordant de reconnaissance et de louange. Ce bonheur est le prélude à ce que nous connaîtrons bientôt dans le ciel.

     

     

     

    Commentaire du Psaume 23 (7)

     

     

    Oui, la bonté et la grâce me suivront tous les jours de ma vie, et mon habitation sera dans la maison de l'Éternel pour de longs jours. Psaume 23. 6

     

    (Jésus a dit :) Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures… Je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi, afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi. Jean 14. 2, 3

     

     

     

    Dans la maison du Seigneur

     

    Les sentiers escarpés, la vallée sombre, les ennemis… de tout cela, David ne parle plus. Confiant, il regarde en avant et il a deux certitudes : la bonté de son Berger l'accompagnera toujours et, à la fin, il habitera dans la maison de l'Éternel. En regardant en arrière, le croyant constate avec quel amour le Seigneur l'a conduit. Et il peut affirmer qu'il va être encore, et toujours, entouré de cet amour. Comment le sait-il ? Parce que le Seigneur a promis d'être avec lui jusqu'au bout, tous les jours de sa vie (Philippiens 1. 6 ; Matthieu 28. 20). Il l'aidera et veillera sur lui tout au long de son voyage jusqu'au but final !

     

    Quel but ? Pour David, c'était la maison de l'Éternel, son temple sur la terre. Pour nous, c'est la maison du Père, le ciel, l'éternité. C'est là que le Seigneur nous a préparé une place et qu'il nous prendra pour toujours avec lui. Nous serons avec celui qui a été notre Berger sur la terre. Ce sera le repos parfait et définitif.

     

    Ailleurs David a parlé de la beauté de l'Éternel dans son temple (Psaume 27. 4 ; 63. 2 ; 65. 4), il ne se lassait pas d'une telle contemplation. Pour nous, le Seigneur veut que nous voyions sa gloire dans la maison du Père. “Père, je veux, quant à ceux que tu m'as donnés, que là où je suis, moi, ils y soient aussi avec moi, afin qu'ils contemplent ma gloire” (Jean 17. 24).

     

    Oui, le chemin se termine dans ce pays glorieux

     

    Où luit ta beauté divine, ô Sauveur victorieux.

     

    Là, bonheur incomparable, adorant, glorifiés,

     

    À toi nous serons semblables, Jésus, pour l'éternité.

     

     

     

     

    (Source : labonnesemence.com)

     

     

     
     

     * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le fruit de l'Esprit (1 à 10)

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit (1) 

     

     

    Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous et que vous avez de Dieu ?  1 Corinthiens 6. 19
    Le fruit de l'Esprit est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi. Galates 5. 22, 23

     

    Depuis que Jésus est monté au ciel, le Saint Esprit est venu sur la terre habiter dans chaque croyant : “Ayant cru, vous avez été scellés du Saint Esprit” (Éphésiens 1. 13). Le Saint Esprit anime la vie nouvelle du croyant et produit un “fruit” qui, par la grâce de Dieu, mûrit en lui. Il est composé de l'ensemble de ces vertus morales : l'amour, la joie, la paix… (voir verset du jour). Si le cœur du chrétien en est rempli, elles sont activées dans sa vie et dans sa conduite. Ce qui fait dire à l'apôtre Paul, s'adressant aux croyants de Galatie (une province de la Turquie actuelle) : “Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit” (Galates 5. 25).

     

    Ces chrétiens étaient tentés de vivre comme si ce fruit de l'Esprit n'était pas suffisant. Ils voulaient ajouter à leur christianisme la pratique de certains rites de la loi de Moïse.

     

    Ils perdaient alors ce qu'apporte le véritable évangile, car marcher par l'Esprit, c'est le laisser librement nous donner la force de rejeter le mal et d'accomplir le bien. Par la foi nous pouvons réaliser cela chaque jour. Comme un petit enfant apprend à marcher, nous avons, amis chrétiens, à apprendre à marcher par l'Esprit. Cet apprentissage dure toute notre vie et fait grandir ce fruit, qui est intérieur, mais qui pourtant se voit. Car il n'est pas décrit sous forme d'actes extérieurs, mais de vertus morales telles que l'amour, la joie, la paix…

     

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : l'amour (2) 

     

     

     

    Si je parle dans les langues des hommes et des anges,… si j'ai le don de prophétie, si je connais tous les mystères et possède toute la connaissance, si j'ai toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n'aie pas l'amour, je ne suis rien. 1 Corinthiens 13. 1, 2


    La première saveur du fruit de l'Esprit est l'amour.

    Le mot grec employé ici est «agapè». Ce n'est ni l'amour passionnel, que les Grecs nommaient «éros», ni celui, tendre et paisible, qu'ils nommaient «philia», l'amour des couples unis ou des parents pour leurs enfants. L'apôtre Paul emploie le mot “agapé”, l'amour qui donne au lieu de prendre, l'amour qui veut le bien de l'autre. Cet amour-là ne dépend pas des mérites de l'autre pour s'exprimer, il rayonne en toute circonstance. Un tel amour se reçoit de Dieu. Il “est versé dans nos cœurs par l'Esprit” (Romains 5. 5) et il est le fruit de l'Esprit.

     

    Nous pouvons, sans doute, témoigner que nos meilleurs souvenirs ont été marqués de cet amour que nous avons donné ou reçu. Souvenons-nous aussi que Jésus condense la centaine de pages de la loi en un seul verbe : AIMER (lire Marc 12. 29-31). Il en donne la mesure parfaite, suprême, quand il laisse sa vie pour sauver ses ennemis.

     

    Amis chrétiens, c'est le Saint Esprit, et non l'observance de règles, de lois, qui doit inspirer notre vie, nos actes et nos attitudes. La vie chrétienne ne se résume donc pas à une compréhension juste de la doctrine biblique, ni même à sa mise en pratique. Elle est une réalité chaleureuse et bienfaisante qui inclut notre personne tout entière, notre intelligence, notre volonté, nos émotions, et qui nous pousse à aimer «en action et en vérité» (1 Jean 3. 18). “L'amour se réjouit avec la vérité” (1 Corinthiens 13. 6).

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la joie (3) 

     

      

    Que le Dieu d'espérance vous remplisse de toute joie et paix en croyant. Romains 15. 13
     La joie de l'Éternel est votre force. Néhémie 8. 10
     

     

    Joie et paix : deux fruits du Saint Esprit, deux fruits qui embellissent la vie du chrétien, et sont porteurs d'espérance. Fruits rares dans notre monde si souvent amer et tourmenté… Certes la joie, comme toute émotion, peut avoir une bonne ou une mauvaise cause. Si la cause en est mauvaise, l'apôtre Jacques nous dit : «Que votre joie se change en tristesse» (4. 9). Mais le plus souvent dans la Bible, la joie est positive, signe d'un lien étroit avec Dieu (Actes 8. 39).

    Certains croyants ont tendance à penser que la joie n'est pas très importante dans la vie chrétienne. Pourtant, elle est, dans la liste, le deuxième des fruits de l'Esprit. Certes, dans des circonstances de vie difficiles, il peut sembler impossible de se réjouir. Mais le Saint Esprit est pour tout chrétien un intercesseur et un consolateur : il fait percer la joie, même là où la tristesse règne (Actes 16. 22-25), un peu comme les rayons du soleil percent le brouillard un jour d'hiver.

    Tel est le témoignage de nombreux chrétiens emprisonnés à cause de leur foi. Ils ont connu les détresses, la souffrance, mais aussi une joie intérieure profonde, “la joie de l'Esprit Saint” (1 Thessaloniciens 1. 6). Comme l'a écrit l'un d'eux peu avant de mourir en prison : «Dans ma maladie, je conserve toujours la joie dans mon cœur» (Watchman Nee).

    Amis chrétiens, ne nous laissons pas voler la joie que Dieu nous donne. Elle peut conduire ceux qui nous entourent à se tourner vers Celui qui en est la source : Jésus lui-même, qui la renouvelle en nous par l'action de son Esprit.

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la paix (4) 

      

    Retire-toi du mal, et fais le bien ; cherche la paix, et poursuis-la. Psaume 34. 14
    Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. 1 Corinthiens 14. 33
    Vivez en paix : et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous. 2 Corinthiens 13. 11

    Souvent dans la Bible, il est parlé de la paix en relation avec la conscience ou le cœur du croyant. La paix de la conscience est liée à la certitude que Dieu nous a pardonné. La paix du cœur découle de la confiance en son amour et en sa sagesse. Le fruit de l'Esprit inclut l'un et l'autre. Il nous remplit, et nous donne la conviction d'être là où Dieu nous veut, d'être proches de lui. C'est pourquoi nous pouvons traverser les moments de trouble, de peur, d'insécurité même, en restant confiants et paisibles. La paix est à la fois reçue comme un don de l'Esprit et comme le résultat d'une attitude active : «cherche la paix, et poursuis-la».

    La paix que donne le Saint Esprit n'est jamais refermée sur elle-même, froide ou indifférente. L'Esprit de Dieu nous ouvre aux autres, parce qu'il nous libère de notre tendance égocentrique naturelle, et nous aide à aimer.

    Dieu est le Dieu de paix. Il parle, il agit dans la paix pour que l'ordre revienne là où il y a du trouble ou de l'agitation. Et nous pouvons aider dans ce sens : “Bienheureux ceux qui procurent la paix, car c'est eux qui seront appelés fils de Dieu” (Matthieu 5. 9). Mais pour cela, il faut que notre âme soit en paix. «Ne vous inquiétez de rien, mais, en toutes choses, exposez vos requêtes à Dieu par la prière et la supplication avec des actions de grâces ; et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus» (Philippiens 4. 6, 7).

     

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la patience (5) 

     

     

    Ce qui est dans la bonne terre, ce sont tous ceux qui, après avoir entendu la Parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec patience. Luc 8. 15

     

    Cette saveur du fruit de l'Esprit, la patience, est le premier caractère de l'amour cité dans le chapitre 13 de la lettre aux Corinthiens : «l'amour est patient» (v. 4).

     

    Dans l'original, le mot traduit par «patience» est moins le fait de savoir attendre que celui de supporter les situations et les personnes difficiles. Mais attention ! être patient, ce n'est pas fermer les yeux devant la maltraitance et les agressions.

     

    La patience n'est pas démission, c'est cette force tranquille qui garde l'espoir en vue du bien. Si nous patientons tout en «bouillant» intérieurement, ce n'est pas la patience de l'Esprit Saint. Cette patience permet de vaincre la frustration, l'irritation ou le découragement en face de l'apparente stérilité de nos efforts. Elle nous permet de mûrir, en nous apprenant à laisser l'Esprit agir en nous quand il faut, et comme il faut. La patience nous apprend à tenir bon dans la confiance, en attendant de porter son fruit. C'est ainsi qu'elle aura “son œuvre parfaite” (Jacques 1. 4).

     

    Nous sommes encouragés par la Parole de Dieu à “toute patience et toute persévérance, avec joie” (Colossiens 1. 11). La patience n'est pas triste, elle n'a pas la lourdeur d'un fardeau, elle nous incite à semer sans nous lasser, parfois dans la souffrance, mais toujours en comptant sur le Seigneur, le maître de la moisson. «Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin accordée par le Seigneur – que le Seigneur est plein de compassion et miséricordieux» (Jacques 5. 11).

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la bienveillance (6) 

     

      

    Vous étiez autrefois ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur : marchez comme des enfants de lumière (car le fruit de la lumière consiste en toute bonté, justice, et vérité). Éphésiens 5. 7-9

    La cinquième saveur du fruit de l'Esprit est la bienveillance. Cette vertu est très proche de la suivante : la bonté. C'est un état d'esprit qui conduit à des actes de bonté.

    Être bienveillant envers quelqu'un, c'est, selon l'étymologie du mot, lui vouloir du bien, sans a priori. La bienveillance est à l'opposé de toute jalousie ou ressentiment, mais elle est sans condescendance. Une pensée bienveillante est sans préjugé, libératrice, elle n'enferme pas l'autre. La bienveillance se déploie aussi dans la manière de parler : une parole droite et sincère, une parole qui annonce du bien. La bienveillance est ainsi rendue visible dans des actes généreux et rejoint la bonté.

    Il peut exister ce que l'on a appelé “les pièges de la bienveillance”, lorsque celle-ci devient complaisance au mal, lâcheté ou, encore pire peut-être, manipulation. L'authentique bienveillance chrétienne veille à laisser à l'autre sa liberté. Elle le reconnaît dans sa différence, l'accueille comme aimé par Dieu, témoignant ainsi d'un Dieu qui ne s'impose pas mais est venu pour nous sauver.

    Pour exercer la bienveillance, il nous est nécessaire de faire preuve d'intérêt pour notre prochain. Et de toujours nous souvenir que la bienveillance n'est pas le résultat de nos efforts mais le fruit de l'Esprit de Dieu dans notre cœur.

    “Celui qui a l'œil bienveillant sera béni, car il donne de son pain au pauvre” (Proverbes 22. 9).

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la bonté (7) 

     

     

    Ce qui attire dans un homme, c'est sa bonté ; et le pauvre vaut mieux que l'homme menteur. Proverbes 19. 22
    Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d'affection miséricordieuse, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. Colossiens 3. 12

     

    La sixième saveur du fruit de l'Esprit est la bonté. La bonté est comme la signature de Dieu, la garantie qu'il est là. “Nul n'est bon, sinon un seul, Dieu” (Luc 18. 19). Très souvent, d'ailleurs, l'Ancien Testament parle de la bonté de Dieu. David peut prier : «Ta bonté est meilleure que la vie» (Psaume 63. 3). Pour lui, la bonté de Dieu avait plus de prix que sa propre vie. Il a voulu à son tour faire preuve d'une grande bonté, “d'une bonté de Dieu”, envers le fils de Jonathan, son ami, en l'invitant à sa table tous les jours (2 Samuel 9).

     

    La bonté, dans toute son étendue, trouve ainsi sa source en Dieu : “À toi, Seigneur, est la bonté” (Psaume 62. 12). Elle est proche de la grâce, et pousse l'homme pécheur à la repentance (Romains 2. 4). C'est dans la mesure où nous goûtons la bonté de Dieu que nous pouvons à notre tour en donner une vraie expression autour de nous.

     

    Nous sommes invités à manifester la bonté, sans aucun sentiment de supériorité, à être de simples «canaux» par lesquels coule la bonté du Seigneur, une bonté agissante, qui s'approche de l'autre, se met à son service, et lui pardonne si nécessaire. Si ce fruit qu'est la bonté était plus présent dans notre vie, nous serions sensibles aux autres, à leur situation parfois difficile, nous les aiderions à porter leurs fardeaux.

     

    «Ne sois pas surmonté par le mal, mais surmonte le mal par le bien», écrit l'apôtre Paul (Romains 12. 21). C'est là le signe indéniable de la bonté, comme fruit de l'Esprit, une bonté qui, par delà l'animosité, le mépris, l'échec, révèle le cœur de Dieu.

     

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la fidélité (8) 

     

     

    Confie-toi en l'Éternel et pratique le bien ; habite le pays, et repais-toi de fidélité, et fais tes délices de l'Éternel : et il te donnera les demandes de ton cœur. Psaume 37. 3, 4
    Ils proclament chacun sa bonté ; mais un homme fidèle, qui le trouvera ?  Proverbes 20. 6

     

    La septième saveur du fruit de l'Esprit est la fidélité. Dans la Bible, il est plusieurs fois dit que Dieu est fidèle (1 Corinthiens 1. 9, par exemple), c'est-à-dire qu'il est vrai, qu'il tient ses promesses et qu'il accomplit ce qu'il dit. Aussi pouvons-nous mettre notre confiance en lui et nous appuyer sur sa Parole, et à notre tour être fidèles à nos engagements, à la parole donnée, fidèles dans nos relations, et être de fidèles administrateurs pour tout ce que Dieu nous a confié (1 Corinthiens 4. 2).

     

    Cette fidélité va de pair avec la foi, la confiance en Dieu, car nous n'avons pas de force en nous-mêmes. D'ailleurs, le mot traduit dans ce verset par “fidélité” contient les deux pensées (fidélité et foi). C'est parce que Dieu est fidèle que nous pouvons lui faire confiance, avoir foi en lui, et cette confiance nous donne la force d'être fidèles.

     

    Mais la fidélité pourrait ne pas toujours être bonne. Comme chrétiens, nous devons nous interroger : ce que nous pensons être de la fidélité, est-ce le fruit de l'Esprit ou un simple attachement à notre éducation, à des traditions, au poids de la société, à la peur des autres, à des liens d'amitié parfois malsains 

    C'est bien à Jésus que doit aller notre fidélité. Elle est alors confiance absolue dans son amour. Ses résultats se manifestent par une bonne conscience, source de paix et de sérénité, et, par un témoignage, fruit de l'Esprit, qui montre nos liens de communion avec le Sauveur.

     

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la douceur (9) 

     

     

     

    L'Éternel n'était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, du feu : l'Éternel n'était pas dans le feu. Après le feu, une voix douce, subtile. 1 Rois 19. 11, 12
    (Jésus a dit : ) Je suis débonnaire et humble de cœur. Matthieu 11. 29


    La huitième saveur du fruit de l'Esprit est la douceur. Nous la montrons trop rarement : elle exclut toute forme de brusquerie, de dureté, d'amertume. Elle procure un sentiment de sécurité et de réconfort.

    Dieu est un Dieu plein de douceur, sa voix est “douce, subtile”, et sa douceur se manifeste par son amour et sa compassion envers nous. Il nous parle et même nous corrige avec douceur (Jérémie 30. 11). Si nous connaissons la douceur de Dieu, nous pourrons en donner quelques reflets, avec le secours de l'Esprit Saint.

    Dans le Nouveau Testament, la douceur est souvent associée à l'humilité, à la modération (Éphésiens 4. 1, 2), au fait de ne pas insister sur ses droits. On ne peut pas être doux si on est orgueilleux.

    Dans deux domaines, amis chrétiens, nous devrions particulièrement faire preuve de douceur : lorsque nous sommes en position d'autorité ou de force, que ce soit dans le cadre familial, dans les relations professionnelles, ou même dans les réunions chrétiennes ; et lorsque nous parlons de notre foi à des personnes qui en sont encore éloignées. Ne les prenons pas de haut ! Ce ne serait pas une preuve de douceur (1 Pierre 3. 15), mais au contraire le signe d'un orgueil déplorable. Certaines personnes ont traversé des périodes difficiles et se sont éloignées de la foi. Soyons pour elles des aides pour que la petite flamme continue de briller (Galates 6. 1). Et souvenons-nous de ce verset : “Que votre douceur soit connue de tous les hommes” (Philippiens 4. 5). La douceur n'est-elle pas un des caractères de Jésus ? (2 Corinthiens 10. 1)

     

     

     

     

    Le fruit de l'Esprit : la maitrise de soi (10) 

     

     

     

    L'homme qui ne gouverne pas son esprit est une ville en ruine, sans murailles. Proverbes 25. 28

    Joignez à votre foi, la vertu ; à la vertu, la connaissance ; à la connaissance, la maîtrise de soi ; à la maîtrise de soi, la patience. 2 Pierre 1. 5, 6 

     

    Les premiers aspects du fruit de l'Esprit que sont l'amour, la joie, la paix, orientent nos pensées vers Dieu. La patience, la bienveillance, la bonté, la douceur, la fidélité sont plutôt en relation avec notre prochain. La maîtrise de soi est une force intérieure produite par le Saint Esprit qui nous permet de vivre avec sagesse et modération. Il faut cette énergie spirituelle donnée par Dieu pour “être sage par rapport au bien et sans compromis avec le mal” (Romains 16. 19).

     

    La maîtrise de soi sera utile au croyant dans tous les domaines de sa vie : ne pas abuser de la nourriture, de la boisson, des plaisirs, etc. Mais elle est aussi cette force spirituelle qui lui permettra de ne pas céder à tout ce qui pourrait ternir son témoignage de croyant : traits de caractère, passions difficiles à contrôler et dont il souffre… Dans le vécu journalier, la maîtrise de soi, fruit de la vie nouvelle qu'il a reçue de Christ, lui permettra d'éviter bien des pièges que lui tend cette racine de péché qui est encore en lui.

     

    La maîtrise de soi aide aussi à trouver la vraie harmonie selon Dieu entre les attentes du corps et celles de l'âme. «Voulez-vous que votre corps obéisse à votre esprit ? Alors laissez votre esprit obéir à Dieu”, disait Saint Augustin. Une saine maîtrise de soi se soumet à l'autorité de Christ dans chaque domaine de la vie. Elle encadre et protège la vie du chrétien, elle n'est pas une loi qu'il s'impose. Bien au contraire : “Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit” (Galates 5. 25).

     

     

    (Source : labonnesemence.com)

     

     

     

     * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Les plans de Dieu pour votre vie

     

     

     

    1. Envolez-vous vers votre destinée

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    C'est nouveau ! Vous le savez, Un Miracle Chaque Jour vous est proposé en texte et aussi en audio. A partir d'aujourd'hui et pour toute cette semaine uniquement, je vous propose de regarder Un Miracle Chaque Jour en vidéo. A la fin de la semaine je vous demanderai votre avis. Voir la première vidéo. 

     

    En ce début d’année, Mon ami(e), peut-être vous êtes-vous fixé de nouveaux objectifs. Vous voulez accomplir les plans de Dieu pour votre vie. Mais vous vous demandez peut-être aussi comment cela est possible. Parce que votre situation est compliquée...

     

    J’aimerais vous partager une partie de l'histoire du peuple d'Israël, alors qu'il se trouvait encore en Égypte : "Les Israélites gémissaient et criaient encore sous le poids de l’esclavage, et leur appel parvint jusqu’à Dieu. Dieu entendit leur plainte et se souvint de son alliance avec Abraham, avec Isaac et avec Jacob. Il vit les Israélites et quelle était leur situation." (Lire Exode 2.23-25.)

     

    Comme pour les Hébreux, Dieu ressent une immense compassion pour vous et il désire vous secourir :

     

    - Il a entendu votre appel à l’aide et il sait ce qui vous fait souffrir.
    - Il vous voit et il ressent votre peine.
    - Il connaît parfaitement la situation que vous traversez et comment vous aider.

     

    Qu'est-ce qui vous fait souffrir ce matin…? Qu'est-ce qui vous inquiète et, peut-être, vous retient loin du plan de Dieu pour votre vie ? Quoi que cela puisse être, Dieu vous rappelle aujourd’hui que rien n’a le droit de vous priver de la liberté pour laquelle Jésus est mort sur la croix…!

     

    Voici la première étape de cette semaine pour vous envoler vers votre destinée : parlez à Dieu. Criez à lui. Exprimez-lui votre besoin et faites-lui confiance.

     

    Dieu est l’architecte des plans de votre vie. Les difficultés par lesquelles vous passez sont temporaires. Votre Père céleste n'est pas insensible à votre peine et à vos larmes. Il a prévu une issue de secours pour vous. Faites-lui confiance, et il agira. Il ouvrira la voie de votre destinée…!

     

    Je vous invite à demander l’aide de l’Esprit Saint dans la prière : "Mon Dieu, je te remercie d’avoir entendu le cri de mon cœur. Montre-moi ce qui me retient captif(ve) et m’empêche d’entrer dans ma destinée. Je déclare que tu détaches les liens de la servitude en ce jour…! Dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2. Le pays de la promesse est pour vous

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Merci à toutes celles et ceux qui ont regardé hier la première vidéo de la semaine sur YouTube ou facebook. Merci pour vos commentaires, vos "j'aime", vos partages etc.  Je vous invite à regarder le texte d'aujourd'hui en vidéo en cliquant ici. Et à me laisser un commentaire sous la vidéo.  

     

    Comme nous l’avons vu hier, Dieu, le puissant Libérateur, vous conduira dans votre destinée, il vous l’a promis…! Pour Israël, c'était un pays où coulent le lait et le miel.

     

    Nous lisons ceci dans Exode 6.8-9 : "Je vous ferai entrer dans le pays que j’ai juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob ; je vous le donnerai pour qu’il vous appartienne, moi, l’Éternel. Moïse répéta ces paroles aux Israélites, mais ils ne l’écoutèrent pas parce qu’ils étaient démoralisés, à cause de leur dur esclavage."

     

    Parfois, nous sommes accablés par des fardeaux si lourds que nous n'entendons plus la douce voix du Père. Est-ce votre cas, Mon ami(e)…? Peut-être que votre pays promis s’est peu à peu transformé en mirage… Démoralisé(e), vous vous êtes résigné(e)... Si c'est votre cas, voici un verset personnalisé pour vous et qui vous encouragera, je l'espère...

     

    "Je t’ai donné une vision pour ta vie, Mon ami(e) : note-la et relis-la sans cesse. Elle va s’accomplir au temps que j’ai fixé. Si elle tarde, reste patient(e), car elle s’accomplira certainement." (D'après Habacuc 2.2-3.)

     

    Sachez-le : quel que soit votre pays promis, il existe…! Ne laissez pas le doute voler votre foi. Dieu n’est pas un homme pour mentir, ni le fils d'un homme pour se repentir comme le dit sa Parole. (Lire Nombres 23.19.)

     

    Ce qu'il a promis, il l'accomplit…! Ne doutez pas en ce jour. Affrontez cette journée rempli(e) de sa force, de sa détermination et de sa paix…! Et, par-dessus tout, recevez sa joie car le pays de la promesse est pour vous…!

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

    3. Même dans le désert, Dieu est là

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Le texte d'aujourd'hui est disponible en vidéo. Je vous invite à la regarder et à me laisser un commentaire sous la vidéo. A la fin de le semaine je vous demanderai votre avis sur ce que vous pensez de Un Miracle Chaque Jour en vidéo.  

     

    La parole de Dieu nous relate ce périple étonnant du peuple d'Israël qui aurait dû traverser le désert en onze jours (voir Deutéronome 1.2). Or ils y ont erré pendant 40 ans… C’est au cours de la quarantième année que Dieu déclara : "Vous êtes assez restés sur cette montagne." (Lire Deutéronome 1.6.)

     

    Puis, il rafraîchit leur mémoire avec cette même promesse : "Voyez, j'ai mis le pays devant vous : allez-y et prenez possession du pays que l'Éternel a juré de donner à vos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob ainsi qu’à leur descendance après eux." (Lire Deutéronome 1.8.)

     

    Si vous passez par une forme de désert (maladie, divorce, chômage, dettes, célibat, dépression, etc.), cela peut vous décourager... Au point de croire que Dieu vous a oublié(e)...? Vous pouvez même douter de son amour, de sa présence, et croire qu’il s’est éloigné de vous. Or ne pas "sentir" Dieu n’est pas le signe de son absence. Dieu était, est et sera. Toujours là.

     

    J'aimerais vous encourager aujourd'hui :

     

    • Dieu désire raviver votre vision et sa promesse, là dans ce désert.
    • Il a des paroles de vie et de victoire en réserve pour vous…!
    • Le Seigneur vous surprendra encore par sa fidélité et sa bonté.

     

    Accrochez-vous, Mon ami(e)…! Vous êtes en route pour le pays promis. Je vous invite à écouter ce chant de Dan Luiten, "Tu es ma source", et à méditer sur ces paroles :

     

    "Tu es ma source, tu es mon bien. 

     

    Quand je me perds, tu prends ma main. 

     

    Tu me relèves de la poussière dans le désert. 

     

    Tu me diriges vers ta lumière, Seigneur." 

     

    Bonne journée, soyez fortifié(e) en sa présence…!

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    4. Mon ami(e), apprenez à vous battre

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Toute cette semaine je vous propose de découvrir Un Miracle Chaque Jour en vidéo. Je vous invite à regarder maintenant la vidéo du jourA la fin de la semaine je vous demanderai votre avis sur ce concept. Si vous aimez, n'hésitez pas à commenter, partager,... 

     

    J'aime la Parole de Dieu. J'aime la lire, la méditer et aussi l'enseigner… Aujourd'hui je souhaite partager avec vous ce passage puissant tiré du livre des Psaumes : "Béni soit l’Éternel, mon rocher, qui exerce mes mains pour le combat, mes doigts pour la bataille. Il est mon bienfaiteur et ma forteresse, mon refuge et mon libérateur. Il est mon bouclier : c’est en lui que je me réfugie." (Lire Psaume 144.1-2.)

     

    La Bible vous apprend ainsi que Dieu vous forme au combat. Il est votre entraîneur personnel, votre coach. Le plus important…? Face à l'épreuve, il ne vous laisse ni seul(e) ni démuni(e).

     

    Au contraire, Il vous donne des armes puissantes :

     

    - Sa Parole : une épée à double tranchant. (Lire Hébreux 4.12.)
    - L’armure du combattant. (Lire
    Ephésiens 6.11-18.)
    - Le nom puissant de Jésus, qui vous donne toute autorité. (Lire
    Philippiens 2.9-11.)
    - Le sang précieux de Jésus, qui vous protège. (Lire
    Colossiens 2.14-15.)
    - La prière, efficace, qui fait fuir l’ennemi de nos âmes. (Lire
    Jacques 5.16.)
    - La louange, qui détruit vos adversaires. (Lire
    2 Chroniques 20.1-23.)

     

    C’est dans l'épreuve que l'on apprend à affronter des géants. C'est sur le ring que l'on apprend à se battre, pas dans l'assistance. Je vous invite à ne pas craindre, et ce, quelle que soit la situation à laquelle vous faites face. Parce que Dieu n'est pas tombé de son trône, il est encore et toujours au contrôle. Ne lâchez pas sa main. Ne le quittez pas des yeux.

     

    Voulez-vous prier avec moi, maintenant : "Je te remercie, mon Dieu, pour ces épreuves destinées à me donner toute la maturité pour vivre pleinement mon appel. Aide-moi à faire preuve de zèle quand je dois m’entraîner au combat. Je te loue de ce que tu es mon puissant bouclier. Dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Restez courageux(se) dans l’épreuve, l’Éternel des Armées combat à vos côtés…!

     

    Soyez béni(e).

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    5. Accédez aux ressources surnaturelles de Dieu

     

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Chaque jour de cette semaine, Un Miracle Chaque Jour vous est proposé en vidéo. Je vous invite à regarder le texte d'aujourd'hui  et à me laisser un commentaire sous la vidéo si vous le souhaitez.  

     

    Pendant que vous traversez le désert, Dieu est là et il pourvoit. Alors que vous êtes peut-être inquiet(ète) devant vos ressources qui diminuent, voici ce que le Seigneur vous dit en ce jour : "La farine qui est dans le pot ne manquera pas et l'huile qui est dans la cruche ne diminuera pas, jusqu'au jour où l'Éternel fera tomber de la pluie sur le pays." (Lire 1 Rois 17.14.)

     

    Alors que les Israélites marchaient vers le pays promis, Dieu posa sa main puissante sur eux. Il prit soin de tout son peuple d'une façon exceptionnelle, par des prodiges et des miracles magnifiques.

     

    Ces ressources surnaturelles vous sont encore offertes, Mon ami(e)...

     

    - La manne de chaque matin : Dieu a une parole, une directive chaque jour pour vous, il est le pain de vie… (Lire Jean 6.35.)

    - Les cailles du soir : Dieu vous donne une nourriture solide pour vous fortifier, même avant de vous endormir. Vous pouvez dormir en paix. (Lire
    Hébreux 5.14.)

    - L’eau qui jaillit du rocher : Dieu vous offre le Saint-Esprit, source inépuisable, afin que vous n’ayez plus jamais soif. (Lire
    Jean 4.14.)

    - La colonne de nuée le jour, de feu la nuit : sa présence ne s’éloigne jamais de vous, Dieu ne dort ni ne sommeille, il vous garde nuit et jour. (Lire
    Psaume 121.3-4.)

    - Les vêtements et les chaussures inusables : Dieu vous revêt du manteau de la justice et de la délivrance, il vous donne un zèle nouveau pour répandre sa Parole. (Lire
    Ésaïe 61.10 et Éphésiens 6.15.)

     

    Je ne sais pas ce dont vous avez besoin, mais je sais que vous ne manquerez de rien, si vous vous confiez en Dieu.

     

    Dieu pourvoit à tous les niveaux : la nourriture spirituelle et terrestre, les besoins matériels. Il est votre appui et votre protecteur, un réconfort de chaque instant. Il agit aussi dans votre corps, en renouvelant vos capacités intellectuelles et physiques.

     

    Oui, Dieu crée des opportunités surnaturelles là où vos réserves naturelles sont épuisées. Rien d'étonnant, car il est le Créateur par excellence…! Il a la maîtrise totale sur sa création et sur les évènements.

     

    Oui, en ce jour, Dieu fait tomber la pluie et descendre la manne sur votre désert…!

     

    Soyez renouvelé(e)...!

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    6. Etes-vous en formation, mon ami(e) ?

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Toute cette semaine je vous propose de découvrir Un Miracle Chaque Jour en vidéo. Je vous invite à regarder maintenant la vidéo du jour. J'aimerais beaucoup savoir ce que vous avez pensé du format vidéo de cette semaine. Pouvez-vous prendre quelques minutes pour répondre à un petit sondage en cliquant ici...? 

     

    Dieu connaît l’histoire de votre vie. C’est d'ailleurs lui qui en écrit tous les chapitres. Et chacun d'eux est utile pour votre formation.

     

    Le Seigneur est aussi l'instructeur par excellence. Parfois, il vous amène dans son camp d’entraînement. Là, il désire vous enseigner, vous façonner, afin que vous soyez prêt(e) pour la mission à laquelle il vous a appelé(e).

     

    Gardez à l'esprit que la stratégie de formation de Dieu est parfaite. Elle se déroule à votre rythme pour que vous appreniez...:

     

    - L’obéissance, pour accomplir la volonté de Dieu. (Lire Matthieu 6.10.)
    - L’humilité, pour que Dieu se lève dans votre vie, alors que vous diminuez. (Lire
    Jean 3.30.)
    - La confiance, pour regarder aux choses invisibles. (Lire
    2 Corinthiens 4.18.)
    - La sagesse, pour compter pleinement sur Dieu. (Lire
    Proverbe 3.5.)
    - La patience, pour hériter ses promesses. (Lire
    Hébreux 10.36.)
    - La persévérance, pour régner avec Dieu. (Lire
    2 Timothée 2.12.)
    - Le discernement, pour apprendre à déjouer les pièges du diable. (Lire
    Romains 12.2.)

     

    Au cours de cet entraînement divin, vous vous sentirez peut-être fatigué(e) ou découragé(e). Cela est humain. N'en ressentez pas de culpabilité. Persévérez. Ne lâchez rien. La victoire est au bout du chemin.

     

    Entendez-vous la douce voix de votre Sauveur qui vous dit : "Prends mon joug sur toi, Mon ami(e), et reçois mes instructions, car je suis doux et humble de cœur. Je ne permettrai pas que l’épreuve soit trop dure à supporter. Viens à moi et tu trouveras du repos pour ton âme que je rafraîchis en ce jour."

     

    Bonne journée…!

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    7. Courrez vers votre destinée

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Je vous invite à regarder le dernier message de cette semaine en vidéo. J'aimerais beaucoup savoir ce que vous avez pensé du format vidéo de cette semaine. Pouvez-vous prendre quelques minutes pour répondre à un petit sondage en cliquant ici...? 

     

    Saviez-vous que la meilleure façon d’arriver à destination, c’est de regarder devant…? L'apôtre Paul disait ceci :

     

    "Oubliant ce qui est derrière et me portant vers ce qui est devant, je cours vers le but pour remporter le prix de l’appel céleste de Dieu en Jésus-Christ." (Lire Philippiens 3.13.14.)

     

    Beaucoup de chrétiens éprouvent des difficultés à entrer dans leur destinée pour plusieurs raisons…:

     

    1. Ils restent bloqués dans le passé, les yeux fixés sur le rétroviseur, blessés et amers.

     

    2. Ils n’arrivent plus à progresser parce qu’ils sont focalisés sur leur prétendus défauts ou faiblesses et sur leurs capacités qu’ils jugent insuffisantes.

     

    3. Ils ont peur de l’échec et cela les les incite à accomplir les mêmes gestes qu’hier, sans chercher à innover, à créer.

     

    Est-ce votre cas mon ami(e)...? Si oui, permettez-moi de vous rappeler ceci : vous avez reçu, Son Esprit, un Esprit de force et de courage. Pas un esprit de peur et de découragement…! Vous êtes l'héritier(ière) d'un royaume qui dépasse votre entendement et d'un Roi qui vous aime passionnément…!

     

    Je vous encourage alors à adopter une attitude de conquérant(e) qui prend pleinement possession de son pays, qui entre en vainqueur dans sa destinée :

     

    - Ne regardez plus en arrière
    - Courez droit au but, Jésus a déjà ouvert la voie pour vous…!
    - N’attendez pas d’être parfait(e) pour accomplir votre destinée…!

     

    Je vous propose de prier avec moi maintenant : "Dieu tout-puissant, je veux courir droit au but, avec toi à mes côtés. J’ai confiance en toi, je sais que tes plans sont parfaits et que tu m’enseigneras la voie à suivre, jusqu’à la fin de mes jours. Merci pour ton Saint-Esprit qui me donne toutes les capacités pour devenir celui/celle que tu veux que je sois. Dans le nom de Jésus, amen."

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dans la présence du Père

     

     

     

    1. Priez votre père

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Tout au long de cette semaine, je vous propose des textes tirés de mon dernier livre "21 jours dans l'intimité du Père". Et en réalité, il s'agit plus que d'un simple livre. C'est un très bel ouvrage magnifiquement illustré et conçu comme un journal de prière. Ensemble, nous allons parcourir cette magnifique prière du "Notre Père" et en tirer des clés de transformation pour votre vie. Soyez béni(e)...! 

     

    Peut-être ressentez-vous quelques difficultés à prier. Pourtant, vous en connaissez la nécessité. Mais vous manquez de temps ou ne savez pas vraiment comment faire.

     

    La Bible nous enseigne ceci : "Mais toi quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton père qui est là dans le lieu secret...." (Lire Matthieu 6.6.)

     

    Avez-vous un endroit favori pour prier, Mon ami(e)...? 

     

    Prier demande de s'ouvrir au Seigneur et de fermer la porte aux soucis. La Bible vous enseigne comment faire cela en Philippiens 4.6-7 : "Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ."

     

    La Bible déclare aussi : "Approchez-vous de Dieu et il s'approchera de vous." (Lire Jacques 4.8.)

     

    Imaginez un instant. Vous faites un pas, Dieu fait un pas vers vous. Vous en faites cinq de plus, Dieu en fait cinq aussi. Il est de plus en plus près de vous. Oui, Dieu lui-même s’approche de vous. C’est une (dé)marche facile, Mon ami(e), dans laquelle Dieu vous offre toute son attention.

     

    Alors que vous vous approchez de lui, vous pouvez donc lui confier toutes vos souffrances, vos difficultés et vos faiblesses. Puis, il s'approche de vous et vous offre son amour, sa bienveillance, sa miséricorde, sa grâce, sa paix.

     

    Alors Mon ami(e), comment vous approcher concrètement de Dieu...?

     

    • Parlez-lui simplement, avec vos mots.
    • Puis, louez Dieu pour sa merveilleuse présence.
    • Ensuite, tenez-vous immobile, dans le silence, pour écouter la voix de Dieu et recevoir ses paroles
    • et notez ce qui vous vient à l’esprit.

     

    Permettez-moi de prier pour vous à présent : "Seigneur, je te prie pour Mon ami(e), afin qu’il(elle) persévère dans son approche vers toi. Qu’il(elle) réalise combien tu l’aimes. Et que tu es attentif à tous ses besoins. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Je vous souhaite une belle journée dans sa présence.

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

    2. Dieu voit dans le secret

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Tout au long de cette semaine, je vous propose des textes tirés de mon dernier livre "21 jours dans l'intimité du Père". Et en réalité, il s'agit plus que d'un simple livre. C'est un très bel ouvrage magnifiquement illustré et conçu comme un journal de prière. Vous pouvez en télécharger un extrait gratuitement en cliquant ici. Ensemble, nous allons parcourir cette magnifique prière du "Notre Père" et en tirer des clés de transformation pour votre vie. Soyez béni(e)...! 

     

    Avez-vous compris l’importance de fermer la porte à tous vos soucis avant de prier...?

     

    Hier, nous avons vu que se tenir dans un "lieu secret", au calme, vous permet de parler à Dieu, mais aussi de l’entendre. En effet, Dieu vous voit dans le lieu secret (voir Matthieu 6.6). La Bible vous apprend également que "Celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent". (Lire Hébreux 11.6.)

     

    Non seulement Dieu vous voit Mon ami(e), mais il veut aussi vous récompenser d'avoir mis ce temps à part pour lui.

     

    Dieu existe et il est bien vivant…! Réalisez que Dieu est là, à vos côtés. Le Dieu d'amour, de joie, de victoire, de paix est avec vous.

     

    Voici ce que vous révèle encore la Parole de Dieu : "Si vous vous tournez vers moi, vous me retrouverez. Moi, le Seigneur, je vous le déclare : si vous me recherchez de tout votre cœur, je me laisserai trouver par vous." (Lire Jérémie 29.13.)

     

    Je le déclare sur votre vie...! Alors que vous vous tournez vers le Seigneur, alors que vous le recherchez de tout votre cœur, il se laissera trouver par vous. Il vous rétablira. Il bénira votre vie...!

     

    Maintenant, je vous propose de dérouler votre temps de prière ainsi :

     

    • Rappelez-lui, avec vos propres mots, que vous le cherchez.
    • Confirmez-lui que vous souhaitez le chercher chaque jour.
    • Dites merci au Seigneur de vous récompenser parce que vous vous approchez de lui.
    • Et, dans le silence, écoutez-le en fixant vos pensées sur ce verset : "Si vous me recherchez de tout votre cœur, je me laisserai trouver par vous" car il veut vous bénir.
    • Enfin, remerciez-le pour tout ce qu’il vous accorde.
    • Pensez à noter tout ce qu’il vous a dit.

     

    Permettez-moi de prier pour vous maintenant : "Merci, Père, de récompenser Mon ami(e) qui te cherche de tout son cœur. Je te prie de la bénir dans sa démarche vers toi. Au nom de Jésus. Amen."

     

    Soyez béni(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

    3. Dieu est là

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Je vous encourage à persévérer dans la prière. Que vous le sentiez ou pas, Dieu est là. Le Seigneur est là, dès que vous ouvrez la bouche pour le prier.

     

    Et parce que Dieu est là, Mon ami(e), vous pouvez laisser toute inquiétude vous quitter. Je vous rappelle ce que la Bible dit à propos des soucis :

     

    "Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ." (Lire Philippiens 4.6-7.)

     

    Rappelez-vous, lorsque vous vous approchez de Dieu, il s’approche de vous, un pas après l’autre : "Approchez-vous de Dieu, et il s'approchera de vous." (Lire Jacques 4.8.) Ainsi, quand vous priez, croyez que Dieu est bien présent.

     

    Et sa présence fait "sauter" toutes vos inquiétudes. Avec Dieu présent dans votre vie, vos inquiétudes n'ont plus qu'à s'inscrire aux abonnés absents :-) Là où Dieu est, il n'y a pas de place pour l'angoisse ou la peur.

     

    Aujourd'hui, c’est le moment pour vous de faire un pas de plus pour vous approcher de Dieu et vous éloigner de vos soucis :

     

    • Réalisez que le Dieu de l’Univers est présent à vos côtés.
    • Commencez à le remercier, à le louer : pour sa présence, pour sa paix, pour sa force.
    • Repassez dans votre mémoire ses bienfaits passés.
    • Exprimez-lui vos besoins, même s’il les connaît, faites-le…!
    • Imaginez-le en train de marcher vers vous. Il vous accompagne dans vos souffrances et vos difficultés.
    • Sentez sa main bienveillante posée sur votre tête.
    • Maintenant, soyez tranquille et écoutez ce qu’il a à vous dire.
    • Notez tout ce que vous avez entendu dans votre esprit.
    • Enfin, croyez que Dieu agit.

     

    Vous êtes dans la présence merveilleuse de Dieu et elle ne vous quittera pas. Elle vous accompagne tout au long de ce jour.

     

    Je vous propose de prier un instant : "Seigneur, je te remercie de m'avoir parlé aujourd'hui. Merci de me rappeler que je ne dois pas m'inquiéter. Oui, mes inquiétudes disparaissent en ta présence. Aide-moi à marcher dans la paix et la sérénité aujourd'hui. Je crois que tu te charges de tous mes soucis. Je reçois ta paix surnaturelle en moi maintenant, dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Je vous souhaite une belle journée dans sa présence.

     

    Merci d'exister,


    Eric Célérier 

     

     

     

     

     

    4. Vous êtes son enfant

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Hier, nous avons vu combien il est simple de confier ses besoins à Dieu. Il est toujours présent et toujours prêt à vous entendre. Mais saviez-vous aussi qu'il est votre Père… Et que c'est votre privilège d'être son enfant…?

     

    C’est ce que vous apprend Jésus, lorsqu'il commence sa prière par : "Notre Père". (Lire Matthieu 6.9.) Oui…

     

    • Vous êtes l'enfant de Dieu...!
    • Vous êtes désiré(e).
    • Vous êtes le/la bien-aimé(e) du Père.
    • Vous avez un avenir et une destinée remplis d'espérance.

     

    La Bible l’atteste : "Je n’étais encore qu’une masse informe, mais tes yeux me voyaient, et sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient destinés avant qu’un seul d’entre eux n’existe." (Lire Psaume 139.16.)

     

    Et encore, cet autre verset (personnalisé cette fois) : "Je te connaissais avant même de t’avoir formé(e) dans le ventre de ta mère, Mon ami(e)." (Lire Jérémie 1.5.)

     

    Prenez dès à présent quelques instants dans la présence du Père. Permettez à l'Esprit de Dieu de rendre témoignage à votre esprit que vous êtes enfant de Dieu. Puis, conscient(e) de votre identité d'enfant du Père qui est au ciel, apportez-lui aussi tous vos besoins et croyez qu'il y répond. Si vous sentez Dieu vous parler, notez ce qu'il vous communique afin de ne pas oublier.

     

    Je vous invite à prier un instant : "Mon Père, je te remercie de m'avoir adopté(e), d’avoir fait de moi ton enfant bien-aimé(e). De m'avoir promis un avenir plein d’espérance. Que ces temps que je prends avec toi soient une bénédiction de plus pour ma vie. Au nom de Jésus. Amen."

     

    Le Saint-Esprit qui vit en vous vous rappellera à tout moment que vous êtes l’enfant bien-aimé du Père. Soyez béni(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    5. "Je suis ton Père"

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Vous êtes aimé(e) du Père. J'espère que vous le réalisez chaque jour davantage. Il vous a adopté(e) et son Esprit rend témoignage à votre esprit que vous êtes son(sa) fils(fille)...!

     

    Mais, peut-être que la pensée de Dieu en tant que Père vous gêne ou vous met mal à l'aise… sachez que vous n'êtes pas le/la seul(e).

     

    Une lectrice me partageait la plus grande frustration qu'elle rencontre dans sa vie chrétienne : "Mon père me faisait peur. Je lui ai pardonné, mais j'éprouve des difficultés à voir Dieu comme Il est vraiment. Je voudrais vraiment réaliser l'ampleur de son amour."

     

    Malheureusement, tout le monde ne peut prétendre avoir (eu) un "bon père". Et c’est pour cette raison que vous avez peut-être du mal à ressentir sa tendresse, son affection. Mais Dieu est différent. Il n'est pas un homme. Il est amour. Il vous aime personnellement et intensément. Il a fait de vous son (sa) fils (fille) bien-aimé(e). Rappelez-vous :

     

    "Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant." (Lire 2 Corinthiens 6.18.)

     

    Voulez-vous vous approcher de lui, maintenant…?

     

    • dites-lui merci d'être un "bon père", votre père, avec vos propres mots
    • remerciez-le pour sa bienveillance à votre égard
    • louez-le pour pour ses projets de paix
    • gardez le silence, maintenant, en fixant vos pensées sur lui, le "bon Père"
    • notez tout ce que Dieu veut vous révéler dans sa présence.

     

    Je vous invite à prier maintenant : "Seigneur, je te remercie de m’avoir rappelé(e) combien je suis précieux(se) à tes yeux. Je veux aussi me souvenir que tu es un bon Père et que tu pourvois à tous mes besoins. Je te rends grâce d’avoir préparé mon avenir avec des projets remplis de paix. Au nom de Jésus. Amen."

     

    Que votre journée soit belle, marquée de sa présence glorieuse...!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

     

    6. Votre Père règne dans les cieux

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Vous avez un Père, un bon Père, qui a formé pour vous des projets de paix.

     

    Peut-être que vous n’avez pas pu être proche de votre père, ou que vous n’en avez pas eu, et je le regrette pour vous. Je comprends alors que ce "Père qui est aux cieux" vous paraisse encore inaccessible. Si lui est au ciel et vous sur la Terre, il est difficile de l'imaginer "proche de vous", et pourtant...!

     

    Je pense que lorsque Jésus précise que notre Père est aux cieux, cela n'est pas pour le maintenir éloigné de nous, bien au contraire. Comme tous les enfants fiers de leur papa, Jésus nous présente son Père. Et je pense que Jésus est fier de nous parler de son Père…!

     

    Un autre passage de la Bible nous parle de la grandeur du Dieu des cieux. Lisons ensemble le Psaume 19.2 : "Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue céleste annonce l’œuvre de ses mains." 

     

    Voici ce que ce verset vous apprend à propos du Père, de votre Père céleste :

     

    • Il est glorieux.
    • Les cieux racontent sa gloire.
    • Il est le Créateur de l'univers.
    • Il est le Créateur de la lumière, du soleil, des étoiles, de la terre, de tous les êtres vivants.
    • Il règne au-dessus de toute la création.

     

    Oui, il habite dans les cieux. Cependant, il vous permet d’entrer en sa présence. Comment…? Par le sang de Jésus. Vous avez libre accès au sanctuaire de Dieu. C’est merveilleux, n’est-ce pas...?

     

    Je vous invite à vous réjouir en ce jour de ce que vous avez un libre accès au Père, à tout instant et en tout lieu.

     

    Il n'est pas éloigné et il n'est pas inaccessible. Au contraire, il est tout près de vous.

     

    Je vous invite à terminer le texte d'aujourd'hui avec cette prière : "Père, merci d’avoir donné ton Fils Jésus pour moi afin que j’ai un libre accès à ta présence. Je reconnais que je peux me tourner vers toi à tout instant et en tout lieu. Cela réjouit mon cœur. Merci de rester tout près de moi et de m’écouter avec bienveillance. Dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Gardez les cieux à l'esprit durant les prochaines heures et tout au long de ce jour.

     

    Je vous souhaite une belle journée dans sa présence.

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    7. Son nom est puissant

     

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Peut-être qu'au cours de ces derniers jours, vous avez réalisé combien il est simple d’entrer dans la présence du Père. En tout cas, c'est mon souhait pour vous.

     

    Jésus, dans le "Notre Père", nous dit ceci : "que ton nom soit sanctifié." En grec, "ton nom", correspond à "Sou Onoma". "Sou" peut se mettre au singulier ou au pluriel. C’est comme si Jésus disait : "Que tes noms soient sanctifiés."

     

    En effet, dans sa Parole, Dieu se présente sous plusieurs noms. Aujourd'hui, je vous propose de méditer et de prier sur différents noms de Dieu que nous trouvons dans la Bible...

     

    • "Yahwé Shammah": "L’Éternel est là" (voir Ézéchiel 48.35). Ce nom souligne que Dieu est présent, toujours et partout.

     

    • "El-Shaddaï" : "Le Dieu tout-puissant" (voir Genèse 17.1). Par ce nom, Dieu se révèle comme Celui qui a tout pouvoir dans le ciel et sur la terre.

     

    • "Yahwé Roï" : "L’Éternel mon berger" (voir Psaumes 23.1). L’Éternel se montre un berger attentionné ; il connaît toutes ses brebis par leur nom et il prend soin d’elles individuellement.

     

    • "Yahwé Rapha" : "L’Éternel qui guérit" (voir Exode 15.25-26). Dieu guérit aussi bien l’âme que le corps.

     

    • "Emmanuel" : "Dieu avec nous" (voir Matthieu 1.23). Dieu s’est fait homme, incarné en Jésus-Christ. Il est proche de vous, parce qu’il a vécu une vie humaine.

     

    • "Jésus, Yéshoua" : "L’Éternel est salut" (voir Matthieu 1.21). C’est le nom qui est au-dessus de tous les noms.

     

    Jésus nous affirme : "Tout ce que vous demanderez en mon nom (en mes noms pourrait-on dire), je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils" (voir Jean 14.13).

     

    Prions ensemble pour terminer : "Seigneur Jésus, je te prie pour que mon ami(e) garde à l'esprit que tout ce dont il(elle) a besoin pour son âme et sa vie se trouve dans les merveilleux noms de ton Père. En ton merveilleux nom Jésus. Amen."

     

    Soyez richement béni(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source: TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    7 Etapes pour obtenir un complet rétablissement

     

     

     

    Le pardon, premier pas vers la liberté

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Tout au long de cette semaine, je vais vous guider dans un parcours en 7 étapes pour obtenir un complet rétablissement. Les textes sont librement inspirés (avec autorisation) de l'excellent livre "Seigneur, restaure-moi", paru aux Editions VIDA, que je vous encourage à lire. 

     

    "Seigneur, restaure-moi…!" est une phrase que nous sommes nombreux à avoir prononcée, alors que nous étions en proie à des difficultés et des souffrances. La plupart de ces épreuves sont liées à nos relations avec les autres. Malgré notre attachement à Dieu, dépression, mal-être, colère, rancœur, frustration sont autant de "symptômes" qui confirment que nous sommes en "mauvaise santé émotionnelle".

     

    Dieu veut vous guérir, comme nous le confirme sa Parole ici : "Car je te rétablirai, Je te guérirai de tes plaies, – Oracle de l’Éternel." (Lire Jérémie 30.17.)

     

    Je ne connais pas votre histoire, Mon ami(e), mais peut-être avez-vous encore de mauvais souvenirs :

     

    • Qui remontent à votre petite enfance,
    • Qui vous rappellent la trahison de votre conjoint(e),
    • Ou encore, qui sont liés à un conflit récent.

     

    Quelles que soient vos blessures, le chemin vers la guérison passe par le pardon, première étape incontournable. Elle consiste à "recevoir le pardon de Dieu et à laisser la réalité de ce pardon pénétrer au plus profond de votre être." Autrement dit, à tirer un trait sur le passé. (Lire Ésaïe 43.18-19.)

     

    L’auteur ajoute que "le pardon est fondé sur la réciprocité. (Lire Matthieu 6.14.) Dieu vous pardonne rapidement et totalement sur la base de la confession de vos torts. Le pardon est un choix que nous faisons. Nous fondons notre décision non pas sur ce que nous avons envie de faire, mais sur ce que nous savons être juste."

     

    Voulez-vous avoir une meilleure santé émotionnelle, Mon ami(e)...? Cette étape du pardon est alors indispensable pour une complète restauration.

     

    Je vous invite à prier avec moi : "Seigneur, aide-moi à abandonner le passé pour que je puisse entrer dans tout ce que tu as prévu pour moi. Montre-moi qui j’ai besoin de pardonner et aide-moi à offrir aux autres un pardon total. Guéris-moi de tous les souvenirs douloureux qui ont marqué ma vie, afin que je puisse devenir ce pour quoi tu m’as créé(e). Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Dieu vous libère dès aujourd’hui…!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    Jésus vous ouvre les bras

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Pâques nous rappelle combien nous pouvons nous identifier à Jésus. Sa mort et sa résurrection nous montrent son amour pour nous, et ce quelle que soit notre condition…! Il a tout enduré pour nous, comme le rappelle ce passage de la Bible :

     

    "Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n'avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé ; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié." (Lire Ésaïe 53.2-4.)

     

    Mon ami(e), de quoi souffrez-vous...? D’humiliation, de rejet, de mépris, de solitude, de douleurs physiques et/ou morales…?

     

    Jésus comprend et connaît très bien ce que vous pouvez endurer, lui qui a traversé de terribles souffrances à la croix :

     

    • Il a été rejeté et méprisé, lui qui avait accompli des miracles.
    • Il a été puni, frappé, alors qu’il était parfaitement saint.
    • Il a été humilié, on lui a craché dessus, lui, le Fils de Dieu.
    • Il a été giflé, fouetté, lui qui n’avait commis aucun mal.
    • Il a été hué, injurié, et il ne s’est pas défendu.
    • Il s’est retrouvé seul, séparé de ceux qu’il aimait.
    • Il a été abandonné de tous.

     

    Oui, Mon ami(e), sur le mont Golgotha, Jésus a TOUT supporté. Il a obéi jusqu’à la mort à la croix. (Lire Philippiens 2.8.) Son sacrifice nous permet aujourd’hui d’être sauvés de nos péchés, guéris de nos maladies et réconciliés avec le Père. Ésaïe 53.5 dit : "Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris."

     

    S’identifier à Jésus, à ses souffrances et à sa croix, c’est le chemin parfois bien difficile du chrétien, mais n’oubliez pas que c’est aussi un chemin de victoire et de résurrection… Jésus a pris votre place afin que vous ne vous sentiez plus jamais seul(e) malgré vos douleurs.

     

    En ce jour, rappelez-vous qu’il vous ouvre les bras pour vous aimer, vous consoler, vous fortifier, vous apaiser, vous guérir...

     

    Je vous souhaite une belle journée, rempli(e) de sa paix : Jésus a tout accompli et il est vivant…!

     

    Merci d'exister,

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    Toutes vos prières sont entendues

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Hier, je vous rappelais que Jésus est passé par le chemin de la croix par amour pour nous… Au cours de notre existence, nous pouvons traverser certaines souffrances que notre Sauveur a supportées… Alors que nous faisons monter nos prières pour les lui confier, certaines semblent ne pas être entendues…

     

    Cela me fait penser à cette bouteille que l’on jette à la mer, contenant un message… Combien de temps, de kilomètres parcourus avant qu’elle ne tombe entre les mains d’une personne bien intentionnée...?

     

    Quelles sont les bouteilles que vous avez confiées à la mer, Mon ami(e)…? Depuis combien de temps…?

     

    Serait-ce un mari (une épouse) ou un enfant que vous attendez depuis trop longtemps…? Ou bien la guérison d’une maladie dite incurable…? Un changement de vie, d’orientation qui tarde…? Ou encore un projet pour bénir les gens qui piétine…?

     

    Quels que soient les "messages" que vous adressez à Dieu, aucun ne se perdra. Tous arrivent à destination…!

     

     

    Oui, Mon ami(e), prier, c'est avoir le privilège de semer des mots dans l'éternité…! C’est également la grâce de partager ce qui vous pèse, vous attriste et vous tracasse avec celui qui comprend tout, qui connaît tout. Lorsque vous ouvrez votre cœur à Dieu, vous lui permettez de souffler sur le vôtre par son Esprit.

     

    Je vous encourage à parler à Dieu tous les jours, sans crainte ni retenue, mais avec l'assurance que vous êtes entendu(e) de lui. Il est votre Père, attentif à tout ce que vous traversez…!

     

    Terminons par la prière : "Seigneur, il m’arrive parfois de trouver le temps long et de douter que tu entendes mes prières. Pardonne-moi, et apprends-moi à rester patient(e) et confiant(e). Je sais que tu n’es jamais en retard ni en avance, mais toujours à l’heure pour m’exaucer. Merci pour ta grâce et ton amour. Amen."

     

    Persévérez dans la prière. Dieu a la solution à tous vos problèmes…!

     

    Je vous souhaite une bonne journée, toujours connecté(e) avec votre Sauveur…!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    Dieu n'avait pas dit son dernier mot

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Alors que nous sommes en pleine période de Pâques, il est bon de se souvenir tout ce que notre Sauveur a enduré par amour pour nous à la croix… mais aussi sa résurrection…! Connaissez-vous le film "La résurrection du Christ"...?

     

    Ce film raconte le parcours d’un tribun romain, chargé d’enquêter sur la mystérieuse disparition du messie. Le tombeau est vide, et il part à la recherche d’explications qui tiennent la route. Les Romains soupçonnent que le corps n’ait été volé et refusent de croire en la résurrection du Christ, telle qu’annoncée par Jésus et ses disciples. Je vous laisse découvrir la suite…

     

    Ce film m’a beaucoup touché. Je me suis imaginé avec les disciples, marchant avec le Christ, après sa mort et sa résurrection. Quels moments extraordinaires à vivre…! J'aurais aimé être là...

     

    En cette semaine de Pâques, Mon ami(e), quoi de mieux que de se souvenir que Jésus est là et qu'il agit encore aujourd’hui…! Alors que le Sauveur était dans la tombe et que tout semblait fini, Dieu n’avait pas dit son dernier mot…

     

    C’est ce que nous raconte Michèle, à propos de son fils (à voir dans cette belle vidéo) : "Mon fils de 18 ans avait fugué pendant 2 semaines, consommateur de cannabis et d'autres drogues. Grandes étaient mon inquiétude et ma peur. Chaque matin, lorsque je lisais Un Miracle Chaque Jour, un message de réconfort m'attendait pour m'aider à garder la foi. Et le vendredi de la veille de Pâques, mon fils est revenu à la maison. Aujourd'hui, il fume de moins en moins et accepte mon aide. Il a décidé de reprendre le chemin de l'école. Je sais que notre Père a commencé un travail sur lui et ce miracle servira pour l'édification de son peuple."

     

    Seul Jésus est capable de transformer des vies... Car "il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures." (Lire 1 Corinthiens 15.4.) Il vous ramène :

     

    • De l’angoisse à la paix.
    • Des addictions à la liberté.
    • Du rejet à l’amour.
    • De la dépression à la joie de vivre.
    • Des ténèbres à la lumière.

     

    Mon ami(e), Christ est là pour vous transformer vous aussi, à travers ce miracle de la résurrection. Laissez-le guérir votre corps, restaurer votre âme, renouveler votre esprit. Il vous aime…!

     

    Bonne journée…!

     

    Merci d'exister,

    Eric Célérier

     

     

     

     

     

    Pâques, c'est Jésus et toi

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Comment voyez-vous Pâques...? Comment vivez-vous Pâques chaque année...? Pour ma part, mes grands-parents savaient célébrer Pâques comme personne. Ils m’ont transmis cela en me répétant souvent : "Mon petit garçon chéri. À Pâques, ce ne sont pas les oeufs qui importent, c’est Jésus et toi...! Tu as SA valeur mon fils." Je n’oublierai jamais les encouragements, ni toutes les vérités qu’ils m’ont inculquées avec amour.

     

    Pâques, c’est Jésus et vous...! Cette fête révèle tellement de vérités sur l’amour et la puissance de Christ en votre faveur. Mon ami(e), Pâques, c’est Jésus qui vous rappelle :

     

    • La valeur que vous avez à ses yeux,
    • Qu’il vous offre le salut par sa mort à la croix,
    • Que vous avez accès à la vie éternelle par sa résurrection,
    • Que votre identité est cachée en Christ.

     

    C’est pour aujourd’hui, et pour l’éternité aussi. Comment peut-on célébrer Pâques avec détachement…? Comment est-il possible de renoncer à croire en la puissance de la résurrection… et d’en arriver même à penser que Jésus a juste vécu sur terre… sans l’espérance de la vie après la mort…? Paul en parle dans ce texte : "Si nous avons mis notre espérance dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus malheureux de tous...!" (Lire 1 Corinthiens 15.19.) 

     

    Ce que vous vivez avec Jésus-Christ est réel et fondamental. Imaginez un seul instant que Christ ne soit pas ressuscité des morts et qu’il n’amène pas la vie éternelle : ce serait catastrophique. Dès l’instant où l’on vit Pâques avec légèreté, sans considération, ou comme si c’était plus ou moins vrai, la "puissance de la vie" se désintègre en nous… on en perd sa substance.

     

    Cette fête de Pâques, c’est vivre avec Christ :

     

    • Dieu lui-même a donné sa propre personne,
    • Le Saint-Esprit désire que personne ne vive sans lui,
    • Jésus vous veut tellement qu’il est venu vous chercher,
    • Vous et moi sommes au centre de son cœur.

     

    Si vous le souhaitez, priez avec moi : "Jésus…! Tellement de reconnaissance jaillit de mon cœur pour ta vie. Tu m’as rêvé(e), imaginé(e), conçu(e). Et tu avais tout préparé pour ma venue : mon environnement, et toutes les solutions pour me conduire sur le chemin qui mène à ta victoire…! Merci pour ta mort et ta résurrection. Cette année, je célébrerai Pâques comme jamais…! Amen."

     

    Merci d'exister,

    Bruno Picard

     

     

     

     

     

    Libérez la puissance du Ressuscité

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    L’un de mes mentors se trouvait récemment sur la plage du lac où Jésus a emprunté la barque de Pierre pour enseigner la foule. Cherchant à comprendre comment des milliers de personnes pouvaient entendre Jésus, il a demandé à son épouse de rester sur le rivage à quelques mètres, pendant que lui prêchait à haute voix depuis la barque. Ceux qui ne croient pas en Christ disent que ce seraient la topologie des lieux, le lac, le vent et les montagnes qui ont permis à la voix de Christ d’être entendue par la foule. Mais c'est bien plus que cela...

     

    Mon ami a demandé au Saint-Esprit de lui montrer comment des milliers de personnes pouvaient entendre Jésus leur parler du Père. Sa réponse m’a inspiré et défié : "Lorsque tu prêches la Parole, celle-ci libère la puissance de mon Esprit, qui alors, soutient et porte ma Parole jusqu’aux cœurs."

     

    Réalisez-vous la puissance que Dieu met dans sa Parole…? Cette puissance est contenue dans la Parole qui est dans nos cœurs. Elle agit en ceux et celles qui croient. Puis, elle soutient la parole prêchée, celle qui sort de nos bouches, afin d’atteindre les cœurs…! Christ, quelle aventure de vie...!

     

    Plus que jamais :

     

    • L’humanité a profondément besoin de Lui,
    • Vous êtes utile entre les mains de Dieu,
    • Dieu veut que vous deveniez son porte-Parole.

     

    Mon ami(e), en cette saison de Pâques, vous êtes appelé(e) à libérer la Parole que Jésus dépose en vous. Il a dit : "Je suis le chemin, la vérité et la vie" (Lire Jean 14.6.)

     

    Vous avez le privilège de pouvoir annoncer l'Évangile partout…! Et de libérer ainsi la puissance du Ressuscité…! Lors de la résurrection, Dieu a prouvé et révélé Jésus, comme étant la Vérité aux yeux de tous. Tenez ferme, vous n’êtes pas un faux témoin…! (Lire 1 Corinthiens 15.12-19.)

     

    Durant cette semaine de Pâques, très cher(ère) Mon ami(e), si vous avez mis votre confiance en Christ, proclamez ce qui est vrai…! Vous libèrerez la puissance de Dieu, pour que les gens puissent croire en Jésus-Christ.

     

    Merci d'exister,

    Bruno Picard

     

     

     

     

     

    Sa résurrection vous donne sa vie

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Beaucoup de personnes ressentent des peurs et du stress, et pour certains en permanence. Avez-vous déjà ressenti ces émotions disparaître en un instant...? Vous savez, ce moment où vous sentez comme si un poids venait d’être retiré de vos épaules…

     

    J’ai vécu cela en vous écrivant. Méditer les vérités sur le sens de Pâques, me permet, chaque année, de gagner en profondeur dans la compréhension que Christ est vainqueur sur la "mort" et que nous le sommes aussi…!

     

    J’aime Pâques, qui rappelle tout ce que Christ a accompli en notre faveur. Sans Christ, nous n’aurions aucune espérance, aucune véritable joie, aucune paix… Comme Paul le dit : "Dans les Livres Saints, on lit : "Adam, le premier homme, c’est un simple être humain qui a reçu la vie." Le dernier Adam est rempli de l’Esprit Saint, qui donne la vie." (Lire 1 Corinthiens 15.45.) Vous n’êtes pas qu’un simple être humain ayant reçu le souffle de vie. Non, mon ami(e), vous êtes la cible de son amour, la lumière du monde et le sel de la terre.

     

    Comme le second Adam, vous êtes rempli(e) du Saint-Esprit. Plus rien ne peut vous détruire car il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui ont Christ comme fondement absolu de la vérité et de la justice. Sa résurrection change littéralement tout. Votre vie est enviable et non pitoyable. Votre ministère est fructueux. Christ est votre vie…! Il est l'auteur de la vie et celui qui est vainqueur sur la mort…!

     

    En ressuscitant Jésus d'entre les morts, Dieu vous a donné :

     

    • Le pardon,
    • La vie en abondance,
    • Sa joie éternelle, la mort ne peut rien contre elle,
    • L’accès à ses conseils, par le Saint-Esprit qui conduit vos pas,
    • L’accès à sa table, pour goûter aux révélations devant vos ennemis,
    • Un ami parfaitement fidèle et fiable, sur lequel compter en tout temps.

     

    Je vous exhorte de tout mon cœur Mon ami(e), à proclamer et à glorifier Jésus-Christ de tout votre cœur : "Père Tout-Puissant, merci pour la plus grande nouvelle de tous les temps : tu as ressuscité ton Fils Jésus d'entre les morts pour régner à jamais…! Et pour établir ton règne en nous et au travers de nous...! Digne es-tu, toi l’Agneau qui a été immolé et qui nous a racheté(e)s par ton sang, pour recevoir puissance, richesses, sagesse, force, honneur, gloire et bénédictions...! Amen."

     

    Merci d'exister,

     

    Bruno Picard
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    A l'écoute de Dieu 1 à 3

     

     

     

    A l'écoute de Dieu 1

     

     

     

     

     

    A l'écoute de Dieu 2

     

     

     

     

     

    A l'écoute de Dieu 3

     

     

     

     

     

    (Source : Eglise MLK Créteil)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Saintes habitudes

     

     

     

    1. Quand Dieu vous dit Stop

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Nous sommes à la veille du premier jour de l'année et chacun s'affaire à la préparation du réveillon. Dans quelques heures, nous serons en 2019 et nous serons aussi nombreux sur les starting blocks des "bonnes" résolutions. Force est de constater qu'au bout de quelques semaines, souvent nous abandonnons… Pourquoi...? Tenir ces "bonnes" résolutions demande la mise en place d'actions quotidiennes pour atteindre les objectifs fixés. C'est pourquoi tout au long de cette semaine, j'aimerais vous inviter à découvrir sept sain(t)es habitudes, tirées de ma propre routine quotidienne :-) pour commencer l'année du bon pied...! 

     

    Parfois nous fonçons, tête baissée dans l'action pour accomplir nos "objectifs", réaliser nos "projets". Et si, à la veille de franchir le grand saut de cette nouvelle année, Dieu nous interpellait par ce verset : "Arrêtez et sachez que je suis Dieu !" (Lire Psaume 46.11.)

     

    Quand Dieu dit : "STOP", dans sa parole, c’est qu’il a une révélation importante à nous faire. C'est qu'il désire attirer notre attention et notre focus sur quelque chose en particulier. Et, en l'occurrence, dans ce verset, il nous demande d'arrêter…

     

    • Arrêter de bouger (pour laisser Dieu agir).
    • Arrêter de penser (pensées d’inquiétude par exemple).
    • Arrêter de parler (afin d'entendre la voix de Dieu).
    • Arrêter de nous inquiéter (car Dieu est une haute retraite).
    • Arrêter de planifier, de tout contrôler (car Dieu est le Roi qui planifie et commande).
    • Etc. Et la liste pourrait encore s'allonger…!

     

    Quand Dieu nous intime l’ordre de nous arrêter, il désire :

     

    • attirer notre attention sur qui il est,
    • et nous donner l'occasion de reconnaître qu’il est Dieu. 

     

    En effet, il est le Dieu tout-puissant, celui qui est, celui qui n’a ni commencement ni fin. Il est aussi le Créateur de l’univers. Et dans sa toute-puissance, il aurait pu tout créer en un seul jour… et pourtant, il a procédé par étapes... des étapes spécifiques et réfléchies.

     

    Avant de dérouler votre plan pour cette nouvelle année, Dieu vous demande de tout stopper et d’attendre ses directives, son orientation.Il veut vous indiquer, étape par étape, ses projets de paix, ses desseins bienveillants. C’est certainement la première étape pour bien démarrer l’année : écouter la voix de Dieu, pour rester dans ses voies…!

     

    Oui, Mon ami(e), l’heure de tout arrêter, avant de commencer, a sonné…!

     

    Je vous invite à prier avec moi : "Père, je te remercie de m’aider à instaurer cette nouvelle habitude, à la veille du nouvel an et de toute nouvelle décision : m’arrêter pour écouter ta voix, pour que ma vie te glorifie. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    2. A quoi pensez-vous dès le matin ?

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Permettez-moi de commencer le partage d'aujourd'hui en vous souhaitant une excellente année sous le regard de notre Seigneur Jésus-Christ. Que cette année soit riche de Sa présence et riche en bénédictions.

     

    En ce premier jour de l'année, quelle a été votre première pensée au réveil ? Était-elle apaisante, réconfortante ? Ou au contraire, vous pensiez déjà :

     

    • A ce problème qui ne vous lâche pas,
    • Aux difficultés financières,
    • Au ménage à faire,
    • Aux courses à terminer,
    • Aux réseaux sociaux,
    • A tout ce qui va peser sur vous en cette année, etc.

     

    Mon ami(e), j’aimerais alors que vous vous arrêtiez un instant… sur vos pensées, sur ces premières pensées. Et si, comme le roi David, vous vous tourniez vers Dieu et lui adressiez cette requête: "Ô Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé !" (Lire Psaume 51.12.)

     

    Parfois, les responsabilités professionnelles et familiales peuvent nous peser. Et si vous servez en tant que bénévole au sein de votre église ou d’une association, cela peut encore ajouter du stress et/ou de la fatigue. Pourtant, votre travail, votre famille, ou votre service sont autant de cadeaux qui vous viennent de Dieu et devraient vous procurer de la joie. Ce sont des bénédictions qui sont là pour votre épanouissement.

     

    Alors, permettez-moi ce simple conseil, Mon ami(e) : choisissez vos pensées avec soin : amenez-les captives à l’obéissance à Jésus-Christ. (Lire 2 Corinthiens 10.5.) Ainsi, vous pourrez cultiver des pensées de gratitude et de reconnaissance. Petit à petit, votre esprit sera rempli de ces pensées bienfaisantes et tournées vers le Seigneur tout d'abord. Je vous encourage à adopter cette habitude matinale. Veillez sur vos pensées, et refusez de vous laisser envahir par celles qui pourraient gâcher votre réveil et votre journée.

     

    Voulez-vous prier avec moi, maintenant ? "Seigneur Jésus, je désire prendre de nouvelles habitudes en fixant mes pensées sur toi dès mon réveil et non sur mon emploi du temps ou mes soucis. Purifie mes pensées et mon cœur, afin que dès le matin, je puisse entendre ta voix et ressentir ta présence. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Que le Seigneur vous fortifie...! Bonne année !

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    3. Mon ami(e), que votre journée soit transformée !

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Pendant des années, et avant même de quitter mon lit, j'avais cette fâcheuse habitude de regarder mes emails, d’allumer mon portable, d’aller sur Facebook, etc. Depuis, j’ai réalisé que cela était mauvais et toxique pour mes pensées.

     

    Dernièrement, l’une des lectrices d'Un Miracle Chaque Jour, m’a confié être parfois découragée : "Ma plus grande difficulté dans ma vie chrétienne concerne la mémorisation des versets. Je manque également de constance dans mes prières. J'ai d'ailleurs du mal à me lever pour prier à l'aurore."

     

    Si vous êtes dans le même cas, Mon ami(e), ne culpabilisez pas, car Dieu est votre Dieu fort, il vous promet de :

     

    • Vous fortifier lorsque vous êtes faible,
    • Renouveler vos forces quand vous êtes épuisé(e),
    • Vous rajeunir comme l’aigle,
    • Vous redonner de la vigueur.

     

    De plus, je vous partage une troisième clé/habitude aujourd'hui : la méditation. La Bible parle de ses bienfaits dans le Psaume 1.2 : "Bienheureux est l'homme qui prend plaisir en la Loi de l'Éternel, et qui la médite jour et nuit."

     

    "Méditer" est un mot biblique : il est dérivé du mot latin "meditatiun" qui signifie "contemplation". La méditation n’est pas uniquement réservée aux Orientaux. Alors qu’elle est pratiquée, elle est très bénéfique car elle nous aide à diriger nos pensées vers l’essentiel. Aussi, certains se concentrent sur leur respiration pour se relaxer, d’autres pour se libérer du stress ou de la confusion intérieure. Quant à moi, je préfère penser au Seigneur et le contempler. Tout en me relaxant et en respirant tranquillement, l'un n'empêche pas l'autre ;-)

     

    Voici un type de méditation que je vous recommande, mon ami(e), à travers un exercice de respiration :

     

    • Quand vous inspirez, pensez à l’un des traits de caractère du Seigneur : Dieu est bon. Imaginez-le vous remplir de sa bonté, de "son oxygène".
    • Quand vous expirez, imaginez-le vous vider de vous-même, de vos tracas, de vos mauvaises pensées, de "votre gaz carbonique".

     

    Faites-le plusieurs fois avec ses autres attributs, comme son amour, sa sagesse, sa joie, etc. que vous aurez relevés dans sa Parole.

     

    Je vous exhorte à méditer la Parole de Dieu, à contempler le Seigneur…! Et comme le dit le Psaume 1.2, vous serez bienheureux(se)...!

     

    Soyez béni(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    4. Sa promesse s'accomplira pour vous

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    J'espère que les partages de cette semaine vous encouragent à mettre en place de sain(t)es habitudes pour le développement de votre vie avec Dieu :-) Je crois que ces pratiques quotidiennes (comme matinales) vous feront beaucoup évoluer.

     

    Aujourd’hui, nous allons nous focaliser sur une autre habitude, tout aussi indispensable que les précédentes : noter ce queDieu vous dit et vous montre. Dans Habacuc 2.2-3, il est dit : "Mets la vision par écrit, grave-la sur des tables afin qu'on la lise couramment. En effet, c'est encore une vision qui concerne un moment fixé ; elle parle de la fin et ne mentira pas. Si elle tarde, attends-la, car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement."

     

    En effet, chercher Dieu dès le matin est essentiel et marquera toute votre journée, Mon ami(e)...! Or, il est aussi important de recevoir que de se souvenir de ce que Dieu vous communique. Et oui…!

     

    C’est pourquoi je vous propose de démarrer l'écriture d'un journal intime. Après avoir lu la Bible, Un Miracle Chaque Jour, ou l'un des plans de lecture disponibles sur YouVersion, je vous invite à :

     

    • Inscrire tout ce que Dieu vous dit, ce qui vous aura marqué(e) : les versets, les pensées.
    • Noter ce que Dieu vous communique à propos de votre vie.
    • Relever les exaucements que Dieu vous a accordés afin de le glorifier…!

     

    Ainsi, lorsque la promesse se fait attendre, vous pouvez relire vos notes, vous rappeler ce que Dieu vous a dit. Ainsi, vous ne vous découragerez pas, mais vous garderez les yeux fixés sur l'objectif, sur la promesse.

     

    Et une fois la promesse accomplie, la prière exaucée, quelle joie vous aurez Mon ami(e), à constater le chemin parcouru, votre évolution, et les victoires remportées…!

     

    Je vous souhaite une heureuse journée en sa présence…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    5. Invitez le Saint-Esprit dès le matin

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Un matin, durant mon temps de prière et de méditation, alors que j’étais au calme, une colombe est venue se poser près de moi. Cette douce "apparition" m’a fait réfléchir une fois encore sur l’importance de la méditation. Pourquoi…? Parce que c’est là où TOUT peut arriver. Où Dieu vient nous rencontrer pour nous parler. Parfois, nous n’y prêtons pas attention, ce que souligne Job ici : "Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, et l’on n’y fait pas attention." (Lire Job 33.14.)

     

    Et ce matin-là, il a utilisé un moyen stupéfiant et inattendu : cette colombe.

     

    Dans la Parole de Dieu, la colombe est un symbole fort qui représente le Saint-Esprit. Lors du baptême de Jésus, l'Esprit de Dieu se manifeste sous la forme d'une colombe. Le Saint-Esprit est la personne de la Trinité qui est constamment avec vous, à vos côtés. C'est Dieu qui vous accompagne, qui vous parle, qui vous réconforte.

     

    Quand le Saint-Esprit descend sur vous, vous pouvez alors entendre ce qu’il a à vous dire, pour garder précieusement ses paroles et les noter dans votre journal intime (Relire le partage d'hier en rapport avec cela).

     

    En ce jour, Mon ami(e), je vous encourage à :

     

    • Inviter le Saint-Esprit à se révéler à vous
    • Laisser la colombe de l’Esprit se poser sur votre vie,
    • Lui remettre ce qui vous semble lourd, en cette nouvelle année qui commence,
    • Vous laisser envahir par sa paix surnaturelle.

     

    Je vous invite à prier maintenant : "Seigneur Jésus, en cette nouvelle année, que ton Esprit Saint me guide chaque jour dans tes voies et me transforme à ton image jusqu’à ton retour. Je te remercie d’avoir fait de moi ton enfant bien-aimé. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Que l’Esprit de Dieu vous accompagne tout au long de votre vie…!

     

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    6. Cultivez la joie, mon ami(e)

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur une habitude incontournable : cultiver la joie. Je me suis inspiré d’un expert, l’apôtre Paul, qui a écrit une épître complète sur la joie et le contentement, alors qu’il était en prison. Voici ce qu’il nous rappelle ici : "Soyez toujours joyeux d’appartenir au Seigneur. Je le répète : Soyez joyeux !" (Lire Philippiens 4.4.)

     

    Croyez-vous que cela soit "toujours" possible, Mon ami(e)...? C’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand :

     

    • Tout ne se déroule pas comme on a prévu,
    • L’on traverse une douloureuse épreuve,
    • L’exaucement tarde,
    • L’on souffre dans son corps.

     

    Pourtant, l’auteur ne "nageait" ni dans la richesse ni dans la santé quand il a écrit cette lettre aux Philippiens. En effet, il était en prison à cause de sa foi, et sa vue lui faisait probablement défaut…!

     

    Comment être joyeux en de telles circonstances…? Je crois que dans ce verset tout est dit : "appartenir au Seigneur"... Paul avait compris que sa joie ne reposait ni dans les plaisirs éphémères du monde, ni dans la richesse ou la notoriété, mais… en Jésus seulement.

     

    Alors il puise sa joie dans ce qu’il sait et connaît de son Seigneur, en restant fidèle et totalement dépendant de lui. Il aime Dieu et il fait de lui sa priorité. (Lire Colossiens 3.1.)

     

    Voici les fondations de sa joie :

     

    • Il ne s’inquiète pas, il sait que Dieu pourvoit à tous ses besoins (Philippiens 4.6).
    • Il reste en paix, car il fixe ses regards sur Jésus et non sur sa situation (Philippiens 4.7).
    • Il vit dans le contentement, en étant satisfait de son état (Philippiens 4.10-11).
    • Il sait où puiser sa force, même enchaîné (Philippiens 4.13).
    • Il sait que Dieu pourvoit à ses besoins, qu’il ne l’abandonnera jamais (Philippiens 4.19).

     

    Mon ami(e), voulez-vous ressentir et cultiver une joie complète…? Qui ne dépend ni des circonstances ni de votre condition…? Alors, je vous invite à décider de la cultiver à compter d’aujourd’hui en vous fondant sur les premières habitudes abordées cette semaine.

     

    Cela ne viendra pas du jour au lendemain, tout ne changera pas en un clin d’œil. Mais je vous encourage à persévérer et à regarder à Jésus, l’auteur de votre joie.

     

    Bonne journée…!

     

    Merci d'exister,
     

     

     

     

    7. Branchez-vous sur la bonne fréquence

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Comment vous sentez-vous ce matin Mon ami(e)...? Heureux(se) de démarrer la journée, motivée…? Ou bien abattu(e), et déjà découragé(e) devant les 359 jours restants...?

     

    Cette semaine, nous avons vu que nous devons...

     

    • Choisir soigneusement nos pensées,
    • Méditer la Parole de Dieu,
    • Tenir un journal,
    • Inviter le Saint-Esprit,
    • Et cultiver la joie.

     

    Ce sont de bonnes habitudes à entretenir toute l’année. Peut-être les considérez-vous comme un challenge compliqué, voire impossible à relever…?! Vous pourrez développer et entretenir ces sain(t)es habitudes grâce à une seule chose, qui est en réalité la dernière habitude de cette semaine : rester connecté(e) à l’essentiel, Mon ami(e) : Jésus lui-même.

     

    Chaque jour, vous avez le choix de la "fréquence" à laquelle vous allez vous brancher : la joie ou la tristesse ; la foi ou la peur ; la voix de Dieu ou celle du monde.

     

    Alors, avant de commencer votre journée, faites comme moi : branchez votre esprit sur la bonne fréquence : la Parole de Dieu et écoutez sa voix. Recevez la joie du Seigneur, exprimez-lui votre gratitude. Laissez votre cœur, votre être intérieur se remplir de l’Esprit Saint jusqu’à débordement, en nourrissant vos pensées des Saintes Écritures.

     

    Restez connecté(e) avec votre Dieu aujourd'hui et toute l’année…!

     

    Je vous souhaite une merveilleuse journée Mon ami(e).

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les temps d'épreuves

     

     

    1. De la douleur à la consolation

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Nous connaissons tous des temps d’épreuves, personne n’y échappe, la vie est ainsi faite. Cependant, nous allons découvrir durant cette semaine que ces temps d'épreuves jouent un rôle bien précis dans nos vies. Peut-être en doutez-vous en cet instant, j’aimerais alors vous encourager à le croire par la foi.

     

    La Bible nous apprend que c’est à travers les épreuves que nous sommes transformés.

     

    Dans 1 Pierre 5.10 nous pouvons lire ceci : "Le Dieu de toute grâce, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables."

     

    L’histoire de la Sunamite (une femme de la ville de Sunem dont la Bible nous parle) illustre parfaitement ce que Dieu peut faire dans la vie de celui/celle qui se confie en lui. Cette femme a osé croire en l’impossible : avoir un enfant alors qu’elle était stérile. On lit plus loin qu’elle eut un fils, qu’il tomba malade et qu’il mourut (voir son histoire dans 2 Rois au chapitre 4). Elle déposa alors l’enfant mort dans la chambre du prophète Élisée (voir 2 Rois 4.21).

     

    Lorsque nous faisons face à de profondes souffrances, nous avons deux possibilités...

     

    • rester captifs de la douleur,
    • ou ouvrir notre cœur à Dieu.

     

    Seule la présence du Seigneur peut ressusciter ce qui est mort. Cela demande de la foi, du courage et de la persévérance ; cependant, c’est la seule solution. Lorsque la situation se présentera, je vous invite à rechercher, vous aussi la présence de Dieu.

     

    Lorsque tout semble mort ou perdu, vous pouvez trouver refuge dans le lieu secret où Dieu vous voit, vous entend. (Lire Matthieu 6.6.) Attendez-vous au Saint-Esprit qui est là pour vous consoler, vous accompagner, vous réconforter.

     

    Alors que vous êtes au plus fort de la tempête, de la douleur, ces moments que vous mettez à part dans la présence de Dieu font vraiment la différence dans votre vie Mon ami(e). C'est dans sa présence, au pied de son trône de grâce, que vous passez de la douleur à la consolation. Seul l'Esprit de Dieu peut faire cela en vous.

     

    Je vous invite à prier avec moi, maintenant : "Seigneur, tu connais l’épreuve que je traverse et aussi le moyen par lequel tu vas m’en délivrer. Alors, je décide de te confier ma peine. Je te remercie de m’affermir, de me fortifier et de me rendre inébranlable, dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Je vous encourage à revenir dans sa présence autant de fois que nécessaire et à y demeurer. Le Seigneur veut changer votre douleur en consolation.

     

     

     

    Merci d'exister,

     

     
     

     

     

    2. Rien n'est perdu avec Dieu

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Aujourd’hui, nous continuons à étudier l’histoire de la Sunamite, cette femme qui a enduré courageusement une terrible épreuve : celle de perdre son enfant, après l’avoir désiré et attendu des années entières.

     

    Cette femme, dans sa douleur, a choisi la bonne attitude : elle a décidé, sans même s’apitoyer sur son sort, de rechercher immédiatement la présence de Dieu.

     

    Vous avez dû remarquer avec moi que cette maman n’est pas restée dans la chambre de la douleur. Alors que certains d’entre nous pourraient vouloir y rester enfermés, elle, s’est mise en quête du prophète afin qu’il règle la situation. (Lire 2 Rois 4.22.)

     

    Cette pièce où cette femme a déposé son enfant mort, c’est la chambre de la douleur. Son fils sans vie y était couché depuis plusieurs jours, quand Elisée est venu et l’a ressuscité. (Lire 2 Rois 4.33-35.)

     

    Et vous, quelle est votre chambre de la douleur ? Qu’avez-vous à y déposer...?

     

    Saisissez cette opportunité aujourd’hui, Mon ami(e), ouvrez la porte et laissez Dieu insuffler la vie dans votre chambre de douleur. Cette Sunamite n’était pas une grande héroïne de la foi : on ne parle plus d’elle ensuite dans la Bible. C’était une personne ordinaire comme vous et moi. Ce qui signifie que vous aussi, vous pouvez agir avec foi et détermination.

     

    Je vous propose de prier maintenant. Là, devant Dieu, vous n’avez rien de compliqué à faire, aucun rituel à accomplir pour obtenir sa faveur… Nul besoin de faire de longues phrases…

     

    • Répandez votre cœur devant Dieu.
    • Laissez aller vos larmes, votre chagrin, votre colère peut-être.
    • Demandez-lui la capacité surnaturelle de regarder votre épreuve comme une opportunité pour devenir inébranlable.
    • Faites silence, écoutez tout ce que Dieu a à vous révéler pour vous fortifier, vous affermir.

     

    Je crois que quoi que vous êtes en train de traverser, il n’y a rien de trop décomposé, de trop mort, que Dieu ne puisse restaurer dans votre vie. Dieu vous entend et perçoit même vos soupirs.

     

    Profitez de cette journée, allégé(e) de votre peine, Mon ami(e) : Dieu vous soulage et chemine à vos côtés.

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

     

    3. Ne lâchez rien, surtout quand c'est difficile

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Avez-vous déjà vu filer entre vos doigts ce que vous attendiez depuis si longtemps…? Combien cela peut être frustrant…!

     

    • Vous les attendiez, ces vacances, et finalement, votre chef a besoin de vous à la dernière minute…
    • Vous l’espériez, cet enfant, son prénom était déjà choisi, et malheureusement, vous ne pourrez jamais le tenir dans vos bras…
    • Vous comptiez tant sur cette rémission, et décidément, la maladie ne recule devant aucun traitement…

     

    Aujourd’hui, Dieu vous invite à persévérer, à travers ce passage dans Hébreux 6.12 : "Ainsi vous ne vous relâcherez pas, mais vous imiterez ceux qui, par leur foi et leur attente patiente, reçoivent l’héritage promis."

     

    Quand les circonstances ne vous lâchent pas, à vous de ne rien lâcher non plus, Mon ami(e).

     

    Tout comme vous, je sais que ce sont souvent dans les derniers mètres que la course est la plus rude… mais aussi que la ligne d’arrivée est la plus proche. Il ne faut pas lâcher avant d'atteindre la ligne d'arrivée, mon ami(e).

     

    Avez-vous remarqué la fin du verset…? "Vous recevrez l’héritage promis." Une promesse que Dieu ne manquera jamais d'accomplir. Ce n’est pas une parole en l’air pour juste "vous aider à tenir le coup".

     

    Et si la promesse tarde à venir, Dieu vous invite à y croire en demeurant ferme dans votre foi : "Car c'est une prophétie dont le temps est déjà fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle tarde, attends-la, car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement." (Lire Habacuc 2.3.)

     

    Aussi, j’aimerais vous encourager aujourd’hui, Mon ami(e), à ne pas abandonner, à ne pas baisser les bras, mais au contraire à persévérer, patiemment et avec foi...!

     

    Je vous invite à prier : "Seigneur, merci de m’accorder ton soutien quand je manque de force, quand je suis tenté(e) de baisser les bras. J'ai la certitude que tout ce que tu dis, tu l’accomplis. Merci pour cela. Je crois en toi, en toutes tes promesses, en ton héritage. Dans le nom de Jésus je te prie. Amen."

     

    Oui, la promesse de Dieu s’accomplira certainement. Alors, ne lâchez rien, votre héritage vous attend, tenez bon…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    4. Dieu veut utiliser vos blessures

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Aujourd’hui, je vous invite à plonger dans un endroit où nous n'allons pas souvent : le terrain de nos souffrances, le lieu de nos blessures…

     

    L’apôtre Paul nous offre ici l’occasion de les regarder avec un œil différent, neuf :

     

    "J’estime que nos souffrances du temps présent ne sont pas comparables à la gloire que Dieu nous révélera." (Lire Romains 8.18.)

     

    • Quand vos souffrances dépassent les limites du supportable,
    • quand elles vous font douter de son amour,
    • quand vous n’en comprenez pas la raison.

     

    Dieu vous rappelle ici que la gloire qui vous attend au ciel est incomparable, elle effacera leur souvenir. Cette gloire est extraordinaire, elle est réservée à "celui qui vaincra", tel que nous l’explique l’apôtre Jean dans le livre de l’Apocalypse.

     

    Ce n’est pas fini, Mon ami(e), Dieu désire aussi vous utiliser comme un instrument puissant de bénédiction.

     

    Je crois, en effet, que les messages les plus porteurs de vie résident bien souvent dans les souffrances les plus profondes. Je crois que Dieu peut utiliser vos blessures passées et présentes, Mon ami(e), pour guérir des gens autour de vous, aujourd’hui.

     

    Faites confiance à Dieu avant tout. Il sait ce qu’il fait. Vous, vous ne voyez peut-être que la souffrance du moment présent, mais lui tient la grande image de votre vie tout entière dans sa main.

     

    Ce qui vous faisait souffrir hier peut apporter, aujourd’hui, un encouragement à une personne qui en a désespérément besoin.

     

    Ce qui vous fait encore mal aujourd’hui peut devenir, demain, une véritable source de soutien et de réconfort à une personne plongée dans la détresse.

     

    Vous n’allez peut-être plus considérer vos blessures de la même manière, Mon ami(e), maintenant que vous savez qu’elles pourront être bénéfiques à d’autres… Pour la gloire de Dieu.

     

    Soyez attentif(ve) en ce jour : encouragez quelqu’un qui passe par la souffrance…!

     

    Je vous souhaite de vivre une merveilleuse journée.

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    5. Votre délivrance est proche

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    La vie ne se déroule pas toujours comme prévu… Un appel téléphonique, une mauvaise nouvelle, une rupture relationnelle, un accident dramatique, et tout peut basculer. La détresse et la douleur prennent la place de notre joie, de notre paix.

     

    Vous êtes-vous posé ces questions, tout comme moi…?

     

    • Où est Dieu dans ces moments-là…?
    • Voit-il ce que je traverse…?
    • Sait-il ce que j’endure...?
    • Qu’attend-il pour me venir en aide…?
    • Pourquoi m’a-t-il abandonné(e)...?

     

    Jésus lui-même a ressenti ce sentiment d’abandon et d’angoisse à l’approche de la crucifixion, rappelez-vous ses mots : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (Lire Matthieu 27.46.)

     

    Oui, quand notre désarroi est profond, on peut s’interroger sur la présence de Dieu, tout comme Jésus.

     

    Or, au plus fort de la détresse, Dieu se tient près de vous, Mon ami(e). Il voit votre situation. Il sait votre douleur. Il vous le confirme encore aujourd’hui :

     

    "Tu m’invoqueras, je te répondrai, oui, je serai avec toi au moment de la détresse, et je te délivrerai, je te couvrirai de gloire, Mon ami(e)." (Lire Psaume 91.15.)

     

    Non, il ne vous fuit pas. Non, il ne vous abandonne pas, "en attendant que ça passe". Dieu est avec vous. Vous affrontez vos épreuves avec lui à vos côtés.

     

    Et comme à chaque fois qu’il vous encourage, il termine par une promesse. Rappelez-vous les jours précédents : héritage, gloire, et aujourd’hui : délivrance.

     

    Vous n’êtes pas seul(e), Mon ami(e), et vous n’êtes pas obligé(e) de porter cette détresse seul(e) non plus. Le Seigneur vous comprend parfaitement. N’a-t-il pas subi les pires des souffrances à Golgotha…?

     

    Dieu vous entend et il vous soutient. Son oreille n’est pas devenue sourde à vos cris. Levez la tête, et imaginez-le agir dans les coulisses du ciel, en train d’œuvrer avec les anges. Croyez en ce jour que l’heure de délivrance va sonner sans plus tarder et que des jours meilleurs vont refaire surface.

     

    En effet, votre délivrance est proche, Mon ami(e), tenez bon. N’oubliez jamais que Dieu accomplit toujours ce qu’il promet.

     

    Je vous souhaite une belle journée, et proclamez avec moi que c’est un jour de victoire…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

    6. Vous êtes appelé(e) à régner

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    La vie chrétienne donne de l’espoir concernant l'éternité, mais pas seulement. Elle procure également de l’espoir pour notre vie sur terre.

     

    Lisons ensemble ce que dit l’apôtre Paul dans Romains 5.17 : "Si par un seul homme, par la faute d'un seul, la mort a régné, ceux qui reçoivent avec abondance la grâce et le don de la justice régneront à bien plus forte raison dans la vie par Jésus-Christ, lui seul."

     

    Mon ami(e), vous êtes appelé(e) à régner dans cette vie, et non pas à être écrasé(e) par les circonstances ou la morosité ambiante.

     

    Jésus comprends parfaitement :

     

    • que les épreuves ou les difficultés peuvent parfois nous accabler,
    • que la perte d’un être cher peut nous anéantir,
    • combien une rupture sentimentale peut faire souffrir,
    • ou encore l’angoisse de vivre avec des difficultés financières.

     

    Cependant, Dieu vous rappelle aujourd’hui que c’est vous qui régnez, pas vos épreuves…!

     

    Regardez avec moi cette version de Parole Vivante, encore plus parlante : "Dès ici-bas, la puissance de la vie nouvelle dominera votre existence, Mon ami(e), et jusque dans l’éternité, vous vivrez en roi/reine...!"

     

    C’est formidable, n’est-ce pas…? Vous êtes déjà, sur cette terre, un héritier, une héritière et ce statut se prolongera jusqu’au ciel où vous régnerez aux côtés du Roi des rois : "Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône." (Lire Apocalypse 3.21.)

     

    Dieu a tout fait pour que la puissance de sa vie nouvelle, soit à l’œuvre dans votre vie, dès maintenant et pour toujours.

     

    Vous voyez, Mon ami(e) : votre vie est appelée à refléter sa puissance...! Rien à voir avec la vie de défaite que l’ennemi voudrait vous voir embrasser.

     

    Régnez dans votre vie : sa puissance vous appartient. Vous n’êtes pas né(e) pour vivre écrasé(e) mais pour vivre dans la victoire, dès maintenant.

     

    Ne laissez pas les épreuves vous écraser, vous dominer : décidez aujourd’hui de régner sur elles, dans cette vie où Dieu vous a placé(e).

     

    Bonne journée, aux côtés du Roi des rois…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    7. Vous porterez à nouveau du fruit

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    J’aime beaucoup l’été, le soleil, la chaleur… plus que le froid de l’hiver, évidemment...!

     

    Pourtant, j’ai appris à reconnaître les bienfaits de ce temps si particulier : la blancheur éclatante de la neige, les feux flamboyants dans les foyers, et la période festive de Noël, bien sûr.

     

    De même, j’apprends à apprécier les saisons plus "froides" de ma vie, ces saisons où l’attente se fait longue et le silence de Dieu pesant…

     

    Ces temps-là sont aussi bénéfiques dans votre vie, Mon ami(e), savez-vous pourquoi…? Depuis le début de cette semaine, je vous entraîne à regarder les épreuves comme des alliées et non comme des ennemies, car elles vous apprennent à :

     

    • regarder à Jésus,
    • vous accrocher à lui,
    • vous attendre à lui,
    • détourner le regard des circonstances,

     

    ... Pour vous concentrer sur des perspectives plus élevées que vos circonstances. Et l’Ecclésiaste l’exprime très bien ici : "Dieu fait arriver toute chose au bon moment." (Lire Ecclésiaste 3.11.)

     

    Il est vrai que cette froidure de l’hiver peut paraître désagréable, voire pénible et douloureuse. Cependant, elle est non seulement bénéfique, mais aussi nécessaire. En effet, Dieu a créé les saisons pour rythmer le temps et permettre à la terre de "respirer" entre chacune d'elles. Et l’hiver permet à la nature toute entière de traverser un "temps mort", où elle se repose. Avant qu'elle ne produise à nouveau des fleurs, des fruits, et de nouvelles naissances...

     

    De même, Dieu vous appelle à vivre cette saison d’hiver dans le repos, avec cette attente confiante et tranquille qu’après l’hiver, arriveront le printemps et l’été, accompagnés de leurs fruits. Mon ami(e), Dieu est le maître du temps, le maître des saisons. Il sait ce qui est le meilleur pour vous. Attendez patiemment le printemps, où vous porterez à nouveau des fruits, dans le temps de Dieu.

     

    Voulez-vous prier avec moi, maintenant ? "Seigneur, merci de m’avoir encouragé(e) en ce jour. Je crois que ce "temps mort" où tu m’invites au repos est nécessaire afin que je porte de nouveaux et abondants fruits, par ta grâce. Dans le nom de Jésus, amen."

     

    Je crois qu’aujourd’hui, Dieu désire vous apprendre à aimer l’hiver, autant que les autres saisons de votre vie.

     

    Bonne journée dans la présence du Maître du temps…!

     


    Merci d'exister,

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     Les temps d'épreuves

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     


     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Remède contre la dépression

     

     

     

    Remède contre la dépression

     

     

    “Je ne te délaisserai jamais, Je ne t'abandonnerai jamais.” He 13. 5

    Est-il possible de guérir un cœur déprimé parce qu’il soufre de solitude ? Parfois les gens qui plaisantent et rient beaucoup le font pour cacher leur souffrance intérieure. Ils se créent un masque pour donner l’impression qu’ils n’ont besoin de personne et peuvent gérer leur vie sans problème. Pourtant la solitude n’est pas facile à surmonter.

    Le docteur Crammer, un spécialiste dans le traitement de la dépression a écrit: “L’être humain est la seule espèce qui ne peut survivre seul. Il a besoin d’une autre être humain à ses côtés, sinon il meurt.”

    Un médecin anglais de la ville de Manchester reçut un jour la visite d’un homme qui visiblement soufrait de profonde dépression. Ce dernier lui expliqua qu’il sentait que le monde s’était ligué contre lui pour le pousser au suicide. “Je n’ai plus aucune raison de vivre”, ajouta-t-il, “J’ai peur de me retrouver seul, je ne peux trouver le bonheur à aucun endroit. Rien ne m’amuse, tout dans la vie me déprime. Si vous ne pouvez m’aider, je vais droit au suicide.” Le médecin, qui avait passé la soirée précédente au cirque, lui suggéra d’aller assister à une représentation et de voir le fameux clown Grimaldi, le plus connu de l’époque. “Grimaldi est l’homme le plus amusant qui soit”, ajouta le médecin “et le meilleur mime au monde. Vous oublierez vos soucis quand vous le verrez.” Un rictus de souffrance traversa le visage du patient qui répondit: “Ne vous moquez pas de moi, docteur, je suis le clown Joseph Grimaldi.”

    En fait le célèbre clown ne pouvait s’attacher à personne et, même s’il ne se suicida pas ce jour-là, il mourut misérable, seul et sans le sou après avoir été adulé des foules. Que lui manquait-il ? Une relation profonde avec quelqu’un.

    Le christianisme diffère des autres religions en ce qu’il dépend d’une relation personnelle avec Jésus et ne s’appuie pas sur une liste de règles et de rituels. Connaître le Christ ne suffit pas : entretenir une certaine intimité avec Lui est essentiel. Rapprochez-vous de Lui et vous ne serez plus seul. Comment ? En lisant Sa parole et vous adressant à Lui comme si vous pouviez Le voir debout en face de vous. Essayez et vous découvrirez Sa présence à vos côtés !

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    Remède contre la dépression

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gérer la dépression

     

     

    Gérer la dépression

     

     

     

     

    « Oui, je vais encore le remercier, lui, mon sauveur et mon Dieu » Ps 42.6, PDV

     

     

    Parmi les personnes les plus pieuses dans la Bible ou dans l’histoire de l’Église, certaines ont lutté contre la dépression. Job l’a vécue à travers la perte successive de ses enfants, ses biens et sa santé. La Bible dit : « L’Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami » (Ex 33.11). Et pourtant, le poids de ses responsabilités envers Israël le désespérait. Élie a vaincu les prophètes de Baal sur le Mont Carmel, mais plus tard il a voulu mourir de désespoir. Le célèbre prédicateur Charles Spurgeon appelle la dépression un « chat noir » qui l’a poursuivi toute sa vie.

     

    Tôt ou tard, chacun sera confronté à une forme de dépression. Si elle devient chronique, elle mettra plus de temps à guérir. Mais le chemin vers la guérison sera plus court si vous prenez la décision de vous tourner vers Dieu.

     

    Que la dépression soit due à la charge des responsabilités comme pour Moïse, à la perte de ses proches comme pour Job, ou au contrecoup du succès comme pour Élie, il faut se tourner vers le Grand Médecin pour être rétabli. C’est ce que le Psalmiste a fait : « Mon Dieu, mon âme est abattue à mon sujet : c’est pourquoi, je me souviens de toi » (Ps 42.7). David ne nie pas ses émotions. Il les exprime à Dieu dans la prière. « Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémistu sur moi ? » (v.11). Mais ce n’est pas tout. Il dit : « Attendstoi à Dieu, car je le célébrerai encore ; il est mon salut et mon Dieu ». La dépression s’en va et l’espoir renaît quand vous commencez à louer Dieu et croyez en sa bonté.

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Avez-vous réellement pardonné ?

     

     

    Avez-vous réellement pardonné ?

     

     

     

     

    "L'odeur du feu ne les avait pas atteints." Daniel 3.50

     

    Lorsque le roi Neboukadnetsar avait jeté Chadrak, Méchak et Abed-Nego dans la fournaise ardente, Dieu les en avait sortis, et « l’odeur du feu ne les avait pas atteints ».

     

    Nous croisons tous des gens qui sentent encore l’odeur du feu. Leur attitude dit : « J’ai traversé des moments difficiles, et j’en suis encore traumatisé(e) ».

     

    Et vous ? Vos épreuves ont-elles durci ou attendri votre cœur ? Vos propos sont-ils positifs ou négatifs ? Êtes-vous lié(e) par le souvenir de votre passé ? Partagez-vous votre chagrin à qui veut l’entendre ? Vous rendez-vous compte que vous vous enchaînez vous-même au passé ?

    Pour limiter leur mobilité, on attache les jeunes éléphants d’un cirque par une chaîne à un piquet, alors qu’ils n’ont pas encore conscience de leur force. Lorsqu’ils sont devenus adultes et capables de briser la chaîne, ils y restent attachés. Pourquoi ? Parce qu’ils acceptent définitivement cette limitation ! Mais ce n’est pas la chaîne qui les lie, c’est la mémoire !

    Si vous êtes lié(e) par des souvenirs douloureux et écrasants, voici votre parole du jour : « Éternel, notre Dieu, d’autres seigneurs que toi ont dominé sur nous ; mais c’est grâce à toi seul que nous invoquons ton nom. Les morts ne revivront pas les défunts ne se relèveront pas ; ainsi tu es intervenu, tu les as exterminés, et tu en as aboli tout souvenir ! » (Esa 26.13-14). Quel que soit ce qui hante votre mémoire, vous devez vous proclamer libre de son emprise. En vous appuyant sur la Parole de Dieu, vous activez sa puissance pour vous libérer.

     

     

     

    Bob Gass 

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     Montage cartes Ecrin-2-mon-coeur n°6

     

     

    Fiche moi la paix

     

    Stephanie Reader   -   Culte MLK du 13 janvier 2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique