• * DOSSIERS DU COEUR *

     

    *Dossiers du Coeur*

     

    Sommaire : ici

     

  •  

    Comment surmonter la tentation (1 et 2)

     

     

    Comment surmonter la tentation (1)

     

     

    “Dieu est fidèle, II ne permettra pas que vous soyez tentés au-dessus de vos forces.” 1 Co 10. 13

    Vous êtes-vous trouvé dans une situation où vous désirez de tout votre coeur faire quelque chose que vous savez être un péché ? Vous cherchez alors des excuses pour faire taire votre conscience du genre : “d’autres font la même chose !” ou “personne ne la saura!”comme si Dieu tournait la tête à ce moment-là et ne se rendait pas compte de ce que vous allez faire ! Pour résoudre le dilemne vous pouvez, soit céder à la tentation en vous cachant derrière vos excuses, et en ignorant les conséquences possibles, soit chercher le chemin que Dieu a déjà tracé pour vous éloigner de la tentation. Le problème c’est qu’il est étroit, camouflé parfois et peu fréquenté ! Pour vous aider à le trouver, voici quelques conseils :

    1- Faites face à la tentation aujourd’hui. Ne dites pas: “C’est la dernière fois. Je ne cèderai pas la prochaine fois.” Car vous cèderez plus facilement la seconde fois ! Dr Sala a dit : “La chaîne des mauvaises habitudes est souvent trop fine pour être remarquée jusqu’au jour où elle est devenue trop forte pour être brisée.”

    2- Souvenez-vous que d’autres ont affronté la même tentation et l’ont surmontée. Vous devez donc être capable d’en faire autant. Mais il vous faut le vouloir.

    3- Le plus important : vous devez rechercher le soutien de Dieu. Etre tenté n’est pas un péché. La tentation existe depuis le jardin d’Eden et des millions d’êtres humains ont résisté victorieusement aux diverses tentations qu’ils ont rencontrées. La tentation survient la plupart du temps quand vous êtes seul, car Satan cherche à vous isoler loin de la troupe de vos frères et soeurs. Mais il ne peut vous isoler de la présence de votre Père. Avec Lui à vos côtés, vous constituez une majorité ! Choisissez le bon chemin et vous ne vous égarerez jamais !

     

     

    Comment surmonter la tentation (2)

     

    “De peur que Satan ne prenne l’avantage sur nous…” 2 Co 2. 11

    Pour bien résister à la tentation adoptez la stratégie suivante :

    1- Attendez la de pied ferme. Si vous êtes pris de court, vous serez mal préparé, aussi pensez-y avant son arrivée. La tentation naît toujours dans votre esprit. Toute défaite future, évidente dans votre comportement et dans vos actions, sera le résultat d’une bataille intérieure perdue par manque de volonté. Paul a écrit : “Ne laissez pas Satan prendre l’avantage sur vous…” (2 Co 2. 11).

    2- Sachez la détecter. Demandez à Dieu de vous aider à discerner de quelle direction les attaques de Satan viendront afin de vous y préparer. Un mur taché d’encre, dans le château de Wartburg, en Allemagne, illustre cette idée. Martin Luther, alors en prière, décela soudain la présence de l’ennemi près de lui. Il se saisit, dit-on, d’un encrier et le fracassa contre le mur espérant atteindre ainsi le diable. Ayant senti l’approche imminente de son adversaire, il riposta de la manière qui lui semblait la plus opportune. Réaction exagérée et absurde, pensez-vous ? Peut-être, mais êtes-vous doué d’une telle sensibilité spirituelle ?

    3- Repoussez la vigoureusement ! Si vous vous amusez à jouer au poker avec le diable, il l’emportera sur vous à tous les coups. Ecoutez : “Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous” (Jc 4. 7). Satan aimerait que vous fassiez le contraire : que vous vous soumettiez à lui et que vous résistiez à Dieu ! Ne tombez pas dans son piège. N’essayez pas d’être plus fin limier que lui : la seule chose que vous devez faire est de le repousser avec fermeté. Si vous luttez contre la tentation aujourd’hui, écoutez ces paroles: “Notre souverain sacrificateur est capable de comprendre nos faiblesses. Lui-même a été tenté en tous points comme nous, mais sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce où nous trouverons des trésors de compassion et de grâce afin d’être secourus en cas de besoin” (He 4. 15-16).

     

     

    Bob Gass

     

     

    Comment surmonter la tentation (1 et 2)

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Cure contre le découragement (1 et 2)

     

     

    Cure contre le découragement (1)

     

     

     

    “Nos ouvriers manquent de force, les décombres sont considérables...” Ne 4. 4

    Si l’on vous demandait : “Quelle est la maladie qui tue le plus dans le monde ?” Que proposeriez-vous ? Le cancer, le SIDA,
    la malaria ? Pas le découragement, que nous peinons à considérer comme une maladie. Pourtant c’en est une. Elle frappe toutes
    les races et les sociétés, touche autant les jeunes que les plus âgés, les hommes que les femmes, et n’épargne pas les chrétiens.
    C’est aussi une maladie récurrente : on peut en souffrir plusieurs fois au cours de son existence. Enfin elle est très contagieuse ! Fréquentez des gens toujours découragés et vous comprendrez! Le compte rendu de Néhémie sur la reconstruction des murailles de Jérusalem est intéressant: nous voyons le peuple plein d’énergie au départ : “Le peuple prit à coeur ce travail” (Ne 4. 1) au point que “toute la muraille fut achevée jusqu'à la moitié de sa hauteur” (Ne 3. 38). Puis s’installa dans leur coeur la fatigue, suivie par la peur de l’ennemi : “Nos ouvriers manquent de force, les décombres sont considérables... Tous ces gens conspirèrent pour venir attaquer Jérusalem...” (Ne 4. 4, 2). Pourquoi ces juifs qui avaient commencé avec tant d’enthousiasme succombèrent-ils au découragement? Pour les mêmes raisons que nous aujourd’hui !


    1- à cause de la fatigue (v. 4). Parfois nous avons besoin de marquer une pause, de partir un weekend ou une semaine pour nous ressourcer. Les ouvriers de Néhémie trouvaient difficile d’imaginer qu’ils puissent achever un tel travail herculéen. Nous faisons souvent la même chose : nous nous attardons sur l’énormité du problème au lieu de réfléchir à la Toute-Puissance de Dieu. Lancer
    un projet nouveau est toujours excitant, mais à mi-parcours le doute et la fatigue s’installent, signes avant-coureurs du découragement.


    2- à cause de l’ampleur du projet (v. 4). Les décombres étaient considérables et entravaient le développement de leur projet. Les Babyloniens avaient démoli les murs de la ville avec méthode (2 R 25. 9-10). Pour poursuivre notre mission, nous avons d’abord besoin de nous débarrasser des “décombres” - toutes ces choses triviales et sans importance - qui encombrent notre vie.

     

     

     

    Cure contre le découragement (2)

     

     

     

    “... Nous n’arriverons jamais à reconstruire la muraille !” Ne 4. 4

    Après la fatigue physique et mentale, puis la frustration devant l‘ampleur de la tâche, vint le sentiment d’échec :

    1- “nous n’arriverons jamais...” Un mot que nous prononçons souvent à la légère et qui trahit notre manque de confiance en Dieu
    et en nous-mêmes. Souvenez-vous : “rien n’est impossible à Dieu” (Mt 16. 26). Tant que nous sommes en vie le succès est possible si nous nous appuyons sur Lui. L’échec n’est que temporaire et peut devenir un tremplin vers la réussite si nous le gérons bien.
    Soit nous blâmons notre manque d’aptitude ou de persévérance, soit nous blâmons les autres en trouvant des excuses pour nous disculper, soit nous refusons de blâmer qui que ce soit et rebondissons sur nos pieds ! Puis vint le sentiment de peur devant les attaques de l’ennemi :


    2- “Ils se liguèrent tous ensemble pour venir attaquer Jérusalem...” (Ne 4. 2). Bien des gens autour de Jérusalem ne voulaient pas voir les murailles rebâties. Remarquez qu’ils ne firent que proférer des menaces. Aucune attaque directe, seulement des mots. La peur
    des autres n’est-elle pas souvent irrationnelle ? Notre imagination l’emporte sur la logique surtout lorsque nous fréquentons des gens négatifs ou des gens à l’esprit critique ou dominateur.


    3- “Les Juifs qui habitaient près de l’ennemi ne cessaient de nous répéter qu’ils viendraient de toutes les directions pour nous attaquer”. Ne vous laissez pas influencer par le manque de foi de vos frères ou de vos soeurs en Christ. Vous avez besoin d’écouter ceux qui veulent vous encourager dans votre mission, pas ceux qui ne voient que les obstacles et qui vous convaincront de les fuir.

    Rick Warren a écrit : “Dans la vie vous ne pouvez bouger que dans trois directions : contre un obstacle, mû par la colère, loin du danger, mû par la peur, ou en compagnie de quelqu’un, mû par l’amour !”

     

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne vous inquiétez pas (1 à 3)

     

     

    Ne vous inquiétez pas (1)

     

     

    “Qui de vous peut, par ses inquiétudes, rallonger tant soit peu la durée de sa vie ?” Mt 6. 27

    Dans le Sermon sur la montagne, Jésus encourage ses auditeurs à ne pas trop s’inquiéter et avec une certaine sagesse, il insiste pour dire que les préoccupations et les soucis ne rallongent pas notre espérance de vie. Certaines traductions donnent : “Qui de vous peut ajouter une coudée à sa vie ?” Une coudée, c’est la distance entre le coude et le majeur, main tendue, soit environ 50 cm ; ce n’est pas beaucoup ! Si donc s’inquiéter ne sert à rien - et en général, nous le savons - cessons de nous inquiéter. Les inquiétudes sont des pensées qui se déclenchent souvent par un “et si…” : et s’il avait un accident ! Et s’il était tombé ! Et si ma boîte faisait faillite… Toutes ces hypothèses non vérifiées mènent à l’anxiété. Les conséquences de l’anxiété sont, selon les médecins : perte d’énergie, irritabilité, problème de concentration, perte de sommeil, épuisement moral, mental et physique… De plus, l’inquiétude produit la peur, l’insécurité, le doute. Et ces fragilités peuvent conduire à des drames : Caïn s’inquiète, il a peur, et il se cache de Dieu. Abram/Abraham s’inquiète pour sa vie : il ment au pharaon et fait courir un énorme danger à sa femme. Or, la peur des problèmes pose souvent plus de problèmes que les problèmes eux-mêmes. Face au conseil de Jésus, et à cette évidence que l’on ne peut rallonger sa vie en s’inquiétant, nous pouvons relire un verset de Proverbes : “Mon fils, n'oublie pas mes enseignements, et que ton coeur garde mes préceptes; car ils prolongeront les jours et les années de ta vie, et ils augmenteront ta paix - ta quiétude” (Pr 3. 1). Ainsi donc, si nous occupons notre coeur à nous souvenir de toutes les paroles rassurantes et bienveillantes de Dieu - qui prend soin de nous et des nôtres - nous aurons nettement moins l’occasion d’être submergés par des inquiétudes qui nous font peur pour des choses qui n’existent que dans notre imaginaire.

     

     

     

    Ne vous inquiétez pas (2)

     

    “Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.” Ph 4. 6-7

    L'apôtre Paul propose aux chrétiens de Philippes d’exposer devant le Seigneur les besoins qui sont les leurs en utilisant trois formes d’expressions : des prières, des supplications et avec actions de grâces. Nous savons assez bien ce que sont les prières : des requêtes, des demandes, des intercessions. Nous savons aussi ce que sont les actions de grâces : des expressions (et une attitude) de reconnaissance et de remerciement devant Dieu. Nous avons peut-être un peu plus de mal à cerner le terme supplication. Or, si cela ressemble à la prière, ce n’est pourtant pas tout à fait la même chose. Dans “supplication”, il y a l’idée de supplier et donc de se placer dans une attitude humble de soumission. La supplication est une prière, certes, mais avec une connotation très forte d’humilité, de dépendance, voire de servilité. De fait, l’apôtre nous rappelle ainsi que nous ne nous approchons pas de Dieu avec une liste de commissions. Le trône de Dieu n’est pas un drive où nous enlèverions notre commande d’exaucements. Nous nous plaçons devant un Dieu trois fois saint, créateur de l’univers dont nous ne sommes qu’une poussière. “Ôte tes souliers, car cette terre est sainte” déclare Dieu à Moïse qui s’est approché. Devant Dieu, nous n’avons rien à réclamer, rien à revendiquer, aucun droit à faire valoir. Nous sommes dans l’attitude de celui qui implore, et non de celui qui réclame son dû. Dès lors, respect et humilité sont de rigueur. Mais nous n’avons pas non plus à oublier que Dieu veut entendre nos requêtes et tend l’oreille. Il ne veut pas nous écraser de Sa toute-puissance, mais nous assurer de Sa bienveillance. Chez Lui, tout est bonté et mansuétude ; de quoi nous assurer le meilleur accueil.

     

     

    Ne vous inquiétez pas (3)

      

    “Ne vous inquiétez pas du lendemain, car le lendemain s'inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine…” Mt 6. 34

    La vie se charge, au quotidien, de nous apporter divers tracas et inquiétudes ; elle serait insupportable si, en plus des peines du jour, nous devions porter celles de demain et d’après-demain. Le philosophe latin Sénèque (58 avant J.-C.) s’exclamait ainsi : “Que de maux sont arrivés, sans qu’ils fussent attendus, et combien ne sont jamais arrivés, quoiqu’attendus.” En effet, il n’est pas rare de s’inquiéter pour des problèmes qui n’arrivent finalement jamais. De son côté, Jésus nous encourage à avoir confiance pour vivre sereinement au jour le jour. Demain sera une autre histoire. Mais, de nos jours, plus que jamais, nous aimons tout prévoir, programmer, voire régenter parce que nous voudrions, quelque part, être le maître de notre vie et de notre destin, et parfois même être régisseur de celui des autres. Prévoir, anticiper, voire deviner (chercher à être devin) sont des préoccupations quasi prioritaires, au point que l’on vit plus dans un futur incertain - mais à garantir - que dans le présent qui s’échappe toujours trop vite. Or, il faut bien admettre, une fois pour toutes, et nous en souvenir chaque matin, que la vie est toujours, pour nous, imprévisible. Notre cerveau voudrait tout contrôler alors que la vie est l’imprévu par essence. “L’inquiétude fait souffrir deux fois”, selon un psychologue. L’inquiétude assombrit notre aujourd’hui pour un lendemain qui n’existe pas encore. Du coup, le lendemain occulte la joie d’aujourd’hui. Est-ce nécessaire ? Avant de quitter cette terre, Jésus a tenu à préciser qu’Il serait avec nous tous les jours. Laissons-Le nous accompagner aujourd’hui, Lui qui est le pain descendu du ciel pour nous nourrir de Sa présence et de Son amour. Avez-vous remarqué la redondance dans: “Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien” ? C’est un acte de confiance, et donc de foi, que d’accepter ce “au jour le jour”.

     

    Bob Gass

     

     

    Ne vous inquiétez pas (1 à 3)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Je veux mourir (1) Moïse

     

     

    Moïse dit à l'Éternel:… Je ne peux, moi seul, porter tout ce peuple, car il est trop pesant pour moi… Tue-moi donc… et que je ne voie pas mon malheur. Nombres 11. 11-15
    Tu t'es approché au jour que je t'ai invoqué; tu as dit: Ne crains pas. Lamentations de Jérémie 3. 57

     

    Dieu a chargé Moïse de conduire son peuple hors d'Égypte, jusqu'au pays qu'il a promis de lui donner. Délivré de l'esclavage, le peuple a traversé la mer Rouge, et maintenant le désert est devant eux…

     

    Ils sont très nombreux (600 000 hommes, sans compter les femmes et les enfants) et continuellement prêts à se plaindre. La manne, cette nourriture que Dieu leur envoie du ciel chaque jour, ne leur suffit plus et ils en arrivent à regretter le temps où ils étaient esclaves!

     

    Moïse est à bout, il adresse à Dieu des paroles amères, et conclut: “Tue-moi donc”.

     

    Dieu ne lui fait aucun reproche, il comprend sa détresse et allège sa charge en désignant 70 hommes pour l'aider. Mais il n'exauce pas la requête excessive de son serviteur découragé. Car il a prévu pour Moïse une fin bien meilleure. Le moment venu, il lui fera contempler toute l'étendue du pays promis en sa compagnie, du haut d'une montagne. Puis il le prendra dans le ciel, en ayant soin d'enterrer lui-même son corps (Deutéronome 34).

     

    Nous sentons-nous comme Moïse? Nous avons l'impression que nous ne pouvons plus faire face à la charge de travail trop lourde, aux difficultés familiales, aux problèmes dans l'église… Comme Moïse, nous sommes à bout et nous préférerions tout abandonner. Ne baissons pas les bras; notre Dieu est “plein de compassion et miséricordieux” (Jacques 5. 11), et il veut nous aider à porter les fardeaux qui nous pèsent.

     

     

     

     

     

    Je veux mourir (2) Elie

     

     

    Élie demanda la mort pour son âme, et dit:… Éternel, prends mon âme…; les fils d'Israël ont abandonné ton alliance… et je suis resté, moi seul… L'Éternel lui dit: Mais je me suis réservé en Israël 7000 hommes, tous les genoux qui n'ont pas fléchi devant Baal. 1 Rois 19. 4, 14, 18

     

    Élie, le prophète de l'Éternel, vient de tenir tête à des centaines de faux prophètes, démontrant de façon spectaculaire que l'Éternel est le seul vrai Dieu (1 Rois 18). Alors Jézabel, la reine idolâtre, le menace de mort, et il s'enfuit pour sauver sa vie. Élie marche longtemps, puis s'assied sous un genêt. Pensant qu'il est seul au milieu d'un peuple désobéissant à Dieu, il a perdu tout courage. Déçu des autres et déçu de lui-même, il se dit: “À quoi bon continuer? Mieux vaut mourir…”

     

    Mais Dieu a un autre projet pour son serviteur. Non, Élie ne mourra pas misérablement sous un genêt! Un char et des chevaux de feu iront bientôt l'emmener au ciel sans qu'il passe par la mort (2 Rois 2. 11)!

     

    Un ange le réveille et le nourrit, jusqu'à ce qu'il arrive à Horeb, “la montagne de Dieu”. Là, Dieu lui parle “d'une voix douce et subtile” qui lui va droit au cœur. Et il apprend qu'il est bien loin d'être le seul fidèle.

     

    L'expérience d'Élie peut aussi être celle d'un chrétien. Après une victoire morale, remportée avec l'aide de Dieu, la foi se relâche. Et, sous la pression des circonstances, au lieu de compter sur le Seigneur, on se replie sur soi. On se croit seul… Écoutons alors avec attention la voix pleine de grâce du Seigneur. Sachons que nous ne sommes pas seuls à combattre (1 Pierre 5. 9). Et souvenons-nous que le Seigneur peut venir d'un moment à l'autre nous enlever avec lui au ciel, sans que nous passions par la mort, comme il l'a fait pour Élie (1 Thessaloniciens 4. 17).

     

     

     

     

     

    Je veux mourir (3) Job

     

     

    (Job a dit:) Pourquoi… n'ai-je pas expiré quand je sortis du ventre?… Pourquoi la lumière est-elle donnée au misérable, et la vie à ceux qui ont l'amertume dans l'âme, à ceux qui attendent la mort, et elle n'est pas là? Job 3. 11, 20, 21
    Dieu a délivré mon âme… et ma vie verra la lumière. Job 33. 28

     

    Job est riche et comblé. Il est aussi “parfait et droit, craignant Dieu et se retirant du mal” (Job 1. 1). Mais de terribles épreuves permises par Dieu vont l'atteindre. Il perd en un jour tous ses biens et ses dix enfants. Puis il est atteint d'un ulcère qui le ronge des pieds à la tête. Pendant tout ce temps Job ne se rebelle pas contre Dieu, même quand sa femme l'incite à le faire. Mais la douleur est là, ses amis cherchent à l'aider sans pouvoir le soulager, et il finit par craquer! Il sort de son silence, maudit le jour de sa naissance et désire mourir. Bien des “pourquoi?” s'échappent de ses lèvres…

     

    Dieu est-il injuste? Permet-il ces épreuves sans avoir un but? Non, il aime Job et veut lui apprendre une leçon importante. Après de longs débats intérieurs, Job va comprendre la distance qu'il y a entre la majesté et la puissance de son Dieu et sa propre personne. Il s'écrie enfin: “Mon œil t'a vu: c'est pourquoi j'ai horreur de moi et je me repens” (Job 42. 5, 6). Une fois la leçon apprise, Job est guéri et Dieu le bénit abondamment.

     

    Chrétiens, quand notre vie s'écoule sans histoire, nous risquons de penser que Dieu nous bénit à cause de nos qualités. Nous pouvons oublier que nous lui devons tout. Alors il nous oblige par des difficultés à repenser notre vie, pour nous faire découvrir tout ce qui, dans notre cœur, n'est pas en accord avec lui. Mais il nous montre aussi la grandeur de sa gloire et de sa grâce. Cela est douloureux, mais soyons certains qu'il veut toujours nous faire du bien à la fin (Jacques 5. 11).

     

     

     

     

    Je veux mourir (4) Jonas

     

     

    Dieu vit… qu'ils revenaient de leur mauvaise voie; et Dieu se repentit du mal qu'il avait parlé de leur faire, et il ne le fit pas. Mais Jonas trouva cela très mauvais, et il fut irrité. Et il pria l'Éternel:… Prends-moi ma vie, car mieux me vaut la mort que la vie. Et l'Éternel dit: Fais-tu bien de t'irriter? Jonas 3. 10; 4. 1-4

     

    Dieu a chargé son prophète Jonas d'aller avertir les habitants de Ninive du jugement imminent qui les menace. Malgré son désaccord, Jonas finit par délivrer son message. Les habitants de Ninive prennent conscience de leurs fautes, ils se repentent; Dieu leur pardonne et le jugement prévu est annulé.

     

    Mais Jonas est blessé dans son orgueil: ce qu'il a annoncé ne se produit pas. Vexé, il reproche à Dieu sa miséricorde, et demande à mourir… “Fais-tu bien de t'irriter?” lui répond Dieu avec patience. Plus soucieux de sa réputation de prophète que de la gloire du Dieu patient dont il est le porte-parole, Jonas éprouve du dépit. Dieu est miséricordieux et lent à la colère, Jonas le sait bien, mais il ne partage nullement ses sentiments!

     

    Peu après, Jonas est encore mécontent: une plante qui lui avait procuré de l'ombre vient de sécher, rongée par un ver: il a trop chaud. Il demande à nouveau la mort. Et Dieu lui répond en lui posant la même question. De fait, Jonas n'a pas appris la leçon. Il s'émeut davantage du sort de sa plante que de celui des habitants de Ninive. Dieu lui parle alors de la pitié qu'il ressent pour la population de cette ville, en particulier pour ses nombreux enfants, et même pour son bétail. L'histoire de Jonas nous avertit: l'orgueil ou l'égoïsme peuvent nous amener à des réactions démesurées, bien peu en accord avec la grâce et la patience divine. Efforçons-nous de mieux partager la compassion de notre Dieu “qui veut que tous les hommes soient sauvés” (1 Timothée 2. 4).

     

     

     

     

    Je ne voulais pas naître (5) Jérémie

     

     

    Maudit le jour où je suis né ! … Pourquoi suis-je sorti du ventre, pour voir le trouble et l'affliction, et pour que mes jours se consument dans l'opprobre ? Jérémie 20. 14, 18

    Dans la multitude des pensées qui étaient au dedans de moi, tes consolations ont fait les délices de mon âme. Psaume 94. 19

     

    Jérémie est un prophète envoyé par Dieu, à une époque bien sombre de l'histoire d'Israël. L'état moral du peuple est très triste, et l'exécution du jugement, inévitable. Sa mission est difficile, car il doit annoncer des messages solennels. Mais il s'en acquitte fidèlement malgré l'opposition qu'il rencontre. Jérémie aime son peuple, et il souffre d'autant plus que le peuple méprise ses appels, en s'éloignant toujours plus de Dieu.

     

    Son état d'esprit contraste avec celui de Jonas autrefois, contrarié que le jugement qu'il avait annoncé ne s'exécute pas.

     

    Jérémie est un homme proche de Dieu, fidèle, et il souffre parce qu'il fait le bien. Mais, perdant de vue un moment le Dieu qu'il sert, il se laisse submerger par la douleur. Tout devient sombre, et il en vient à regretter d'être né… Sous le poids des circonstances, les regards de cet homme de foi se détournent un moment de son Dieu. Il se décourage. Mais Dieu va relever son serviteur et lui donner les forces nécessaires pour accomplir sa tâche jusqu'au bout.

     

    Il est très encourageant pour nous que la Bible nous raconte la vie de ces croyants d'autrefois, sans cacher les épisodes les plus douloureux. En effet, Dieu ne les a pas condamnés, au contraire. Il leur a chaque fois insufflé une énergie nouvelle pour avancer. Chrétiens, si nous traversons de tels moments, si des pensées négatives nous envahissent, souvenons-nous que notre Dieu est toujours le même. Il nous a payés trop cher pour nous abandonner en chemin !

     

     

     

     

     

    J'ai le désir de partir (6) Paul

     

     

     

    Lecture proposée : Philippiens 1

     

    Pour moi, vivre, c'est Christ, et mourir, un gain… J'ai le désir de partir et d'être avec Christ, car c'est, de beaucoup, meilleur ; mais il est plus nécessaire à cause de vous que je demeure… pour votre progrès et la joie de votre foi. Philippiens 1. 21-25

     

    L'apôtre Paul a servi Jésus Christ, son Seigneur et Maître, avec dévouement ; il s'est dépensé sans compter pour les chrétiens. Mais il constate avec tristesse que “tous cherchent leurs propres intérêts” (Philippiens 2. 21). Alors, du fond de sa prison romaine, malgré son âge et ses chaînes, il écrit à ces chrétiens de la ville de Philippes : “J'aurai encore sujet de me réjouir… Christ sera glorifié dans mon corps, soit par la vie, soit par la mort. Car pour moi, vivre, c'est Christ, et mourir, un gain” (Philippiens 1. 18, 20, 21).

     

    Quelles sont ses motivations ? Cherche-t-il à échapper aux souffrances ? Est-il déçu par les croyants, ou blessé dans son amour-propre et découragé d'être relégué au fond d'une prison ? Se croit-il seul fidèle, et est-il prêt à “baisser les bras” ? Ou regrette-t-il d'être né ? Pas du tout ! Sa lettre respire la joie et la paix. Avec insistance, il invite ses lecteurs à se réjouir “toujours dans le Seigneur”. Paul sait que la mort l'amènera dans la compagnie de son Sauveur bien-aimé. “Être avec Christ”, voilà ce qu'il désire. Mais il ne demande pas à mourir. “Ce que je dois choisir, je n'en sais rien. Je suis pressé des deux côtés” (v. 22, 23). Car il ne pense pas à lui-même, mais aux autres. Il sait qu'il peut encore être utile aux chrétiens.

     

    Que notre Dieu nous accorde d'avoir les mêmes motivations que Paul. Il avait une seule raison de vivre, qu'il résume ainsi : “Pour moi, vivre, c'est Christ”. Et, pour Christ, il vaut la peine de tout supporter.

     

     

     

     

    (Source : Labonnesemence.com)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Remettez tout à Jésus

     

     

     

    Remettez tout à Jésus

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Osez-vous exprimer vos besoins à Dieu, Mon ami(e)...? C’est un peu comme si vous remettiez vos difficultés directement entre les mains de Dieu. C’est à partir de ce geste qu’il peut et veut agir pour vous, par sa puissance.

     

    La Bible nous révèle que Dieu a tout créé par et pour Jésus :

     

    "Car c’est par lui que Dieu a tout créé dans les cieux et sur la Terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, puissances spirituelles, dominations, autorités et pouvoirs. Dieu a tout créé par lui et pour lui." (Lire Colossiens 1.16.)

     

    Jésus étant la Parole de Dieu, c'est lui qui a créé l'Univers et tout ce qu'il renferme. C'est également pour lui, pour sa gloire, que tout existe.

     

    De même, vous existez par lui : vous avez besoin de lui, il est votre nourriture quotidienne (lire Jean 6.51), il vous apporte tout ce dont votre âme a besoin.

     

    Et vous pouvez donc vivre pour lui : lui confier votre temps, votre cœur, vos paroles, pour qu’il les utilise comme il le souhaite.

     

    Mon ami(e), celui qui a tout créé par sa Parole peut réaliser des merveilles avec ce que vous lui confiez.

     

    Que voulez-vous lui confier dès à présent…?

     

    - Votre peur de manquer...? Donnez vos faibles ressources à Dieu qui les multipliera.

     

    - Vos faiblesses morales ou physiques…? Dieu renouvelle vos forces et rafraîchit votre âme.

     

    - Votre solitude…? Il vous permet de sentir sa présence n’importe où, n’importe quand.

     

    Voulez-vous prier avec moi maintenant et lui apporter vos besoins…? "Seigneur Jésus, je te remercie d’être ma nourriture quotidienne. Je sais que tu tiens tout entre tes mains, que tu es le Dieu de l’Univers. Aussi, je te confie ma vie, tous mes tracas, toutes mes peines. Tu as le pouvoir de faire des merveilles avec ce que je te remets maintenant. Dans le nom de Jésus. Amen."

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    Remettez tout à Jésus

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Osez demander, mon ami(e)

     

     

     

    Osez demander, mon ami(e)

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Demander n’est pas toujours simple à faire. Cela demande du courage, de l'humilité et une certaine forme de renoncement… Osez-vous demander, quand vous êtes au bout de vos limites, Mon ami(e)...?

     

    Jésus lui-même nous invite à le faire : "Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai." (Lire Jean 14.14.) Mais pour que Jésus puisse agir, il faut d'abord le lui demander...!

     

    Dernièrement, l’une des lectrices d'Un Miracle Chaque Jour me partageait ses difficultés à faire confiance à Jésus... Face à un événement difficile à gérer, elle stresse, elle perd son sang-froid… Son entourage et même son propre corps en souffrent.

     

    Et vous, Mon ami(e), y a t-il un besoin particulier que vous aimeriez confier à Jésus…? Est-il :

     

    • Personnel : des problèmes relationnels, des tensions dans votre couple…?
    • Spirituel : une baisse de confiance, un manque de persévérance…?
    • Physique : votre état de santé, une maladie…?
    • Psychologique : des épisodes dépressifs, du stress, des angoisses…?
    • Matériel : des problèmes financiers, des dettes, une recherche d’emploi…?

     

    N’hésitez pas à aller vers Jésus, et à lui adresser toutes vos demandes…! Et même s’il s’agit d’une "grande chose", qui vous paraît lointaine et inaccessible : allez vers Jésus, et parlez-lui simplement. Rien ne lui est impossible. Il vous faudra peut-être persévérer, parfois, demander et demander encore, mais Jésus promet que "celui qui demande finit toujours par recevoir." (Lire Luc 11.9-10)

     

    Voulez-vous prier avec moi, maintenant…? "Seigneur Jésus, je reconnais que je suis arrivé(e) au bout de mes limites et que j’ai besoin de ton aide. Tu connais mes difficultés, je sais que rien ne t’est impossible. Alors je te confie ma situation : je crois que tout ce que je demande en ton nom, tu le feras. C'est dans ton nom, Jésus, que j'ai prié. Amen."

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Mon ami(e), Jésus ne vous veut que du bien

     

     

     

    Mon ami(e), Jésus ne vous veut que du bien

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Je ne connais pas votre histoire, mais je sais que la vie n’est pas un long fleuve tranquille… Les expériences douloureuses nous font malheureusement prendre conscience que les personnes que l’on croise ne sont pas toujours, sur du long terme, bienveillantes envers nous.

     

    Peut-être avez-vous vécu une situation difficile, Mon ami(e), et aujourd’hui vous n'arrivez plus à faire confiance.

     

    • On vous a fait une promesse qui n’a pas été tenue…?
    • Vous avez été trahi(e) dans votre couple…?
    • Vous avez ouvert votre cœur et vous avez été jugé(e) et critiqué(e)...?
    • Votre meilleur(e) ami(e) vous a déçu(e)...?

     

    Je vous comprends et j’aimerais également vous rassurer : Jésus, lui, est digne de votre confiance. Car Jésus, lui, ne vous veut que du bien. Il ne vous fera aucun mal. Et si quelqu’un se dressait contre vous, il vous défendrait.

     

    Nombres 23.19 affirme ceci : "Dieu n'est pas un homme pour mentir, ni le fils d'un homme pour revenir sur sa décision. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu'il a déclaré, ne l'accomplira-t-il pas ?"

     

    Quand bien même d’autres vous ont menti, blessé ou trahi, Mon ami(e), soyez assuré(e) que Jésus, lui, ne vous fera jamais de mal. Il ne veut que votre bien.

     

    Oui, il est digne de confiance…!

     

    Je vous invite à présent à ouvrir votre cœur à Dieu, à lui faire entièrement confiance dans tous les domaines de votre vie. Priez-le simplement : "Jésus, je crois en toi, merci de m’avoir rappelé que tu es digne de confiance. Je viens vers toi maintenant. Merci Seigneur Jésus. Amen."

     

    Soyez béni(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Mettre fin à la peur

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Connaissez-vous l'histoire de la fille de Jaïrus...? Alors que Jaïrus se rendait auprès de Jésus afin de lui demander de prier pour sa fille, nous dit l'Évangile, celle-ci est décédée… "Tandis que Jésus parlait ainsi, un messager vint de la maison du chef de la synagogue et dit à celui-ci : Ta fille est morte. Ne dérange plus le maître. Mais Jésus l’entendit et dit à Jaïrus : N’aie pas peur, crois seulement, et elle guérira." (Lire Luc 8.49-50.)

     

    Lorsque la tragédie frappe à notre porte, nous pouvons être comme paralysé par la peur. Jésus n’est pas surpris de notre réaction humaine de peur quand nous sommes face à l’inconnu, quand nous vivons des catastrophes, quand nous appréhendons une souffrance terrible ou lorsque notre corps est ravagé par une grave maladie. Jésus a compris la peur de cet homme… et il comprend la vôtre.

     

    N'écoutez pas la voix qui vous dit : "Ne dérange plus le maître." Cette voix qui vous dit que Jésus ne vous entend pas, ne vous écoute pas, que votre situation ne l'intéresse pas.

     

    Jésus vous aime, Mon ami(e). Comment pourrait-il ignorer vos besoins...? 

     

    Je vous invite à vous tourner vers Jésus aujourd'hui pour lui partager ce qui vous tracasse, tout ce qui vous "prend la tête", comme on dit. Voici quelques exemples pratiques :

     

    • Faire une liste de tout ce qui vous cause du souci. Prier pour cela en remerciant Dieu par avance pour son intervention.
    • Proclamer, chaque matin, des psaumes qui parlent de la fidélité de Dieu. (Cliquez ici pour retrouver une sélection de psaumes pour vous.)
    • Prendre un temps de louange pour déclarer la grandeur de Dieu dans l'épreuve. Cliquez ici pour découvrir une playlist spéciale pour cela.

     

    Ne craignez pas, Jésus est avec vous. Je vous invite à prier maintenant : "Seigneur, je refuse d'avoir peur désormais. Je refuse que le doute et la crainte me paralysent, je suis ton enfant et je suis né(e) pour expérimenter ta présence et tes miracles. Cette situation (nommez-la) que je traverse est difficile pour moi, mais j'ai une totale confiance en toi et je sais que tu m'entends. Oh oui, je sais que ton regard est sur moi, merci pour ton intervention miraculeuse, merci pour la paix que tu déposes dans mon cœur, je t'adore. Je t'aime, Jésus."

     

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Mon ami(e), et si votre erreur était un tremplin ?

     

     

     

    Mon ami(e), et si votre erreur était un tremplin ?

     

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Comment réagissez-vous face à vos erreurs ? Par exemple...

     

    • Comment vous sentez-vous, après avoir envoyé cet e-mail à la mauvaise personne ?
    • Ou bien après avoir "lâché" votre énervement sur les enfants ?
    • Ou bien encore, après avoir oublié de payer cette facture dans les temps ?

     

    La plupart du temps, nous vivons mal nos erreurs, nous culpabilisons… Mais à y réfléchir de plus près, nos erreurs sont précieuses : elles nous apprennent à faire mieux. Quelqu'un a dit : "Commettre des erreurs signifie seulement apprendre plus vite."

     

    Aujourd'hui Mon ami(e), voyez vos erreurs comme ce qu’elles sont vraiment : une étape, un tremplin pour apprendre plus vite et pour faire mieux. Et non pas un couperet, une épée de Damoclès au-dessus de votre tête, ou une condamnation définitive...

     

    La Bible dit : "Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ." (Lire Romains 8.1.)

     

    Il n'y a plus rien qui vous condamne ou vous accuse, Mon ami(e). Vos erreurs ne sont pas là pour vous condamner, ni vous culpabiliser : elles vous font apprendre plus vite.

     

    Alors, relevez la tête et recevez la grâce et le pardon, non la condamnation.

     

    Merci d'exister,

      

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'accélération divine

     

     

    1. Etes-vous dans la file d'attente ?

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous allons voir ensemble comment vivre l'accélération divine. Lorsque Dieu accélère les choses dans nos vies, c'est pour nous emmener plus loin, nous faire entrer dans son plan. Nous découvrirons pendant ces quelques jours les comportements et attitudes qui favorisent l'accélération. J'espère que vous serez béni(e) tout au long de ces jours. 

     

    Vous est-il déjà arrivé de prendre des montagnes russes, dans un parc d’attraction ? Ces attractions ressemblent beaucoup à la vie chrétienne : des montées et des accélérations...!

     

    Il y a d’abord un temps dans la file d’attente. Comme pour Moïse, qui a dû passer quarante ans à garder des brebis dans le désert avant de retourner accomplir son appel en Égypte, nous ne savons pas combien de temps l’attente peut durer. Dieu nous prépare, un pas après l’autre, à entrer dans la vie passionnante qu’il a préparée pour nous.

     

    Puis vient le temps de la montée. Les oppositions sont là, et tout cherche à nous tirer vers le bas. Mais Dieu lui, nous tire vers le haut, vers notre appel. Il nous l’a promis : "Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans tes faiblesses." (Lire 2 Corinthiens 12.9.)

     

    Arrive ensuite le moment de suspension... Juste avant d’être propulsés par Dieu, nous sommes au plus haut point, près de lui.

     

    Enfin, arrive le moment de l’accélération divine ! C’est là que Dieu choisit de nous "lâcher" dans le monde pour y accomplir notre appel : celui d’avancer et de bénir les autres.

     

    Pour vivre l'accélération, la première clé est donc : patienter et s'accrocher à Dieu, jusqu'à ce que lui nous envoie.

     

    Aujourd’hui, pourquoi ne pas faire cette courte prière pour votre vie : "Seigneur, je te fais confiance, peu importe l’étape que je suis en train de traverser. Ta grâce m’accompagne et m’équipe pour l’appel que tu m’a confié, je peux continuer d’avancer dans la vie enthousiasmante que tu as pour moi. Amen."

     

    Passez une belle journée dans la présence de Dieu !

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

     

    2. Cette attitude va accélérer votre vie

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés qui permettent de vivre l'accélération divine.  

     

    Avez-vous déjà été, comme moi, touché(e) par l’attitude rayonnante d’une personne qui entre dans une pièce ?

     

    Un jour, alors que mon épouse et moi entrions dans un hôpital, une personne malade est venue nous voir pour nous remercier. Cette personne ne nous connaissait pas, mais elle est délibérément venue nous exprimer sa gratitude car notre attitude l’avait touchée.

     

    La meilleure attitude, c’est la gratitude. Quand nous sommes reconnaissants à Dieu pour tout ce qu’il nous a donné, notre vie devient bénissante.

     

    Parfois, notre vie est difficile. Elle peut même devenir difficile à supporter, et la douleur est réelle. Mais Dieu n’en a pas fini avec nous...! Ses bontés se renouvellent chaque matin, et le remercier, c’est créer une atmosphère en nous et autour de nous. Nous nous faisons du bien, et notre entourage en bénéficie aussi.

     

    Bonne nouvelle : la gratitude, c’est un apprentissage ! L’apôtre Paul disait : "J’ai appris en toutes circonstances à être content avec ce que j’ai." (Lire Philippiens 4. 11.)

     

    Pensez à Paul et Silas qui, au milieu de la nuit, au fond d'un cachot, après avoir été chargés de coups, chantaient les louanges de Dieu. Dieu va transformer leur gratitude en tremblement de terre et en bénédiction extraordinaire. À tel point que le gardien et sa famille vont se faire baptiser cette nuit-là. (Lire Actes 16.22-36.)

     

    La seconde clé pour vivre l'accélération divine est donc : manifester la gratitude en tout temps. La reconnaissance rend notre vie bénissante. Et cette bénédiction commence en vous mais elle va aussi s'étendre aux autres.

     

    Je vous propose de faire l’exercice dès aujourd’hui. Commencez à être reconnaissant(e) pour les choses que vous avez, même celles qui vous semblent les plus petites. Ce soir, notez-les dans votre carnet de gratitude et couchez-vous avec un cœur rempli de reconnaissance. Et demain matin faites la même chose. Pour ma part, je le fais chaque matin et chaque soir afin de faire de chaque jour un miracle.

     

    Je vous souhaite de passer une journée bénie !

     


    Merci d'exister,

     

     

     

    3. La clé, c'est …. encourager

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés qui permettent de vivre l'accélération divine.  

     

    Nous avons tous besoin d’être encouragés. Pourtant, la mentalité de ce monde est rarement à l’encouragement, et c’est cela que Dieu désire changer en nous.

     

    Encourager, c’est :

     

    • valoriser l’autre
    • être confiant(e) dans ses capacités
    • lui apporter du soutien
    • dire "tu vas y arriver !"
    • et l’encourager dans sa prise de risque...!

     

    L’encouragement, c’est le cœur de la Bonne Nouvelle. C’est exactement ce que Jésus fait avec nous.

     

    Un jour, Muriel et moi avons décidé d’inviter des amis et de donner une offrande à ce couple qui passait par des moments très difficiles. Alors que nous leur expliquions notre désir de les soutenir financièrement, ils nous dirent, très touchés : "Alors, vous croyez en nous ?"

     

    La Bible nous enseigne : "Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux." (Lire Matthieu 7.12.)

     

    La troisième clé pour vivre l'accélération, la faveur divine, c'est : encourager les autres, semer dans les autres. C'est vivre dans une attitude positive de soutien et d'encouragement.

     

    Dieu veut faire de vous une source d’encouragement. Aujourd’hui, demandez-lui de vous donner des manières créatives de révéler le meilleur chez ceux de votre entourage.

     

    Cela peut être par un texto, une invitation à boire un café ou un mot laissé sur un Post-it. Soyez des "encourageurs" ! Dites aux autres : "Merci d'exister !"

     

    Merci d'exister,

     

     

     

    4. Mon ami(e), vous êtes enfant de l'honneur

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés pour vivre l'accélération divine.  

     

    Vous est-il déjà arrivé de vous sentir dévalorisé(e) ou rejeté(e) ?

     

    La Bible nous relate l’histoire de Bartimée, un aveugle guéri par Jésus. Bartimée signifie littéralement "fils de l’honneur", et pourtant, sa vie fut loin d’être honorable. Bartimée est né aveugle à une époque où l’être était extrêmement difficile. Bartimée a passé sa vie à mendier, à attendre la générosité d’un passant.

     

    Mais une simple rencontre avec Jésus a suffi à éveiller sa foi…! Là, Jésus, en plus de l’encourager et de lui redonner la vue, lui a rendu son honneur. Bartimée a vécu une accélération dans la bénédiction.

     

    Comme Bartimée, nous sommes fils et filles de l’honneur, même si notre vie ou notre comportement a souvent été loin d'être honorable. Et comme pour Bartimée, Dieu vient nous relever de la poussière pour nous faire asseoir avec les grands. Cet honneur que Dieu nous fait, nous pouvons le partager avec notre entourage.

     

    Honorer, c’est célébrer et magnifier les choses que j’admire chez les autres, c’est respecter et accepter les autres pour ce qu’ils sont et leur montrer ce qu’ils peuvent devenir grâce à Dieu.

     

    Aujourd’hui, vous avez l’opportunité d’appliquer ce que la Bible enseigne :

     

    "Qu’aucune parole mauvaise ne sorte de votre bouche ; dites seulement des paroles utiles, qui répondent à un besoin et encouragent autrui, pour faire ainsi du bien à ceux qui vous entendent." (Lire Éphésiens 4.29.)

     

    Ainsi, la quatrième clé vers l'accélération divine c'est : honorer les autres…! Je vous encourage à la mettre en application dès aujourd'hui :-)

     

    Que votre journée soit belle et remplie de sa vie...!

      

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    5. Soyez comme Dieu : généreux(se) !

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés pour vivre l'accélération divine.  

     

    Le dictionnaire Larousse définit une personne généreuse comme ayant de la grandeur d’âme. Être généreux, c’est être bienveillant, clément, indulgent, c’est faire preuve d’amour. C’est manifester un attribut de la nature de Dieu. C’est l’appel du croyant.

     

    Dieu, en envoyant Jésus, n’a pas envoyé un de ses nombreux fils. Il a envoyé tout ce qu’il avait : son unique fils. C’est l’étendue de sa générosité : "Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique." (Lire Jean 3.16.)

     

    Comme notre Père céleste, nous devons donner le meilleur de ce que nous avons et honorer la personne qui reçoit ce don.

     

    La générosité, ce n’est pas juste répondre à un besoin, mais c'est manifester un acte proactif pour renforcer l'identité de l'autre.

     

    Aussi, la cinquième clé pour vivre l'accélération divine c'est : être généreux(se)...!

     

    Voulez-vous vivre ce moment qui peut faire toute la différence dans votre vie et dans la vie de ceux qui vous entourent...? Voulez-vous vivre l'accélération divine...? Alors, décidez de devenir généreux(se) !

     

    Je vous invite à écouter ce magnifique chant écrit par Pierre-Nicolas de Katow "Tu t'es donné". Soyez béni(e) et fortifié(e) en ce jour, Mon ami(e)…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

    6. Qui est le plus grand ?

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés pour vivre l'accélération divine.  

     

    Vous connaissez sans doute ce passage de la Bible dans lequel les disciples de Jésus lui demandent : "Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?" (Lire Matthieu 18.1.)

     

    Il est dans notre nature humaine de vouloir être le(la) plus grand(e), le(la) plus reconnu(e). Il est également dans la nature humaine de se comparer, se rabaisser ou encore de rejeter la faute sur l’autre. Il y a un conflit entre ce que nous souhaitons pour nous-même et ce que nous apportons aux autres...

     

    Jésus est venu apporter une nouvelle nature à l’équation : celle de la nature divine, dont nous pouvons être participants : "Celles-ci nous assurent les plus grandes et les plus précieuses promesses. Ainsi, grâce à elles, vous pouvez fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise et devenir participants de la nature divine." (Lire 2 Pierre 1.4.)

     

    Cette nature divine est celle d’un Dieu qui s’abaisse avec humilité pour servir et obéir jusqu’au bout. (Lire Philippiens 2.6-11.) C'est à cette nature que la Bible nous invite à participer.

     

    La sixième clé pour vivre l'accélération divine, c'est : poursuivre l'humilité comme un trésor. Embrasser la nature humble du Créateur et du Sauveur.

     

    Jésus nous a montré le chemin à suivre pour que nous soyons grands dans le royaume des cieux. Permettez-moi de prier pour vous :

     

    "Seigneur, conduis Mon ami(e) et façonne son cœur et sa vie afin que l'humilité se développe en lui(elle). Je te prie encore de l'attirer toujours plus près de ton cœur, dans ta présence afin qu'il(elle) te ressemble de plus en plus. Guide Mon ami(e) par ton Esprit et ta Grâce vers le chemin de l’humilité et de l’honneur. Que ta faveur soit sur sa vie et qu'il(elle) expérimente ton accélération divine dans tous ses projets. Au nom de Jésus, amen." 

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    7. C'est dans le jeûne est la prière

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous continuons à partager sur les clés pour vivre l'accélération divine.  

     

    Avez-vous déjà fait l’expérience d'un temps de retraite avec Dieu...? Ils sont facteurs d’une accélération divine.

     

    Quand Jésus a jeûné dans le désert, il était rempli de l’Esprit. Il en est ressorti revêtu de la puissance de l’Esprit, qui est devenue manifeste dans sa vie...! (Lire Luc 4.14.)

     

    "Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d'alentour." 

     

    Dans ces temps à part, même si tout semble s’arrêter, dans l’esprit les choses bougent : des victoires sont remportées, des guerres sont gagnées, des combats inutiles sont épargnés, des directives et des idées créatrices sont révélées… Jésus nous enseigne même que certaines victoires ne sont remportées que dans le jeûne et la prière. Dieu nous parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, n'est-ce pas...?

     

    La septième et dernière clé de cette semaine pour vivre l'accélération divine, c'est : se mettre à part. Prendre un temps spécial pour écouter Dieu, c’est se rendre plus attentif à sa voix.

     

    Aujourd’hui, je vous encourage à prendre ou à planifier un temps particulier à part avec Dieu. Vous serez surpris(e) de voir qu’Il n’hésite pas à se révéler dans ces moments.

     

    Je vous invite à prendre un temps de méditation et d'écoute de Dieu en écoutant cette louange instrumentale de Pascal Sans.

     

    Que votre journée soit bénie, bénie, bénie…!

     


    Merci d'exister,

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     


     

     


     

     


     

     


     

     

     

     

     

     


     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quelques noms du Seigneur

     

     

     

    1. C'est garanti

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine je vous propose de découvrir (ou redécouvrir) quelques-uns des noms du Seigneur. Ensemble nous verrons ce qu'ils nous apprennent sur ce Dieu si merveilleux. J'espère que vous serez béni(e) par ce partage Mon ami(e). 

     

    Dans la Bible, Dieu se révèle à Abraham comme le Dieu Tout-puissant, El-Shaddaï. Nous lisons dans Genèse 17.1 : "Lorsque Abram fut âgé de 99 ans, l'Éternel apparut à Abram et lui dit : Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant moi et sois intègre."

     

    Dans la suite du texte, Dieu partage son plan et ses promesses à Abraham : "On ne t'appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d'un grand nombre de nations."

     

    La scène qui se déroule ici est assez extraordinaire. Dieu s'adresse à quelqu'un que beaucoup considèreraient comme un vieillard de 99 ans et il lui promet qu'il aura un fils. Alors que, rappelons-le, sa femme est stérile et que tous deux ont dépassé l'âge pour avoir des enfants.

     

    Pourtant, "Dieu dit : C’est certain, ta femme Sara te donnera un fils et tu l'appelleras Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa descendance après lui." (Voir Genèse 17.13.)

     

    Dieu garantit l'accomplissement de sa parole à Abraham. Pour quelle raison peut-il faire cela...? Parce qu'il est Dieu bien sûr, mais observez avec moi… Il s'est présenté à Abraham comme le Dieu qui peut tout, le Dieu à qui rien n'est impossible.

     

    Écoutez-bien Mon ami(e), la garantie de la promesse repose sur la toute-puissance de Dieu. Parce que quand celui qui fait la promesse est tout-puissant pour l'accomplir, sa concrétisation est certaine.

     

    Doutez-vous de l'accomplissement des promesses de Dieu :

     

    • Dans votre vie professionnelle…?
    • Dans votre famille...?
    • Dans votre ministère...?

     

    Sachez que ce que Dieu promet et déclare, sa main l'accomplit. Je vous invite à chasser de votre esprit, toute pensée de doute et de crainte et à vous appuyer fermement sur la parole de Celui qui vous a fait la promesse. Il est tout-puissant pour la concrétiser.

     

    Aujourd'hui, avancez avec force. Déclarez que sa puissance est à l’œuvre, et son plan parfait en marche. Sa promesse s'accomplira…!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    2. Dieu se lève à vos côtés

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    David contre Goliath... est certainement l'un des affrontements les plus connus de la Bible. Ce qui me fascine dans ce récit, c'est le contraste entre le "grand" Goliath et le "petit" David. (Lire l'histoire sur TopBible.)

     

    Goliath a tout pour remporter le combat : la taille, la puissance, la force, l'expérience et même les armes…! David, l'adolescent aux cheveux bouclés, le jeune berger, lui a… une fronde et cinq cailloux. Humainement parlant, le sort de David est scellé. L'issue de la bataille est dessinée d'avance, et pourtant...

     

    "... avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le frappa et le mit à mort sans avoir d'épée à la main." (Lire 1 Samuel 17.50.) 

     

    Quel est le secret de la victoire de David...? Une foi inébranlable en YHWH Tsebaot, l'Éternel des armées. David connaissait Dieu et il avait foi en lui. Voici ce que déclare David juste avant de terrasser Goliath : "Tu marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot ; et moi, je marche contre toi au nom de l'Éternel des armées, du Dieu de l'armée d'Israël, que tu as insultée." (1 Samuel 17.45)

     

    Voici les petites clés de cette grande victoire : une fronde, quelques cailloux, du courage, une foi inébranlable et surtout… l’Éternel des armées de son côté...!

     

    Quelle est cette bataille à laquelle vous faites face…?

     

    • La dépression,
    • La peur de perdre votre emploi,
    • L'échec,
    • La maladie,
    • Un combat avec des tentations,
    • Une situation familiale compliquée ?

     

    Mon ami(e), quel que soit le nom de votre combat, il n'est pas hors de portée de l'Éternel des armées. Je vous invite à vous confier en lui de tout votre cœur, de toute votre âme et de toute votre force.

     

    Parce que Dieu se trouve sur le champ de bataille avec vous, vous êtes en position de remporter le combat. Voyez… Dieu se lève. Dieu s’avance et combat en votre faveur. La victoire est là.

     

    Je vous invite à prier avec moi : "Mon Dieu, toi qui es l'Éternel des Armées, je célèbre ton nom. Je te dis merci pour ta présence à mes côtés sur le champ de bataille. Ta présence dans le combat avec moi me garantit la victoire. Tu es grand et tu es bon. Merci d'être dans ma vie. Apprends-moi à t'honorer chaque jour davantage. Au nom de Jésus. Amen."

     

    Merci d'exister,

    P.S. : je vous invite à écouter  ce chant du Collectif Cieux Ouverts, que vous connaissez peut-être : "Fort et puissant". Votre Dieu est l'Éternel des armées et il est fort et puissant…!

     

     

     

     

    3. Vous ne manquerez de rien, mon ami(e)

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Nous poursuivons notre découverte de quelques-uns des noms de Dieu que nous trouvons dans la Bible. 

     

    Plus d’une fois, je me suis senti découragé, fatigué, accablé par le doute, comme desséché par les aléas de la vie quotidienne, les épreuves, la maladie, les défis du ministère. Il y a des années de cela, bien avant la naissance du TopChrétien, Muriel et moi avons été introduits dans le ministère pastoral à Rive-de-Gier, près de Lyon. C'étaient les débuts de notre service à temps plein et nous avons beaucoup appris sur la vie par la foi.

     

    L’église avait peu de moyens. À tel point qu'au bout de quelques mois, il est devenu difficile pour l’assemblée de nous rémunérer sans mettre en péril l’association. Après avoir prié avec mon épouse, nous avons donc demandé une baisse de salaire significative. Nous allions désormais être payés une fraction du salaire minimal et de nos besoins. Le challenge était d’autant plus grand que nous venions tout juste d’avoir notre premier enfant, Amandine.

     

    C’était suite à ce pas de foi et à ce petit "sacrifice" que nous avons fait certaines des meilleures expériences de notre vie de jeune couple. Nous avons vu Dieu pourvoir à chacun de nos besoins...! Et Dieu a également béni l'église...! Au cours de cette période ,nous avons expérimenté comme jamais cette facette de Dieu, le divin berger. Il est YHWH Ro’i, l’Éternel mon berger.

     

    J’aime proclamer avec David le psalmiste : "Le Seigneur est mon berger ; je ne manquerai de rien." (Lire Psaumes 23.1.) David a connu des moments extrêmes, où des poursuivants voulaient sa mort. Mais il savait que l’Éternel, son berger, prendrait soin de lui, et que jamais il ne manquerait de rien...!

     

    Vous sentez-vous découragé(e), fatigué(e), accablé(e) dans le besoin...? Jésus, votre bon Berger, désire, comme dit la Bible, vous conduire près des eaux paisibles (Psaumes 23.2).

     

    • Il ne vous abandonne pas.
    • Il ne vous oublie pas.
    • Il continue de prendre soin de vous et votre famille.

     

    Je le crois et je le déclare sur votre vie : Mon ami(e), parce que l'Éternel est votre berger, vous ne manquerez de rien.

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    4. Seigneur, où es-tu ?

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    "Seigneur, où es-tu...?" 

     

    Vous êtes-vous déjà posé cette question...? Vous la posez-vous en ce moment...? Il y a des jours où, bien que le ciel soit bleu et les températures agréables, il semblerait que les nuages s'amoncellent au-dessus de notre tête. La vie chrétienne n'est pas une succession de moments de joie et de victoires uniquement. Car qui dit victoires, dit aussi combats…

     

    Dans ces moments-là, il peut être facile de perdre le Seigneur de vue. De ne plus voir sa main agissante. De ne plus entendre sa voix rassurante. Pourtant, il n'a pas changé. Dieu n'a pas changé. Il est encore Emmanuel, Dieu avec nous. Emmanuel est avec vous, Mon ami(e).

     

    Ainsi, vous n’êtes jamais seul(e) sur le chemin. Jésus est toujours présent, jamais très loin, il est celui qui vous comprend. Dans les moments difficiles, Jésus se montre un véritable ami…

     

    • qui ne quitte pas le navire lorsque la tempête fait rage car il est fidèle (lire 2 Thessaloniciens 3.3),
    • qui ne vous condamne mais qui vous aime (lire Romains 8.1),
    • qui se tient à vos côtés car il est votre soutien (lire Psaumes 54.4).

     

    Jésus est fidèle, patient et aimant. Aujourd'hui plus que jamais, dans tout ce que vous traversez, il se tient à vos côtés.

     

    Vous n’êtes pas seul(e) dans cette épreuve, dans ce défi auquel vous devez faire face. Vous n'êtes pas seul(e) devant ce jour nouveau qui se présente devant vous. Vous n’êtes pas seul(e) et vous ne serez plus jamais seul(e).

     

    Je vous invite à prier avec moi : "Seigneur Jésus, merci pour ta fidélité, ton amitié, ta présence. Tu es Emmanuel, Dieu avec moi. J’ai la certitude que tu ne m'abandonnes pas, toi l'ami fidèle, l'ami véritable. Je ne suis pas seul(e) dans la situation que je traverse, mais tu es avec moi. Merci Jésus, avec toi je suis plus fort(e)."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    5. Vous êtes une pièce unique

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Dieu est un artiste extraordinaire qui a façonné le monde dans lequel vous vivez avec amour et passion. Les montagnes les plus élevées, les profondeurs marines, les galaxies et les étoiles sont sa création. Dieu réalise des chefs d'œuvre et tout ce qu'il fait est bon.

     

    Savez-vous que l'un de ses noms est YHWH Hossénou, l’Éternel notre créateur...? C'est ce que nous lisons dans le Psaume 95.6 : "Venez, prosternons-nous et humilions-nous, fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur...!

     

    Il est votre Créateur et vous êtes l'une de ses œuvres, une création unique qui n'a pas de semblable. Dans Ésaïe 43.7 nous lisons : "Ramenez ceux qui portent mon nom, tous ceux que j’ai créés, que j’ai façonnés, que j’ai faits pour qu’ils manifestent ma gloire."

     

    Et voici ce même verset, que j'ai personnalisé pour vous... "Ramenez Mon ami(e) qui porte mon nom, Mon ami(e) que j’ai créé(e), que j’ai façonné(e) pour qu'il/elle manifeste ma gloire."

     

    Dieu a choisi avec soin les caractéristiques qui sont les vôtres aujourd'hui, de la couleur de vos yeux à votre personnalité. Il vous a désigné(e), façonné(e). Sur les 7 milliards d’individus que compte la terre, il n'y a qu'un(e) seul(e) vous :

     

    • Vous êtes unique et avez été créé(e) dans un but spécial.
    • Dieu vous a désiré(e), imaginé(e), créé(e) avec passion.
    • Vous êtes une perle de grand prix entre ses mains, un trésor inestimable...!
    • Vous n'êtes pas une erreur, vous êtes le choix de Dieu.
    • Vous n'êtes pas le fruit du hasard, vous êtes celui de son amour.

     

    Quel que soit ce qui vous chagrine quand vous vous regardez dans le miroir, choisissez de croire que Dieu vous a créé(e) avec minutie, passion et précision. Et que l'image qu'il voit de vous est belle, magnifique. Car il vous regarde avec amour et bienveillance.

     

    Mon ami(e), vous êtes un miracle, une pièce unique, qui est chère au cœur de votre Père céleste.

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    6. Que les eaux s'arrêtent

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Dieu est vivant. C'est une vérité que vous connaissez en tant qu'enfant de Dieu bien sûr. Le Dieu que vous aimez et auquel vous appartenez porte le nom d'El-Chaï, Dieu vivant.

     

    Et ce nom apparaît dans le livre de Josué et plus particulièrement dans Josué 3.10-13 : "Josué dit : À ceci vous reconnaîtrez que le Dieu vivant est au milieu de vous, et qu'il chassera devant vous les Cananéens, les Héthiens, les Héviens, les Phéréziens, les Guirgasiens, les Amoréens et les Jébusiens : voici, l'arche de l'alliance du Seigneur de toute la terre va passer devant vous dans le Jourdain. Maintenant, prenez douze hommes parmi les tribus d'Israël, un homme de chaque tribu. Et dès que les sacrificateurs qui portent l'arche de l'Éternel, le Seigneur de toute la terre, poseront la plante des pieds dans les eaux du Jourdain, les eaux du Jourdain seront coupées, les eaux qui descendent d'en haut, et elles s'arrêteront en un monceau."

     

    Josué et le peuple d'Israël sont dans la phase de préparation de la conquête du pays promis. Et au cours de cette grande aventure de nombreux ennemis et obstacles se dressent devant eux. Parmi ces obstacles, le fleuve Jourdain.

     

    Dieu va leur montrer qu'il est vivant et au milieu d'eux en interrompant le cours des eaux du Jourdain. Ainsi, le peuple peut traverser à sec. Dieu opère le même miracle qu'avec la mer Rouge, il sépare les eaux en deux. Il interrompt le cours des flots afin de permettre à son peuple de traverser à pied sec.

     

    Quel rapport avec vous, Mon ami(e)...?

     

    • Votre Dieu est vivant. Il est en capacité d'interrompre le flot des eaux qui menacent de vous engloutir, qui se dressent entre vous et l'accomplissement d'une promesse.
    • Quelle que soit votre situation, Dieu, El-Chaï est au milieu de vous. Parce qu'il est vivant, il est en mesure d'agir.
    • Enfin, l'Éternel n'est pas un concept ou une idole de bois, il n'est pas façonné par la main d'un homme. Il est VIVANT. Et il est AU MILIEU DE VOUS.

     

    J'ai la foi pour un miracle pour vous aujourd'hui. Et vous...? Croyez-vous qu'un miracle soit possible...? Oui, le Dieu vivant a fait des merveilles au milieu de son peuple et il fait des merveilles pour vous, Mon ami(e).

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    7. L'invitation est à votre nom

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    J'espère que les textes de cette semaine vous ont plu et surtout vous ont nourri(e) :-) Nous terminons cette série spéciale aujourd'hui.  

     

    Avez-vous déjà été invité(e) à une réception ou à un autre évènement...? Lorsque le jour J arrive, il vous est nécessaire de présenter votre carton d'invitation afin de pouvoir entrer. Pas de carton, pas de réception…!

     

    Aujourd'hui, un carton d'invitation a été spécialement déposé pour vous. Il se trouve dans Apocalypse 3.20 : "Voici : je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi."

     

    Cette invitation est signée Jésus. Le plus beau des noms de Dieu que je souhaite partager avec vous. Jésus qui signifie : l'Éternel est salut. C’est le nom au-dessus de tous les noms. Le seul nom par lequel les hommes peuvent être sauvés. Le nom du Roi des rois… et ce Roi vous invite à lui ouvrir : "Mon ami(e), je suis à la porte et je frappe."

     

    Jésus est celui qui sauve. Il vous sauve de la puissance du péché bien sûr, mais aussi de toutes vos détresses. Jésus est votre fidèle ami. Ce qu'il souhaite...?

     

    • Un cœur à cœur avec vous.
    • Une relation quotidienne.
    • Vous parler.
    • Vous montrer ce qui a été prévu pour vous.
    • Vous accompagner dans les bons comme dans les mauvais jours.
    • Être présent dans la santé comme dans la maladie.

     

    Jésus est là. Vous pouvez lui ouvrir la porte, lui parler. Vous pouvez lui confier vos tracas, vos joies, vos espoirs et même vos rêves.

     

    Si vous avez déjà remis votre vie à Jésus, je vous félicite c'est super...! Et je vous encourage à poursuivre sur ce chemin. Si vous n'avez pas encore accepté Jésus comme Sauveur, j'aimerais vous donner l'occasion de le faire aujourd'hui avec cette prière : "Jésus, je t'ouvre la porte de mon cœur et celle de ma vie. Je t'invite à y entrer et y faire ta demeure. Je te remercie parce que tu as payé le prix pour mes fautes à la croix. Je te reconnais comme mon sauveur personnel et mon Seigneur. Je souhaite vivre pour toi désormais et te découvrir plus. Merci Jésus. Amen."

     

    Si vous désirez aller plus loin et découvrir encore plus l'amour du Père pour vous, en lisant : "la lettre d'amour du Père".

     

    Je vous souhaite un excellent dimanche, en compagnie de Jésus.

     

    Soyez béni(e) et rempli(e) de son Esprit.

     

    Merci d'exister,

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)
     

     


     

     


     

     


     

     

     

     


     

     


     

     


     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Dieu est notre soutien

     

     

    1. Tenez-bon !

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Cette semaine, nous allons voir ensemble que Dieu est fort, qu'il est puissant, qu'il vous encourage, et que son désir est de vous porter et vous soutenir…! Êtes-vous prêt(e)...?  

     

    Dans l'Ancien Testament nous pouvons lire l'histoire du peuple de Dieu et de son périple depuis sa sortie d'Égypte, jusqu'à son entrée dans le pays promis. Tout ceci ne s'est pas fait sans combat bien sûr, mais Dieu était avec eux.

     

    Aujourd'hui, j'aimerais vous parler d'un épisode en particulier. Un jour où des ennemis vinrent attaquer Israël, Moïse reçut de Dieu une stratégie spéciale… Moïse devait monter sur la montagne pour prier et Josué devait combattre dans la vallée.

     

    Nous lisons ceci dans La Bible : "Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort ; et lorsqu'il baissait sa main, Amalek était le plus fort." (Lire Exode 17.11.)

     

    Moïse n’était pas seul. Aaron et Hur soutenaient ses mains. C'est ce que nous lisons dans la Parole de Dieu : "Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu'ils placèrent sous lui, et il s'assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l'un d'un côté, l'autre de l'autre ; et ses mains restèrent fermes jusqu'au coucher du soleil." (Lire Exode 17.12.)

     

    Parfois nous avons besoin que quelqu'un nous aide et nous tienne les bras. Que quelqu'un nous soutienne par une parole, un sourire, un mot d'encouragement. C'est ce que je désire faire avec "Un Miracle Chaque Jour".

     

    Je veux vous aider à tenir les bras levés et vous dire en ce jour : ne baissez pas les bras Mon ami(e). Dieu n'a pas dit son dernier mot. La victoire est pour vous. Le pays promis est devant vous. Courage…! Tenez-bon…! C’est à l'ennemi d'abandonner, pas à vous. Vous êtes plus que vainqueur par celui qui vous aime…!

     

    Et n'oubliez pas, votre Josué, le Seigneur Jésus, a déjà remporté la victoire. Il est vainqueur et vous êtes plus que vainqueur !

     

    Je vous invite à terminer par la prière : "Seigneur, je te remercie pour ta Parole qui m'encourage et fortifie mon âme. Je te demande de m'aider à tenir bon, à me battre, à croire en toi encore et encore. Je confesse que la victoire est pour moi, parce que tu me l'as donnée, parce que tu as vaincu pour moi. Merci pour toutes tes grâces et tous tes bienfaits. Au nom de Jésus. Amen."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

    2. C'est VOUS qu'il appelle

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Je suis très touché par tous les emails que je reçois chaque jour des lectrices et lecteurs de Un Miracle Chaque Jour. Parfois, certains de ces témoignages me remplissent de joie, en particulier ceux qui disent : "Ma vie a été changée, transformée. Je sais maintenant que Dieu m’aime de façon inconditionnelle". Je rends gloire à Dieu pour cela.

     

    D’autres fois, certains emails me poussent dans la prière, voire dans les larmes lorsque je lis des situations vraiment difficiles.

     

    J’aimerais vous dire en ce jour : vous êtes courageux(se), vous avez la force nécessaire... le Seigneur l’a déposée en vous. Vous n’êtes pas sans ressources, vous n’êtes pas sans possibilités car ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. Dieu a mis en vous son Esprit, sa présence, sa vie, son amour.

     

    Je crois de tout cœur que vous allez gravir cette montagne, traverser cette mer tumultueuse, passer de l’autre bord, sortir de ce tunnel et voir poindre la lumière. Courage Mon ami(e), courage...! Le Seigneur n’a pas dit son dernier mot et souvenez-vous que les impossibilités des hommes sont des possibilités d'agir pour Dieu, et que nos extrémités sont des opportunités pour le Seigneur de manifester son secours qui ne manque jamais dans la détresse. (Lire Psaume 46.2.)

     

    Oui, vous avez de la force…! Oui, vous avez du courage parce que le Seigneur a mis cela en vous. Je le sais et je le crois. "Fortifie-toi maintenant et prends courage, car c’est toi qui fera entrer le peuple dans ce pays" a dit Dieu un jour à un homme (voir Josué 1.6) et aujourd’hui, il vous le dit aussi : "Fortifie-toi et prends courage, c’est toi que j'appelle Mon ami(e)."

     

    J'aimerais prier pour vous maintenant : "Seigneur, je te remets Mon ami(e). Je prie que ta paix l'entoure maintenant, je prie que ton amour parfait chasse toute crainte en lui/en elle. Je te demande de remplir ton enfant de ta force et de ton courage à présent. Dans le merveilleux nom de Jésus…! Amen."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    3. Lâchez prise, il est Dieu

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Le psaume 46.11 nous dit : "Arrêtez, et sachez que je suis Dieu...!"

     

    Le mot hébreu pour arrêter est "raphah". On pourrait le traduire par : relâcher, laisser aller, être tranquille. Et pour prendre une expression plus actuelle : "Lâchez prise et sachez que je suis Dieu."

     

    Lâcher prise et s'approcher de Dieu… La Bible dit : "Approchons-nous du trône de la grâce [...] pour être secourus dans nos besoins." (Lire Hébreux 4.1.)

     

    Cela me rappelle l'histoire de la reine Esther (que vous pouvez lire dans le livre d'Esther). Un jour, alors que le peuple juif était voué à l’extermination par le méchant Aman, elle décida de prier, de jeûner, de chercher le Seigneur. Trois jours après, elle se rendit auprès du roi qui lui tendit son sceptre.

     

    Le roi lui dit : "Qu'as-tu, reine Esther, et que désires-tu...? Même si tu réclames la moitié du royaume, elle te sera donnée." (Lire Esther 5.3.)

     

    C’est une belle image de la possibilité que nous avons de nous approcher aujourd’hui du trône de la grâce. Vous avez libre accès au sanctuaire de Dieu par le sacrifice et le sang de Jésus. Non grâce à vos mérites, mais grâce aux siens.

     

    Venez en ce jour, apportez au Seigneur ce qui vous pèse, vos fardeaux et lâchez prise. Laissez-lui gérer cette situation, cette maladie, cette relation difficile…

     

    Le Seigneur vous dit en ce jour : "Arrête, lâche prise, sois tranquille et sache que je suis Dieu. En moi, il n’y a rien d’impossible. Je peux tout changer, tout transformer car je suis l’Éternel, le Tout-Puissant."

     

    Je vous invite à écouter ce chant de Luc Dumont, "Je te donne tout" en version acoustique. Laissez aller tout ce qui vous pèse dans la présence de Dieu à l'écoute de cette magnifique louange. 

     

    Que votre journée soit bénie, Mon ami(e)...!

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

     

    4. RIEN ne peut vous séparer de Dieu !

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    La vie est un cadeau de Dieu, un miracle extraordinaire… qui apporte son lot de réjouissances, d'espoirs, de victoires. Mais qui dit victoire dit aussi combat…

     

    Faites-vous face à un combat actuellement...? Est-ce la fatigue, la maladie, la persécution, le divorce, la peur, l'abattement...?

     

    En tout cela, la Parole de Dieu vous assure que rien ne vous séparera de l'amour de Jésus. C'est ce qu'évoque Romains 8.35 : "Qui nous séparera de l’amour de Christ...? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée...?"

     

    Jésus lui-même vous encourage lorsqu'il dit : "Vous aurez des tribulations (des épreuves, afflictions, angoisses) dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde." (Lire Jean 16.33.)

     

    Oui, vous pouvez connaître des épreuves et même des persécutions, mais Jésus est avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. (Lire Matthieu 28.20.)

     

    Prenez courage, Mon ami(e). Les tribulations ne peuvent pas vous séparer de son amour. Bien au contraire...

     

    • Vos impossibilités deviennent des possibilités pour Dieu.
    • Vos "bouts du rouleau" deviennent des commencements grâce à lui.
    • Vos faiblesses, il les transforme en force.
    • Vos épreuves vont devenir un puissant témoignage à sa gloire.

     

    Je vous invite à prier avec moi à présent : "Seigneur Jésus, merci de ce que RIEN ne peut me séparer de toi, de ton amour, de ta présence. Tu es et tu resteras mon Dieu : dans les bons comme dans les mauvais moments, dans la joie comme dans la tristesse, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie. Tu es mon Dieu et je t'aime. Je te fais confiance pour me mener à bon port, pour me conduire et me donner la victoire. Que ton nom soit béni à jamais. Amen."

     


    Merci d'exister,

     

     

     

     

    5. Etes-vous découragé(e) ?

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    De nombreuses fois j’ai eu envie de m’arrêter. Le découragement me gagnait. Je me disais : À quoi bon te suivre Seigneur...? À quoi bon te servir...? Aujourd'hui, je vous partage un passage de la Bible qui m'encourage et que j'aime beaucoup. Il s'agit du Psaume 1.1-3 : "Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Éternel, et qui la médite jour et nuit...! Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : tout ce qu'il fait lui réussit."

     

    Saviez-vous que dans la Parole de Dieu on trouve de nombreux exemples d’hommes et de femmes qui sont passés par ce désir d'arrêter et de tout "balancer"...?

     

    Par exemple, Élie, le grand prophète de Dieu. Après avoir reçu un courrier d’accusations et de menaces de la méchante Jézabel, il a demandé à Dieu de reprendre sa vie. Il voulait mourir. (lire 1 Rois 19.2-8.)

     

    Le secret, c’est de ne pas s’arrêter mais de continuer, de persévérer. L’ange de Dieu "força" Élie à manger. Et avec la force qu’il reçut au travers de cette nourriture divine, il marcha de nouveau. Et quelle marche...! 40 jours et 40 nuits jusqu’à la montagne de Dieu.

     

    "Percez et vous verrez...!" a dit quelqu’un... Mon ami(e), je crois que vous êtes à l’aube d’une percée, d’une bénédiction, d’une grâce de Dieu dans votre vie.

     

    Ne vous arrêtez pas. Et surtout pas sur la voie des pécheurs. S’arrêter sur la voie des pécheurs conduit à la tristesse et vous rendrait malheureux(se). Alors, même si le chemin semble étroit, continuez à y marcher... Tôt ou tard vous y croiserez votre bénédiction.

     

    Permettez-moi de prier pour vous : "Seigneur, je te remets Mon ami(e). Je te demande de le(la) relever, de lui donner des forces nouvelles, un espoir nouveau…! Que ta joie soit sa force. Donne-lui de persévérer avec toi, dans ton plan et dans tes voies. Au nom de Jésus, amen."

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

    6. Il vient relever le faible

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Récemment, j’ai été particulièrement touché par ce chant "Relever le faible" du groupe Glorious dont voici le premières paroles :

     

    Au-delà des océans, tu es venu me chercher 

     

    Au-delà de mes tourments, ton amour a triomphé 

     

    Montre-moi la splendeur et la beauté qu’il y a 

     

    À t’obéir de tout cœur, à se confier à ta voix...! 

     

    Tu viens relever le faible, tu le prends dans tes bras 

     

    Tu le conduis vers ton Père, qui le console ici-bas 

     

    Entends le cri de ma prière, sois mon secours et ma joie 

     

    Passé de l’ombre à ta lumière, j’ai mis mon espoir en toi...! 

     

    Le chant continue, mais j’aimerais approfondir une phrase du refrain avec vous : tu viens relever le faible. Peut-être aujourd’hui vous sentez-vous faible : moralement, physiquement, émotionnellement, relationnellement ou spirituellement. Jésus est venu pour chercher et sauver. Il a dit : "Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de médecin mais les malades." (Lire Matthieu 9.12.)

     

    Jésus est vraiment venu chercher, relever, sauver ceux qui sont perdus, ceux qui sont faibles et abattus. Tu viens relever le faible, tu le prends dans tes bras… quelle puissante vérité…! Vraiment, le Seigneur nous prend dans ses bras d’amour. Il VOUS prend en ce jour dans ses bras d’amour Mon ami(e). Il vous conduit vers le Père, il vous console ici-bas.

     

    Jésus ne nous a pas laissés seuls, il a envoyé l’Esprit Saint, très justement appelé le consolateur. Dieu sait combien nous avons besoin de consolation. Et l'Esprit Saint, le consolateur, est tous les jours avec vous et même, il vit en vous.

     

    Vous êtes le temple du Saint-Esprit, alors laissez-le vous renouveler maintenant, vous consoler, vous fortifier, vous relever. Le chant continue en disant : Entends le cri de ma prière, sois mon secours et ma joie. Assurément, Dieu entend... "Quand un malheureux crie, l’Éternel entend, et il le sauve de toutes ses détresses." (Lire Psaume 34.7.)

     

    Dieu entend vos prières. En ce jour, je vous invite vraiment à lui faire connaître vos besoins. Placez votre espoir en lui car Dieu est un secours qui ne manque jamais dans la détresse.

     

    À présent, je vous invite à prendre quelques minutes pour regarder le clip vidéo de ce chant : "Relever le faible".

     

    Je prie et déclare que pendant ce chant, le Seigneur va vous visiter et vous renouveler. Préparez-vous :-)

     

    Merci d'exister,

     

     

     

     

     

     

     

    7. Dieu change les vies… et la vôtre aussi

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Voici ce que m’écrivait Vanessa. Cela m’a beaucoup ému et j’ai pensé que cela pourrait vous encourager pour votre vie ou la vie de ceux qui vous sont chers et pour lesquels vous ne voyez aucune solution.

     

    "Je suis une jeune fille de 28 ans. Je suis très heureuse de lire vos messages chaque jour. 

     

    J'ai eu une enfance compliquée. Mes parents ont divorcé quand j'avais 3 ans, ma mère est partie et nous a abandonnés à notre père. Nous avons connu la faim, l’humiliation, le désir pour des choses que nous ne pouvions pas nous offrir à cause du manque d'argent. Je souffrais beaucoup intérieurement, je manquais de confiance en moi, je me sentais toujours inférieure aux autres et je croyais que je ne valais pas grand-chose. 

     

    J'ai grandi avec un papa qui était pasteur mais ce que je ne savais pas, c'est que Dieu est mon vrai Père. J’ai réalisé cela à l’âge de 28 ans et donc, pendant toutes ces années le diable m'a menti et m'a torturée.  

     

    Au cours de cette année-là, Dieu s'est révélé à moi au travers d'un songe et m'a montré qu'il était proche de moi et que pendant tout ce temps, il a toujours été à mes côtés et qu'il m'a toujours aimée. Quand je me suis réveillée, j'avais les larmes aux yeux ; je me suis agenouillée et j'ai prié. Ce jour-là, j'ai ressenti l'amour de Dieu m'envahir et j'ai dès lors commencé une relation avec lui.  

     

    J'ai pu expérimenter le Saint-Esprit comme une véritable personne et non comme une simple force. J'ai fait de lui mon confident, mon partenaire, mon associé. C'est une personne divine, puissante, humble, douce et qui prend plaisir à notre bonheur.  

     

    Depuis ces moments inoubliables, ma vie a complètement changé. Je suis une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées. Aujourd'hui je vis pleinement ma vie, j'affronte les défis avec courage, j’ai confiance en moi et en Dieu, je sais maintenant que je ne suis inférieure à personne mais simplement que nous sommes tous différents les uns des autres. J’aime Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma pensée.  

     

    J’ai souhaité donner ce témoignage afin de fortifier toutes les personnes qui, en ce moment, sont dans des situations de tristesse, de dépression, de manque d'assurance, de rejet, de solitude... Je veux que vous sachiez que Dieu est notre Père ; faites-lui confiance, croyez en lui, il peut transformer une vie de gâchis en un véritable tremplin."  

     

    Gloire à Dieu car il change des vies...! Il peut tout changer en un instant. Merci Vanessa pour ton cœur et ta passion pour Jésus...! C’est super...!

     

    Si vous cherchez Dieu, je vous invite à vous rendre sur ConnaitreDieu.com ou sur ComprendreDieu.com, deux sites du TopChrétien qui vont vraiment vous aider à le trouver.

     

    Et pour cette journée, souvenez-vous que Dieu peut transformer une vie de gâchis en un véritable tremplin...!

     

    Merci d'exister,

      

    Eric célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

    Dieu est notre soutien

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique