•  

     

     

    Sachez qui vous guide

     

     

    Sachez qui vous guide

     

     

     

    « Laissez le Saint-Esprit diriger votre vie » Ga 5.16, BFC

     

    Le Dr Stanley raconte : « Lors d’un safari-photo, mon groupe suivait une piste depuis trois heures, quand j’ai eu l’impression bizarre que nous allions dans la mauvaise direction. J’en ai parlé au guide qui m’a assuré que tout allait bien.

     

    Comme je ne voulais pas être présomptueux, j’ai continué de marcher. Après quelques minutes, ma sensation de malaise persistait toujours et même grandissait. Alors, j’ai sorti ma boussole et consulté la carte. Effectivement, nous nous étions éloignés de notre destination et avons mis presque une heure et demie pour revenir à l’endroit où nous nous étions trompés de chemin.

     

    Hélas, quand nous sommes arrivés, il était trop tard pour prendre des photos. Cet événement m’a appris deux leçons importantes. D’abord, si une voix intérieure nous encourage à prendre certaines décisions, on doit l’écouter. Ensuite, il faut choisir un guide qui connaît le chemin mieux que nous.

     

    Vous est-il déjà arrivé que quelque chose vous fasse dresser l’oreille, attire votre attention ou vous pousse dans une certaine direction ? Peut-être lors d’un sermon où vous avez eu l’impression que Dieu vous demandait de lui obéir et de le suivre. Ou peut-être êtes-vous entré(e) dans un restaurant et étiez-vous rempli(e) de crainte comme si vous deviez partir rapidement. Si vous avez la foi, il est fort probable que le Saint-Esprit s’adressait à vous pour vous avertir d’un danger et vous encourager à vous soumettre aux desseins de Dieu. » Aujourd’hui, « laissez le Saint-Esprit diriger votre vie ».

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tournez le dos à votre sentiment de culpabilité !

     

     

     

    Tournez le dos à votre sentiment de culpabilité !

     

     

    “Il toucha ma bouche et dit : Ceci a touché tes lèvres : ta faute est enlevée, ton péché est expié” Es 6.7  

    Se sentir coupable lorsque l’on a péché (ou commis une faute pour utiliser le vocabulaire préféré aujourd’hui !) est normal pour tout enfant de Dieu et mène à un juste sentiment de repentance. Refuser de confesser ses péchés équivaut à vivre une vie misérable, privée de l’intimité divine. Mais dès que vous avez confessé vos péchés, cessez de vous sentir coupable.

    Remarquez que dès l’instant où Dieu toucha les lèvres d’Esaïe sa faute fut enlevée et son péché expié. Aucun long délai n’est nécessaire pour retrouver la paix avec Dieu et se sentir restauré.

    Ecoutez ce que David écrivit après avoir confessé son adultère et son crime : “Heureux l’homme dont la transgression est pardonnée, dont le péché est couvert ! Heureux l’homme à qui le Seigneur ne tient pas compte de la faute… Tant que je gardais le silence, mes os se consumaient, je gémissais sans cesse ; car jour et nuit Ta main pesait sur moi, ma vigueur s’était changée en sécheresse d’été .Je t’ai fait connaître mon péché : je n’ai pas couvert ma faute ; j’ai dit : Je reconnaîtrai mes transgressions devant le Seigneur ! Et Toi, Tu as pardonné ma faute, mon péché.” (Ps 32. 1-5).

    La Bible déclare : “Tu écraseras nos péchés et Tu jetteras toutes nos fautes au fond de la mer !” (Mi 7. 19). Dieu n’a pas dit qu’Il mettrait nos péchés au sommet de l’Everest, mais au plus profond de l’océan où la pression colossale ne peut que les écraser. La fosse des Mariannes, dans l’océan Pacifique atteint presque 11000 mètres de profondeur. Imaginez-y vos péchés ! Abandonnés au sommet de hautes montagnes ils redescendraient pour hanter vos jours. Or, là où ils sont, même Satan ne peut aller les repêcher. Aussi retrouvez votre confiance et rejetez les accusations des autres. Pardonné et restauré par votre Père, vivez dans la joie et la reconnaissance !

     

     

     

    Bob Gass

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Qui veut vivre un miracle

     

     

     

    Qui veut vivre un miracle ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je n’ai rien du tout. Il me reste seulement un peu d’huile pour me parfumer. 2 Rois 4.2 

     

    Et qui ne voudrait pas vivre un miracle et voir des choses merveilleuses se passer dans sa vie ? 

     

    Le livre des Rois (2 Rois 4.1-7) nous rapporte la terrible épreuve de cette femme. Veuve, pauvre et criblée de dettes, on va lui enlever ses seuls trésors, ses deux fils, que les créanciers veulent réduire en esclavage pour se rembourser.

     

    Mais Dieu va secourir puissamment cette veuve en lui communiquant un plan par l’intermédiaire d’Élisée. Elle va utiliser la seule chose précieuse qui lui reste à la maison - environ vingt centilitres d’huile parfumée - pour remplir "un grand nombre" de vases de cent litres chacun, empruntés à ses voisines. En ramenant au prix actuel d’un litre d’huile essentielle ou de parfum, cela revient à dire que cette femme est vraisemblablement devenue millionnaire ! Ses dettes payées, elle a pu vivre très largement avec le produit de cette vente !

     

    Avant d’obtenir une victoire, il est nécessaire de livrer une bataille.

     

    Personne n’a envie d’être mis en échec, de passer par des difficultés, de se trouver dans la vallée sombre. Tout le monde veut connaître bonheur, succès, prospérité. Mais, avant d’obtenir une victoire, il est nécessaire de livrer une bataille et, pour qu’un miracle se produise, plusieurs conditions doivent être réunies. Il faut :

     

    1- Traverser une situation de crise. 

     

    Si vous passez par l’épreuve, c’est le moment parfait pour vivre un miracle.

     

    2- Trouver le trésor qui est en vous. 

     

    Pas besoin d’être surdoué, célèbre ou riche. Le seul fait d’être en vie est un trésor, Dieu a déposé en vous des talents. À vous de (re)découvrir ce que vous avez. 

     

    3- Sortir de sa solitude. 

     

    Soyez vulnérable et faites connaître vos besoins à Dieu, mais aussi à ceux que Dieu place sur votre route. La veuve a trouvé une aide spirituelle auprès du prophète et une l’aide matérielle auprès de ses voisines. Ne restez pas seul(e) dans votre tourmente. 

     

    4- Mettre sa foi en action.

     

    Et ne pas avoir peur de donner et de perdre ce qui vous reste. La générosité et l’obéissance à la Parole de Dieu sont des clés puissantes pour la survenue du miracle.

     

    Une prière pour aujourd’hui 

     

    Seigneur, je veux vivre un miracle. Renouvelle en moi ton onction et révèle-moi les ressources que tu m’offres. Donne-moi de connecter encore plus avec toi et avec celles et ceux qui auront ton cœur. Je te donne tout et je m’abandonne à ta Parole. Amen.

     

     

     

     

     

    Solange Raby

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ronde Versets du coeur 247

     

    Ronde Versets du coeur 247

     

    Ronde Versets du coeur 247

     

    Ronde Versets du coeur 247

     

    Ronde Versets du coeur 247

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ses miséricordes se renouvellent chaque jour

     

     

     

    Ses miséricordes se renouvellent chaque jour

     

     

     

     

     

    « Car les bontés de l'Eternel ne sont pas à leur terme et ses tendresses ne sont pas épuisées. Chaque matin, elles se renouvellent. Oui, ta fidélité est grande ! » Lam 3.22-23

     

    Chaque jour est une nouvelle occasion de tourner le dos à son passé et d’expérimenter une vie nouvelle. Si Dieu a divisé les jours en 24 heures, c’est la preuve que nous avons besoin de repartir sur une nouvelle base. Il y a toujours un nouveau jour, un nouveau mois et une nouvelle année. Mais c’est à nous d’utiliser ces nouvelles étapes et à nous de prendre la décision. Etes-vous tiraillés par la culpabilité et la condamnation ? Etes-vous mal à l’aise lorsque vous repensez à quelque chose que vous avez fait de mal dans le passé ou même hier ?

     

    Peu importe depuis combien de temps, le passé est toujours le passé. Ce qui est fait est fait et seul Dieu peut vous en délivrer. Vous devez simplement admettre votre erreur, vous en repentir, recevoir le pardon de Dieu et aller de l’avant. Dans Lamentations, le prophète Jérémie nous encourage en nous rappelant que les miséricordes de Dieu se renouvellent chaque matin. Chaque jour, Dieu nous donne un nouveau départ. Je suis si heureuse de savoir que Dieu m’envoie chaque matin de nouvelles miséricordes. Décidons alors de prendre un nouveau départ chaque jour!

     

    Ma prière pour aujourd’hui : « Merci Seigneur de renouveler Tes miséricordes chaque matin ! Merci parce que chaque jour, je suis renouvelé par Ton amour, Ta miséricorde, Ta compassion et Ta fidélité! »

     

     

     

    Joyce Meyer
    (Source : joycemeyer.fr)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Surmonter la peur

     

     

     

    Surmonter la peur

     

     

     

    Lecture proposée : 1 Samuel 17.4-7,45-50 

     

    Ceux-ci s’appuient sur leurs chars, ceux-là sur leurs chevaux ; nous, nous invoquons le nom de l’Éternel, notre Dieu. Psaume 20.8 

     

    La peur a dominé un homme pendant trente-deux ans. Redoutant de se faire condamner pour ses crimes, il s’est caché dans la maison de ferme de sa sœur, n’allant nulle part et ne rendant visite à personne, manquant même les funérailles de sa mère. À soixante-quatre ans, il a découvert qu’aucune accusation n’avait jamais été portée contre lui et qu’il était libre de retourner à la vie normale. Oui, la menace d’un châtiment avait été bien réelle, mais il avait laissé la peur qu’elle lui inspirait se rendre maîtresse de lui.

     

    De même, la peur a paralysé les Israélites lorsque les Philistins les ont défiés dans la vallée des térébinthes. La menace était bien réelle. Leur ennemi, Goliath, était un géant de 3 m dont l’armure pesait à elle seule 57 kilos (1 S 17.4,5). Pendant quarante jours, matin et soir, Goliath a mis les Israélites au défi de le combattre, mais personne n’osait s’y engager. Personne jusqu’à ce que David monte au front. Après avoir entendu et vu Goliath narguer les Israélites, il s’est porté volontaire pour l’affronter.

     

    Précieux Seigneur, tandis que tu purifies notre cœur,
    accorde-nous le courage de solliciter ton aide divine

     

    Même si tous ses compagnons d’armes jugeaient Goliath invincible, David le berger savait que Dieu aurait le dessus sur lui : « [L’Éternel] sauve. Car la victoire appartient à l’Éternel » (V. 47).

     

    Lorsque la peur nous étouffe, suivons l’exemple de David en fixant les yeux sur Dieu afin d’obtenir une juste perspective des choses. Il se peut que la menace soit bien réelle, mais celui qui est avec et pour nous est plus fort que celui qui est contre nous.

     

    Dieu est plus fort que tout géant dans notre vie.

     

     

     

    Albert Lee
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Respirez profondément et détendez-vous

     

     

     

    Respirez profondément et détendez-vous

     

     

     

    "Ta houlette et ton bâton me rassurent." Psaume 23.4

    La houlette, un bâton dont le haut était courbé, servait parfois au berger à contrôler ou punir les brebis. Mais cela n’est pas la façon dont Dieu agit avec nous.  Dieu n’attend pas depuis le ciel avec un gros bâton pour taper sur la tête des gens qui ne lui obéissent pas !

    Paul a dit à Timothée que l’Ecriture nous a été donnée pour nous corriger. Il y a eu des moments où la Parole m’a été prêchée, et cela m’a fortement corrigé.

    La houlette du berger était le plus souvent utilisée pour la protection des brebis. Autrement dit, la houlette était une défense. Le psalmiste disait: “Je suis rassuré, Seigneur, car dans tes bras je suis en sécurité. Tu es mon protecteur.”

    Qu’en est-il du bâton ? Le bâton était le symbole de l’autorité du berger pour prendre soin du troupeau. Il était aussi utilisé comme canne pour soutenir le berger.  La houlette du Berger et son bâton servent à vous soutenir, vous protéger et vous procurer du réconfort.

    Le mot hébreu pour réconfort, bien-être, consolation, dans le psaume 23, est nacham dont l’une des significations est souffle, respiration. Le psalmiste dit : “Oh! Dieu, tu me protèges. Tu pourvois à mes besoins. Alors je peux respirer profondément et me détendre.”

    Une mise en pratique pour aujourd'hui :
    Respirez profondément à cet instant sachant que Dieu vous protège, vous guide, vous soutient, vous fait vivre, vous défend, et pourvoit à vos besoins.

     

     

    Keith Butler
    (Source : TopChrétien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'approbation de lui seul

     

     

     

    L'approbation de lui seul

     

     

     

     

     

    Lecture proposée : 1 Thessaloniciens 2.1-4 

     

    [Nous] parlons non comme pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu qui sonde nos cœurs. V. 4 

     

    Lorsque le compositeur légendaire Giuseppe Verdi (1813-1901) était jeune, sa soif d’approbation l’a conduit au succès. Voici ce que Warren Wiersbe a écrit de lui : « Quand Verdi a produit son premier opéra à Florence, il s’est tapi seul dans l’ombre à fixer du regard un homme de l’auditoire : le grand Rossini. Il lui importait peu que les spectateurs l’applaudissent ou le huent ; tout ce qu’il voulait, c’était de voir un sourire d’approbation se dessiner sur les lèvres du maître musicien. »

     

    De qui cherchons-nous l’approbation ? D’un parent ? D’un patron ? D’un amoureux ? Pour Paul, il n’y avait qu’une seule réponse possible : « [Puisque] Dieu nous a jugés dignes de nous confier l’Évangile, nous parlons non comme pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu qui sonde nos cœurs » (1 TH 2.4). 

     

    Père, aide-moi à lever le regard vers toi, qi me connais le mieux et qui m'aimes le plus

     

    Que signifie chercher l’approbation de Dieu ? Cela implique à tout le moins deux choses : renoncer au désir de nous faire applaudir et permettre à l’Esprit de Dieu de nous rendre plus semblables à Christ, celui qui nous a aimés au point de donner sa vie pour nous. En aspirant à voir ses desseins parfaits se concrétiser en nous et par nous, nous pouvons anticiper le jour où nous verrons de nos yeux un sourire approbateur sur ses lèvres, à savoir l’approbation de celui qui compte le plus : Dieu.

     

     

    C’est l’approbation de Dieu qui compte le plus.

     

     

    Bill Crowder

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires