•  

    Course et repos

     

    Course et repos

     

     

    Lecture proposée : Marc 6.30‑46

    Jésus leur dit : Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez‑vous un peu. V. 31

    Le gros titre a attiré mon attention : « Les jours de repos sont importants pour les coureurs. » Dans l’article de Tommy Manning, l’ancien membre de l’équipe américaine de course en montagne, a insisté sur un principe dont font fi certains athlètes consacrés à leur sport : le corps a besoin de repos pour se refaire après l’exercice. « Sur le plan physiologique, les adaptations qui se produisent après un entraînement ne sont possibles qu’au repos, écrit Manning, ce qui signifie que le repos compte autant que l’entraînement. »

    Il en va de même pour notre marche de foi et de service. Il est essentiel de se reposer souvent pour éviter épuisement et découragement. Jésus a recherché un équilibre spirituel au cours de sa vie ici‑bas, même lorsqu’il était très sollicité. Quand ses disciples sont rentrés d’avoir durement travaillé à apporter des enseignements et des guérisons, « Jésus leur dit : Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez‑vous un peu » (MC 6.31). Une foule nombreuse s’est toutefois mise à les suivre, si bien que Jésus l’a enseignée et nourrie au moyen de seulement cinq pains et deux poissons (V. 32‑44). Une fois tout le monde reparti, Jésus « s’en alla sur la montagne, pour prier » (V. 46).

    Si notre travail définit notre vie, ce que nous faisons dans la vie perdra de plus en plus de son efficacité. Jésus nous invite à le retrouver souvent dans le silence afin de prier et de nous reposer.

     

    Dans la foi et le service, le repos compte autant que le travail.

     

     

    David McCasland
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Attache-toi donc à Dieu - Job 22 : 21

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    L’arc-en-ciel

     

     

    L'arc apparaîtra dans la nuée et je me souviendrai de mon alliance… et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair. Genèse 9. 14, 15

    (Jésus dit:) Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. Jean 9. 5

     

    Après un orage, le retour à un temps calme se traduit parfois par les magnifiques couleurs de l'arc-en-ciel. La physique nous apprend qu'il se produit par la rencontre entre les gouttes d'eau et les rayons du soleil: la lumière blanche est décomposée selon toute la gamme de couleurs du spectre chromatique.

    La Bible nous dit que Dieu a établi l'arc-en-ciel après avoir envoyé le déluge sur la terre et sauvé Noé et les siens du jugement. Il donne ce signe pour montrer qu'il se souvient de toutes les créatures vivantes sur la terre. Malgré la méchanceté de l'homme, il ne souhaite pas sa destruction. Chacun de nous est fautif devant Dieu, mais tous peuvent venir au Sauveur qu'il nous a donné, Jésus Christ.

    L'arc-en-ciel nous parle aussi de Jésus, le Fils de Dieu venu sur la terre comme la lumière du ciel. “Dieu est lumière” (1 Jean 1. 5) et il a voulu se révéler aux hommes. Alors, comme l'arc-en-ciel décompose la lumière, Jésus nous a dévoilé les unes après les autres les gloires variées de Dieu: son exigence de vérité qui met en évidence tout ce que l'homme voudrait laisser caché au fond de son cœur; sa justice qui ne supporte pas le péché; sa bonté qui cherche et attire le pécheur; sa patience qui attend que tous se repentent…

    Et après avoir donné sa vie pour expier nos péchés, Jésus est maintenant dans le ciel, assis à la droite de Dieu le Père, garant de notre salut éternel

     

    (Source : labonnesemence.com) 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment avoir la paix ?

     

     

    Comment avoir la paix ?

     

     

    "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix ; tu jouiras ainsi du bonheur" Job 22.21 

    Dans le journal "Tribune de Genève" du 31 juillet 2010, le journaliste Philippe Dumartheray, relate l’exploit qui allait être accompli, au début du mois d’août, par une cordée de 8 alpinistes, composée de 4 Israéliens et 4 Palestiniens, ayant pour objectif de gravir ensemble le Mont Blanc. Cette cordée, hautement symbolique, se voulait être un message de paix. Le journaliste écrit : "Ori, Malek et leurs amis veulent démontrer qu’ils peuvent vivre ensemble et baliser, en montagne, le terrain de la paix."

    "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix."

    Avant d’escalader des sommets escarpés, il faut beaucoup de confiance pour accepter de s’attacher ainsi à quelqu’un d’autre. Lorsqu’on s’encorde à quelqu’un d’expérimenté, on affronte la difficulté avec sérénité, l’esprit est en paix parce que le chef de cordée a fait ses preuves. 

    Dans le texte de ce jour, un ami de Job lui donne ce conseil : "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix". Ces paroles m’ont fait repenser à ces hommes qui s’encordent, les uns aux autres, pour gravir montagnes et glaciers. La paix des uns repose sur le fait qu’ils font confiance aux autres, et plus particulièrement au premier de cordée. 

    La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, il y a des passages escarpés, des pentes glissantes, des crevasses béantes, des précipices vertigineux, des rochers menaçants…Job en savait quelque chose ! Alors comment garder la paix dans toutes ces situations pénibles ? Comment avancer sans sombrer dans la peur ? La réponse est là : "Attache-toi à Dieu". Liez votre vie à celle de Dieu, Dieu manifesté en la personne de Jésus. Il est un premier de cordée infaillible. Son pas est assuré, il vous aidera à traverser les passages les plus ardus. Vous vous sentirez éminemment en sécurité, en paix, en étant reliés à lui par le lien de la foi. 

    J’aime ce passage de la Bible où l’apôtre Paul, pour sortir de Damas, confie sa vie à des cordes tenues par les mains des croyants en haut de la muraille (Actes 9.25). Il pouvait être en paix parce que ceux auxquels il faisait confiance tenaient bien les cordes. 

    Une décision pour aujourd'hui :
    Seigneur, je prends la décision de te confier toute ma vie. Je choisis de m’attacher à toi comme le lierre s’attache au chêne. Je crois en ta puissance, en ta sagesse, pour me protéger et me garder dans la traversée des épreuves de la vie. Amen !

     

    Paul Calzada
    (Source : TopChrétien)





    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •   

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

    Jetez vos mauvais souvenirs

     

    Jetez vos mauvais souvenirs

     

     

    Si vous êtes du genre rancunier, à ruminer les erreurs passées, y compris les vôtres, vous savez que ces pensées négatives vous minent. Une relation a du mal à durer si le passé n’est pas derrière l’un et l’autre. Les pensées négatives et les reproches vous empêchent d’avancer. Si un ou une ex vous a fait du mal et que vous en souffrez encore, chaque fois que la même situation se présente, vous aurez sans doute une réaction démesurée, et accuserez la nouvelle relation d’être responsable de vos blessures antérieures. Cette réaction excessive et injustifiée affectera l’autre. Tout comme vous nettoyez votre maison des déchets qui l’encombrent, vous devez garder votre foyer mental, émotionnel et spirituel propre et net. La prière, la lecture, le conseil, la tenue d’un journal, la méditation et le sport sont de bonnes solutions pour éviter que les problèmes du passé ne s’immiscent dans vos relations actuelles. Et quand ces problèmes reviennent de temps en temps, il vaut mieux en parler à votre entourage. L’important est de le faire avec calme en restant sincère et honnête. Un vieil adage prétend qu’aimer signifie ne jamais avoir à dire qu’on est désolé. C’est faux ! Gardez en tête ce verset de la Bible pour que les pensées négatives restent dans la poubelle : « Ne vous couchez pas en colère » (Ep 4.26). La Bible dit : « Faites-vous […], un cœur simple, doux, patient. […] Le Seigneur vous a pardonné, agissez comme lui ! […] l’amour est le lien qui unit parfaitement » (Col 3.12-14, PDV).

     

     

    Bob Gass 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Trop pour moi

     

     

    Trop pour moi

     

     

    Lecture proposée : Matthieu 26.36-46 

    Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi !Matthieu 26.39

    «Dieu ne nous donne jamais plus que ce que nous pouvons gérer», voilà ce qu’une personne a dit à un père dont le fils de 5 ans venait de perdre son combat contre le cancer. Cette parole, qui devait servir à l’encourager, a plutôt eu pour effet de le déprimer et de l’amener à se demander pourquoi il ne «gérait» pas du tout la mort de son enfant. Il souffrait à tel point qu’il en avait peine à respirer. Il savait que sa douleur était trop grande pour lui et qu’il avait désespérément besoin que Dieu le serre fort dans ses bras.

    Le verset que certains utilisent pour étayer l’affirmation «Dieu ne nous donne jamais plus que ce que nous pouvons gérer est le suivant «[Mais] avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter»(1 Co 10.13). Cette parole a toutefois pour contexte celui de la tentation, et non la souffrance. Il nous est possible de choisir le moyen que Dieu pourvoit afin que nous sortions de la tentation, mais il nous est impossible de choisir un moyen de sortir de la souffrance.

    Jésus a lui-même voulu recevoir le moyen de sortir de la souffrance qui l’attendait, en priant : «Mon âme est triste jusqu’à la mort [...] Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi !» (Mt 26.38,39.) Il s’y est néanmoins soumis de son plein gré dans le but de nous apporter le salut.

    Lorsque la vie nous semble trop lourde à porter, c’est alors que nous supplions Dieu de nous accorder sa miséricorde et qu’il nous tient fermement dans ses bras. 

    Avec Dieu derrière moi et ses bras sous moi, je peux surmonter tout ce qui m’attend.

     

    Anne Cetas
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La souveraineté de Dieu

     

     

    La souveraineté de Dieu

     

     

    PROVERBES 16.9

    Personne n’aime attendre, mais vous êtes‑vous déjà demandé pourquoi ? Serait‑ce parce que les retards nous indiquent qu’une autre personne que nous est aux commandes ? Bien qu’il y ait une raison à nos retards (un feu de circulation ou une longue file d’attente), c’est le Seigneur qui actionne les leviers. Puisqu’il règne sur tout ce qui est sur la terre et dans le ciel, notre horaire et notre temps sont aussi entre ses mains.

    Cela signifie que chaque retard nous incite à nous attendre à Dieu. On aurait pu croire que « s’attendre à Dieu » ne s’appliquait qu’à recevoir la direction divine ou une réponse à nos prières, mais l’expression veut dire beaucoup plus quand on se souvient que Dieu est maître de nos inconvénients et de nos frustrations.

    Il est crucial d’apprendre à patienter dans la vie chrétienne puisque, jusqu’à ce qu’on y arrive, on ne pourra pas obéir à Dieu, prier avec efficacité ou connaître la paix qui dépend de notre soumission à sa souveraineté bienveillante. Il faut apprendre à faire confiance à la sagesse de Dieu, non seulement quant aux grands événements de la vie, mais aussi à ceux qui sont banals et qui ont le don de nous irriter, de nous agacer et de nous fâcher. Chaque retard nous enseigne de précieuses leçons quand nous nous inclinons devant le Seigneur.

    La prochaine fois que vous devrez rester en attente, rappelez‑vous que ce retard ne surprend pas Dieu. Il veut vous inculquer la patience et faire croître votre foi. Le développement de la piété en vous lui importe plus que le respect de votre horaire.

     

    (Source : encontact.org)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    A méditer

     

    A méditer

     

     

    Rassasie-nous, au matin, de ta bonté ; et nous chanterons de joie. Psaume 90. 14
    Ceux qui s'attendent à l'Éternel renouvelleront leur force. Ésaïe 40. 31

     

    Ce que tu seras demain dépend des choix que tu fais aujourd'hui. 

    Ne mets pas un point d'interrogation là où Dieu a mis un point final. 


    Si nous vivons avec le Seigneur, sur le plan moral nous vivrons à contre-courant dans le monde. 


    Si le sentiment de notre faiblesse nous envahit, alors Dieu sera notre force. 


    Celui qui marche avec Dieu trouvera aussi son chemin dans l'obscurité. 


    Ce n'est pas quand il n'y a pas de guerre que nous avons une paix véritable,
    mais lorsque notre foi se fonde sur le Dieu de paix. 


    Ce que nous sommes, vous et moi, nous le sommes par la grâce de Dieu.
    Elle nous sauve, nous conduit et nous donne une espérance. 


    Un cœur engagé pour Christ le sera aussi pour ceux qu'Il aime. 


    Comme le rossignol avant le lever du jour, est-ce que je suis prêt à louer mon Dieu ?

     

     

    (Source : labonnesemence.com)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires