•  

    Les clous

     

     

    Les clous

     

    Il était  une fois un garçon avec un sale caractère. Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter un dans la barrière du jardin chaque fois qu'il perdrait patience et/ou se disputerait avec quelqu'un.

    Le premier jour il en planta 37 dans la barrière. Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour : il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler que de planter des clous.

    Finalement, arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou dans la barrière. Alors il alla voir son père et il lui dit que pour ce jour il n'avait planté aucun clou.

    Son père lui dit alors d'enlever un clou dans la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas perdu patience. Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son père qu'il avait enlevé tous les clous de la barrière.

    Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit : "Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais comme avant. Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un couteau dans un homme et après le lui retirer, mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de fois tu t'excuseras, la blessure restera. Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique.

     

    Auteur inconnu

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les cinq qualités du crayon

     

    Les cinq qualités du crayon

     

     

    Le petit garçon observait son grand-père en train d’écrire une lettre. A un moment donné, il demanda : « Est-ce que tu racontes une histoire qui nous est arrivée ? Et est-ce que par hasard cette histoire parle de moi ? » 

    Le grand-père arrêta d’écrire, sourit, et dit à son petit-fils : 

    « Oui, ça parle de toi, c’est vrai. Mais le crayon dont je me sers est plus important que les mots que j’écris. J’espère que tu lui ressembleras quand tu seras grand ? » 

    Le garçon examina l’objet avec curiosité, mais ne lui trouva rien de particulier. « C’est un crayon comme tous les crayons que j’ai vu dans ma vie ! » 

    « Tout est dans la façon de regarder les choses. Ce crayon recèle cinq qualités qui, si tu parviens à les posséder pour toi-même, feront de toi un être en paix avec le monde. » 

    « Première qualité : tu peux faire de grandes choses, mais tu ne dois jamais oublier qu’il existe une main qui guide nos pas. Cette main nous l’appelons Dieu. Et il doit toujours pouvoir la diriger selon sa volonté. » 

    « Seconde qualité : de temps en temps, il me faut arrêter d’écrire pour utiliser un taille-crayon. Cela fait un peu souffrir le crayon, mais il en sort plus affûté. Ainsi faut-il que tu apprennes à endurer certaines douleurs, car elles feront de toi une meilleure personne.» 

    « Troisième qualité : le crayon te laisse toujours la possibilité d’utiliser une gomme pour effacer ce qui ne va pas. Tu dois comprendre que d’effacer quelque chose que l’on a fait n’est pas nécessairement mal, et que ça peutêtre quelque chose d’important pour rester sur le droit chemin. 

    « Quatrième qualité : ce qui importe vraiment dans ce crayon, ce n’est pas le bois ou la forme extérieure, ce qui compte c’est la mine à l’intérieur. Alors, fait bien attention, toujours, à ce qui se passe en toi. » 

    « Enfin, cinquième qualité du crayon : il laisse toujours une trace. De la même façon, sache que tout ce que tu feras dans ta vie laissera des traces et qu’il faut essayer d’être conscient de chacun de tes actes. 

    Paulo Coelho 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    B comme bonheur

     

     

    B comme bonheur

     

    « Tu peux avoir des défauts, être anxieux et parfois irrité, mais n’oublie pas que ta vie est la plus grande société dans le monde et toi seul peux en empêcher le déclin. Beaucoup de gens t’apprécient, t’admirent et t’aiment. 

    J’aimerais que tu te rappelles qu’être heureux ce n’est pas avoir un ciel sans tempête, une route sans accident de la circulation, un travail sans fatigue, des relations sans désillusions. 

    Etre heureux, c’est trouver la force dans le pardon, l’espoir dans les batailles, la sécurité sur la scène de la peur, l’amour dans les désaccords. 

    Etre heureux ce n’est pas apprécier seulement le sourire, mais aussi réfléchir sur la tristesse. Ce n’est pas seulement célébrer la réussite, mais apprendre les leçons des échecs. Ce n’est pas seulement se sentir heureux avec les applaudissements mais être heureux dans l’anonymat. 

    Etre heureux c’est reconnaître que la vie vaut d’être vécue, malgré tous les défis, les malentendus et les périodes de crise. Etre heureux n’est pas une fatalité du destin mais une victoire pour ceux qui sont capables de voyager dans leur être. 

    Etre heureux, c’est de cesser de se sentir victime des problèmes et de devenir un acteur de sa propre histoire. C’est traverser les déserts en dehors de soi, mais être capable de trouver un oasis dans les recoins de notre âme. C’est remercier Dieu chaque matin pour le miracle de la vie. 

    Etre heureux ce n’est pas avoir peur de ses sentiments. c’est savoir parler de soi. C’est avoir le courage d’entendre un » NON ». C’est se sentir confiant d’avoir une critique, bien qu’injuste. C’est embrasser les enfants, choyer les parents, vivre des moments poétiques avec des amis, même s’ils nous blessent. 

    Etre heureux c’est laisser vivre la créature qui vit en chaque de nous, libre, joyeuse et simple. C’est avoir la maturité nécessaire pour dire: » JE ME SUIS TROMPE ». C’est avoir le courage de dire: » PARDONNES-MOI ». C’est avoir la sensibilité pour dire: » J’AI BESOIN DE TOI ». C’est avoir la capacité de dire: « JE T’AIME ». 

    Que ta vie devienne un jardin d’occasions d’être heureux… Que dans tes printemps tu sois amant de la joie! Que dans tes hivers tu sois ami de la sagesse. Et que quand tu te trompes de route tu recommence à zéro. Comme ça tu seras plus passionné pour la vie. Et tu découvriras qu’être heureux, ce n’est pas avoir une vie parfaite. Mais user les larmes pour irriguer la tolérance. Utiliser les pertes pour aiguiser la patience. Utiliser les erreurs pour sculpter la sérénité. Utiliser la douleur pour lapider le plaisir. Utiliser les obstacles pour ouvrir les fenêtres de l’intelligence. Ne jamais se rendre! Ne jamais renoncer! Donner à ceux que tu aimes! 

    Ne jamais renoncer au bonheur, car la vie est un spectacle incroyable! » 

    P.F.
    Discours sur le bonheur

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La senteur de la pluie

     

    La senteur de la pluie

     

     

     

    Un vent froid de mars circulait alentour de Dallas, comme le docteur entrait dans une petite salle de l'hôpital où Diana Blessing était, encore étourdie de son accouchement.

    Son mari, David, tenait sa main pour les dernières nouvelles.

    Cet après-midi du 10 mars 1991, des complications forçaient Diana, enceinte de 24 semaines seulement, d'avoir d'urgence une césarienne pour délivrer leur 1re fille : Dana Lu Blessing

    A 12 pouces de longueur et pesant seulement 1 lb 9oz, ils ont deviné qu'elle était prématurée.

    Mais les mots du docteur tombaient comme des bombes.

    Je ne crois pas qu'elle va vivre a-t-il dit le mieux possible

    Il n'y a que 10% de chance qu'elle passe la nuit, même que si par miracle elle survivait, son futur sera très difficile.

    Abasourdis mais croyants, David et Diana écoutaient ce que le docteur décrivait des problèmes dévastateurs si Dana survivait.

    Elle ne marchera jamais, ne parlera jamais, sera peut être aveugle et pourrait même avoir des complications cérébrales, mentale, etc...

    Non, Non dit Diana

    Elle et David ainsi que Justin, 5 ans, rêvaient d'avoir une fille et former une famille de 4 personnes.

    Les heures passaient ainsi que leur rêve.

    Après quelques jours, un nouveau problème pour Diana et David : le sous développement du système nerveux de Dana devenait très compliqué, ils ne pouvaient pas la caresser, l'embrasser, la toucher pour lui montrer leur affection, leur amour.

    Dana était couchée sous les lumières ultraviolettes avec ses tubes et ses fils. Ils priaient Dieu de surveiller leur petite fille.

    Dana devenait un peu plus forte à chaque instant.

    Les semaines passèrent, elle grossissait en poids et en force.

    A deux mois, les parents pouvaient tenir Dana dans leurs bras pour la 1re fois. 

    Et 2 mois plus tard, les docteurs commencèrent à croire à sa survivance. Dana est partie de l'hôpital pour la maison comme la mère avait prédit.

    Cinq ans plus tard, Dana vivait comme une petite fille normale, avec beaucoup d'entrain, ayant les yeux gris.

    Elle n'avait aucun signe de maladie mentale, de condition physique, sourde ou aveugle. Elle semblait une petite fille normale. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire.

    Un certain après-midi, l'été de 1996, près de leur maison dans la ville de Irving au Texas, Dana était assise sur sa mère regardant la partie de balle de son frère Dustin.

    Comme toujours, Dana parlait continuellement à sa mère et aux adultes assis quand elle sentit un silence. Entourant ses bras autour de sa mère, elle dit: Sens-tu cela?

    Sentant l'air et reconnaissant un orage s'approcher, Diana lui dit: Oui, je sens la pluie.

    Dana ferma ses yeux et redemanda: Sens-tu cela?

    Encore une fois, sa mère lui dit: Oui, je crois qu'il va pleuvoir.

    Dana secoua sa tête, tapant les épaules de sa mère avec ses petites mains et lui dit: Non, cela sent comme Lui.

    "Cela sent comme Dieu quand tu poses ta tête sur sa poitrine"

    Diana pleurait et Dana sauta pour aller jouer avec les autres enfants.

    Avant que la pluie commence, les mots de sa fille confirmaient ce que Diana et les autres membres de la famille Blessing avaient espérés dans leur coeur.

    Pendant de longues journées et nuits des premiers mois de sa vie, quand ils ne pouvaient pas la toucher, Dieu tenait Dana contre lui et c'est cette senteur qu'elle reconnaissait.


     

     

    (Source : site-positif.com)

     

     

     

    « Je puis tout par celui qui me fortifie »

    Phillippiens 4 : 13.

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    N’abandonne surtout pas

     

     

    Repose-toi s’il le faut,

    mais n’abandonne surtout pas

     

     

    Lorsque dans la vie rien ne va plus,
    que les problèmes tourmentent ton esprit
    et que l'argent te cause tant de soucis ...
    Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas. 

    Lorsque trop d'erreurs ont été commises,
    que tout ton univers menace de s'écrouler
    et que, fatigué, tu sens la confiance t'abandonner ...
    Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas. 

    Tu sais, la vie est parfois étrange, avec son lot de surprises et d'imprévus,
    et il ne nous est pas donné de savoir à l'avance combien d'étapes nous devrons franchir,
    ni combien d'obstacles nous devront surmonter
    avant d'atteindre le bonheur et la réussite. 

    Combien de gens ont malheureusement cessé de lutter
    alors qu'il n'aurait peut-être fallu qu'un petit pas de plus
    pour transformer un échec en réussite ?
    Et, pourtant, un pas à la fois n'est jamais trop difficile. 

    Tu dois donc avoir le courage et la ténacité nécessaire
    pour faire ce petit pas de plus,
    en affirmant que la vie est une grande et puissante amie
    qui se tient toujours à tes côtés, prête à te porter secours. 

    Tu verras alors que cette attitude appelleras,
    du plus profond de toi-même,
    des forces de vie que tu ne soupçonnais même pas
    et qui t'aideront à réaliser ce que tu entreprendras. 

    Mais surtout et avant tout, rappelle-toi bien :
    Quand dans ta vie, des moments difficiles viendront ...
    Repose-toi s'il le faut, mais n'abandonne surtout pas ! 


    (Auteur anonyme)

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Amour de soi et douceur de vivre

     

    Amour de soi et douceur de vivre

     

    L'amour de soi est à l'amour de Dieu ce que le blé en herbe est au blé mûr. Il n'y a pas de rupture de l'un à l'autre juste
    un élargissement sans fin,
 les eaux en crue d'une joie qui, après avoir imprégné le cœur, déborde de toutes parts et recouvre la terre entière.

    L'amour de soi naît dans un cœur enfantin.
 C'est un amour qui coule de source; Il va de l'enfance jusqu'à Dieu.
    Il va de l'enfance qui est la source,
 à Dieu qui est l'océan.

    Quant à la douceur de vivre,
elle est inchangée avec les siècles.
 Elle est faite du calme d'un entretien,
du repos d'un corps,

    d'une couleur d'un mois d'août.
 Elle est faite du pressentiment que l'on vivra toujours,
dans l'instant même où l'on vit.

    L'amour de soi est le premier tressaillement de Dieu
 dans la jubilation d'un cœur. 
La douceur de vivre est l'avancée

    d'une vie éternelle dans la vie d'aujourd'hui.

     

    Christian Bobin 

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Nous sommes faits

     

    Nous sommes faits pour aimer...
    comme les oiseaux pour chanter,
    comme les fleurs pour parfumer,
    comme les fleuves pour couler.

    Nous sommes faits pour donner...
    comme la source pour étancher,
    comme l'ombre pour rafraîchir,
    comme l'arbre pour protéger.

    Nous sommes faits pour rire...
    comme la ballerine pour danser,
    comme le clown pour pirouetter,
    comme l'enfant pour sauter.

    Nous sommes faits pour compatir...
    comme la maman pour consoler,
    comme le grand-frère pour rassurer,
    comme le voisin pour écouter.

    Nous sommes faits pour grandir...
    comme l'herbe pour verdir,
    comme le blé pour pousser,
    comme le ciel pour bleuir.

    Jules Beaulac 

     

     

    Nous sommes faits

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

    Je souhaiterais

     

    Je souhaiterais 

     

    T’aimer, sans t’étouffer; 
    T’aimer à ta juste valeur, sans te juger; 
    Te prendre au sérieux, sans te forcer à prendre position; 
    Venir à toi sans m’imposer;
    T’inviter, sans exiger quelque chose de toi; 
    Te faire un cadeau, sans rien attendre en retour; 
    Te quitter, sans être passé à côté de l’essentie ;
    Te faire part de mes sentiments, sans t’en rendre responsable;
    T’informer, sans te faire la leçon; 
    T’aider sans te vexer; 
    M’occuper de toi, sans vouloir te changer; 
    Eprouver la joie d’être avec toi, tel que tu es; 

    Si toi aussi, tu pouvais m’offrir tout cela, 
    Alors nous pourrions nous rencontrer réellement et nous enrichir mutuellement... 

    Auteur inconnu 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Des lettres à prier

     

     

    Un soir, tard, un pauvre fermier de retour du marché se retrouva sans livre de prière.

     

    Sa charrette avait perdu une roue en plein bois, et il était désolé de devoir terminer cette journée sans réciter ses prières. 


    Aussi, fit-il la prière suivante :
     

     

    "J'ai fait une énorme bêtise, Seigneur, j'ai quitté la maison ce matin sans emporter mon livre de prière et ma mémoire est si faible que je ne puis dire une seule prière sans mon livre. Alors, voici ce que je vais faire : je vais réciter l'alphabet cinq fois très lentement et vous, qui connaissez toutes les prières, vous mettrez les lettres ensemble pour former les prières que je ne me rappelle pas". 

     

    Et le Seigneur dit à ses anges : 

    "De toutes les prières que j'ai entendues aujourd'hui, celle-ci fut sans aucun doute la meilleure parce qu'elle est sortie d'un cœur simple et sincère". 

     

    Journal En Marche 
    NB : Journal des Mutualités Chrétiennes de Belgique 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Aimer

     

     


    Ce n'est pas de grandes déclarations, 
    ce sont des petites choses simples et sans raison...
    C'est aussi simple que cela. 
    Ce n'est pas compliqué. 
    Mais si l'amour ne nous habite pas, 
    il nous manque tout dans la vie...



    Aimer

    C'est dire :
    Comment vas-tu ?
    Es-tu fatigué ?
    Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?

    C'est ça L'AMOUR!



    Aimer

    C'est un coup de téléphone, 
    c'est une lettre, 
    c'est une petite surprise, 
    c'est une invitation du coeur, 
    c'est aller prendre une marche ensemble...



    Aimer

    C'est faire des choses pour l'autre, 
    sans raison, sans calcul...
    C'est accueillir l'autre tel qu'il est , 
    l'écouter avec son coeur, ne pas presser...



    Aimer

    C'est aussi regarder l'autre avec les 
    yeux du coeur et les yeux de l'âme. 
    La parole peut mentir mais le regard ne ment pas...


    Aimer

    C'est simplement être là, non seulement 
    avec son corps mais aussi avec son âme...
    C'est dire : « Je t'aime » . Pourquoi faut-il 
    attendre après la mort de quelqu'un pour lui 
    dire qu'on l'aimait ? 


    Aimer

    C'est de ne pas juger, de ne pas critiquer, 
    de ne pas condamner. 
    C'est pouvoir aussi dire sans envie: 
    « C'est beau ce que tu as fait ».


    Quand quelqu'un a le privilège d'aimer 
    et d'être aimé, la vie est extraordinaire.
    Cette chaleur qui rayonne, cette lumière 
    dans l'âme et dans les yeux...
     

     

     

    *   *   *   *   *

      

    "Pour savoir ce que c'est que le bonheur, 
    il faut aimer, il faut vivre dans les autres."

    Godwin

     

     

    (Source : site-positif.com)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une étoile dans ton ciel

     

    Une étoile dans ton ciel

     

     

    Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 

    Si tu sais regarder, si tu veux regarder. 

    Même au plus profond de la nuit, 

    Quand tout semble perdu, que tu te crois abandonné, 

    Lève les yeux, regarde et avance. 

     

    Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 

    Allez, rien n'est jamais fini, 

    Tout peut recommencer si tu le veux ; 

    Les possibles sont à portée de cœur. 

    Si tu sais garder l'espérance, 

    Lève les yeux, regarde et avance. 

     

    Il y a toujours une étoile dans ton ciel. 

    Bien sûr, de temps en temps la nuit l'emporte, 

    Mais tu le sais, ce n'est que pour un temps ; 

    Rien ne peut résister aux soleils à naître, 

    Tu verras, ils embraseront ta nuit de lumière. 

    Lève les yeux, regarde et avance. 

     

    Il y a toujours une étoile dans ton ciel, 

    Comme une invitation à te lever pour partir, 

    Comme un signe qui jamais ne se lasse. 

    Allons, redresse-toi, tu n'es pas seul. 

    Regarde, il est là celui que tu attendais. 

     

     

    Robert Riber 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique