• Vaincre la peur de l’intimité (1 et 2)

     

    Vaincre la peur de l’intimité (1 et 2)

     

     

    Vaincre la peur de l’intimité (1)

     

     

    « L'homme et sa femme étaient tous les deux nus et n'en avaient pas honte » Ge 2.25 

     

    Adam et Ève n’avaient aucun secret l’un pour l’autre. « [Ils] étaient tous les deux nus et n’en avaient pas honte ». Dieu avait accordé à leur couple la puissance de gouverner le monde. C’est là que Satan entre en scène. Pour s’attaquer à quoi ? Leur intimité ! « Les yeux de tous deux s’ouvrirent ; ils prirent conscience du fait qu’ils étaient nus. Ils se firent des ceintures avec des feuilles de figuier cousues ensemble » (Ge 3.7). L’intimité implique ouverture, transparence et confiance. Lorsqu’Adam et Ève perdent cela, ils commencent à se cacher de Dieu et de l’autre. Et depuis nous ne cessons de nous cacher l’un de l’autre. L’intimité du cœur est le fondement de toute bonne relation. Sans elle, la relation devient superficielle et insatisfaisante. Nous avons peur de montrer à l’autre nos angoisses, nos besoins, nos incertitudes, nos secrets, nos espoirs, nos rêves, nos idées bizarres ou nos mauvais penchants. Et cette peur vient de la hantise de la solitude : « Si tu me connaissais vraiment, tu me quitterais », ou de ne pas être à la hauteur : « Je vais sans doute te décevoir parce que je ne peux répondre à tes attentes », ou de perdre le contrôle : « Maintenant que tu sais ce que je ressens, tu vas t’en servir pour me manipuler ». Les femmes jouent les « inaccessibles » et les hommes les « gros bras » qui n’ont besoin de personne. Quelle est la réponse ? Apprendre à prier ensemble. On n’est jamais plus honnête que devant Dieu qui sait déjà tout de nous. En partageant ces moments, les barrières tombent, notre cœur s’attendrit à l’autre, et le couple se rapproche.

     

     

     

    Vaincre la peur de l’intimité (2)

     


    « Tous, [...] se jetaient au cou de Paul et l'embrassaient » Ac 20.37

    L’intimité du cœur est un des plus précieux cadeaux que vous puissiez donner à quelqu’un. Elle remplit son âme, tout comme la vôtre. Elle chasse la solitude. Et oui, même dans notre société machiste, la Bible propose l’intimité du cœur entre hommes. Les anciens de l’Église d’Éphèse, réalisant qu’ils ne reverraient plus jamais Paul, « se jetaient au cou de Paul et l’embrassaient ; ils étaient surtout affligés parce qu’il avait dit qu’ils n’allaient plus revoir son visage » (v.37-38). Le célèbre basketteur Bill Russell affirme : « La plupart des gens ont plus de mal à aimer qu’à se faire aimer. » Que faire alors ?
    1) Savoir d’où viennent vos peurs. Pourquoi avez-vous peur de vous ouvrir à l’autre ?
    2) Vous accepter complètement avec chaque défaut, chaque imperfection, comme un chef-d’œuvre de Dieu. Vous n’aurez alors plus à vous inquiéter de celui ou celle qui vous rejette à cause de vos imperfections.
    3) Tâter le terrain. Commencez progressivement avec quelques amis et partagez-leur vos besoins et vos états d’âme. Confessez vos luttes avec votre poids, votre propre image, vos habitudes, etc. Au lieu de prétendre être celui ou celle que vous n’êtes pas, demandez du soutien. Trouvez de la joie à être authentique.
    4) Dites « je t’aime » aux gens qui comptent dans votre vie, même si vous n’avez pas l’habitude de le dire. N’ayez plus peur. « Je t’aime » ne veut pas dire « Je veux être ton esclave » ni « Je ferais tout pour rester avec toi ». Ça veut juste dire : « Je m’engage dans notre relation, et je crois qu’avec l’aide de Dieu, nous traverserons toutes les difficultés ».

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    « Je t'aime ô Eternel, ma force - Psaumes 18 : 2Les étoiles des promesses divines »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    jef lumiere
    Jeudi 23 Mars à 16:08

    merci !!! bravo pour ce site merveilleusement agencé !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :