• Touché par la main du Maître

     

    Touché par la main du Maître

     

     

     

    Touché par la main du Maître

     

     

     

    “Jésus étendit la main et le toucha...” Mt 6. 3

     

    Ce poème a été écrit en 1921 par Myra Brooks Welch. Née dans une famille de musiciens sa première passion était de jouer de l’orgue, jusqu’au jour où l’arthrite la cloua dans un fauteuil roulant, après avoir déformé ses doigts. Elle se mit alors à écrire des poèmes malgré la douleur qu’elle avait à tenir un crayon et la lenteur de son écriture. Toujours reconnaissante à Dieu, elle ne se départit jamais de sa joie de vivre, heureuse d’avoir été touchée par la main du Maître. “Il était en piteux état et marqué de rayures profondes. Le commissaire priseur décida de ne pas perdre trop de temps à vendre ce vieux violon. Il le brandit devant lui en souriant : “Qui va me faire une offre pour cet instrument ? Qui commencera les enchères ? Un dollar, oui, un dollar, qui m’en donnera deux ? Deux dollars, qui m’en donnera trois ? Trois dollars une fois, trois dollars deux fois, je vais l’adjuger à trois dollars...” Du fond de la salle un vieil homme aux cheveux blancs s’avança jusque devant l’estrade et s’empara de l’archet. Puis il épousseta le vieux violon, tendit les cordes une à une, avant de se mettre à jouer une musique d’une pureté exceptionnelle, une musique d’anges. Puis il reposa l’instrument en silence. Le commissaire-priseur reprit d’une voix suave et douce : “Qu’allez-vous m’offrir pour ce vieux violon ?” en le brandissant à nouveau au dessus de sa tête, “mille dollars, et qui va m’en donner deux mille ? Deux mille dollars ici, et qui va m’en donner trois mille ?

     

    Trois mille dollars une fois, trois mille dollars deux fois, trois mille dollars, adjugé...” Quelques mains applaudirent, mais deux ou trois personnes s’écrièrent : “Nous ne comprenons pas. Qu’est-ce qui a rendu tout à coup ce violon aussi précieux ?” La réponse fusa : “Il a été touché par la main du Maître”. Et bien des gens, leur vie en ruine, endommagés et égratignés par le péché, se retrouvent vendus aux enchères pour une somme pitoyable, à une foule sans pitié. Une soupe de lentilles, un verre de vin, une partie de cartes et ils continuent leur chemin. Une fois, deux fois, presque adjugés pour rien, quand soudain le Maître apparaît sur la scène. Et la foule insensée ne se rend pas compte de la valeur d’une âme et du profond changement qu’apporte le toucher de la main du Maître.” Et vous, avez-vous été touché par la main du Maître.

     

     

    Bob Gass 

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

    « Quelques noms du SeigneurVous avez la vie éternelle - 1 Jean 5 : 13 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :