• *RONDES DE MEDITATIONS*

     

    *RONDES DE MEDITATIONS*

     

     

  •  

     

    On ne cassera pas

     

     

     

    On ne cassera pas

     

     

    Lecture proposée : Matthieu 6.25-34

    Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? (V. 27)

    Native de la Californie et amoureuse de tout ce qui est ensoleillé, j’évite tout ce qui est froid. Je me plais néanmoins à regarder des photos de la neige. Je n’ai donc pas pu m’empêcher de sourire en voyant la photo hivernale d’un jeune arbre que mon amie de l’Illinois avait prise depuis sa fenêtre. Mon admiration s’est toutefois changée en tristesse à la vue de ses branches nues et épineuses que de lourds glaçons scintillants faisaient courber.

     

    Combien de temps ses branches supporteraient‑elles encore leur fardeau glacé avant de casser ? Toute cette lourdeur, qui menaçait de les faire craquer, m’a rappelé mes épaules, voûtées par le poids des inquiétudes.

     

    Merci, Seigneur, de nous assurer que nous n'avons jamais rien à craindre avec toi.

     

    Après avoir affirmé que les plus grands trésors ne sont ni terrestres ni temporaires, Jésus nous encourage à lâcher prise. Le Créateur, qui soutient l’univers, aime ses enfants et pourvoit à leurs besoins, de sorte que nous n’ayons pas à perdre notre temps précieux à nous inquiéter. Dieu sait de quoi nous avons besoin et prendra soin de nous (MT 6.19‑32).

     

    Sachant que nous serons tentés de succomber aux inquiétudes, il nous demande de venir d’abord à lui, de compter en tout temps sur sa présence et sa générosité et de vivre chaque jour par la foi (V. 33,34).

     

    Ici‑bas, nous connaîtrons des difficultés et des incertitudes déroutantes qui risqueront de nous faire baisser les épaules. Il se peut que nous fléchissions temporairement sous le poids des inquiétudes, mais si nous mettons notre confiance en Dieu, nous ne casserons pas.

     

     

    Si l’on compte sur le Dieu infiniment bon, on ne se cassera pas.

     

     

    Xochiltl Dixon

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Prendre soin de soi-même

     

     

     

    Prendre soin de soi-même

     

     

     

     

     

    Lecture proposée : Exode 18.14-24 

     

    Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu.  Marc 6.31

     

    Après que mon mari ait subi une chirurgie cardiaque, j’ai passé la nuit à m'angoisser à son chevet. Au milieu de la matinée, je me suis rappelée mon rendez-vous pour une coupe de cheveux. «Je vais devoir l’annuler», ai-je affirmé, en passant distraitement la main dans ma chevelure en désordre.

     

    «Maman, lave-toi juste le visage et rends-toi là-bas», m’a dit ma fille.
    «Non, non, ai-je insisté, peu importe. Il faut que je reste ici»
    «Je vais rester, de me dire Rosie. Prends soin de toi, maman... prends soin de toi. Tu seras plus utile à papa en prenant soin de toi.»

     

    Moïse était en train de s’épuiser à force de servir de seul juge auprès des Israélites. C’est alors que Jéthro, son beau-père, lui a adressé une mise en garde: «Tu t’épuiseras toi-même [...] tu ne pourras pas y suffire toi-même» (Ex 18.18). Jéthro lui a ensuite expliqué qu’il parviendrait à alléger sa lourde charge en déléguant certaines de ses tâches.

     

    Bien que cela puisse lui sembler paradoxal, le chrétien doit prendre soin de lui-même pour conserver la santé (Mt 22.37-39; Ép 5.29-30). Même s’il lui faut aimer Dieu et les autres d’abord, il lui faut aussi se reposer assez pour renouveler ses forces physiques et mentales. Il doit donc parfois se mettre à l’écart et permettre à d’autres de l’aider à porter ses fardeaux.

     

    Jésus s’est souvent mis à l’écart pour se reposer et prier (Mc 6.30-32). Si nous suivons son exemple, nous serons plus efficaces dans nos relations et mieux en mesure de prendre soin des autres.

     

    Au lieu d’essayer de tout faire, reposez-vous parfois corps et esprit.

     

     

     

    Cindy Hess Kasper
    (source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Venez comme vous êtes

     

     

     

    Venez comme vous êtes

     

     

     

    "Quand je dis : "Je vais tomber", ton amour, Seigneur, me soutient. Quand j’ai la tête pleine de soucis, tu m’encourages, et mon cœur est tout joyeux." Psaume 94.18

     

    Nous avons tous l’habitude de nous parler à nous-mêmes, en permanence. Et vous, qu’avez-vous l’habitude de vous répéter à vous-même, dans le secret de votre dialogue intérieur ?

    Alors même que vous n’étiez pas de ce monde,
    Dieu vous aimait et avait déjà des plans merveilleux pour vous.

    Certains d’entre-nous pensent qu’ils ne sont pas assez. Pas assez doués, pas assez extravertis, pas assez patients... Pas assez pour être aimés.
    Peut-être vous a-t-on répété ce genre de paroles depuis des années. Mais Dieu vient parler bien plus fort : “Tu as eu assez de valeur pour que mon fils unique meure pour toi. Tu as assez de valeur pour que mon amour te poursuive inlassablement.”

    Dieu vous a toujours aimé(e). Alors même que vous n’étiez pas de ce monde, Dieu vous aimait et avait déjà des plans merveilleux pour vous.

     

    Mon ami(e), vous pouvez vous approcher de Dieu juste comme vous êtes, peu importe l’état dans lequel vous vous trouvez… Que vous déposiez vos soucis avec peine à ses pieds, que vous lui les apportiez à bout de bras ou que vous lui les jetiez, sachez une chose : Dieu les reçoit ! Venez à lui avec vos soucis, parce que lui-même se soucie de vous. Il a la solution à vos problèmes, parce qu’il est la solution.

     

    Reprenez courage : votre situation va changer. Levez-vous, abandonnez là votre tristesse, laissez-la tomber pour la joie du Seigneur. C’est elle qui fait votre force.

    Une prière pour aujourd’hui :
    Seigneur, merci parce que tu m’aimes exactement comme je suis. Je veux laisser là ma crainte et prendre ton regard. Je sais qu’être joyeux n'est pas une facilité, c'est une décision. Aujourd’hui je prends la décision de me confier et de me réjouir en toi !

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Des encouragements en tout temps

     

     

    Des encouragements en tout temps

     

     

     

    PSAUME 62.6‑9

     

    Vous manquez peut‑être d’argent pour payer une facture. Ou vous avez perdu un être cher. Ou encore, votre famille traverse des temps difficiles. Quand ils vivent des moments pénibles, de nombreux chrétiens trouvent en la Bible réconfort et direction. Ils y découvrent des encouragements pour toutes les saisons de la vie : « Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande! » (La 3.22,23).

     

    Dieu est fidèle. Nous pouvons donc croire qu’il sera et fera tout ce qu’il affirme. La Bible nous apprend que le Seigneur est digne de confiance, aimant et constant (Ps 37.5; Ro 5.8; Jos 1.5). De sa nature infinie, il tire le nécessaire pour répondre à notre besoin. Il nous sauve, nous réconforte, nous corrige et nous guide dans tous les changements et les difficultés que nous vivons.

     

    Quelles que soient nos épreuves, nous pouvons nous appuyer sur Dieu, car il sait toutes choses. Il connaît la durée et l’intensité de notre souffrance, et il nous aide et nous soutient dans l’adversité. De plus, le Seigneur est tout‑puissant; il peut donc pourvoir à nos besoins et transformer notre situation selon ses desseins. Il est omniprésent et nous accompagne toujours. Il a d’ailleurs promis : « Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point » (Hé 13.5).

     

    Le malheur peut nous pousser à remettre la fidélité de Dieu en question, mais si nous nous confions en notre Père omniscient et omnipotent, nous pouvons entamer chaque nouveau jour en ressentant sa fidélité indéfectible.

     

    (Source : encontact.org)

     

     

     

    Des encouragements en tout temps

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne mettez pas un point final

     

     

     

    Ne mettez pas un point final

    là où Dieu n'a mis qu'une virgule

     

     

     

    “En effet, moi, je connais les projets que je forme pour vous, déclare l'Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance.” Jérémie 29.11 

     

    Laissez-moi commencer par vous dire que Dieu vous connaît personnellement, avec vos envies, vos projets, vos rêves, vos peurs et vos impossibilités. Il connaît le nombre de cheveux que vous avez sur votre tête, et il chérit chacun de vos jours et vous aime parfaitement, au coeur même de chacune de vos imperfections.

     

    Votre destinée ne s’arrête pas au malheur.

     

    Le monde nous déforme, mais Dieu nous transforme. Aujourd’hui, il vient vous rejoindre là où vous en êtes, et transforme vos inquiétudes en confiance et vos blessures en forces !

     

    Les plans que Dieu a pour vous sont des plans de bonheur, d’épanouissement, d’abondance.

     

    Mais parfois, les épreuves de la vie nous entraînent vers des évènements douloureux. Parfois, nous perdons pieds face à la maladie, aux injustices, à un mariage qui bat de l’aile ou à l’absence d’un être aimé.

     

    Parfois, vous demandez peut-être : “Mais Dieu, où es-tu ?”

     

    J’aimerais vous encourager aujourd’hui à ne pas mettre de point là où Dieu ne met qu’une virgule. Il est celui qui vous délivre, il est capable de voir au-delà de votre blessure et de créer pour vous une porte de sortie. Votre destinée ne s’arrête pas au malheur, parfois même Dieu peut l’utiliser pour vous faire entrer dans ses plans.

     

    Il a mis une virgule, un “et puis”, à votre vie. Continuez d’avancer. Il y a un Dieu qui vous console et qui croit en vous !

     

    Une prière pour aujourd’hui
    Dieu, je crois et je te remercie parce que tu as formé des projets sur ma vie. Je m’approche de toi en ce jour en croyant que tu t’approcheras de moi. Je sais que j’ai ma part à faire,  et tu as promis de faire la tienne. Et elle est extraordinaire !

     

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gros soucis, petite foi

     

     

    Gros soucis, petite foi

     

     

     

    MATTHIEU 6.25‑30

     

    Les situations stressantes se présentent sous diverses formes et varient en intensité, et notre existence ici‑bas n’en sera jamais complètement exempte. Nous devons toutefois nous demander que faire de notre anxiété. Si l’inquiétude nous envahit, elle pourra se transformer en mode de vie, mais si nous croyons que le Seigneur prend soin de nous, comme l’enseigne la Bible, nous serons libérés de notre agitation.

     

    Avez‑vous parfois de la peine à croire que votre Père se soucie vraiment des choses ordinaires qui vous préoccupent? Après tout, il dirige l’univers entier, et vos ennuis sont si petits en comparaison. Pensez aux oiseaux et aux fleurs, et à leur peu d’importance; pourtant Jésus affirme que le Père s’occupe d’eux (Mt 6.26). N’estimez‑vous pas valoir beaucoup plus qu’eux à ses yeux?

     

    Nous nous agitons parfois et nous nous tracassons parce que nous voudrions changer une situation à laquelle nous ne pouvons rien. Nous ne pouvons ajouter un seul jour à notre vie, et nous sommes souvent incapables de modifier le cours des choses. Toutefois, le Souverain de l’univers nous aime et domine sur tout, y compris nos circonstances affolantes qui semblent avoir dérapé. Nous n’avons donc aucune raison de craindre.

     

    Il est possible que nous nous inquiétions parce que nous ne faisons pas confiance au Seigneur. L’angoisse peut être un symptôme d’incrédulité. Dieu a promis à maintes reprises dans la Bible de pourvoir à nos besoins, mais nous en doutons souvent. Si vous vous reposez sur lui pour votre sécurité éternelle, ne pouvez‑vous pas aussi croire qu’il répondra à vos besoins ici‑bas?

     

     

    (Source : Lumière du matin / encontact.org)

     

     

    Gros soucis, petite foi

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Je réduirai la tempête au silence

     

     

     

     

     

    Bonjour Mon ami(e),

     

    Voici une pensée du Seigneur pour vous. Qu'elle soit pour vous un rafraîchissement et un réconfort.

     

    Que le souffle des vents ne t'effraie pas... 

     

    Je suis présent et au moment voulu je calmerai la tempête. 

     

    Je lui parlerai et d'un mot je la réduirai au silence. 

     

    Lorsque tu entends le vent et le souffle des bourrasques, 

     

    Lorsque tu sens la mer qui se lève, les vagues qui se déchaînent , 

     

    Ne crains pas… Parle-moi ! 

     

    Viens auprès de moi, réfugie-toi dans mes bras. 

     

    Rien ne saura faire chavirer mon amour pour toi, 

     

    Ni les vents contraires, ni les tempêtes, ni les flots dans leur rage. 

     

    Mon amour, ici et maintenant, surpasse la force des éléments. 

     

    Face à la tempête que tu traverses, mon amour est un phare, 

     

    Qui te conduit toujours à bon port et qui, sans cesse, t'attire à moi. 

     

    Tant que ton cœur est près du mien, 

     

    Mon ami(e) rien ne t'arrachera de mes bras, 

     

    Ni les vents, ni les flots, ni l'orage... 

     

    Tant que ta main serre la mienne, 

     

    rien ne nous séparera. 

     

     

    [Références : Marc 4.39 ; Romains 8.35]

     

    Merci d'exister,

     

     

    Eric Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le grand médecin

     

     

     

    Le grand médecin

     

     

     

    Lecture proposée : Matthieu 4.23 – 5.12

    Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Jean 15.4

    Lorsque le docteur Rishi Manchanda demande à ses patients : « Où vivez‑vous ? », il s’attend à recevoir en réponse plus qu’une simple adresse. Il a pu observer un schéma. Ceux qui viennent solliciter son aide habitent souvent un milieu stressant. La moisissure, les parasites et les toxines les rendent souvent malades. Le docteur Manchanda s’est donc fait le défenseur de ce qu’il appelle les Médecins en amont. Il s’agit de professionnels de la santé qui, tout en prodiguant des soins médicaux, travaillent auprès des collectivités et des patients atteints, de manière à remonter jusqu’à la source d’une meilleure santé.

     

    Tout en guérissant ceux qui venaient à lui (MT 4.23,24), Jésus leur faisait voir au‑delà de leurs besoins physiques et matériels urgents. Par son sermon sur la montagne, il a offert plus qu’un miracle médical (5.1‑12). Sept fois, Jésus a décrit les attitudes d’esprit et de cœur reflétant un bien‑être qui commence par une nouvelle vision et une nouvelle promesse de bien‑être spirituel (V. 3‑9). Deux fois de plus, il a dit que ceux qui vivent d’incessantes persécutions et qui trouvent espoir et refuge en lui sont bénis (V. 10‑12).

     

    Père céleste, il est si difficile de voir au-delà de nos souffrances.
    Relève notre regard vers toi.

     

    Or, ces paroles de Jésus me laissent perplexe. Où est‑ce que je vis ? Dans quelle mesure suis‑je conscient de mon besoin d’un bien‑être transcendant la réponse à mes besoins physiques et matériels urgents ? En aspirant à un miracle avec ardeur, est‑ce que j’adopte le cœur démuni, brisé, affamé, miséricordieux et pacifique que Jésus dit être béni ?

     

    Si Dieu est notre demeure, notre espoir réside en lui.

     

     

     

    Mart DeHaan

    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne craigniez rien dans la vallée

     

     

     

    Ne craigniez rien dans la vallée

     

     

     

    "Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent."  Psaume 23.4 

     

    "Monsieur, demain vous allez subir une grosse intervention chirurgicale et je ne vous cache pas que celle-ci sera très douloureuse et incertaine quant à son succès ! Il faut donc vous y préparer !" Tels furent les propos que le chirurgien adressa à Luc qui était atteint d’un cancer.

     

    Le lendemain, allongé sur la table d’opération, une autre parole lui fut adressée : "Ne crains rien, je suis avec toi et je t’accompagne dans cette vallée !" Il n’en fallait pas plus pour que Luc soit rassuré, son berger était à ses côtés et pour lui c’était plus que suffisant !

     

    Dieu marche fidèlement à vos côtés et vous conduira sur les sommets de sa gloire !

     

    Et comme Dieu ne fait jamais les choses à moitié, quelque temps plus tard il fut totalement guéri !

     

    "Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu…" Romains 8.28 

     

    Au moment où vous lisez ces lignes, vous traversez peut-être une vallée qui est horriblement sombre. Elle est tellement profonde qu’elle génère en vous une multitude de réflexions : comment vais-je faire pour m’en sortir ? En aurais-je la force ? …

     

    Rassurez-vous ! Dieu marche fidèlement à vos côtés et vous dit de ne pas craindre cette vallée.  Tout comme il l’a fait pour Luc, il vous conduira également sur les sommets de sa gloire !

     

    "Oui, tous les jours de ma vie, ta bonté, ta générosité me suivront pas à pas..."  Psaume 23.6  

     

    Une prière pour aujourd’hui : Père, je te remercie pour ta fidélité et ta gloire qui se manifestent à présent dans ma vie ! Amen !

     

     

    Yannis Gautier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Nous avons tous besoin de dormir !

     

     

    Nous avons tous besoin de dormir !

     

     

     

    “Je me couche, et je m’endors ; je me réveille, car le Seigneur me soutient…” Ps 3. 5-6 


    Certains d’entre nous préfèrent travailler tard dans la nuit, au calme, quand le reste de la famille est allée se coucher. Mais bien des experts tirent la sonnette d’alarme devant le manque de sommeil dont notre société souffre de plus en plus. Dans le psaume 3, David écrit avec candeur : “je me couche et je m’endors, puis je me réveille, car le Seigneur me soutient.” Avez-vous remarqué dans quelle circonstance se trouvait David quand il écrivit ce psaume ? Il était en fuite, loin de son palais, essayant d’échapper aux troupes de son fils Absalon, lancées à ses trousses. Face à une telle situation, auriez-vous eu envie de dormir ? Des milliers de soldats le poursuivaient et pourtant David éprouvait le besoin, non seulement de dormir, mais aussi d’écrire un poème pour exprimer ses émotions à son Dieu ! Nous découvrons deux leçons dans cette histoire :

    1- Le sommeil est une preuve de foi. Notre besoin physique de sommeil nous rappelle que nous sommes mortels et limités par nos faiblesses. C’est Dieu qui soutient notre travail, sans Lui nous ne pouvons rien achever correctement. Si nous Lui faisons davantage confiance, nous pourrons nous endormir en paix comme David, alors même que nous traversons des situations difficiles. Souvenez-vous des paroles de Néhémie : “La joie du Seigneur, voilà votre force !

    2- Le sommeil est une forme de résistance. Contre quoi, direz-vous ? Contre la peur. Toutes formes de peur, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur d’échouer, la peur de décevoir les autres, la peur de perdre notre contrôle. David avait tout à perdre: son fils Absalon avait rallié à sa cause une bonne partie du peuple. Certains de ses fidèles alliés l’avaient abandonné. Sa vie tenait à un fil : un simple conseil donné à Absalon, s’il était suivi, signifiait la fin de David. Si votre vie ou votre futur dépendait d’une simple décision, ou d’un renversement de situation, passeriez-vous des nuits blanches ou pourriez-vous vous endormir en paix, sans craindre le lendemain ?

    3- Le sommeil est aussi un tremplin pour un nouveau départ. Dieu se sert du sommeil pour galvaniser notre énergie afin de nous permettre d’accomplir la prochaine étape de son plan (Lisez 1 R 19. 5-9).

     

    Bob Gass

     

     

    Nous avons tous besoin de dormir !

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    C’est Moi, n’ayez pas peur

     

     

    C’est Moi, n’ayez pas peur

     

     

    "Rassurez-vous, c'est Moi ; n'ayez pas peur !" Matthieu 14 :27

    L'ennemi savait bien qu'il ne pourrait empêcher le Fils de Dieu d'accomplir son oeuvre rédemptrice ; mais il s'efforçait par tous les moyens de Lui nuire et l'un de ses buts méprisables était de Lui soustraire Ses disciples.

    Et voici que son opportunité semble être venue : les disciples traversent seuls la mer. Toutefois, ils le font selon l'ordre du Maître, ils sont donc dans la ligne de Sa volonté ; ils n'ont pas agi par indépendance ou désobéissance, ils ne sont pas les victimes d'une séduction de l'ennemi. Une violente tempête soulevée par celui-ci menace la barque et leur vie. Dans leur effroi, ils ont déjà oublié le miracle de la multiplication des pains ; comme des enfants privés de leurs parents, ils sont désemparés dès qu'ils sont privés de la présence du Messie.

    Le Seigneur qui prie pour eux sur la montagne sait toutes choses ; au moment voulu, Il Se joint à eux. Il laisse la tempête se déchaîner jusqu'à un certain point... les disciples poussent même des cris de frayeur. Et tout à coup Il est là, "marchant sur la mer" ! Mais ils ne Le reconnaissent pas, étant plus impressionnés par la tempête et leur propre sécurité, que par Sa présence et les promesses qu'Il leur avait faites. Ils Le prennent même pour un fantôme !

    Ils ignorent ce qu'il y a derrière ce vent violent et les vagues menaçantes : Satan, qui veut leur destruction. Chrétiens, si vous subissez l'assaut du sous-monde, n'ayez pas peur. N'essayez pas de marcher sur les eaux, comme Pierre, en présumant de vous-mêmes. Attendez-vous à l'intervention directe de Celui qui prie pour vous et qui vous dit : "Rassurez-vous, c'est Moi ; n'ayez pas peur."

    Votre vie appartient au Seigneur, et Il vous a promis qu'Il serait un refuge pour le faible, un abri contre la tempête et le tumulte des esprits sataniques qui viennent s'abattre sur les saints. Si Dieu permet ces assauts, c'est pour que vous sachiez que Lui-même est là ; et plus encore, qu'Il possède autorité divine sur le vent et les vagues, le pouvoir de vous délivrer entièrement de vos craintes, des dégâts de la tempête et des conséquences de votre incrédulité !

     

     

    H.E. Alexander
    (Source : manne du matin / bible-ouverte.ch)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique