• *RONDES DE MEDITATIONS*

     

    *RONDES DE MEDITATIONS*

     

     

  •  

    Quand Dieu ferme la porte

     

     

    Quand Dieu ferme la porte

     

     

    ACTES 16.1‑15

    Avez‑vous déjà acquis l’assurance que Dieu approuvait un certain projet au sujet duquel vous aviez prié ? Vous avez planifié en conséquence et, le temps venu, vous vous êtes cogné le nez. Il s’agissait peut‑être d’un déménagement, d’une relation menant au mariage ou d’une offre d’emploi alléchante. Peu importe, cela vous a laissé perplexe, déçu ou même désemparé. Que faisait donc Dieu ?

    Lors de leur deuxième voyage missionnaire, Paul et Silas ont fait une expérience semblable. Ils avaient prévu rendre visite à des Églises qu’ils avaient implantées, mais ont décidé plutôt d’annoncer l’Évangile dans de nouveaux endroits. Le Saint‑Esprit les a empêchés d’aller en Asie (la Turquie actuelle). Ils se sont donc dirigés vers la Mysie, au nord, afin de se rendre en Bithynie, à l’est. Une fois de plus, le Saint‑Esprit leur a fermé la porte.

    Ils se sont peut‑être demandé pourquoi Dieu leur interdisait de prêcher la Bonne Nouvelle. Jésus ne leur avait‑il pas donné le Grand Mandat (Mt 28.19,20) ? Le Seigneur a répondu à Paul dans un rêve où il l’invitait à aller en Grèce, un pays aux multiples métropoles. De là, la Bonne Nouvelle pouvait se répandre plus rapidement. À la longue, Paul s’est rendu à Éphèse et a présenté l’Évangile en Asie. Quand Jean a rédigé l’Apocalypse, on recensait au moins sept Églises sur ce continent.

    Dieu se sert souvent de portes fermées pour nous rediriger. La réponse la plus judicieuse consiste à nous confier en sa sagesse, à attendre qu’il nous dirige et à suivre les incitations du Saint‑Esprit. Si nous comptons sur lui et lui obéissons, il nous bénira.

     

    (Source : encontact.org)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ne vous inquiétez de rien

     

     

    Ne vous inquiétez de rien

     

     

    Ne vous mettez en souci pour rien, mais, en toute chose, exposez vos besoins à Dieu. Philippiens 4 : 6

     

    Facile à dire, penserons-nous ! Mais comment ne pas s’inquiéter quand on est confronté à des problèmes de santé, de chômage ou encore des conflits ? Comment ne pas s’inquiéter pour son avenir ou sa retraite ? Comment ne pas s’inquiéter face à toutes les menaces qui pèsent sur notre pays ou sur notre planète ? Reconnaissons cependant que souvent notre imagination exacerbe ces inquiétudes légitimes et que la réalité n’est pas toujours aussi sombre que nous le craignons…


    L’apôtre Paul nous dit aujourd’hui, comme hier aux Philippiens : « Ne vous mettez en souci pour rien ». Lui qui a connu les persécutions, les coups de bâton, la prison, les naufrages, la maladie, la trahison… aurait bien des raisons de s’inquiéter de son sort.


    Cependant il a fait siennes ces paroles de Jésus : « Ne vous inquiétez pas en vous demandant : Qu’allons-nous manger ? Avec quoi allons-nous nous habiller ? ». Ce n’est pas de l’insouciance : Paul a tout simplement confiance en Dieu. Il sait dans quelles mains il a placé sa vie et son avenir. Il s’attend pleinement à ce que Dieu l’aime et veille sur lui. Il nous invite à notre tour à cette confiance et cette dépendance.


    Sachons, dans la prière, nous placer entre les mains de Dieu qui nous aime et lui remettre tout ce qui peut nous mettre en souci.

     

     

    Bernard Grebille

    (Source : Méditations Quotidiennes)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Priez sur la montagne

     

     

    Priez sur la montagne

     

     

     

    "Il s'en alla sur la montagne pour prier." Marc 6.46

     

    Avant que Jésus ne marche sur la mer de Galilée, il gravit une montagne afin d’être seul avec Dieu pour prier.

    Il néglige les attentes de la foule à l’heure tardive, prie jusqu’à la nuit tombée, puis il descend avec la force de l’Esprit de Dieu et calme une forte tempête. Aimeriez-vous savoir comment il a prié cette nuit-là ?

    Avant d’être pris(e) dans la mêlée du quotidien, allez prier sur la montagne.

    La prière est une montagne ; vous devez la gravir. "Pierre et Jean montaient au temple, à l'heure de la prière." Actes 3.1 

    Si vous attendez d’être disposé(e), vous perdrez en constance dans la prière. C’est une affaire de discipline. Plus vous priez, plus vous en avez envie, et plus la prière devient gratifiante. Mais vous devez d’abord tourner le dos à "la foule".

    Parce que Christ savait fuir les impératifs et les distractions de l’existence, il était en mesure de calmer la tempête qui effrayait ses disciples. Avant d’être pris(e) dans la mêlée du quotidien, allez prier sur la montagne. C’est un lieu sûr dans un monde instable, un endroit où la vue est dégagée, bien loin du rythme frénétique de la vie.

    Là-haut votre horizon s’élargit. Là-haut Christ vous rappelle qu’il s’est déjà occupé de tout ce que vous allez affronter aujourd’hui, et il vous donnera la grâce de faire de même.

    Vous reconnaîtrez facilement celles et ceux qui sont allés prier sur la montagne. Leurs combats ne sont pas différents des vôtres, certain(e)s en ont même de plus difficiles. Mais ces personnes ont une paix intérieure qui transcende leurs problèmes de famille, de santé, d’argent, etc.


    Un encouragement pour aujourd'hui :

    Vous supporterez mieux les crises lorsque vous saurez que le sommet n’est qu’à une prière de là !

     

     

     

     

    Bob Gass

     

    Priez sur la montagne

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    De bonnes raisons pour prier

     

     

    De bonnes raisons pour prier

     

     

     

    Priez sans cesse.” 1 Th 5. 17 

     

     

    Vous sentez-vous parfois découragé au point de cesser de prier ?

    Voici six raisons “bibliques” pour vous encourager à reprendre le contact avec Dieu :

    1- Dieu a promis de répondre à nos prières. “Voici l’assurance que nous avons auprès de Lui : si nous demandons quelque chose selon Sa volonté, Il nous écoute” (
    1 Jn 5. 14). Comment savons-nous que notre requête s’accorde avec Sa volonté ? En étudiant Sa Parole qui nous indique que Dieu veut nous bénir, pourvoir à nos besoins, nous réconforter, nous guérir et nous rapprocher de Son fils, Jésus.

    2- Vos prières sont tellement importantes qu’Il les sauvegarde ! “Les vingt-quatre anciens se prosternèrent devant l’Agneau, tenant… des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints” (
    Ap 5. 8). Vos prières sont comme du parfum que Dieu conserve dans des coupes ! N’imaginez pas qu’Il a oublié les vôtres si vous ne semblez pas recevoir de réponse aujourd’hui. Au moment opportun, vous découvrirez Sa réponse !

    3- Persévérer dans la prière est une preuve de votre foi. Si quelqu’un vous dit que vous ne devez prier qu’une seul fois sur un sujet précis, puis attendre la réponse de Dieu, ne l’écoutez pas ! Jésus a proclamé au contraire qu’il nous fallait “persévérer” dans la prière! (Lisez
    Lc 18. 1-8). Ce genre d’intervention fait plaisir à Dieu.

    4- Dans les pires moments de votre vie, appliquez la méthode prescrite par Dieu Lui-même : “Sonnez de la trompette dans Sion, proclamez un jeûne, une assemblée solennelle ! Rassemblez le peuple… Qu’entre le portique et l’autel les prêtres pleurent, et les serviteurs de Dieu disent…” (
    Jl 2. 15-17). Autrement dit : jeûnez et priez ! Pour subjuguer l’ennemi et bloquer ses attaques, jeûnez et priez, priez, priez…

    5- Faites preuve de confiance. “Celui qui doute ressemble aux vagues de la mer que le vent soulève et agite de tous côtés. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur” (
    Jc 1. 6-7). Le doute annule la prière ! Alors faites-Lui confiance et remettez-vous à prier !

     

     

    Bob Gass

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    N’abandonnez pas !

     

     

    N’abandonnez pas !

     

     


    “Et Moi, Je suis avec vous tous les jours, jusqu'a la fin du monde” Matthieu 28.20
     

     

    Certains d’entre vous qui lisent ces lignes aujourd’hui sont peut-être en train de vivre des journées sombres et cruelles, des épreuves de souffrance aigüe, des moments de confusion et de frustration, oscillant au bord du précipice de la dépression. Peut-être quelques uns d’entre vous font face à des difficultés depuis des mois, voire des années. Vous avez l’impression d’être tombé dans un trou profond dont vous ne pouvez sortir. Vous vous sentez incompris, rejeté et perdu, seul et abandonné de tous. Même Dieu semble vous avoir tourné le dos. Votre coeur crie et supplie mais Il paraît si distant de votre situation. Son silence vous accable et vous êtes tenté de L’oublier, de vous abandonner à votre désespoir. Mais c’est ce que vous pourriez faire de pire : surtout n’abandonnez pas ! Vous n’êtes pas seul dans ce puits noir. Dieu a promis à plusieurs reprises de ne jamais vous abandonner (Genèse 28.15 ; Deutéronome 31.6,8 ; Josué 1.5). Jésus a déclaré : “Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde”. “Mais,” demanderez-vous, “s’Il est reparti vers le ciel, comment peut-Il être avec moi, ici, sur terre ?” Il avait prévu votre question !

     

    C’est pourquoi Il a expliqué à Ses disciples, et à vous par la même occasion, qu’Il allait envoyer Son “remplaçant”, le Saint-Esprit, établir sa résidence en chacun des Siens, afin qu’ils ne se sentent plus jamais seuls. Dieu ne ment jamais, aussi s’Il affirme être avec vous quelles que soient les circonstances, c’est qu’Il tiendra Sa promesse. Même si vous ne Le voyez pas, croyez qu’Il est près de vous 24h sur 24, Paul avait enduré plus d’épreuves en quelques années que vous probablement au cours de toute votre vie. Il avait compris que l’essentiel était de “marcher non pas par la vue mais par la foi” (2 Corinthiens 5.7). Si vous tâtonnez dans le noir, cherchant l’issue de secours, sans rien voir devant vous, vous fiant à vos instincts, vous risquez de vous faire mal ! Au contraire fiez-vous aux promesses divines, même si vous ne comprenez pas ce qui vous arrive (Lisez Proverbes 3.5). Dieu est avec vous, Il est en vous, Il voit chaque détail de votre situation. Ne déposez pas les armes. Faites-Lui confiance : Il sait ce qu’Il fait dans votre vie. Il accomplira Sa volonté qui est parfaite pour votre vie, malgré ce que vous pouvez ressentir aujourd’hui.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Du fond au sommet

     

     

    Du fond au sommet

     

     

    « En prison, l'Éternel fut avec Joseph » Ge 39.20-21

    Suite aux accusations de viol de sa femme, Pothiphar a jeté Joseph en prison.

    Certains d'entre nous auraient dit : « C'est injuste. J'ai pourtant bien agi. Peut-être aurais-je dû accepter un peu de plaisir, garder mon emploi, et même obtenir une promotion ». Pas Joseph !

    À cet instant de sa vie, il ne pouvait être à meilleur endroit, parce qu'il était exactement là où Dieu le voulait. C'est en prison qu'il a connu le grand échanson du roi, qui à son tour l'a présenté à Pharaon, qui finalement l'a placé sur le trône.

    Parfois Dieu nous entraîne au fond afin de pouvoir nous ramener vers le sommet. Le plus dur est de se souvenir qu'en touchant le fond, vous n'êtes pas au bout du voyage. Joseph a souffert « jusqu'au moment où la parole qu'il reçut du Seigneur prouva quel genre d'homme il était » (Ps 105.19, BFC).

    Pharaon venait de faire un rêve que personne dans le royaume ne pouvait interpréter, excepté Joseph. Résultat, Joseph allait passer de zéro à héros, du rôle de bagnard à celui de bras droit de Pharaon. Seul Dieu peut accomplir un tel miracle.

    Si la plupart d'entre nous étions en prison, nous signerions pour une libération rapide, quelques vêtements et un peu d'argent pour rentrer chez nous. Mais Dieu avait prévu bien mieux pour Joseph. Et il veut la même chose pour vous ! Il sait d'où il vous a tiré. Il sait ce que vous devez apprendre en chemin pour faire le travail au moment voulu. Alors cherchez la main de Dieu dans votre situation présente.

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Recueillons-nous au milieu de la tempête

     

     

    Recueillons-nous au milieu de la tempête

     

     

    "Jésus lui dit: Marie! Elle se retourna, et Lui dit en hébreu: Rabbouni ! c'est-à-dire, Maître!"  Jean 20:16

    Dans sa grande douleur, cette femme était désemparée; mais la seule mention de son nom a suffi pour qu'elle retrouve l'équilibre de la paix de Dieu qui surpasse intelligence. En prononçant son nom, le Seigneur a montré qu'Il reconnaissait Son enfant; car si elle avait pensé que Jésus était le jardinier, Lui ne pouvait pas Se tromper au sujet de Son enfant. En l'appelant ainsi, Il lui faisait comprendre qu'Il ne l'avait pas perdue de vue, que le grand bouleversement par lequel elle avait passé n'avait pas pu la ravir de Sa main.

    "Jésus lui dit: Marie!" C'était aussi un signe d'approbation; le Seigneur la faisait Sienne comme tout à nouveau. "Ne crains rien, car je te rachète, je t'appelle par ton nom: tu es à Moi! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; et les fleuves, ils ne te submergeront point; si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t'embrasera pas." Esaïe 43:1-2. En effet, Il appelle Ses brebis par leur nom; Il leur prouve que non seulement Il ne les oublie pas, mais qu'elles Lui appartiennent pour toujours.

    Mais il y a plus encore dans cette mention du nom de Marie: Il lui parle en Seigneur ressuscité. Il lui révèle Son Père céleste: "Je monte vers Mon Père et votre Père, vers Mon Dieu et votre Dieu." Il révèle à Son enfant qu'elle n'est plus seule, qu'elle est l'enfant bien-aimée du Père céleste et qu'Il lui ouvre la gloire éternelle.

    Comme les noms des tribus d'Israël étaient inscrits sur les épaules et sur le coeur du souverain sacrificateur quand il se présentait devant l'Eternel, ainsi nos noms sont inscrits sur les épaules et sur le coeur de notre Souverain Sacrificateur, présentement dans la gloire. "Voici, je t'ai gravée sur Mes mains; tes murs sont toujours devant Mes yeux". Esaïe 49:16.

    Recueillons-nous au milieu de la tempête jusqu'à ce que nous entendions notre Seigneur dire notre nom, et comprenons tout ce que cela signifie.

     

    H.E. Alexander
    (Source : manne du matin / bible-ouverte.ch)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dieu est toujours avec nous

     

     

    Dieu est toujours avec nous

     

     

    Psaumes 139.17-18Que tes pensées me sont précieuses, ô Dieu, et combien le nombre en est grand! Les veux-je compter? Elles sont plus nombreuses que le sable. Suis-je réveillé? Je suis encore avec toi.



     

    Combien sont ceux qui souffrent de l'isolement ou d'une cruelle solitude? Combien sont ceux qui vivent leur peine et leur chagrin sans que personne ne le sache ni ne le voit?

    Sans doute, même bien entourés, nous pouvons nous retrouver dans ce type de situation. Lorsque l'âme est meurtrie, quel homme pourra la soigner et l'apaiser?

    Lorsqu'une blessure secrète est cause d'amertume, quel homme pourra la panser?

    Assurément, à un moment ou un autre de notre vie, nous faisons tous, et toutes, l'expérience du désert. Nous y sommes seuls. Là-bas, tiraillés par les angoisses et la peur, peut-être en arrivons-nous à nous écrier: "Où es-tu Seigneur?" ou encore "Pourquoi Seigneur?".



    Néanmoins, pouvons-nous raisonnablement penser un seul instant que notre Dieu ait pu nous oublier ou, pire encore, nous abandonner? Non, bien entendu.

    Rappelons-nous la promesse du Seigneur Jésus: "Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde." Nous ne le voyons pas, nous ne le ressentons pas, pourtant c'est un fait, le Seigneur est avec nous, toujours.

    Qui connaît le nombre des pensées de notre Dieu envers nous? Elles sont plus nombreuses que le sable! Non, nous ne sommes pas seuls, jamais touts seuls. C'est la vérité!

C'est pourquoi, ne nous résignons pas! Nous laissons personne nous convaincre du contraire. Il ne faut pas que l'isolement et le silence nous emprisonnent. Ne laissons pas le nombre de nos pensées sombres se multiplier, elles deviendraient rapidement un abîme infranchissable.

    Non, nous ne sommes pas abandonnés! Souvenons-nous de la fidélité du Seigneur Jésus!

    Aussi, même si cela peut coûter, prenons néanmoins part à la communion fraternelle. Certes, les frères et sœurs ne comprendront peut-être pas nos difficultés mais nous serons consolés. Ils sauront nous entourer de la compassion et de l'Amour du Seigneur.

Voici, c'est dans l'assemblée des frères que l'Éternel envoie la bénédiction et la vie pour l'éternité!

     

    Source : unmessagedamour.fr


     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vous avez de la valeur

     

     

    Vous avez de la valeur

     

     

     

    "Qui trouvera une femme de valeur ? Son prix dépasse beaucoup celui des perles." Proverbes 31.10

    Aujourd’hui, mercredi 8 mars, est célébrée un peu partout dans le monde, la journée internationale de la femme. Et si nous profitions de cette journée pour considérer tout à nouveau quel est le regard que Dieu porte sur nous les femmes ? 

    J’avance dans la vie avec l’assurance que mon créateur est là, près de moi.

    Pour ma part, j’ai grandi dans un foyer aimant et pourtant, dès mon enfance, une pensée subtile et persistante a germé en moi : "tu n’as pas de valeur, tu n’es pas capable, ne te fais surtout pas remarquer…" Ce mensonge était là, bien caché, et il ne semblait pas prendre beaucoup de place.

    Le temps a passé, je me suis mariée, j’ai eu mes enfants, je servais Dieu mais ce mensonge était toujours là, ancré au fond de moi. Il m’a fait perdre mon identité, je me considérais comme un paillasson...

    Peu à peu, avec l’aide d’une amie thérapeute, nous avons par la grâce de Dieu, pu mettre en lumière ce mensonge. J’ai enfin réalisé que j’avais de la valeur.

    Imaginez une perle précieuse : lorsqu’on la regarde dans un bel écrin, on en a toutes envie. Maintenant, essayez de visualiser cette même perle abandonnée au milieu d’un grenier sale et humide. Il faudra peu de temps pour que cette perle devienne méconnaissable au point de finir parfois oubliée de tous. Maintenant, visualisez à nouveau cette perle entre les mains d’un bijoutier de talent qui lui fait retrouver tout son éclat ! 

    C’est ce qui m’est arrivé : aujourd’hui, je sais qui je suis. Je connais mes forces et mes faiblesses. J’avance dans la vie avec l’assurance que mon créateur est là, près de moi. Il est celui qui nettoie ce qui a été sali en moi. Il restaure ce qui doit être restauré et met en lumière ce qui a de la valeur.

    La vie vous a peut être marqué, blessé voire a gâché votre identité… Vous n’êtes plus que l’ombre de vous-même. Vous avez laissé grandir en vous ce mensonge qui fait que vous avez perdu toute confiance en vous, en votre avenir.

    Laissez Dieu votre créateur, vous restaurer, panser, nettoyer la perle que vous êtes, enlever tout ce qui semble cacher sa valeur et révéler tout à nouveau votre éclat !

    Un encouragement pour aujourd’hui :
    Femme, écoutez ce que Dieu dit de vous : "Tu as de la valeur, je t’aime. J’ai donné ma vie pour toi. Je te donne un avenir et de l’espérance, tu es la prunelle de mes yeux !". Quant à vous, homme, et si vous encouragiez une femme aujourd’hui ? 

     

     

    Muriel Célérier
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Revirement de situation

     

     

    Revirement de situation

     

     

     

    Lecture proposée : Lettre aux Éphésiens, chapitre 2, versets 1 à 18.

    Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Éphésiens 2.19

    Le 2 mars 2015, Armando Curri, un jeune Albanais, remporta la médaille d’or nationale au concours du Meilleur Apprenti de France. Mais, pour recevoir cette distinction, l’annonce de la présidence du Sénat déclencha un tsunami émotionnel : « Ce jeune ne pouvait pas être accueilli au Sénat, car il était en situation irrégulière depuis 2014 ! » Finalement, après diverses réactions politico-médiatiques, il obtint du préfet de la Loire une autorisation provisoire de séjour. Avec cet aval, le président du Sénat accorda « une dérogation exceptionnelle particulièrement souhaitable sur le plan humain ».

    Quel revirement de situation ! Le 4 mars, Armando recevait sa médaille dans les salons du Sénat. « Un rêve qui devient réalité », déclara-t-il à l’issue de la cérémonie.

    L’évangile dit que tous les hommes sont étrangers à la cité de Dieu. Aucun n’est en règle face à sa justice. Mais, par la foi en Jésus-Christ remportant le prix de notre justification sur la croix, Dieu accueille celui qui croit. Autrefois en situation irrégulière, le croyant obtient sa régularisation.

    Quel revirement de situation ! Quelle grâce ! Ne pourrait-on pas la qualifier de « dérogation exceptionnelle particulièrement souhaitable sur le plan éternel » ? Le rêve devient réalité : c’est la bonne nouvelle de l’évangile !



    Dominique Moreau
    (Source : vivreaujourdhui.com)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Nos jours sont dans sa main !

     

     

    Nos jours sont dans sa main

     

     

     

    Il est Dieu et il lève sa main comme pour attirer notre attention et nous déclarer qu'il vit éternellement (Deutéronome 32:40), que, d'éternité en éternité, il est, au-dessus de tout, le Dieu unique et immuable (Psaume 90:2).

    Il est mon Dieu, mon Créateur (Psaume 139:13-16), celui qui me protège (Psaume 139:5),celui en qui je me confie, celui qui tient dans sa main toute ma vie et lui donne un sens (Psaume 31:15-16; 139:10).

    Tout est dans sa main, même le coeur des rois, des grands de cette terre (Proverbes 21:1), qu'ils l'ignorent ou non... et rien ne lui est impossible! A chaque instant, il peut délivrer comme bon lui semble (Esaïe 59:1).

    Si je tombe ? Il me prend par la main et me relève (Psaume 37:24).

    Si j'ai faim ? Si j'ai peur ? Si je doute ? Si je souffre ? Si je pleure ? Il ouvre sa main et me rassasie de sa bonté (Psaume 145:16; 90:14).

    Il tient dans sa main l'âme de tout ce qui vit (Job 12:10). Jamais, il ne me laissera tomber ! Jamais, non jamais, je suis si précieux à ses yeux et à son coeur. Bien plus que les animaux auxquels il ouvre sa main pour les nourrir (Psaume 104:28), mon Dieu a donné son Fils bien-aimé pour que je sois aujourd'hui et à toujours son enfant. Je suis dans sa sûre main et personne ni rien ne peut m'en ôter (Jean 10:29).

    Gloire lui soit rendue dans ma vie et dans la tienne mon frère, ma soeur, en ce si grand Dieu Sauveur.
     

     

    (Source : TopChrétien)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique