• *RONDES DE MEDITATIONS*

     

    *RONDES DE MEDITATIONS*

     

     

  •  

    Rebâtir ce qui a été brisé

     

     

    Rebâtir ce qui a été brisé

     

     Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. Esaïe 53:3-7

     

    C’est à la croix que son sang a été versé. C’est à la croix que son corps a été brisé afin de nous libérer de l'esclavage du péché et de nous apporter la guérison.

    Peut-être l’ignoriez-vous, mais Jésus désire reconstruire ce que les catastrophes de la vie ont brisé à l’intérieur de vous. Peut-être direz-vous que cette affirmation n’est bonne que pour les autres. Vous êtes peut-être convaincu que votre niveau de destruction intérieur est trop important pour que Jésus puisse rebâtir ce qui a été brisé. Et bien, c’est exactement pour une personne comme vous que Jésus est mort sur la croix. C’est pour une situation comme la vôtre qu’il a été brisé à la croix.

    À la croix, il a porté votre souffrance afin de pouvoir vous en libérer. Dans l’évangile de Luc, Jésus déclare « Il m’a envoyé (en parlant de Dieu le père) pour guérir ceux qui ont le cœur brisé » (Luc 4:18). Jésus désire prendre les lambeaux de votre vie et la rebâtir, un jour à la fois et une étape à la fois.

     

    Jésus a été brisé pour pouvoir rebâtir ce qui a été détruit à l’intérieur de vous. De plus, lorsqu’il rebâtit, il ne rebâtit pas exactement comme s’était auparavant. Lorsqu’il rebâtit une vie brisée, il la rebâtit en l’améliorant. Afin que le résultat final soit de loin supérieur à ce qui existait originalement.

    Jésus est un ouvrier très patient. Il ne se décourage jamais. Il connaît parfaitement le merveilleux potentiel que vous représentez. Il sait parfaitement bien que de rebâtir votre vie apportera un résultat extraordinaire. Il croit beaucoup plus en vous que vous ne pouvez croire en vous-même

    Jésus est le plus grand spécialiste de la reconstruction. En le laissant vous reconstruire, vous allez rapidement constater à quel point il est habile pour faire des merveilles. Peut-être direz-vous :

    « Comment pourrait-il construire des merveilles à partir du gâchis de ma vie ? ». Et bien, c’est exactement pour cela que c’est un spécialiste. Il arrive à faire des choses que les autres ne réussiront jamais.

    Il n’en tient qu’à vous de choisir, de le laisser vous reconstruire. Permettez-lui de travailler dans votre vie. Je vous promets que vous ne serez pas déçu des résultats. Après tout, dans sa vie terrestre, Jésus n’était-il pas le fils du charpentier.

    Je prie pour vous.

    Eric

     

    L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance.   Esaïe 61:1

     

    Mais je te guérirai, je panserai tes plaies, Dit l’Eternel.  Jérémie 30:17

    Il guérit ceux qui ont le cœur brisé Et panse leurs blessures.  Psaumes 147:3

    Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé.  Luc 4:18

     

     

    Celibatown
    (Source : TopChrétien)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    En parfaite sécurité

     

     

    En parfaite sécurité

     

     

    « Aussi pouvons-nous dire avec assurance : Le Seigneur vient à mon secours, je n’aurai pas de crainte. Que pourraient me faire les hommes ? » Hébreux 13:6

     

    Une personne confiante se sent sûre d’elle et en sécurité. Elle sait qu’elle a du prix aux yeux de Dieu, qu’il l’aime, qu’il prend soin d’elle et la protège. Celui qui se sent en sécurité n’a aucun mal à aller de l’avant.

    Au début de la construction du pont du Golden Gate à San Francisco, il n’existait aucun dispositif de sécurité, ce qui a coûté la vie à vingt-trois ouvriers. Pour la dernière phase du projet, cependant, on a équipé le chantier d’un énorme filet de protection.

    En parfaite sécurité



    Une fois ce filet en place, la vitesse d’avancement des travaux a augmenté de vingt-cinq pour cent. Pourquoi ? Parce que les hommes se sentaient en sécurité et pouvaient se consacrer entièrement à leur travail.

    Quand les gens se sentent en sécurité, ils sont prêts à prendre le risque d’échouer pour atteindre leur objectif. En tant qu’enfants de Dieu, nous sommes parfaitement en sécurité, assurés que Dieu nous aime et qu’il a de bons projets pour nous. C’est pourquoi nous pouvons aller de l’avant chaque jour, dans la reconnaissance et la confiance.

     

    Prière de reconnaissance :
    Je te remercie, Père, de ce que tu es toujours là pour me rattraper quand je tombe. Aujourd’hui, je choisis de vivre avec assurance et confiance, parce que je sais que je suis en parfaite sécurité dans ton amour. Je sais qu’il ne m’arrivera rien que je ne pourrai gérer, parce que tu es avec moi.

     

    Joyce Meyer 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Aucun besoin n’est trop petit

     

     

    Aucun besoin n’est trop petit

      

     

    Lecture proposée : Ésaïe 49.13-18

    Comme un père a compassion de ses enfants, l’Éternel a compassion de ceux qui le craignent. Psaume 103.13

    Plusieurs mères de petits enfants se racontaient entre elles des réponses encourageantes qu’elles avaient reçues à leurs prières. L’une d’entre elles a toutefois dit se sentir égoïste de déranger Dieu en lui exposant ses besoins personnels. «Comparée aux besoins énormes de la terre entière auxquels Dieu se heurte, ma situation doit lui sembler insignifiante.»


    Quelques instants plus tard, son jeune fils a couru vers elle en hurlant après s’être pincé les doigts dans une porte. Elle ne lui a pas dit: «Tu es égoïste de venir me déranger avec tes doigts endoloris alors que je suis occupée !» Elle lui a témoigné beaucoup de compassion et de tendresse.


    Comme le Psaume 103.13 nous le rappelle, il s’agit de la réponse de l’amour, à la fois humaine et divine. Dans Ésaïe 49, Dieu dit que même s’il se peut qu’une mère oublie d’avoir compassion de son enfant, le Seigneur n’oublie jamais les siens (v. 15). Dieu a assuré à son peuple ce qui suit « [Voici], je t’ai [gravé] sur mes mains » (v. 16).


    Une telle intimité avec Christ est réservée à ceux qui le craignent et qui s’appuient sur lui plutôt que de compter sur eux-mêmes. Comme cet enfant ayant mal aux doigts a couru librement vers sa mère, puissions-nous courir vers Dieu pour lui soumettre nos problèmes jour après jour.


    Notre Dieu compatissant ne néglige pas les autres pour répondre à nos inquiétudes. Il a un temps et un amour infinis à offrir à chacun de ses enfants. Aucun besoin n’est trop insignifiant pour lui. — Joanie Yoder

     

     

    Dieu tient ses enfants dans la paume de sa main.

     

     

    (Source : Notre Pain Quotidien) 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Course et repos

     

    Course et repos

     

     

    Lecture proposée : Marc 6.30‑46

    Jésus leur dit : Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez‑vous un peu. V. 31

    Le gros titre a attiré mon attention : « Les jours de repos sont importants pour les coureurs. » Dans l’article de Tommy Manning, l’ancien membre de l’équipe américaine de course en montagne, a insisté sur un principe dont font fi certains athlètes consacrés à leur sport : le corps a besoin de repos pour se refaire après l’exercice. « Sur le plan physiologique, les adaptations qui se produisent après un entraînement ne sont possibles qu’au repos, écrit Manning, ce qui signifie que le repos compte autant que l’entraînement. »

    Il en va de même pour notre marche de foi et de service. Il est essentiel de se reposer souvent pour éviter épuisement et découragement. Jésus a recherché un équilibre spirituel au cours de sa vie ici‑bas, même lorsqu’il était très sollicité. Quand ses disciples sont rentrés d’avoir durement travaillé à apporter des enseignements et des guérisons, « Jésus leur dit : Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez‑vous un peu » (MC 6.31). Une foule nombreuse s’est toutefois mise à les suivre, si bien que Jésus l’a enseignée et nourrie au moyen de seulement cinq pains et deux poissons (V. 32‑44). Une fois tout le monde reparti, Jésus « s’en alla sur la montagne, pour prier » (V. 46).

    Si notre travail définit notre vie, ce que nous faisons dans la vie perdra de plus en plus de son efficacité. Jésus nous invite à le retrouver souvent dans le silence afin de prier et de nous reposer.

     

    Dans la foi et le service, le repos compte autant que le travail.

     

     

    David McCasland
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    L’arc-en-ciel

     

     

    L'arc apparaîtra dans la nuée et je me souviendrai de mon alliance… et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair. Genèse 9. 14, 15

    (Jésus dit:) Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. Jean 9. 5

     

    Après un orage, le retour à un temps calme se traduit parfois par les magnifiques couleurs de l'arc-en-ciel. La physique nous apprend qu'il se produit par la rencontre entre les gouttes d'eau et les rayons du soleil: la lumière blanche est décomposée selon toute la gamme de couleurs du spectre chromatique.

    La Bible nous dit que Dieu a établi l'arc-en-ciel après avoir envoyé le déluge sur la terre et sauvé Noé et les siens du jugement. Il donne ce signe pour montrer qu'il se souvient de toutes les créatures vivantes sur la terre. Malgré la méchanceté de l'homme, il ne souhaite pas sa destruction. Chacun de nous est fautif devant Dieu, mais tous peuvent venir au Sauveur qu'il nous a donné, Jésus Christ.

    L'arc-en-ciel nous parle aussi de Jésus, le Fils de Dieu venu sur la terre comme la lumière du ciel. “Dieu est lumière” (1 Jean 1. 5) et il a voulu se révéler aux hommes. Alors, comme l'arc-en-ciel décompose la lumière, Jésus nous a dévoilé les unes après les autres les gloires variées de Dieu: son exigence de vérité qui met en évidence tout ce que l'homme voudrait laisser caché au fond de son cœur; sa justice qui ne supporte pas le péché; sa bonté qui cherche et attire le pécheur; sa patience qui attend que tous se repentent…

    Et après avoir donné sa vie pour expier nos péchés, Jésus est maintenant dans le ciel, assis à la droite de Dieu le Père, garant de notre salut éternel

     

    (Source : labonnesemence.com) 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment avoir la paix ?

     

     

    Comment avoir la paix ?

     

     

    "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix ; tu jouiras ainsi du bonheur" Job 22.21 

    Dans le journal "Tribune de Genève" du 31 juillet 2010, le journaliste Philippe Dumartheray, relate l’exploit qui allait être accompli, au début du mois d’août, par une cordée de 8 alpinistes, composée de 4 Israéliens et 4 Palestiniens, ayant pour objectif de gravir ensemble le Mont Blanc. Cette cordée, hautement symbolique, se voulait être un message de paix. Le journaliste écrit : "Ori, Malek et leurs amis veulent démontrer qu’ils peuvent vivre ensemble et baliser, en montagne, le terrain de la paix."

    "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix."

    Avant d’escalader des sommets escarpés, il faut beaucoup de confiance pour accepter de s’attacher ainsi à quelqu’un d’autre. Lorsqu’on s’encorde à quelqu’un d’expérimenté, on affronte la difficulté avec sérénité, l’esprit est en paix parce que le chef de cordée a fait ses preuves. 

    Dans le texte de ce jour, un ami de Job lui donne ce conseil : "Attache-toi donc à Dieu, et tu auras la paix". Ces paroles m’ont fait repenser à ces hommes qui s’encordent, les uns aux autres, pour gravir montagnes et glaciers. La paix des uns repose sur le fait qu’ils font confiance aux autres, et plus particulièrement au premier de cordée. 

    La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, il y a des passages escarpés, des pentes glissantes, des crevasses béantes, des précipices vertigineux, des rochers menaçants…Job en savait quelque chose ! Alors comment garder la paix dans toutes ces situations pénibles ? Comment avancer sans sombrer dans la peur ? La réponse est là : "Attache-toi à Dieu". Liez votre vie à celle de Dieu, Dieu manifesté en la personne de Jésus. Il est un premier de cordée infaillible. Son pas est assuré, il vous aidera à traverser les passages les plus ardus. Vous vous sentirez éminemment en sécurité, en paix, en étant reliés à lui par le lien de la foi. 

    J’aime ce passage de la Bible où l’apôtre Paul, pour sortir de Damas, confie sa vie à des cordes tenues par les mains des croyants en haut de la muraille (Actes 9.25). Il pouvait être en paix parce que ceux auxquels il faisait confiance tenaient bien les cordes. 

    Une décision pour aujourd'hui :
    Seigneur, je prends la décision de te confier toute ma vie. Je choisis de m’attacher à toi comme le lierre s’attache au chêne. Je crois en ta puissance, en ta sagesse, pour me protéger et me garder dans la traversée des épreuves de la vie. Amen !

     

    Paul Calzada
    (Source : TopChrétien)





    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Jetez vos mauvais souvenirs

     

    Jetez vos mauvais souvenirs

     

     

    Si vous êtes du genre rancunier, à ruminer les erreurs passées, y compris les vôtres, vous savez que ces pensées négatives vous minent. Une relation a du mal à durer si le passé n’est pas derrière l’un et l’autre. Les pensées négatives et les reproches vous empêchent d’avancer. Si un ou une ex vous a fait du mal et que vous en souffrez encore, chaque fois que la même situation se présente, vous aurez sans doute une réaction démesurée, et accuserez la nouvelle relation d’être responsable de vos blessures antérieures. Cette réaction excessive et injustifiée affectera l’autre. Tout comme vous nettoyez votre maison des déchets qui l’encombrent, vous devez garder votre foyer mental, émotionnel et spirituel propre et net. La prière, la lecture, le conseil, la tenue d’un journal, la méditation et le sport sont de bonnes solutions pour éviter que les problèmes du passé ne s’immiscent dans vos relations actuelles. Et quand ces problèmes reviennent de temps en temps, il vaut mieux en parler à votre entourage. L’important est de le faire avec calme en restant sincère et honnête. Un vieil adage prétend qu’aimer signifie ne jamais avoir à dire qu’on est désolé. C’est faux ! Gardez en tête ce verset de la Bible pour que les pensées négatives restent dans la poubelle : « Ne vous couchez pas en colère » (Ep 4.26). La Bible dit : « Faites-vous […], un cœur simple, doux, patient. […] Le Seigneur vous a pardonné, agissez comme lui ! […] l’amour est le lien qui unit parfaitement » (Col 3.12-14, PDV).

     

     

    Bob Gass 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Trop pour moi

     

     

    Trop pour moi

     

     

    Lecture proposée : Matthieu 26.36-46 

    Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi !Matthieu 26.39

    «Dieu ne nous donne jamais plus que ce que nous pouvons gérer», voilà ce qu’une personne a dit à un père dont le fils de 5 ans venait de perdre son combat contre le cancer. Cette parole, qui devait servir à l’encourager, a plutôt eu pour effet de le déprimer et de l’amener à se demander pourquoi il ne «gérait» pas du tout la mort de son enfant. Il souffrait à tel point qu’il en avait peine à respirer. Il savait que sa douleur était trop grande pour lui et qu’il avait désespérément besoin que Dieu le serre fort dans ses bras.

    Le verset que certains utilisent pour étayer l’affirmation «Dieu ne nous donne jamais plus que ce que nous pouvons gérer est le suivant «[Mais] avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter»(1 Co 10.13). Cette parole a toutefois pour contexte celui de la tentation, et non la souffrance. Il nous est possible de choisir le moyen que Dieu pourvoit afin que nous sortions de la tentation, mais il nous est impossible de choisir un moyen de sortir de la souffrance.

    Jésus a lui-même voulu recevoir le moyen de sortir de la souffrance qui l’attendait, en priant : «Mon âme est triste jusqu’à la mort [...] Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi !» (Mt 26.38,39.) Il s’y est néanmoins soumis de son plein gré dans le but de nous apporter le salut.

    Lorsque la vie nous semble trop lourde à porter, c’est alors que nous supplions Dieu de nous accorder sa miséricorde et qu’il nous tient fermement dans ses bras. 

    Avec Dieu derrière moi et ses bras sous moi, je peux surmonter tout ce qui m’attend.

     

    Anne Cetas
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La souveraineté de Dieu

     

     

    La souveraineté de Dieu

     

     

    PROVERBES 16.9

    Personne n’aime attendre, mais vous êtes‑vous déjà demandé pourquoi ? Serait‑ce parce que les retards nous indiquent qu’une autre personne que nous est aux commandes ? Bien qu’il y ait une raison à nos retards (un feu de circulation ou une longue file d’attente), c’est le Seigneur qui actionne les leviers. Puisqu’il règne sur tout ce qui est sur la terre et dans le ciel, notre horaire et notre temps sont aussi entre ses mains.

    Cela signifie que chaque retard nous incite à nous attendre à Dieu. On aurait pu croire que « s’attendre à Dieu » ne s’appliquait qu’à recevoir la direction divine ou une réponse à nos prières, mais l’expression veut dire beaucoup plus quand on se souvient que Dieu est maître de nos inconvénients et de nos frustrations.

    Il est crucial d’apprendre à patienter dans la vie chrétienne puisque, jusqu’à ce qu’on y arrive, on ne pourra pas obéir à Dieu, prier avec efficacité ou connaître la paix qui dépend de notre soumission à sa souveraineté bienveillante. Il faut apprendre à faire confiance à la sagesse de Dieu, non seulement quant aux grands événements de la vie, mais aussi à ceux qui sont banals et qui ont le don de nous irriter, de nous agacer et de nous fâcher. Chaque retard nous enseigne de précieuses leçons quand nous nous inclinons devant le Seigneur.

    La prochaine fois que vous devrez rester en attente, rappelez‑vous que ce retard ne surprend pas Dieu. Il veut vous inculquer la patience et faire croître votre foi. Le développement de la piété en vous lui importe plus que le respect de votre horaire.

     

    (Source : encontact.org)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une parole qui guérit

     

    Une parole qui guérit

     

    " Le centenier répondit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. " Matthieu 8.8

    Il me serait difficile de trouver les mots justes pour exprimer l’impact extraordinaire de la parole de Dieu, dans la vie d’un homme dont le cœur est imprégné de foi.  Ici, nous en trouvons un exemple probant chez cet officier romain : "Dis seulement un mot ! "


    Le miracle c’est son serviteur malade qui va le vivre. Puis Jésus dit au centenier : "Va, qu’il te soit fait selon ta foi." Et à l’heure même le serviteur fut guéri.
    Matthieu 8.13 


    Quelle que soit votre maladie, réalisez qu’une seule parole de sa part peut vous guérir là où vous vous trouvez.


    Il fut un temps où j'éprouvais de vives douleurs au niveau du rein gauche, elles faisaient leur apparition subitement et me pliaient littéralement en deux. Cela a duré pendant des mois, jusqu’à cet après-midi où j'ai clairement entendu Dieu me dire :  "Je te guéris !" Eternel, mon Dieu ! J'ai crié à toi, et tu m'as guéri… 
    Psaume 30.2-3 


    Vous souffrez peut-être d'une maladie ? Les médecins sont pessimistes à votre sujet ou encore vous laissent croire que vous êtes condamné à vivre avec.  Permettez-moi de vous dire, et ceci sans atténuer le travail extraordinaire de la médecine, qu’au-delà des docteurs, il y a Dieu, et là où les médecins disent " On ne peut plus rien faire.", lui déclare, "Je peux encore faire quelque chose !"


    Quelle que soit votre maladie, réalisez qu’une seule parole de sa part peut vous guérir là où vous vous  trouvez. " Il envoya sa parole et les guérit… "
    Psaume 107.20.  Il souhaite vous venir en aide aujourd’hui, alors placez votre foi en lui.


    Une proclamation pour aujourd’hui :
    Je proclame que je suis guéri !  Au nom de Jésus. Amen

     

     

    Yannis Gautier
    (Source : TopChrétien)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Dieu agit dans votre vie

     

    Dieu agit dans votre vie

     

     Un auteur écrit : « Nous passons notre temps à le gérer, à le perdre ou le gagner. Nous espérons qu’il vienne, nous souhaitons qu’il passe, nous le voyons s’envoler, il semble se traîner. Nous nous accrochons à nos montres et nos calendriers, et pourtant c’est Dieu qui contrôle le temps.  

    Il a créé le temps, et ses créations s’inscrivent dans son temps, dirigées et guidées par sa main bienveillante.  

    Nous sommes surpris par des développements inattendus, mais Dieu n’est jamais surpris, même quand les choses tournent mal. 

    Votre regard sur la vie change de façon spectaculaire lorsque vous savez qu’à cet instant-même Dieu agit en vous pour réaliser ses objectifs. 

    Imaginez votre vie si vous étiez absolument certain(e) que Dieu était au bout de toutes vos échéances. Jusqu’à la dernière seconde, vous auriez la certitude qu’il travaille pour vous. 

    Croire que Dieu est là prêt à nous aider est l’essence-même de la foi. “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour l’éternité” (Hé 13.8). Le temps ne diminue ni son amour ni sa force d’intervenir dans votre vie. Il était là dans le passé, il est là dans le présent et il sera là dans l’avenir. “Car mille ans sont, à [ses] yeux, comme le jour d’hier, quand il passe, et comme une veille de la nuit” (Ps 90.4) 

    Son but ultime est de nous amener à l’éternité, non juste au bout de la semaine. »  

    N’oubliez pas que dans chaque situation, « Dieu agit en nous avec puissance. Et quand nous lui demandons quelque chose, il peut faire beaucoup plus ! Oui, sa puissance dépasse tout ce qu’on peut imaginer ! » 

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique