• Comment gérer les tempêts de la vie ?

     

     

    Comment gérer les tempêtes de la vie ?

     

    "Je peux tout en celui qui me rend puissant." Philippiens 4.13 


    Paul parle ici de l'attitude face aux épreuves. Il affirme que si quelqu'un est "en Christ", il a toute la force nécessaire pour résister aux tempêtes de la vie.

    Quel cadeau merveilleux ce serait que de pouvoir supporter tout ce qui se présente sur votre chemin sans être frustré ou en colère, déçu ou déprimé ! Comment gérez-vous les tempêtes de votre vie ? Vous plaignez-vous ? Affichez-vous un air maussade ? Faites-vous comme si vous n'étiez pas concerné, en feignant d'ignorer ce qui se passe autour de vous ?

    Même si les gens ont chacun leur propre solution face à la tempête, en réalité, ils ne gèrent pas la crise en elle-même. Ils se contentent de lui tourner le dos et d'attendre que ça passe.

    Mais imaginez un instant ce que ce serait si, quoi qu'il arrive, vous pouviez rester serein. Autrement dit, si vous ne vous laissiez pas malmener par les vagues, tout en étant conscient de la situation, mais que vous puissiez au contraire trouver la paix et fonctionner comme si tout était calme.

    Imaginez que vous vous trouvez dans une longue file d'attente à la caisse d'un grand magasin. Quand arrive enfin le tour de la personne devant vous, la caissière se rend compte que beaucoup d'articles ne portent pas d'étiquette de prix. Elle doit appeler une collègue à la rescousse. Puis le papier vient à manquer dans sa caisse enregistreuse et comme elle est nouvelle, elle ne sait pas changer le rouleau. Elle doit chercher plusieurs minutes avant d'y arriver enfin.

    Pendant ce temps, l'heure tourne, vous devez aller chercher votre fils à son entraînement de football dans quelques minutes et le dîner n'est pas prêt. Mais au lieu de vous énerver et d'avoir mal à la tête, à la nuque ou à l'estomac, vous parvenez à rester détendue, patiente et à garder votre calme.

    Cela vous paraît-il trop beau pour être vrai ? Eh bien, ce n'est pas le cas. Vous pouvez apprendre à rester calme dans n'importe quelle situation. À l'évidence, cette capacité ne vient pas du jour au lendemain – de même que vous ne décrochez pas un diplôme universitaire en une semaine. Mais il faut bien commencer un jour.

    Une action pour aujourd'hui :
    Aujourd'hui, croyez que Dieu fera ce qu'il a promis. Croyez que vous êtes la personne qu'il dit que vous êtes. Il vous aidera à gérer les tempêtes de la vie.

     

     

    Joyce Meyer

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    En attendant que se réalise la promesse...

     

    En attendant que se réalise la promesse…

      

     "Il le mena dehors et lui dit : Contemple donc le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter. Il ajouta : Telle sera ta descendance" Genèse 15.5


    Que se passe-t-il une fois que Dieu vous a fait une promesse ? L'accomplit-il toujours immédiatement ? Si vous êtes comme moi, il vous est probablement arrivé de devoir patienter. Ce temps d'attente est ce que j'appelle l'"entre-deux".

    Veillons à ne pas nous lasser pendant l'attente.

     
    La promesse de Dieu à Abraham a mis vingt ans à s'accomplir. Arrivant à un âge avancé, Abraham demanda à Dieu de leur donner un héritier, car Sara et lui ne pouvaient pas avoir d'enfants. "Il [Dieu] le mena dehors et lui dit : Contemple donc le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter. Il ajouta : Telle sera ta descendance" Genèse 15.5.

    La Bible nous dit qu'Abraham eut confiance en l'Éternel. Il crut de tout son cœur à cette promesse. Pour bien comprendre ce que son attitude avait de remarquable, il faut connaître le contexte. À l'époque de la promesse, Abraham avait quatre-vingts ans et Sara soixante-dix. Et bien qu'il fût totalement impensable d'avoir un enfant à cet âge, Abraham crut Dieu.

    Le jour où Dieu lui fit cette promesse fut certainement une date mémorable pour Abraham, comme le fut aussi celui de la naissance d'Isaac. Mais qu'en est-il de la période entre les deux – les vingt années d'attente ?

    Comme Abraham et Sara, nous passons beaucoup de temps dans l'entre-deux, qui est une période riche en événements importants. C'est le temps de la mise à l'épreuve, de la maturation et de l'apprentissage de la confiance.

    Veillons à ne pas nous lasser pendant l'attente. Abraham et Sarah finirent par se décourager et se laissèrent dévier de la promesse. Fatiguée d'attendre, Sara proposa à Abraham d'avoir un enfant avec Agar, sa servante, puisque l'Éternel l'avait empêchée d'enfanter. Elle pensait que son idée aiderait à la réalisation du plan de Dieu et Abraham l'écouta et suivit sa suggestion.

    Mais quand Agar fut enceinte, Sara et elle éprouvèrent du mépris l'une pour l'autre. Sara fit retomber la faute sur Abraham et au lieu du miracle attendu, ce fut un énorme gâchis. Agar donna naissance à Ismaël, qui n'était pas un enfant de l'alliance et dont la vie fut marquée par la violence (voir Genèse 16.12 ; 17.20-21).

    Deux façons de vivre se présentent à nous :
    - selon la foi (Isaac) : Dieu vous fait une promesse, vous restez confiant et attendez sa réalisation.
    - selon la chair (Ismaël) : vous entendez ce que Dieu vous dit, vous vous lassez d'attendre et décidez de prendre les choses en main.

    Malheureusement, beaucoup d'entre nous créent leurs propres Ismaël. Peut-être êtes-vous confronté à une situation délicate en ce moment même pour avoir essayé de forcer les choses au lieu d'attendre le temps de Dieu. Mais la bonne nouvelle est que rien n'est perdu. La grâce de Dieu peut changer cette situation en bien.

    Une décision pour aujourd'hui :
    Prenez la décision de tenir bon pendant l'entre-deux, quel qu'il soit, et de garder foi en Dieu. Vous allez devoir remonter vos manches spirituelles, vous préparer à mener le bon combat de la foi et déclarer : "Je ne vais pas revenir en arrière. Je vais tenir bon et être ce que Dieu veut que je sois. Je suis décidé à faire ce qu'il me demande et j'aurai ce qu'il veut me donner… peu importe le temps qu'il faudra !"

     

    Joyce Meyer
    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vivre une vie abondante !

     

    Vivre une VIE ABONDANTE !

     

    Jean 7 verset 38 : Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Ecriture.

    Savez-vous que Jésus a tout accompli pour que vous puissiez bénéficier d'une vie abondante ? Sa venue sur terre, son ministère et sa mort à la croix, nous parlent de son désir de libérer son peuple, de l'amener de la captivité à la liberté, de la tristesse à la joie, des ténèbres à son admirable lumière. Alors, pourquoi tant de chrétiens n'expérimentent-ils pas cette vie de plénitude ? (Jean 10 verset 10). En réalité, vos choix vont permettre à cette vie abondante de couler à flot ou, au contraire, la faire tarir. De plus, votre ennemi fera tout ce qui est en son pouvoir pour détruire cette vie en vous, voler votre paix et votre joie. Alors, il convient d'être des femmes résolues en cette nouvelle année.

    En premier lieu, gardez votre cœur et, dans la crainte de Dieu, refusez de nourrir tout sentiment ou attitude contraire au caractère divin tels que l'amertume, les querelles, la rébellion, les calomnies…(Proverbes 4 verset 23). Ces choses attristent le Saint-Esprit et nuisent considérablement à l'action de Dieu dans votre vie.

    Permettez à Dieu de vous guérir sur le plan émotionnel. N'ayez plus honte de vos blessures et ne les cachez plus. La restauration de votre âme est une clé pour votre épanouissement spirituel. Si vous êtes un vase brisé par la vie, Dieu a la capacité de vous conduire sur un chemin de restauration. (Psaumes 147 verset 3). Pour cela, n'ayez pas peur de vous faire accompagner.

    Désirez grandir dans la connaissance de Dieu et de sa parole, afin qu'elle exerce son ministère à votre égard. Si vous demeurez enseignable, elle a le pouvoir de transformer votre caractère et votre mentalité (2 Timothée 3 verset 16).

    Laissez-vous guider dans la volonté spécifique de Dieu pour votre vie (Psaumes 143 verset 10). Il y a une joie véritable à entrer dans les projets de Dieu et à accomplir la mission à laquelle il vous destine. Poursuivez le rêve que Dieu a placé en vous et cela malgré les obstacles qui pourraient se présenter sur votre chemin.

    UN ENGAGEMENT : Je veux vivre la vie abondante que Jésus a promise à ses enfants et je suis résolue à ôter tous les obstacles qui empêchent cette vie de couler, avec l'aide du Saint-Esprit.

     

     

    Corinne Montout

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vivre avec la pensée de Christ

     

    Vivre avec la pensée de Christ

     

     

    "Il est tel que sont les arrière-pensées de son âme." Proverbes 23.7

    La révélation suivante compte parmi les plus révolutionnaires dans ma vie : je peux choisir à quoi je veux attacher mes pensées. Je n'ai pas besoin d'accepter toutes celles qui me passent par la tête. Cette prise de conscience a changé mon existence car, comme le dit Proverbes 23.7  : "Il est tel que sont les arrière-pensées de son âme." J'aime le formuler ainsi : "L'homme va où le conduisent ses pensées."

    Dieu se préoccupe de la disposition cachée du cœur, c'est-à-dire de notre vie intérieure, de nos pensées. Et comme le dit le texte ci-dessus, notre façon de penser détermine notre manière de vivre et qui nous sommes. Il est important de comprendre cette vérité, parce que si nous n'apprenons pas à amener toute pensée captive à l'obéissance de Christ (2 Corinthiens 10.4-5), nous ne mènerons pas la vie que Jésus nous a acquise par sa mort – une vie de paix avec Dieu et avec nous-mêmes, de relations épanouissantes, de joie véritable et avec la capacité de devenir tout ce que Dieu veut que nous soyons.

    La Bible mentionne spécifiquement trois démarches qui nous aideront à mettre nos pensées en phase avec celles de Dieu. J'aimerais les développer brièvement.

    1. "Pensez à ce qui est en haut, et non à ce qui est sur la terre" (Colossiens 3.2). C'est la clé pour résister à la tentation. Si nous nous fixons des limites à l'avance, lorsque viendra la tentation, nous aurons posé un fondement qui nous aidera à faire les bons choix et augmentera nos chances de la surmonter. Par exemple, avant de retrouver des amis, vous pouvez décider : "Je ne vais pas me livrer à des commérages. Je refuse de salir la réputation de quelqu'un et d'offenser ainsi le Saint-Esprit." Ce que je veux dire, c'est qu'il ne faut pas attendre de se trouver face à la tentation et réagir alors selon l'humeur du moment.

    2. "Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformé par le renouvellement de l'intelligence" (Romains 12.2). Le renouvellement de l'intelligence est un processus continu. Nous devons prendre chaque jour le temps d'étudier la Parole, de manière à mettre nos pensées en accord avec ses commandements. Et nous ne pouvons pas garder l'un ou l'autre recoin sombre dans notre vie intérieure, ce qui nous empêcherait de recevoir le meilleur de ce que Dieu a pour nous.

    3. "Rassemblez vos pensées et votre énergie" (1 Pierre 1.13). Vous vous demandez probablement ce qu'il faut comprendre par là. L'idée est que nous devons débarrasser notre esprit de toutes les bêtises qui l'encombrent, pour pouvoir courir notre course en Christ Jésus et remporter la victoire que Dieu désire pour nous. Nous serons alors prêts à aller de l'avant dans ce que Dieu a prévu pour nos vies.

    Une action pour aujourd'hui :
    Si vous attachez vos pensées à la Parole de Dieu, laissant la vérité renouveler votre esprit et vous débarrassant de toutes les pensées mauvaises, vous expérimenterez la plénitude de la vie nouvelle qui est à la disposition de chacun de nous en Christ. Il suffit pour cela de faire un petit pas de plus chaque jour.

     

     

    Joyce Meyer

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Être célibataire

     

    « Dieu lui-même a dit : "Je ne te laisserai pas : non, je ne t'abandonnerai jamais" » Hé 13.5 

     

    Colleen Alden écrit : « Je suis célibataire. J’aimerais tant une relation et ce désir me conduit à chercher Dieu. Pourquoi suis-je seule alors que j’ai besoin d’amour ?

     

    S’il est inutile de critiquer les plans de Dieu, il est important de saisir ce qu’il me donne :

     

     

     1) Le courage. Rentrer chez soi et retrouver quelqu’un qui me soutient me permettrait d’affronter les difficultés de la vie. Le célibat m’oblige à compter sur Dieu pour affronter sans crainte un avenir incertain. Le psaume 27.1 dit : “L'Éternel est le refuge de ma vie. De qui aurais-je peur ?” Il est mon protecteur et mon sauveur, avec ou sans mari.

     

    2) La foi. Paul parle ainsi aux Hébreux : “Contentez-vous de ce que vous avez présentement. Car Dieu lui-même a dit : ‘Je ne te laisserai pas : non, je ne t’abandonnerai jamais’”. Quand je souffre et que je ne comprends pas ce qui m’arrive, suis-je convaincue qu’il sait ce qu’il y a de mieux pour moi ? Après avoir éprouvé la solitude au-delà du supportable, nous crions à Jésus. “Il est proche de ceux qui ont le cœur brisé, il sauve ceux qui ont l'esprit abattu”  (Ps 34.19, BFC). Il sait ce que languir signifie, lui-même languit après notre amour.

     

     3) L’authenticité. Je suis parfois attirée par un homme. Alors, un phénomène étrange se produit : plus je m’intéresse à lui, plus je deviens quelqu’un d’autre. Les vieilles craintes resurgissent : suis-je suffisamment belle, mince, séduisante et intéressante ? Dieu a fait de moi ce que je suis et des années de célibat m’ont permis d’apprendre quelle femme je suis.

     

    Mieux vaut être seule que vivre avec quelqu’un qui me pousserait à changer ».

     

     

    Bob Gass 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment mener une vie simple ?

     

    Comment mener une vie simple ?

     

    "Moi, je suis venu, afin que les brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance." Jean 10.10 


    La vie est compliquée de nos jours. Cette réalité se constate même dans les aspects pratiques du quotidien. Par exemple, quand j'étais enfant, il n'existait qu'une sorte de médicament pour les problèmes de sinus. Vous n'aviez pas besoin de vous demander longuement quel remède acheter ou comment vous soigner : vous preniez ce remède. En tant qu'adulte, je me rappelle avoir passé près de trois quarts d'heure dans une pharmacie à regarder les différents traitements pour essayer de déterminer celui qui serait le mieux adapté. Devais-je choisir un médicament sans effet de somnolence ou plutôt un autre qui m'aiderait à dormir ? Et pour quelle marque opter ?

    La recherche de la simplicité dans plusieurs domaines

    m'a permis de jouir chaque jour de ma vie.


    Nous appelons cela le progrès ! Mais à bien des égards, la multiplication des choix, des possibilités ou des activités ne fait que rendre la vie plus compliquée et nous empêche d'en jouir. Nous devons apprendre à mener une vie équilibrée et simple.

    La complication pourrait se définir comme le fait de "rendre complexe, difficile à démêler ou embrouillé, tordre". Les choses compliquées sont souvent dures à comprendre et elles nous déconcertent ou nous frustrent. Par opposition, ce qui est simple est "composé d'une seule partie, facile à comprendre ou à faire". La simplicité rend la vie plus agréable.

    La recherche de la simplicité dans plusieurs domaines m'a permis de jouir chaque jour de ma vie.

    Voici quatre façons de simplifier votre vie :

    - Rompez votre routine quotidienne en intégrant dans vos journées quelques activités simples que vous appréciez. Faites une promenade à pied ou en voiture.

    - Apprenez à prier simplement. Quelques mots simples dits avec foi sont plus puissants qu'un million de paroles éloquentes prononcées pour impressionner Dieu. J'ai pris conscience qu'une part importante de ma foi se fondait sur ma capacité à multiplier les paroles, pensant que mon éloquence parviendrait à persuader Dieu de me donner ce que je voulais.

    - Débarrassez-vous du superflu. Trop d'encombrement est source de complication et nous empêche d'avoir de l'ordre. Cela nous donne le sentiment d'être submergés, de ne plus savoir où nous en sommes et peut même nous épuiser.

    - Arrêtez de faire plusieurs choses en même temps. Nous avons tendance à considérer cette habitude comme une force, alors qu'en réalité, c'est plutôt un obstacle. Nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons et nous occuper d'une seule chose à la fois. Ne vous maquillez pas pendant que vous conduisez, ou ne parlez pas au téléphone pendant que vous faites vos comptes. Je me suis fixé comme but de profiter du moment présent, et je crois que

    Dieu veut que nous ralentissions le rythme de notre existence et fassions moins de choses, mais de meilleure qualité.

    Une parole pour aujourd'hui :
    Il est important pour Dieu que nous jouissions de notre vie. Nous pouvons avoir la vie que Jésus nous a acquise par sa mort si nous gardons les yeux fixés sur lui et choisissons de le suivre en toute simplicité.

     

     

    Joyce Meyer

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • N'abandonnez pas votre rêve !

     

    N’abandonnez pas votre rêve !

     

    "L'Éternel m'adressa la parole, et il dit : Écris la prophétie : Grave-la sur des tables, Afin qu'on la lise couramment. Car c'est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; Si elle tarde, attends-la, Car elle s'accomplira, elle s'accomplira certainement." Habakuk 2.2-3    
     
    Qu'attendez-vous de la vie ? Avez-vous un rêve pour vous-même, vos enfants, vos finances ou votre couple ? Quel que soit ce rêve, que devez-vous faire pour qu'il se réalise ?

    Nous ne devons jamais cesser de poursuivre nos rêves, parce que Dieu ne nous a pas créés pour que nous menions une vie passive ou statique. Aussi, si votre vie est actuellement au point mort, remettez-vous en route et avancez vers les rêves que Dieu a placés dans votre cœur.

    Voyez-vous, les choses que vous désirez ne vont pas vous être servies sur un plateau. Vous devez vous lever et vous en emparer, en étant animé d'une détermination sainte qui vous fera dire : "Si quelqu'un peut avoir la vie que Dieu a prévue pour lui, ce sera moi !"

    Mais rappelez-vous que vous n'y arriverez probablement pas du jour au lendemain. C'est pourquoi il est important de trouver un juste équilibre entre le contentement et les efforts pour accéder à vos désirs.

    Paul avait appris à être content dans toutes les situations : "Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout, j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette" (Philippiens 4.12). Il ne se plaignait jamais de sa situation, mais en même temps, il anticipait et se réjouissait de ce que Dieu avait en réserve pour lui à l'avenir.

    J'étais douée pour anticiper – Dieu m'avait donné un grand rêve pour ce ministère. En revanche, je l'étais beaucoup moins pour le contentement dont parlait Paul – jouir de la situation présente en attendant d'atteindre le but. J'ai donc passé de longues années à me tourmenter pour le rêve que Dieu m'avait donné, au lieu de profiter du voyage.

    Avec le temps, j'ai fini par comprendre que, s'il était important de garder nos rêves devant nos yeux (Habakuk 2.2-3), il nous fallait également apprendre le contentement, sous peine d'être constamment malheureux. Cependant, nous ne devrions jamais nous installer dans le contentement au point d'oublier la vision.

    Dieu veut que vous rêviez. Il désire que vous ayez des projets. Il ne veut pas que les exigences de la vie et le train-train quotidien ou encore la peur vous empêchent d'aller de l'avant. Aussi, lorsque nous rencontrons ce genre d'obstacles, nous devons être prêts à nous élever contre eux. Même quelque chose d'aussi simple que de dire chaque matin au réveil : "Il va m'arriver quelque chose de bien aujourd'hui" peut éloigner la peur et tout ce qui voudrait nous détourner de notre vison.

    Une telle attitude, aussi simple soit-elle, renferme de la puissance, parce que vos paroles sont puissantes. Proverbes 18.21 affirme que nos paroles ont un pouvoir de vie ou de mort. C'est pourquoi il est important d'utiliser nos lèvres pour proclamer les promesses de Dieu sur nos vies.


    Une décision pour aujourd'hui :
    Peut-être le moment est-il venu aujourd'hui de renouveler votre engagement à poursuivre vos rêves. Je vous encourage à prendre sans plus tarder la décision de ranimer votre foi, de refuser toute peur, de vous rappeler qui vous êtes en Christ et de croire chaque matin que Dieu fera l'impossible. C'est ainsi que vous profiterez, un jour à la fois, du voyage qui mènera à l'accomplissement de vos rêves.

     

    Joyce Meyer

     

    N'abandonnez pas votre rêve !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    L'espérance au milieu de la tourmente

     

     

     "Invoque- moi et je te répondrai…" Jérémie 33.3

     

    Le prophète Jérémie a vécu du temps des rois de Juda : Josias, Jojakim, Sédécias. Cette période était très troublée et le peuple vivait dans le mal et la désobéissance à Dieu.

    La foi est en droit de s'attendre à des choses nouvelles,

     encore jamais vues et qui sont surprenantes.


    Le ministère de Jérémie sera d'annoncer l'invasion prochaine de Jérusalem par des armées ennemies et la déportation du peuple à Babylone. Son message ne sera pas accepté par les siens et c'est ainsi qu'il se retrouvera en prison. C'est alors que Dieu lui adressera cette parole : "Invoque-moi et je te répondrai." Á plusieurs reprises, Dieu va visiter son prophète et lui adresser des paroles de réconfort : "Je t'annoncerai de grandes choses." Jérémie est en prison non pour un méfait mais pour sa foi !

    Peut être vous est-il arrivé de connaitre "la prison spirituelle" ? Rien ne va plus et le "sort" semble s'acharner sur vous… De telles prisons existent ! Sans barreaux, elles vous privent pourtant de votre liberté. Elles peuvent prendre la forme d'une maladie, de déboires que vous connaissez dans votre foyer, avec votre épouse ou vos enfants, du chômage qui vous a dévalorisé, du départ d'un être aimé qui vous accable et qui vous brise. Comme il l'a fait pour Jérémie, Dieu peut vous visiter et vous parler.

    Il est extraordinaire de voir que dans le contexte terrible dans lequel se trouvait Jérémie (Guerre, déportation). Dieu lui parle d'espérance.

    "Voici je lui donnerai la guérison et la santé, je le guérirai, et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité. Je ramènerai les captifs de Juda et les captifs d'Israël" Jérémie 33.6-8.

    "Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit Dieu, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance" Jérémie 29.11.

    Jérémie a été fortifié dans sa foi et encouragé à persévérer dans la prière. Il adressera cette prière à Dieu : "Rien n'est étonnant de ta part. Tu fais miséricorde jusqu'à la millième génération." Jérémie 32.17-18

    Dieu l'a également encouragé à s'attendre à une réponse de sa part. "Je te répondrai. Je t'annoncerai de grandes choses….que tu ne connais pas".

    Ne limitez pas Dieu, Il veut vous faire entrer dans le surnaturel ! La foi est en droit de s'attendre à des choses nouvelles, encore jamais vues et qui sont surprenantes. Quelle que soit la situation que vous traversez, attendez-vous à Dieu. Jésus a déclaré : "Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu" Luc 18.27.

     Une prière pour aujourd'hui :
    Seigneur, tu connais ma situation, rien ne t'échappe. "Tire mon âme de sa prison". Je te remercie de faire ce miracle et de me montrer combien tu m'aimes. Amen. 

     

     

     

    Lucien Botella

     (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Allez au bout de votre démarche

     

     

    "Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable." Romains 12.1 

     
    Je me souviens d'une femme venue assister à une de mes conférences. Ce fut pour elle l'occasion de parler avec plusieurs dames qui lui racontèrent comment elles avaient réussi à surmonter des sévices subis dans le passé. Leur témoignage la toucha beaucoup, parce que les maltraitances dont elle-même avait été victime continuaient à affecter sa vie.

    À la fin de la rencontre, elle me confia avoir appris une leçon importante : "Ces autres femmes avaient été libérées de leurs problèmes, tandis que j'étais toujours aux prises avec les miens – et je comprends maintenant pourquoi. Dieu m'avait donné exactement les mêmes conseils qu'à elles. La seule différence, c'est qu'elles les ont suivis – pas moi."

    Avez-vous déjà eu l'impression que Dieu vous demandait de revenir sur un problème que vous n'aviez pas complètement réglé ? Cela m'est arrivé et ce n'est pas un sentiment particulièrement agréable. Mais dans une telle situation, nous devons être prêts à revenir en arrière pour traiter le problème à fond.

    Jésus n'est pas venu pour nous libérer partiellement du péché. Il est mort pour nous rendre totalement libres. Et quand Dieu nous demande de faire quelque chose, il ne veut pas que nous le fassions à moitié.

    Dans Romains 12.1, Paul affirme qu'il est raisonnable pour vous et moi de consacrer nos vies à accomplir la volonté de Dieu. Un tel engagement n'a rien d'excessif ou de fanatique. C'est la raison même de notre présence sur terre : être des flambeaux qui brillent dans un monde plongé dans les ténèbres. Nous devons donc aller jusqu'au bout de ce que Dieu nous demande.

    La vérité est que nous ne connaîtrons jamais pleinement la joie et la liberté qui sont à notre disposition en Christ si nous refusons de faire ce que Dieu nous dit. Et tout ce qu'il nous demande est pour notre bien. Il recherche toujours le meilleur pour nous.

    Peut-être y a-t-il quelqu'un à qui vous devez pardonner. Ou peut-être s'agit-il simplement de vous mettre à manger correctement ou à mieux gérer votre temps, vos talents et vos ressources. À moins que vous ne manquiez d'ambition dans un domaine de votre vie, alors que Dieu vous demande d'entrer dans son plan et d'accomplir quelque chose de plus grand. Je pourrais vous donner des centaines d'exemples. L'idée est qu'avec l'aide de Dieu, nous sommes capables de faire tout ce qu'il nous demande. Et nous devons être persévérants et ne reculer devant aucun effort pour que le travail soit fait correctement.

     

    Une action pour aujourd'hui
    Je veux vous encourager à collaborer avec Dieu pour mener à bien tout ce qui serait resté inachevé dans votre vie. Vous verrez que la liberté ne se fera pas attendre, pour peu que vous obéissiez à ce que Dieu vous a demandé de faire par sa grâce, et finissez ce que vous avez commencé.

     

     

    Joyce Meyer

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une foi intrépide

     

    Une foi intrépide

     

     "Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu’aucun ait pu la guérir. Elle s’approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s’arrêta". Luc 8.43-44


    Il existe dans la vie des rendez-vous divins, des instants avec Dieu qu'il ne faudrait rater pour rien au monde. C'est le cas pour cette pauvre femme qui visiblement était arrivée au bout de ses forces.

    Aujourd'hui, par la foi, c'est à votre tour de le toucher.

    Il faut dire que pendant douze longues années, elle a tourné en rond , dépensant son argent dans les traitements médicaux , dans l'espoir d'être guérie. Malheureusement, "...elle n'avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant". Marc 5.26

    Est-ce aussi votre cas aujourd'hui ? Vous luttez depuis des années contre une maladie ou une situation, devant laquelle vous vous sentez complètement impuissant.

    Une personne a dit ceci : "la chair bouscule, mais la foi touche". Et dans un dernier sursaut, cette femme va nous démontrer cette vérité. La foi intrépide qui l'anime va la pousser à saisir la seule et unique chance qui s'offre à elle d'être guérie. "Car elle disait : Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie." Marc 5.28

    Vous aussi vous pouvez saisir Jésus-Christ par la foi. Il a suffi d'une seule seconde au Seigneur pour guérir définitivement cette femme.

    Que ne ferait-il pas pour vous aussi ? Les années d'attente vous ont peut-être poussé dans le dénuement total ; les recherches effrénées d'une solution à votre problème vous ont sans doute totalement épuisé. Mais la bonne nouvelle du jour est que Jésus-Christ est là ! Aujourd'hui, par la foi, c'est à votre tour de le toucher.

    Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. Hébreux 11.6

    Une proclamation pour aujourd'hui :
    Seigneur, je crois et je confesse que tu as la solution à mon problème !

     

     

    Yannis Gautier

    (Source : TopChrétien)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    A l'abri de tes ailes


     

     

     

    Psaume 61/2 à 5: "O Dieu ! Écoute mes cris, sois attentif à ma prière ! Du bout de la terre je crie à toi, le cœur abattu ; conduis-moi sur le rocher que je ne puis atteindre !  

     

    Car tu es pour moi un refuge, une tour forte en face de l'ennemi. Je voudrais séjourner éternellement dans ta tente, me réfugier à l'abri de tes ailes."  

     

     

    Introduction 

     

    L'histoire nous informe qu'en Islande le 8 juin 1783, le Laki, volcan qui culminait à 500 m d'altitude, s'est soudain activé, entraînant le plus grand déversement de lave, de tous les temps ! 

     

    Ce cataclysme n'était pas solitaire, mais simultané avec un autre événement d'une ampleur comparable, situé de l'autre côté de la planète, au Japon. En effet, le volcan Asama, culminant à 2560 m d'altitude, entra en éruption du 9 mai au 5 août 1783. 

     

    Les chroniqueurs de l'époque constatèrent que ces deux cataclysmes simultanés, situés de part et d'autre du même hémisphère nord, engendrèrent un refroidissement climatique de plusieurs années, entraînant de mauvaises récoltes, la famine des populations, le désespoir, la colère et finalement quelque chose dont tout le monde a entendu parlé: la révolution Française. 

     

    A l'instar de cette éruption, les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, nous rappellent qu'il n'y a aucun endroit sur terre où l'on puisse être en totale sécurité.  

     

    Nous vivons véritablement dans un monde qui risque d'être bouleversé à tout moment, et ceux qui se confient dans les choses de ce monde ont d'inépuisables occasions d'être ébranlés.  

     

    Ils peuvent se retrouver dans la tourmente, l'inquiétude et la crainte à tout instant. 

     

    Mais qui comme David, l'auteur du psaume que nous avons lu en introduction, cherche réellement un abri en l’Éternel le très-haut, le tout puissant, le refuge le plus sûr, la forteresse invincible ? 

     

    Qui comme David crie vers Dieu dans la prière, en versant des larmes, et finit en quelques secondes dans la louange et les chants ? 

     

    Quel que soit l'endroit où nous sommes, nous avons la liberté de nous approcher de Dieu ou de chercher d'autres refuges. 

     

    Ce qui nous sépare du bien-être sur cette terre devrait nous conduire plus près de Dieu, la source infinie de réconfort et de secours, mais est-ce vraiment notre premier instinct dans la détresse ? 

     

    Les pleurs peuvent nous conduire vers la prière ou vers une triste pitié de soi.  

     

    Au sein des tempêtes, nous pouvons nous sentir comme un marin livré aux éléments déchaînés, sur un navire en perdition, au pied d'un rocher impossible à gravir et exposé aux vagues.  

     

    Mais la puissance de Dieu ainsi que ses promesses sont un roc élevé qui peuvent assurer notre sécurité.  

     

    Ce rocher du salut, c'est Christ qui vient à notre secours pour nous sauver. 

     

     Si nous crions à lui, il est prêt à nous accueillir, comme une terre d'asile paisible où règne l'allégresse ! 

     

     

    Mais le voulons-nous réellement ? 

    Voulons-nous nous réfugier à l'ombre de ses ailes ? 

    Voulons-nous demeurer à l'ombre du tout-puissant ? 

     

    1. D'autres refuges. 

     

    Ne répondez pas trop vite à ces questions ! 

     

    Des hommes que nous pouvons rencontrer dans la bible, ont parfois cherché à se cacher loin de Dieu, pour toutes sortes de motifs qui leur parurent légitimes sur le moment, tels que la peur, la culpabilité, la timidité ou l'égoïsme … 

     

     Notre nature humaine a tellement de mauvais réflexes liés au péché !  

     

    Et cela remonte à très loin dans le passé !!!  

     

    Adam le premier homme, qui avait pourtant tout pour être heureux dans le jardin des délices (Eden) en fut le premier tributaire. 

     

     Parce qu'il conçut de désobéir délibérément à Dieu, il perdit instantanément son innocence et connut la peur et la culpabilité.  

     

    Genèse 3/8 à 10: "Ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Mais l’Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché." 

     

     Sa relation avec Dieu perdit instantanément de sa qualité première, elle n'était plus pure, sincère et facile.  

     

    Dieu n'avait pas changé car il n'y a en lui aucune ombre de variation, mais le cœur de ses créatures était souillé, confus et meurtri par le remord.  

     

     Comme un enfant désobéissant se cache de ses parents lorsqu'ils rentrent à la maison, et comme le pécheur en général croit pouvoir échapper au regard de Dieu, les deux coupables se réfugièrent parmi les arbres du jardin, pensant fuir de la présence de Dieu. 

     

     Dans quelle ignorance étaient-ils tombés: ils croyaient que Dieu ne les verrait pas !  

     

     Hélas, n'est-ce pas l'attitude insensée de la plupart des pécheurs qui se figurent qu'il suffit d'oublier leurs propres péchés pour que Dieu les oublie ?  

     

     C'est aussi l'attitude de beaucoup qui font quand ils sont seuls des choses mauvaises qu'ils ne feraient pas s'ils se savaient observés ? 

     

     Souvenez-vous de l'apôtre Pierre qui préféra cacher son identité et renier Jésus plutôt que de dire la vérité et de faire confiance à Dieu pour sa sécurité. 

     

     Matthieu 26/ 69 à 74: "Pierre était assis dehors dans la cour. Une servante s'approcha de lui, et dit: Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen. Mais il le nia devant tous, disant: Je ne sais ce que tu veux dire. Comme il se dirigeait vers la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui se trouvaient là; Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth. Il le nia de nouveau, avec serment: Je ne connais pas cet homme. Peu après, ceux qui étaient là, s'étant approchés, dirent à Pierre: Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître. Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme." 

     

     Quel aplomb peut avoir un homme qui cherche à sauver sa peau ! 

     

    L'instinct de survie peut nous rendre charnel et coupable devant Dieu ! 

     

    Attention à nos réactions, veillons à garder les yeux fixés sur Dieu, plutôt qu'à nous chercher des refuges de pacotille !  

     

    Nous ne tromperons souvent que nous mêmes ! 

     

     Souvenez-vous d'Ananias et Saphira qui s'associèrent dans leur smensonges par avarice et perdirent la vie ! (Actes 5/1 à 5) 

     

    Il aurait mieux valu pour eux, faire confiance au Dieu qui pourvoit, plutôt que de cacher la vérité.  

     

    A travers ce texte, nous voyons que mentir aux serviteurs de Dieu équivaut à mentir au Saint Esprit!  

     

    Pourtant combien de chrétiens ont usé de stratagèmes et de dissimulation pour parvenir à leurs fins et se sortir de situations délicates ! 

     

     Quelle grâce qu'ils ne soient pas morts comme Ananias et Saphira! 

     Combien Dieu est patient envers ses enfants et plein de compassion ! 

     Mais combien nous devrions le craindre, sachant que rien ne lui échappe ! 

     

     Hébreux 4/13: "Nulle créature n'est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte." 

     

     Que pensez-vous de Saül qui s'était caché parmi les bagages pour échapper au regard du prophète qui cherchait un roi parmi le peuple ? 

     

    Sa timidité ou sa lâcheté l'avait entraîné à se dissimuler … 

     

    Il est bon d'être conscient de notre indignité et de notre manque de compétence pour accomplir les services auxquels nous sommes appelés, cependant il ne faut pas tomber dans l'extrémité, en refusant les fonctions auxquelles le Seigneur nous appelle. 

     

    (cf. parabole des talents Matthieu 25/25: "j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre.") 

     

    Et que penser de Jonas qui préféra fuir à Tarsis, loin de la face de l’Éternel pour ne pas prophétiser contre Ninive comme Dieu lui avait demandé? 

     

    Sa fuite le conduisit au fond d'un navire, où il se coucha et s'endormit profondément pour oublier sa désobéissance.  

     

    Son entêtement mis en danger tout le navire et ses occupants et le conduisit au fond de l'océan, dans le ventre d'un gros poisson!  

     

     Quelle folie de croire qu'on peut fuir Dieu dans la direction opposée de sa volonté, en déménageant ou en dormant… alors qu'il est omniprésent et omniscient! 

     

    1 Samuel 2/3: "L’Éternel est un Dieu qui sait tout." 

     

     Nous cacher en dehors de ses ailes nous entraînera toujours dans des mésaventures et des humiliations que nous n'aurions pas connues, si nous avions obéi à sa voix. 

     

     C'est mal connaître Dieu que de tenter de lui cacher quoi que ce soit. 

     

    Ce qu'il attend de nous c'est de la vérité et de la transparence, non pas que nous nous cachions derrière des faux semblants, des mensonges ou des refuges "factices". 

     

     Sûrs de son amour et de sa compréhension à notre égard, nous devrions plutôt dire comme David au Psaumes 38/9: "Seigneur ! Tous mes désirs sont devant toi, et mes soupirs ne te sont point cachés." 

     

    L’Éternel sonde tous les cœurs et pénètre tous les projets et toutes les pensées.  

     

    Il connaît nos motivations et nos plans secrets, il sait aussi lorsque nous sommes fatigués ou découragés, rien ne lui échappe ! 

     

    Alors s'il nous arrive de dévier de ses voies ou de lui désobéir, nous ferions mieux de vite reconnaître nos tords et de nous repentir plutôt que d'essayer de cacher nos transgressions. 

     

    Car celui qui cache ses transgressions ne prospère pas, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. (Proverbe 28/13) 

     

     Alors avec un cœur humilié et contrit, nous devrions dire comme David, l'homme selon le cœur de Dieu.  

     

    Psaumes 69/5: "O Dieu ! Tu connais ma folie, et mes fautes ne te sont point cachées." 

     

     Rien de notre vie n'échappe à Dieu. Dès notre conception, rien ne lui est caché, il connaît tout de nous: corps (faits et gestes, santé…), âme (sentiments, volontés et pensées) et esprit (vie spirituelle). 

     

    Psaumes 139/16: "Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m'étaient destinés, avant qu'aucun d'eux existât.  

     

    Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables!  

     

    Que le nombre en est grand! Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable."  

     

     

    2. A l'ombre de ses ailes. 

     

    Nous comprenons bien à travers tous ces passages bibliques que cela ne sert à rien de vouloir cacher quoi que ce soit à Dieu car il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui. (Daniel 2/22 

     

    Les choses cachées sont en fait à l’Éternel  notre Dieu et c'est lui qui nous révèle ces choses comme il le veut. 

      

    Si nous venons nous abriter à l'ombre de ses ailes, qu'allons-nous y trouver?  

     

     a. Jésus : 

     

    Colossiens 1/26: "le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir : Christ en vous, l'espérance de la gloire." 

     

     b. Le salut :  

     

    Luc 10/20-2: "Réjouissez vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint–Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants." 

     

     

     c. La protection :  

     

    Psaumes 17/8: "Garde-moi comme la prunelle de l'œil; protège-moi, à l'ombre de tes ailes." 

     

     

     d. Des trésors cachés :  

     

    Esaïe 45/3: "Je te donnerai des trésors cachés, des richesses enfouies, afin que tu saches que je suis l’Éternel qui t'appelle par ton nom." 

     

     

     e. Des révélations : 

     

    Jérémie 33/3: "Je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, que tu ne connais pas." 

      

     

    f. Un langage caché (paraboles, allégories et prophéties ):  

     

    Luc 24/45: "Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures." 

      

     

    g. Les chrétiens nés de nouveau : 

     

    Colossiens 3/3: "Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu." 

     Conscients de tout ce que nous pouvons trouver à l'ombre de ses ailes, nous devrions comme David chercher en lui un refuge en tout temps et en toutes circonstances ! 

     

    Psaumes 57/1: "En toi mon âme cherche un refuge; je cherche un refuge à l'ombre de tes ailes, jusqu'à ce que les calamités soient passées." 

     

     Que sont ces calamités dont parle David ? 

     

    Le terme hébraïque "havvah", traduit par calamité, est riche de sens, car il signifie aussi :  

     le mal, la perte, la malice, la méchanceté, les ravages, l'avidité, la perversité, et les mauvais désirs. 

     

     Quand les calamités seront-elles passées ? 

     

    Quand nous serons dans le ciel de gloire, là où il n'y plus de larmes ni de souffrance ! 

     Alors, nous devrions demeurer toujours à l'ombre de ses ailes. 

     

    Conclusion: 

     

    Au lieu de nous cacher derrière des mensonges, des faux semblants ou des abris incertains, allons nous réfugier à l'ombre de ses ailes et demeurons en lui, jours après jours. 

     

    Cela nous garantira une protection contre notre ennemi et contre le péché et nous apportera de grandes richesses spirituelles !  

     

    Alors nous ne succomberons pas à la tentation et serons victorieux sur notre ennemi et nous pourrons louer Dieu comme David, en chantant : 

     

    "Je suis dans l'allégresse à l'ombre de tes ailes." 

     Psaumes 63/7 

     

     

     

     

    (Source : lessencedelavie13600.blogspot.fr)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique