• Regardez à Jésus et non aux "eaux" !

     

    Regardez à Jésus et non aux "eaux" !

     

    Regardez à Jésus et non aux “eaux” !

     

    « Pierre s’écria : "Seigneur, sauve-moi !" Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit : "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?” »
 Matthieu 14.30-31

    Donner sa vie à Christ, c'est un peu comme s'inscrire à un cours de natation. On dit au maître nageur : “Je veux que tu m'apprennes à nager et je sais que tant que tu es là, je ne risque pas de me noyer”.

    Vous aurez des tribulations mais… prenez courage...


    Commencent alors les cours, disons par analogie, la marche avec le Seigneur. 



    Pendant les premières séances, le maître nageur nous laisse dans ce que l'on appelle le “petit bain”, pour que nous nous familiarisions avec l'eau. Le “petit bain” est peu profond. Et puis, nous avons pied... En plus, le maître nageur est bien en vue ! Donc, nous ne nous faisons aucun souci ! Ce sont là ces moments merveilleux où le jeune converti est très zélé et “croit vraiment” (à juste titre d'ailleurs !) qu'avec Dieu, on peut déplacer des montagnes.



    Vient ensuite le moment où il faut passer dans le “moyen bain”. Là, les choses se compliquent un peu parce que vous avez toujours pied, mais l'eau vous arrive parfois jusqu'aux épaules. Cependant, comme le maître nageur est dans l'eau avec vous, vous êtes partagé entre la peur et la confiance. C'est le moment des premières épreuves où l'on s'aperçoit que marcher avec le Seigneur ne signifie pas vivre sur des nuages. Évidemment, comme on n'est pas encore bien imprégné de la Parole, on ne sait pas que Jésus a dit : "Vous aurez des tribulations mais… prenez courage... (Jean 16.33)”. Commencent alors les interrogations !

    Arrive enfin l'étape ultime : le passage dans le “grand bain”. Là, pendant les premières séances, le maître nageur reste dans l'eau avec vous, mais il se retire ensuite, se tient sur le rebord de la piscine et veille. Inutile de dire que cette étape est redoutable. On a certes déjà acquis une certaine maîtrise de la natation, mais la “présence distante” du maître ne rassure pas toujours assez. Ceci correspond évidemment au moment de la vie où les tempêtes se déchaînent de partout, les dettes vous assaillent, l'ami d'hier vous trahit, l'enfant que vous avez élevé avec tout votre amour devient rebelle, la maladie vous mine, la mort frappe des êtres chers… Que faire ?

    Eh bien, faites simplement comme Pierre ! Criez à Jésus ! Comme le maître nageur sur le rebord de la piscine, il étendra aussitôt la main et vous saisira.



     

    Une prière pour aujourd'hui :
    Seigneur, tu as dit : “Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde”. Je l'ai un moment oublié mais je reviens et crie à toi ce matin : "Sauve-moi !"


     

    Mamadou Karambiri

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

    « Le fruit de la lumière - Ephésiens 5 : 9Seigneur, fais de moi l'instrument de ta paix »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    jodeau
    Dimanche 3 Août 2014 à 19:55
    jolie comparaison et si vraie ! Le doute dans les épreuves et l' indifférence quand tout va bien........
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :