•  

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vous sentez-vous brisé ?

     

     

     

    Vous sentez-vous brisé ?

     

     

    “Il ne criera pas, Il n'élèvera pas la voix, Il ne se fera pas entendre dans les rues. Il ne brisera pas le roseau qui ploie, Il n'éteindra pas la mèche qui vacille ” Es 42. 2-3 

     

    Les difficultés amoncelées contre vous, les crises que vous ne parvenez pas à éviter, les doutes qui vous assaillent jour après jour ont-ils réussi à vous briser ? Ou du moins à vous faire ployer sous le fardeau ? C’est l’une des raisons pour laquelle Jésus est venu dans notre monde : pour redresser le roseau qui ploie, pour ranimer la mèche qui vacille.

     

    Si vous vous reconnaissez dans cette description, accrochez-vous à cette promesse. Les anciens utilisaient les roseaux pour en faire des tapis, des crayons ou même des pipeaux. Avec le temps ces roseaux devenaient friables et les anciens s’en débarrassaient pour utiliser de nouveaux. De même les mèches des lampes à huile se consumaient peu à peu et finalement on devait les remplacer par de nouvelles.

     

    Le monde gaspille et remplace tout ce qui lui apparaît inutile. On ne répare pas, on remplace. Jésus n’a pas la même philosophie ! Il assouplit le roseau devenu friable et lui permet de chanter un chant nouveau. Il préfère guérir et redonner de la force à ceux qui se sentent brisés et sans force. Il ranimera votre flamme vacillante et vous permettra de briller à nouveau haut et fort.

     

    Remarquez le début du verset: “Il ne criera pas... Il ne se fera pas entendre dans les rues.”Pour encourager, raffermir et réconforter, Jésus ne crie pas, n’élève pas la voix. Il agit avec douceur et dignité. Il ne cherchera jamais à vous humilier devant les autres. Il ne se fera pas entendre dans les rues. Fuyez les faux prophètes qui aiment à se faire entendre partout, dont la voix tonitrue à tort et à travers. Jésus n’a jamais dit à Ses disciples de forcer les autres à écouter la Bonne Nouvelle. Imitons-Le, quand nous tentons d’encourager l’un de nos frères ou de nos sœurs. Souvenez-vous : “Que votre bonté soit reconnue par tous les hommes” (Ph 4. 5).

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Vous traverserez cette tempête

     

     

     

    Vous traverserez cette tempête

     

     

     

    « J'ai cette foi en Dieu qu'il en sera comme il m'a été dit » Ac 27.25 

    En chemin vers Rome, Paul a traversé une grosse tempête. Il y a trois bonnes leçons à tirer de son histoire.

     

    1) Désobéir peut soulever une tempête. Pour n’avoir pas tenu compte des avertissements de Paul, le capitaine a perdu son navire, sa cargaison et a failli y laisser la vie. La désobéissance peut perturber santé, finances, famille ou travail. Dieu n’a pas écrit en préambule de ses commandements : « Si ça vous convient, faitesle. » Non. Ils sont sans équivoque et pensés pour votre bien, alors prenezy garde !

     

    2) Vous n’êtes pas seul(e) dans la tempête. Dieu est là et veille sur vous. Paul a dit : « Un ange du Dieu à qui j’appartiens et rends un culte, s’est approché de moi cette nuit et m’a dit : Sois sans crainte, Paul […] voici que Dieu t’accorde la grâce de tous ceux qui naviguent avec toi. C’est pourquoi, prenez courage, car j’ai cette foi en Dieu qu’il en sera comme il m’a été dit » (v.23–25). Si Dieu est à bord, aucune tempête n’est assez puissante pour vous couler. 3) Si vous vous appuyez sur les promesses de Dieu, vous avez son autorité. Paul avait peutêtre l’allure d’un prisonnier, mais en fait il était plus puissant que le capitaine. Bien qu’enchaîné, il était l’homme le plus libre sur le bateau. Si Dieu vous a parlé clairement, vous pouvez gérer toute situation car sa Parole dit : « Toute arme forgée pour te nuire ne te fera aucun mal. […] Voilà la part que je réserve à ceux qui sont mes serviteurs » (Esa 54.17, BFC).

     

    Voici donc votre parole du jour : gardez votre confiance en Dieu et il vous fera traverser cette tempête !

     

     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Cette année, faites confiance à Dieu et restez calme

     

     

     

    Cette année, faites confiance à Dieu et restez calme

     

     

    "[Celui que le Seigneur éduque] peut rester calme au jour du malheur" Psaumes 94.13 

     

    Il y a certaines choses que Dieu fait pour nous et d'autres qu'il nous donne la responsabilité de faire nous-mêmes.

     

    "Seigneur, heureux celui que tu corriges et que tu éduques par ta loi ! Il peut rester calme au jour du malheur" (Psaumes 94.12-13)

     

    Je te vois à travers mon sang expiatoire,

    par conséquent tu auras toujours mes faveurs. Jésus

     

    Voulez-vous être capable de rester calme en toutes circonstances ? De garder votre sang-froid dans les moments chauds ? D'être un instrument de paix où que vous alliez ? De dominer votre sujet au lieu de le subir ?

     

    Aujourd'hui, Dieu vous dit en substance : "Vis par ma Parole dans chaque domaine de ta vie. Apprends à être sensible à ma voix, prompt(e) à répondre et obéir. Mon joug est supportable et mon fardeau léger. Je ne te donnerai jamais rien de trop difficile à gérer, rien de trop lourd à porter. Confie-moi chaque problème un par un, dès qu'il apparaît. Réjouis-toi d'avoir l'assurance que je t'aime, te comble et te protège, et que je te donnerai ce que ton cœur désire. Parce que le diable est “l'accusateur”, il va sans cesse pointer tes défauts et te dire que tu n'as aucune valeur. Ne l'écoute pas, il est le père du mensonge ! Je t'ai sauvé(e) par ma grâce et t'ai placé(e) en Christ. Je te vois à travers son sang expiatoire, par conséquent tu auras toujours mes faveurs. Remets-moi toutes tes angoisses et tes soucis..."

     


    Un encouragement pour vous aujourd'hui :
    Le Seigneur vous encourage en ces termes : 'Commence à vivre dans le présent, non dans le passé ou dans le futur. Cherche mes bénédictions et tu les trouveras. Apprécie la vie dans toute sa plénitude, car c'est mon plan pour toi cette année".

     

     


     

    Bob Gass

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Je reconnais que tu peux tout - Job 42 : 2

     

    Je reconnais que tu peux tout - Job 42 : 2

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Eprouvé par le feu

     

     

     

    Eprouvé par le feu

     

     

     

     

    Lecture proposée : Jacques 1.1‑12

    Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie. V. 12

     

    En visitant un musée d’histoire naturelle du Colorado, j’ai découvert quelques faits remarquables au sujet du tremble. Tout un bosquet de trembles élancés et au tronc blanc peut pousser à partir de la même graine en partageant le même système racinaire. Or, ce système peut subsister pendant des milliers d’années, qu’il produise ou non des arbres. Il dort sous terre, attendant qu’un incendie, une inondation ou une avalanche lui taille une place au sein d’une forêt ombragée. Après qu’une catastrophe naturelle leur a fait de la place au sol, les racines du tremble peuvent enfin sentir les rayons du soleil et produire des arbrisseaux qui deviendront des arbres.

     

    Dans le cas du tremble, la dévastation qu’engendre une catastrophe naturelle rend possible une nouvelle croissance. De même, les difficultés rendent possible la croissance de notre foi, selon Jacques : « Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien » (JA 1.2‑4).

     

    Il est difficile de nous réjouir dans l’épreuve, mais nous avons tout lieu d’espérer puisque Dieu se servira de toute situation pénible pour nous aider à atteindre la maturité. Comme le tremble, la foi peut pousser au sein de l’épreuve, qui fait de l’espace dans notre coeur pour que la lumière de Dieu nous touche.

     

    Les épreuves et les tests peuvent nous rapprocher de Christ.

     

     

    Amy Peterson
    (Source : Notre Pain Quotidien)

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Comment faire de nos pensées une arme

     

     

     

    Comment faire de nos pensées une arme

     

     

     

     

    "Christ ayant souffert, vous aussi armez-vous de la même pensée." 1 Pierre 4.1 

     

    Ici, l’apôtre Pierre présente la pensée, comme un moyen de guerre, comme une arme. Comment cela fonctionne-t-il ?

    Il est des personnes qui considèrent la difficulté, l’épreuve, la tribulation, comme étant des situations anormales. Ces personnes pensent que Dieu devrait leur rendre la vie plus facile ; elles considèrent que Dieu ne les aide pas assez, qu’il n’est pas normal que leur chemin soit aussi compliqué. Leurs pensées, tournées vers leurs épreuves, sont négatives, et rendent encore plus insupportable leur situation. Elles sont désarmées face à leurs tribulations. C’est pourquoi Pierre nous invite à nous armer en pensant aux souffrances de Christ. Penser aux souffrances de Christ, à l’heure où nous passons par l’épreuve, c’est une manière de résister aux assauts du diable qui voudrait à ce moment-là nous décourager.

     

    Alors que vous passez par la souffrance, pensez à ce que Dieu fait en vous.

     

    Pensons, que le chemin par lequel nous passons, est sous le contrôle de Dieu. Chassons de notre esprit la pensée que ce chemin est trop dur, que nous n’y arriverons pas, que Dieu n’est plus avec nous. L’Ecriture nous dit que Dieu est toujours avec nous, qu’avec l’épreuve, il prépare le moyen d’en sortir, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. Alors que vous passez par un moment difficile, commencez à vous armer de cette pensée de Christ souffrant.

    Souvenez-vous que Christ a appris l’obéissance par les choses dont il a souffert (
    Hébreux 5.8). Alors que vous passez par la souffrance, pensez à ce que Dieu fait en vous. Parfois Dieu nous conduit dans un chemin difficile car il œuvre en nous.

    Alors que Jésus vient d’être baptisé, le Saint-Esprit le conduit au désert. Il va connaître un temps de solitude et d’épreuves, couronnées par une triple tentation. Se souvenir de Jésus souffrant et tenté dans le désert, c’est notre meilleure arme pour résister au découragement et à l’abandon. Penser à Christ traversant l’agonie de la croix, nous permet de considérer nos souffrances avec un autre regard. Cela nous équipe pour la bataille contre l’adversité.

    S’adressant à son jeune collègue Timothée, l’apôtre Paul lui donne cette recommandation : "Souviens-toi de Jésus-Christ" (
    2 Timothée 2.8). Il y a, dans cette recommandation, une forme d’insistance de la part de l’apôtre, afin que Timothée garde ses pensées centrées sur la personne et l’œuvre de Jésus-Christ.

    Un conseil pour aujourd’hui :
    Pensez aux souffrances de Christ, et utilisez cette pensée comme une arme pour triompher au sein de vos propres souffrances.

     

     

    Paul Calzada

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Au fond de la fosse

     

     

     

    Au fond de la fosse

     

     

     


    J’ai invoqué ton nom, ô Éternel! du fond de la fosse. Tu as entendu ma voix; ne cache point ton oreille à mes soupirs, à mes cris! Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché, tu as dit: Ne crains rien! Seigneur, tu as plaidé la cause de mon âme, tu as racheté ma vie. Lamentations 3.55-57

     

    Non, au jour de la détresse, nous ne sommes pas seuls. Même, nous avons un appui ferme, inébranlable. Le Nom de l’Éternel est une forte tour; le juste y court, et il y est dans une haute retraite. C’est pourquoi, face à l’adversité, que nos cœurs ne s’alarment pas.

     

    Après tout, nous n’avons que faire des intimidations, des menaces et des pressions du monde. Tout compte fait, qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce l’oppression, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la famine, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? Bien sûr, toutes ces choses peuvent éprouver l’âme croyante. Néanmoins, aucune d’entre elles ne peuvent jamais les priver de leur précieuse espérance. Voici, Celui qui est en nous est plus grand que celui qui est dans le monde. Qu’importent les circonstances, ceci reste vrai, toujours. Les hommes peuvent bien emprisonner les fidèles, ils restent néanmoins libres. Les hommes peuvent bien les affliger par toutes sortes de diableries, il restent néanmoins toujours joyeux. Nul ne peut ravir la glorieuse liberté des enfants de Dieu, pas plus que leur joie.

     

    Aussi, dorénavant, prenons courage! Souvenons-nous de Jésus-Christ, Il est la promesse de notre bonheur présent et éternel. Au milieu de la fournaise, lorsque les douleurs de cette vie nous abîment, sachons nous en rappeler: Il nous aime. Oui, c’est une réalité, nous sommes aimés d’un bon et tendre Berger. Emmanuel est là, avec nous, Il conduit Son troupeau sur le sentier menant au séjour bienheureux. Bien que les dangers soient partout, Ses brebis demeurent pourtant en parfaite sécurité. C’est pourquoi, n’ayons aucune peur. Du fond de la fosse, pendant la saison d’obscurité, invoquons le Nom du Seigneur. Il ne restera pas silencieux car Il a réellement soin des Siens. Son secours ne fera pas défaut, sachons seulement l’attendre patiemment.

     

    Maintenant, pour que rien n’entrave notre bonheur, qu’il nous suffise de vivre de foi. Ayons simplement confiance en Dieu, Il agira. Pour finir, faisons nôtre ce précieux conseil que le Seigneur a donné: « […] Ne crains point, crois seulement. »

     

     

     

    (Source : unmessagedamour.fr)

     

     

     

    * ACCUEIL *

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire