• Les trois arbres

     

    Les trois arbres

     

     

    Les trois arbres

     



    Il y a très longtemps, dans une forêt tout en haut d’une montagne, trois arbres voisins partageaient leurs rêves.

    Le premier « Un jour, j’espère devenir un coffre aux trésors. Je serai rempli d’or, d’argent et de pierres précieuses. Je serai sculpté et décoré de si belle façon que tous s’émerveilleront devant ma splendeur! »

    Le deuxième « Moi, je veux devenir un grand paquebot.: à mon bord monteront des rois et des reines et je naviguerai aux quatre coins du monde. Mes passagers se sentiront en parfaite sécurité quand ils verront combien je suis solide. »

    Le troisième « Moi, je grandirai et je serai le plus grand et le plus droit de tous les arbres. Quand les gens me verront du bas de la montagne, ils m’envieront d’être si près du ciel et de Dieu. Je serai si majestueux qu’ils se souviendront toujours de moi. »

    Un jour, après quelques années passées à prier pour que leurs rêves se réalisent, trois bûcherons montent dans la foret.

    Arrivé près du premier arbre, un des hommes décide de l’abattre en se disant: « Celui-ci a l’air solide, le charpentier m’en donnera certainement un bon prix. » Il prend se hache et abat l’arbre. L’arbre est très heureux parce qu’il pense bien que le charpentier en fera un coffre aux trésors comme il le désirait depuis toujours.

    Un autre bûcheron aperçoit le deuxième arbre et se dit: « Il a l’air solide, je crois que je le vendrai au chantier maritime. » L’arbre est très heureux lui aussi parce qu’il va enfin servir à construire un grand bateau.

    Lorsque les hommes arrivent auprès du troisième arbre, l’arbre a bien peur qu’ils l’abattent lui aussi, abattant du même coup la moindre chance de continuer à grandir jusqu’à toucher le ciel de ses branches et se rapprocher de Dieu.

    Un des bûcherons dit : « Je ne sais pas au juste ce que je vais en faire, mais je vais quand même prendre celui-ci et je verrai bien. » Il abat donc l’arbre.., et son beau rêve.

    Lorsque le premier arbre arrive chez le charpentier, celui-ci en fait une auge pour nourrir les animaux. Il le place ensuite dans une étable et le remplit de foin. Ce n’est pas du tout ce dont il avait rêvé, le pauvre. Pour lui qui se voyait rempli de fabuleux trésors, quelle déception!

    Le deuxième arbre est devenu un bateau de pèche, tout juste bon à naviguer sur un grand lac. Il ne deviendra jamais un grand navire de croisière et ne verra jamais le monde...

    Du troisième on tire de grandes planches qu’on laisse sécher dans un hangar. Mais pour lui, de toute façon, son rêve est mort quand on l’a abattu, alors ça ne lui fait pas beaucoup de différence.

    Des années sont passées et nos trois arbres ont oublié leurs rêves de jeunesse. Un jour, des voyageurs arrivent à l’étable qui héberge l’auge fabriquée avec le bois du premier arbre. Il s’agit d’un couple dont la femme est enceinte. Peu de temps après leur arrivée, elle donne naissance à un enfant qu’ils doivent installer dans l’auge; l’homme aurait bien voulu lui fabriquer un lit, mais il n’en a pas le temps et de plus, il a laissé tous ses outils à la maison.

    Il s’est passé des choses si étranges dans cette étable que notre arbre a réalisé l’importance de l’événement et il a compris que finalement, son vœu avait été exaucé au delà de ses espérances, puisque Dieu lui avait confié le plus fabuleux trésor de l’Histoire.

    Des années plus tard, un groupe d’hommes montent à bord du bateau de pèche attaché au quai sur le bord d’un lac. Un des hommes est tellement fatigué qu’il s’endort aussitôt qu’il s’assoit dans le bateau. Alors qu’ils sont au large, une grande tempête s’élève. Le vent est tellement violent que notre pauvre arbre pense bien finir au fond du lac, entraînant avec lui ses passagers.

    Les pécheurs réveillent le dormeur qui se lève debout et, levant les bras vers le ciel, s’adresse aux éléments en disant simplement « Paix! »... et la tempête se calme instantanément. Voyant ceci, l’arbre comprend qu’il transporte à son bord le Roi des rois. Son rêve s’est donc réalisé malgré tout et pour lui aussi, les faits dépassent ses espérances!

    Finalement, après plusieurs années de solitude dans un endroit sombre, un beau vendredi matin, on vient chercher le troisième arbre dans son hangar. On le place sur les épaules d’un homme et on force celui-ci à le transporter comme ça, à travers les rues, sous les sobriquets et les insultes de la foule. Lorsqu’il s’arrête, on le cloue à l’arbre qu’on plante ensuite tout au haut d’une colline pour finalement y laisser mourir l’homme. Après sa mort, on le descend de sa croix et on place son corps dans un tombeau.

    Notre arbre a vu et entendu bien des choses durant toutes ces heures. Et le dimanche matin, il comprend enfin que son rêve de jeunesse de toucher le ciel du bout de ses branches était bien futile à côté de ce qui lui est arrivé en réalité. En effet, toutes les générations à venir se rappelleront toujours de lui comme ayant été la croix sur laquelle on a crucifié le Christ Jésus, notre Sauveur et notre Dieu. Jamais il n’aurait pu imaginer être si près de Dieu!

    La morale de cette histoire est que lorsque les choses ne se passent pas comme on le voudrait, il faut toujours se rappeler que Dieu a un plan pour nous. Si on place notre confiance en Lui, il nous comblera de grands bienfaits.

    Chacun des trois arbres a vu ses rêves se réaliser, et pourtant, cela ne s’est pas fait du tout de la façon qu’ils avaient envisagée. On ne peut pas savoir ce que Dieu nous réserve. Ce qu’on sait par contre, c’est que sa façon n’est pas la nôtre et que sa façon est parfaite.
     

     

     

     

    « Bonne Année / Meilleurs voeux - 2 Corinthiens 12 : 9A Long Love Letter / Une longue lettre d'amour 1 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :