• Le jardin de mon coeur

     

    Le jardin de mon coeur

     

    Le jardin de mon coeur

     

    Pour vous parler de ma plus belle et merveilleuse rencontre -celle avec Dieu-, de ma plus grande et importante expérience : ma conversion…

     

    Le cheminement de ma conversion s'est effectué en plusieurs étapes.

     

    Mes grands-parents paternels et mes parents sont protestants, croyants pratiquants. Dès mon plus jeune âge, j'ai donc été élevée dans la foi.

     

    Mes parents allaient dans une église protestante réformée. Dès que j’en ai eu l’âge, j’ai assisté à l’école du dimanche. J'ai fais à 14 ans ma confirmation. Ma confirmation a été pour moi la première étape d'une phase importante de ma vie : celle du réveil. Je l'ai faite de manière très sérieuse devant Dieu. Mais par rapport à l'ensemble de mon cheminement, elle a représenté une phase importante, mais pas la phase importante. Lors de ma confirmation, j'ai reçu pour verset : Romains 8, 38 - 39. En le recevant, j'ai posé la question à Dieu mais pourquoi ce verset ? ; car à l'époque, il ne me parlait pas du tout, et je ressentais le besoin que Dieu me parle. Mais aujourd'hui, en raison de nombreux événements dans ma vie ; je suis très attachée à ce verset, car il représente ma vie et ma foi.

     

    Quelque temps après ma confirmation, je suis passée par une phase de vide ; où je n'allais plus à l'église. Ma foi était toujours là, mais je ne parvenais plus à la vivre concrètement.

     

    Puis, au cours de l'année 1995, une amie m'a proposée que je l'accompagne dans son église : une église évangélique libre. J'ai donc recommencé à aller au culte, mais de manière très irrégulière. Puis en novembre 1995, je suis allée avec elle à un week-end de jeunes chrétiens dont le thème était la liberté. Lors de ce week-end, j'ai vraiment ressenti un appel très fort de Dieu. Je suis allée parler à la personne qui animait ce week-end, et lui ai confié certains de mes problèmes. Cette personne était pasteur d'une église évangélique. Après m'avoir écouté, il m'a proposé de m'aider, m'a encouragé à aller à nouveau régulièrement au culte, et m'a proposé de venir a dans son église.

     

    En janvier 1996, j'ai donc pris la décision de ma vie : celle de donner ma vie à Dieu, et de le laisser agir dans ma vie. C'est donc à travers ce pasteur, que Dieu m'a parlé et touché. Ce pasteur  m'a apporté son aide. J'ai repris le chemin de la foi, en vivant ma foi (de manière fébrile mais sincère et réelle).

     

    A compter de ce moment, j'ai repris le chemin de l'église et j'ai vraiment commencé à vivre une foi personnelle avec Dieu.

    En 2000, ce pasteur a quitté son église pour une autre. Etant très discrète dans l'église, et connaissant donc peu les personnes qui y allaient  ; j'ai décidé de le suivre et d'aller au culte dans une nouvelle église évangélique libre.

     

    En janvier 2001, c'est le départ pour une nouvelle ville, en autre pour des raisons professionnelles,  : j'ai emménagé dans un studio appartenant à mon église.

     

    Une nouvelle étape se présente à moi : « les portes de la vie»

     

    ...

     

    Depuis 1996, je vis une foi qui a ses hauts et ses bas, mais qui est sincère et solide.

     

    Ma foi est devenue ce qui est le plus important dans ma vie. Dieu est devenu mon bien le plus précieux, mon plus grand trésor, la raison d'être de ma vie...

     

    Aujourd'hui, je suis vraiment reconnaissante à Dieu de m'avoir permis de le rencontrer, de faire sa connaissance et de l'avoir dans ma vie. Aujourd'hui, je ne conçois pas de vivre une seconde sans Dieu. Aujourd'hui, je suis toujours très fermement attachée à Dieu. Cependant, il est aussi vrai qu'en raison des problèmes que je rencontre et face à une grande lassitude (à force d'accumuler sans cesse des problèmes depuis des années) des idées noires se font présentes.

     

    Elles sont sont là. Mais ma foi demeure aussi. Surtout, Dieu est plus fort que tout ! Rien ne lui est impossible.

     

    Je reste attachée à Dieu, car il est mon plus grand trésor. Plus d’une fois, écrasée par la souffrance, je l’ai abandonné ; mais Lui ne m’a jamais abandonné.

     

     

     Trois vies en une

     

     Le jardin de mon coeur est fait de multiples et diverses parcelles. « en toute confidence »

     

    ...

     

    Depuis juillet 2011 à aujourd’hui, ma vie est passée tout spécialement par de très grandes turbulences.

     

    Sur une même période, les difficultés s’accumulent de tous les côtés.

     

     

     

     La santé   

     

    Alors que ma santé est déjà très fragile : dépression, anorexie, boulimie,…

    Mars 2012 : on me diagnostique une ostéonécrose à l’épaule droite.  C’est comme une crise cardiaque mais qui se situe à l’épaule. Durant de longs mois, je me trouve "handicapée". Les moindres gestes du quotidien sont éprouvants (d’autant plus que je suis droitière). Je suis sous morphine tant la douleur est intense. En septembre, je suis opérée. On me met une prothèse à l'épaule. Une longue et douloureuse rééducation est au programme.

     

    Il y a aussi des insomnies – présentes depuis de nombreuses années- qui s’aggravent.  Je souffre d’insomnies sévères et d’apnées du sommeil. Le peu où je dors, je ne dors pas vraiment.  Je n’ai plus de phase de sommeil profond et je n’arrive plus à récupérer de mon immense fatigue.

     

    Mai 2013 : la psychologue qui me suivait depuis 4 ans doit partir. Gros coup dur pour moi. Physiquement et moralement : tout s’effondre.

     

    Juin-juillet 2014 : on me diagnostique une thyroïdite, responsable d’une hypothyroïdie. Mes propres anticorps détruisent ma thyroïde et de ce fait, mon corps n’est plus régulé. Ce qui explique du coup le grand ko général physique.

     

    En deux ans, que de problèmes qui se cumulent. Entre douleurs physiques et souffrances morales, je me trouve sans cesse malmenée. C’est au point où je me dis que mon propre corps est contre moi et que Dieu m’a oublié.

     

    Mais un pas l’un après l’autre, Dieu m’apporte toute l’aide dont j’ai besoin. Par de petits et grands signes, il me montre qu’il est là avec moi. Il n'y a plus fidèle que Dieu !!

     

     

     Le résultat, très inattendu, a permis la mise en lumière d’un lourd secret.  

     

    Jusqu’à il n’y a pas longtemps, je pensais qu’on m’enterrerait avec ce secret.  Mais Dieu a agit de manière surprenante et m’a permis d’en être libérée !

    Pour cela, Dieu a utilisé le divorce de mon frère ainé.

    Pour revenir de manière plus précise sur ce lourd secret que je portais…  Dès l’âge de 12 ans, j’ai vécu des abus : sexuels, psychologiques et physiques. Cela de la part de membres de ma famille (mais aussi de connaissances plus ou moins proches et d’inconnus).

    Cela a duré de très longues années.

    En décembre 2010, j’apprends que mon frère ainé a entamé une procédure de divorce à l’amiable.
    En juillet 2011, mon frère ainé me téléphone afin de me dire que ma belle-sœur a porté plainte contre lui pour violences conjugales, qu’il a été mis à la porte de chez lui avec l’interdiction de s’approcher du domicile familial. En m’appelant, il voulait me mettre en garde contre ma belle-sœur. Cet appel m’a vraiment beaucoup étonnée, car lorsque j’étais plus jeune, celui-ci avait abusé de moi. Et là, il me contacte en s’attendant que je prenne sa défense !!!! Quel culot !! Avait-il conscience du mal qu’il m’avait fait plusieurs années plus tôt ???

     

    En pensant m’alerter en sa faveur, le « cercle » s’est refermé sur lui. Comme certains pourraient le dire : la boucle était bouclée.

     

    Après ce coup de fil, j’ai joints ma belle-sœur. Et c’est avec horreur que j’ai découvert l’envers du décors : celui d’un mariage qui semblait heureux mais qui en réalité était empreintes de violences et souffrances.  Ce jour-là, tous les propos de ma belle-sœur m’ont renvoyé à ce que j’ai moi-même vécu de la part de mon frère ainé.  Je n’ai donc pas douté de sa parole, car ce qu’elle me confiait ressemblait de près aux abus –dans un registre différent et similaire à la fois- que j’ai subi de la part de mon frère ainé.

     

    Au fur et à mesure, ce divorce se transforma en grosse affaire familiale dans laquelle j’ai eu aussi un « rôle à jouer ».

     

    Je me trouve devant un choix qui est pour moi indispensable mais aussi très compliqué : sortir ou non de mon silence.

     

    D’un côté : le frère ainé est en train de divorcer. Je me dois d’agir d’une manière très spécifique. Chose pour laquelle je n’ai eu aucune hésitation : dévoiler un secret de famille pour protéger mes nièces. A savoir que ma famille m’a toujours fait sentir que je n’avais pas ma place parmi elle (quelque part, il n'y a avait pas de relation à briser car les liens étaient difficiles avec ma famille pour de très nombreuses raisons).

     

    De l’autre : mon petit frère se marie en janvier 2012 à la mairie et en juillet 2012 à l’église. J’ai envie d’être présente pour lui. J’ai pu l’être pour la « première partie ». J’ai dû accepter que je ne le serai pas pour le seconde partie.

     

    Au milieu de cette « opposition » -entre inexistence aux yeux de ma famille et l'affection que je ressens tout de même pour elle- écouter son cœur n’est pas simple. Sortir de mon silence a fait l'effet d'une "bombe".

     

    Plusieurs personnes m’apportent alors tout spécialement leur soutien afin que je fasse ce qu’il me paraît inévitable.

     

    En mai 2012, j’ai  donc franchi un cap auquel je ne me suis jamais attendue ni préparée. Afin de protéger mes deux nièces –et uniquement dans ce but- j’ai décidé de faire une attestation auprès de la justice dans laquelle je dénonce en autre ce que mon frère ainé m’a fait. Cet acte officiel auprès des instances judiciaires a eu de douloureuses conséquences du point de vue de ma situation familiale, mais aussi une issue « heureuse » car le lourd secret dans lequel on m’avait enfermée si longtemps a été mis à la lumière.

     

    Ma famille pensait que jamais je ne sortirai de mon silence. Il faut dire qu’elle a tout fait pour que je me taise. C’est pourquoi, lorsque j’ai finalement parlé : pour ma famille, je l’ai trahie.

     

    Suite à mon attestation, je me suis trouvée avec deux plaintes portées contre moi (de mon frère ainé et de mon père). Je n’en revenais pas qu’ils portent plainte contre moi : moi qui n’ai jamais osé porté plainte contre eux, il y avait maintenant prescription des faits. Maintenant que je ne pouvais plus porter plainte contre eux, eux portent plainte contre moi !!! C’est incroyable mais vrai.

    A ma grande surprise,  leurs plaintes se sont retournées contre eux et m'ont permises de délier certaines choses. Ils ont peut être eu le sentiment de ne pas dire grand chose. Mais la réalité est toute autre. Après avoir réfuté longtemps mes propos, ils ont fini par reconnaitre devant les officiers de police un certain nombre de choses (qui vont totalement dans le sens de ma parole).

    Aujourd’hui, leurs plaintes ont été classées sans suite. Ma famille m’a définitivement exclue du cercle familial. Si j’ai encore des nouvelles de mes nièces, c’est uniquement grâce à ma belle-sœur qui reste en contact avec moi et me permet d’être en relation avec elles.

    Durant toute cette période écoulée depuis mai 2012, j’ai beaucoup souffert de ce qu’il s’est passé. J’ai été comme poignardée dans le dos par certaines personnes – en autre ma mère- qui ont dit des choses très blessantes contre moi. J’ai été qualifiée de menteuse. Il a été essayé de me faire passer pour une schizophrène : ce qui est très insultant. C'était une tentative de discréditer ma parole, mais cela n'a pas marché. Cela ne pouvait pas marcher car je n'ai jamais été diagnostiquée schizophrène. Je suis dépressive et rien d’autre. J'en ai fourni la preuve par des certificats médicaux.
    Ce que j'ai dénoncé dans mon attestation a paru choquant. Ce qui a été dit sur moi par après l'a été tout autant voir plus. Oui, ce que j'ai dit est très "dur", mais je n'ai RIEN inventé.
    Pour ma mère, tout ce que j’ai dénoncé paraît faux et inacceptable.
    A une époque, j'ai dit certaines choses : mais cela n'avait rien changé. Je n'ai pas été cru. J'ai donc fini par garder "secret" l'innommable.
    Au lieu de vouloir protéger la "bonne image" de la famille (qui n'était que fictive et illusion en certaines choses), j'aurais du oser dire les choses !! Il faut dire la peur me paralysait : peur de ne pas être entendue, pas crue, peur de briser la famille....
    Si ma mère ne me croit pas aujourd'hui, c'est peut être parce que je n'ai déballé tout cela qu'à travers mon attestation en 2012. C'est peut être parce que c'est tellement horrible qu’elle ne peux accepter que des personnes de la famille puissent les faire ?
    Je comprends qu’elle puisse préférer croire -en autre mon frère ainé-, car cela est plus facile et moins douloureux.
    Maintenant, si je dois être "sacrifiée" au nom de "la bonne image à préserver" ; qu'il en soit ainsi.
    J'ai été victime. Je ne le suis plus. Si je dois être exclue de la famille car je dis la vérité : j'ai la conscience tranquille.

    Même si ma famille a tout fait pour limiter la "casse" suite à mes révélations -en autre en m'attaquant à travers des plaintes, en étouffant ma parole pour que le moins de personne ne soit au courant- ; Dieu m’a permis d’être délivrée du lourd secret d’abus. La justice m’a entendue : le nécessaire a été mis en place pour protéger mes nièces. Là est le plus important !!!

    Il y a des situations qui semblent sans issue. Il y a des circonstances difficiles qui durent très longtemps, au point où nous doutons que cela puisse s’arranger un jour.
    Mais Dieu a tout entre ses mains. Il peut utiliser des chemins très loin de ce que nous avions planifié : mais tout est pour notre bien.
    Quoi qu’il arrive, gardons confiance en Lui. Même quand tout semble perdu, Dieu continue d’agir car il nous aime et veut le meilleur pour nous.

     

    "Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu,

    de ceux qui sont appelés selon son dessein."

    Romains 8.28 

     

     

    Le jardin de mon coeur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Le Seigneur, c'est mon PèreLes portes de la vie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Septembre 2014 à 14:12

    Bravo pour cette belle de leçon de foi, et de vie. Un jour tu connaitras le bonheur éternel auprès de notre Dieu d'Amour, et il sèchera toutes larmes, et tous connaitront la vérité de notre coeur. DJ34

    2
    Jeudi 11 Septembre 2014 à 20:18

    Merci dj34 !! Je suis très émue par votre message.

    Il me va droit au coeur et m'encourage beaucoup.

    Que Dieu vous bénisse et vous garde.

    3
    Dimanche 2 Août 2015 à 11:39

    Merci pour ce témoignage,comme je dis Dieu sait la vérité et nous croit quand nous sommes sincères

    bon dimanche

      • Jeudi 3 Novembre 2016 à 20:13

        Merci beaucoup Maylie04 pour votre mot. Que le Seigneur vous bénisse et vous garde.

    4
    Samedi 8 Août 2015 à 11:01

    Bonjour, c'est une joie de lire ton témoignage, quel bonheur que la conversion authentique en Jésus-Christ, la Nouvelle naissance et la révélation du Dieu vivant !  Oui, toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son éternel dessein", c'est une grâce que Dieu nous fait de pouvoir entrer dans Son Royaume ! Merci Seigneur !

    Que Dieu te bénisse !

    Eliane 

    5
    Lundi 10 Août 2015 à 03:20

    Merci de tout coeur Eliane pour votre message ! Que le Seigneur vous bénisse et vous garde en toutes choses

    6
    fillip
    Mercredi 20 Septembre 2017 à 23:11
    Ton témoignage et les drames familiaux m'ont touchés. Je prie pour toi toi !
    Sois bénie !
      • Mercredi 20 Septembre 2017 à 23:15

        Merci filip pour votre message et vos prières.
        Au jour d'aujourd'hui, ma vie reste très difficile en des tas de choses ; mais la situation s'est bien arrangée. Dieu a fait de grands miracles !!

        Que Dieu vous bénisse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :