• Lâcher prise

     

     

    Lâcher prise

     

     

     

    Nous sommes le 24 janvier 2017.

     

    Je pense à ces dernières semaines qui ont été particulièrement remplies d’épreuves, à ces derniers jours où je souffre beaucoup physiquement mais aussi moralement :

     

    Il y les combats de mon corps : depuis plusieurs semaines je dois lutter contre des infections qui s’accumulent et font de la résistance aux antibiotiques (des infections qui se rajoutent à une liste d’autres problèmes de santé qui n’est pas des plus courtes).

     

    Il y a le décès de ma grand-mère paternelle. J’ai aussi appris que mon père a un cancer.

     

    Il y a cette hospitalisation pour la mise en place d’un nouveau traitement antidouleurs dans le cadre de ma fibromyalgie, dont le résultat est mitigé. Et il y tout le reste qui gravite autour.

     

     

    Je pourrais me laisser aller à la colère avec des « Pourquoi toutes ces difficultés Seigneur ? », me laisser abattre, ou je peux au contraire ; rebondir en recherchant tout ce que Dieu veut m’apprendre à travers elle et le remercier car il est avec moi.

    J’ai donc choisis l’attitude de la reconnaissance et de la dépendance à Dieu.

     

    Oui, ce que je vis est douloureux. Mais si je le veux, je peux aussi le vivre dans la paix.

     

    Dans la souffrance, je me dis qu’il ne faut pas retenir la violence de la douleur, mais plutôt accueillir la douceur de Dieu qui veut m’apaiser et me consoler.

     

    Ce n’est pas facile, mais je lutte pour ne pas me laisser écraser par les épreuves de la vie. Je veux surtout vivre les choses en me sachant dans la main de Dieu qui ne veut que mon bien.

     

    Durant ces quelques jours d’hospitalisation, j’ai droit aux effets indésirables du traitement mis en route, mais également à la bienveillance du personnel soignant qui se fait disponible pour m’aider à passer ce cap.
    J’ai très mal, mais j’ai aussi la « chance » d’avoir un traitement qui peut m’apporter du soulagement. Bien des personnes n’ont même pas accès à un parcours de soin de base, à un simple doliprane ! Je souffre, mais je peux être soulagée ! Merci Seigneur !!

     

    Je passe aussi peut-être mon anniversaire à l’hôpital, mais au moins je ne suis pas toute seule chez moi et, ici les infirmières se font très gentilles, et mes amis les plus proches ne m’ont pas oublié : ils m’ont téléphoné et m’entourent ainsi de leur affection.

    Merci Seigneur de conduire tout cela avec tant d’amour. Merci car je peux m’appuyer sur toi, mais aussi sur l’amitié des quelques personnes que tu as placées dans ma vie.

     

    J’essaie de me centrer sur le bon côté de la situation, même si ce n’est pas toujours évident. Je fais mon possible pour ne pas m’appesantir sur le côté noir du tableau, mais au contraire me laisser porter par la douceur, la bonté de Dieu qui est là à mes côtés, qui est là avec moi en chaque seconde où je suis atteinte dans mon corps et dans mon âme.

     

    Nous faisons tous et toutes face à toutes sortes d’épreuves, mais à aucun moment Dieu ne nous abandonne.

     

     

    Ne regardons pas la main du mal qui veut nous abattre, mais regardons la main remplie d’amour et de tendresse de Dieu qui veut nous porter. 

     

    Nous n’avons qu’une chose à faire : à nous abandonner à lui ! Ce "pas de la foi" n’est pas toujours évident, mais il est le seul moyen d’être dans une parfaite paix.

     

    Merci Seigneur car aucune situation ne t’échappe, car tu as tout entre tes mains. Merci Seigneur, car quoi qu’il arrive, tu ne veux que notre bien.

     

     

    "Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse,
    avec gloire, en Jésus-Christ".

    Philippiens 4 :  19
     

     

     

    "Nous savons, du reste, que toutes choses concourent
    au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein".


    Romains 8 : 28

     

    "Car j'ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour :
    ni la mort, ni la vie,
    ni les anges, ni d'autres autorités ou puissances célestes,
    ni le présent, ni l'avenir,

    ni les forces d'en haut, ni les forces d'en bas,
    ni aucune autre chose créée,
    rien ne pourra nous séparer de l'amour que Dieu nous a manifesté
    en Jésus-Christ notre Seigneur".

     
    Romains 8 : 38 - 39

     

     

    Lilia Gabrielle Laël Itai

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Ça c'est de l'amour !Ta parole, Seigneur »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :