• L'éléphant qui perdit son oeil

     

    L'éléphant qui perdit son oeil

     

     

    L’éléphant qui perdit son œil

     

     

     

    L’éléphant se trouvait au bord d’un ruisseau. L’eau coulait, claire et transparente. Il eut envie de boire.
    Il se pencha au-dessus de l’eau, trempa sa trompe et… plouf !
    « Quoi ! Que ?… mais qu’est-ce que… AAAaaaarrrrggggghh j’ai perdu mon œil ! » s’écria l’éléphant au comble de la panique. Effectivement, son œil droit s’était détaché de son orbite et était tombé au fond du ruisseau.
     

     

    Le mastodonte chercha à retrouver son précieux globe. Il ne vit rien. Très inquiet, il agita sa trompe dans tous les sens, cherchant à saisir son œil dans le lit du ruisseau. Il remua tant et si bien que l’eau devint trouble. Plus il
    agitait sa trompe et plus le sable remontait, compromettant ses chances de retrouver une vue complète.
     

     

    Soudain, l’éléphant entendit rire à gorge déployée. Furieux, il releva la tête et vit, sur un rocher au bord de l’eau, une petite grenouille verte. Elle riait, elle riait…, la bouche grande ouverte :
    – coaAH ! coAH ! coAH ! coAH !…
    – Tu trouves ça drôle. J’ai perdu mon œil et ça te fait rire ?!
    – Ce qui est drôle, c’est de voir à quel point tu t’agites. Calme-toi, tout ira mieux !
     

     

    L’éléphant, un peu honteux, suivit le conseil de la grenouille. Il se calma et cessa d’agiter sa trompe.
    L’eau redevint calme, peu à peu le sable retomba. Tout au fond du ruisseau, l’éléphant vit son œil, intact. Il le saisit avec sa trompe, le remit dans son orbite, à sa place. Sans oublier de remercier la grenouille verte.
     

     

     

     

    *  *  *  *  *  *

     

     

     

        Ce petit conte apparemment simpliste renferme une grande sagesse.

     

     L'éléphant perd un oeil et ce n'est pas anodin : cette cécité soudaine, cette eau troublée, cette agitation, ce désespoir, c'est ce qui nous arrive lorsque nous perdons pied et que notre précipitation nous rend aveugles.

     

     

     

         Nous sommes momentanément incapables d'interpréter avec lucidité ce qui nous entoure. Pour éviter cette désorientation, il existe une solution : attendre que la situation s'éclaire, que les nuages noirs se dissipent.

     

     

    *  *  *  *  *  *

     

     "La précipitation vient du Diable ; Dieu travaille lentement."

     

     Proverbe persan

     

    *  *  *  *  *  *

     

    "C'est dans le calme et la confiance que sera votre force"

    Esaïe 30 : 15

     

     

     

     

     

    « Toutes mes sources sont en toi, Seigneur - Psaume 87 : 7Quand tu es faible, alors tu es fort ! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :