• L'abus sexuel : parlons-en (Partie 1&2)

     

    L'abus sexuel : parlons-en (Partie 1 et 2)

     

    Abus sexuel: Parlons-en!

     

    Top Féminin aborde ce mois-ci un sujet délicat et douloureux : les blessures de l'abus sexuel. De nombreuses femmes en ont été victimes à un moment de leur vie, et les autorités sanitaires mondiales avancent le chiffre effarant d'une femme sur trois qui a été, est ou sera abusée sexuellement au cours de sa vie, dont plus d'une sur deux au cours de son enfance* ! Ces abus sont sources de blessures très profondes et marquent une vie.  Alors comment se relever de ces blessures? Est-ce incurable? Comment trouver en Dieu le secours, la guérison et le pardon?  

    Nous vous proposons un premier article de Shélomie Monte, qui expose avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse les blessures de ces abus, et le secours en Dieu. Nous vous proposons ensuite de lire deux témoignages de femmes qui ont été abusées, et qui, par la grâce et le secours de Dieu, font face avec courage. Toute l'équipe de Top Féminin prie pour que ce sujet vous touche, vous sensibilise, et aide concrètement celles d'entre nous qui en ont été victimes, à trouver la paix et la guérison en Jésus Christ. 

    Anne Bersot, responsable de Top Féminin 

     

     

    SE RELEVER DES BLESSURES DE L'ABUS SEXUEL 

    Par Shélomie Monte

     

    C'est avec délicatesse que le sujet de ce mois-ci doit être abordé.
    Je prie afin que personne ne soit choqué ou blessé de quelque manière que ce soit.

    L'abus sexuel touche l'être profond, il touche l'intimité. Il concerne de nombreuses femmes. Nos milieux chrétiens ne sont pas épargnés.

    Bien souvent, on se rend compte que l'on n'est pas libre d'en parler. Le sujet est tabou. On tente de vivre sa vie chrétienne de son mieux, essayant de rejeter ces souvenirs dans le gouffre de l'oubli. On se persuade que tout cela est bien loin. Il faut être forte….
    A bout de forces, on arrive à en dire quelques mots au pasteur, à l'amie, à la famille. Souvent ils prient, laissent quelques versets "clé", espérant que tout s'arrangera avec la Grâce de Dieu. Ils font de leurs mieux, mais ils sont si démunis !
    Ce qu'ils font est bien ! Mais une victime d'abus sexuel a besoin de soins particuliers. Ces soins prendront du temps, ils demanderont patience et persévérance. Sans cela, il reste la frustration de ne pas avoir été comprise. La victime est à nouveau seule, face à sa souffrance.

    Je ne dénigre en rien ce que Dieu peut et veut faire pour toutes ces personnes blessées, meurtries, dont le cœur a été brisé en mille morceaux. Bien au contraire ! Mais que diriez-vous si, en arrivant dans le cabinet de votre docteur, sans même vous laisser le temps de parler, il vous prescrit un anti-dépresseur, un antibiotique, une crème pour l'eczéma et pour couronner le tout, un somnifère !!! Non !
    Un médecin ne prescrit pas les mêmes médicaments à tous les patients ! D'abord il questionne, écoute, ausculte. L'examen peut s'avérer douloureux au moment où il appuie là où ça fait mal…Ensuite seulement il fera son diagnostique et prescrira le traitement qui convient.

    Il en est de même pour la victime d'abus. Elle a besoin de temps, d'attention et de beaucoup de délicatesse. Nous devons apprendre à repérer les signaux de détresse, entendre les cris silencieux, décoder le langage du cœur brisé !

    L'abus sexuel est un véritable fléau. Il empêche de nombreuses femmes de s'épanouir, de trouver leur vraie identité, de retrouver leur réelle valeur, de s'aimer et de se voir telles que Dieu les voit !!! Belles, pures, et précieuses.

    Maintenue dans une prison intérieure par l'ennemi de notre âme, la victime demeure dans le silence, écrasée sous une fausse culpabilité, le mépris d'elle-même, la haine, l'angoisse, la dépression. Une flamme qui s'éteint, tout doucement… Sans faire de bruit.
    Satan veut nous amener à douter de Dieu, de son Amour. Dieu nous aime, il nous chérit et veut nous libérer du poids du passé.

    Brisons donc les tabous, sortons du silence ! 

    Ma prière :
    Qu'au travers de ces quelques lignes Dieu puisse vous atteindre. Qu'il puisse vous venir en aide. Que chaque cœur soit sincèrement disposé. Que le Saint Esprit ait toute la liberté d'agir. Que Dieu vienne consumer tout le poids du passé. Qu'il remplace les larmes par des chants d'allégresse, la tristesse en joie, la souffrance en paix, la haine en amour, afin que toute la Gloire lui revienne !

    « Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et Il panse leur blessures» Psaume 147/3 

     

    1. Qu'entend-on par  abus sexuel ? 


    C'est un terme largement utilisé par les médias. Vaguement défini, chacun l'interprète à sa manière. Il est nécessaire de clarifier ce qu'est un abus sexuel.

    L'abus sexuel, ou atteinte sexuelle, est l'utilisation d'un enfant, ou d'un adolescent mineur, par un adulte (ou par une personne plus âgée de 5 ans) pour des activités sexuelles ! Ce dernier utilise rarement la violence, mais de préférence la séduction, la manipulation voir le chantage, la menace…

    « Certains actes ou attitudes, sans être des sévices, sont néanmoins abusifs. S'ils ne laissent aucune trace visible chez l'enfant, les séquelles psychologiques, par contre, sont réelles :
    Ø les conversations salaces en présence d'enfants;
    Ø le visionnement d'images pornographiques avec l'enfant;
    Ø l'exhibitionnisme;
    Ø le voyeurisme sur l'enfant.

    L'intrusion de la sexualité adulte imposée à l'enfant peut prendre différentes formes :
    Depuis l'attouchement jusqu'au viol

    Que ce passe-t-il inconsciemment chez l'enfant ?

    Une personne vient de franchir la limite de son intimité. L'enfant se sent complètement impuissant. Si c'est un proche, un membre de la famille (par définition, appelé à le protéger), une personne en qui il avait confiance, il se sent trahi. Il perd ainsi tout sentiment de sécurité envers l'adulte ; mais aussi envers lui-même. Il est humilié. Il perd à ses propres yeux le statut d'être humain, se sent utilisé, réduit à l'état d'objet. Il y aura des répercussions, des conséquences directes et indirectes, plus ou moins graves, plus ou moins évidentes. Parfois immédiatement, parfois des mois, voire des années plus tard. Et ce, dans tous les domaines de sa vie.

    Réactions immédiates :

    Ø Mutisme.
    Ø Troubles alimentaires (anorexie, boulimie).
    Ø Troubles du comportement (colère, violences …).
    Ø Dépression.
    Ø Isolement.
    Ø Apathie.
    Ø Chutes des notes scolaires.
    Ø Parfois aucune réaction.
    Ø Masturbations compulsives.


    Dans la majorité des cas, l'enfant restera cloisonné dans le silence. La plupart du temps un sentiment de honte et de culpabilité l'envahit. Il peut aussi se taire à cause des menaces de l'agresseur, la peur de n'être pas cru. Il a peur d'être blâmé ou puni. Il peut protéger sa famille, voire, protéger l'abuseur lui-même. Le poids du secret, bien trop lourd pour un enfant, engendrera inévitablement des conséquences dans sa vie d'adulte. Il grandit avec le sentiment qu il ne vaut rien !
    Une plante a besoin d'un tuteur pour pousser droit; il en est de même d'un enfant. Pour un enfant abusé, son tuteur deviendra :

    Ø ses notions erronées- : « c'est ma faute », « J'aurais dû dire non », « je suis coupable », «les adultes ont tous les droits », « je suis sale», « je ne crée que des problèmes », « je ne vaux rien » ……
    Ø ses faux raisonnements : « peut- être que si je ne dis rien, ça s arrêtera », « si je suis bien sage et gentille, tout se passera mieux. » ou au contraire « puisque qu'on me traite comme une vilaine, comme une moins que rien ….alors c est ce que je vais devenir. »

    Ces attitudes sont souvent inconscientes, néanmoins l'enfant grandira de « travers », sa vie sera bâtie sur ces bases. Il faudra donc un travail de reconstruction, un réapprentissage des vraies valeurs. Il faudra aller jusqu'aux fondations afin de mettre à jour les mensonges ancrés au plus profond de son âme.

     

    2- Conséquences dans la vie d'une femme.

    Comme nous le disions plus haut, l'abus ne laisse pas beaucoup de traces visibles, mais intérieurement il fait des ravages dont nous ne sommes, bien souvent, même pas conscientes.

    L'abus provoque :

    Ø -Perte de l'estime de soi,
    Ø -Difficulté à accepter l'image que l'on a de soi
    Ø -Manque de confiance en soi
    Ø -Difficulté à faire confiance aux autres
    Ø -Peur des hommes, ou mauvaises représentation
    Ø -Dysfonctionnement d'ordre sexuel
    Ø -Besoin de tout maîtriser
    Ø -Peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur
    Ø -Peur de l'échec, du jugement, du regard des autres
    Ø -Ou au contraire difficultés à prendre des décisions ou des responsabilités
    Ø -Angoisses
    Ø -Dépression
    Ø -Cauchemars
    Ø -Irritabilité

    Il influence :

    Ø -Les choix professionnels, sentimentaux.
    Ø -La façon d'aimer, de lier des relations avec les autres.
    Ø -La manière d'élever ses enfants
    Ø -Les goûts,
    Ø -La personnalité
    Ø -Le comportement…

    On peut se poser les questions suivantes :
     « Comment après tant d'années l'abus peut il faire tant de dégâts ? » « J'ai donné ma vie à Christ, je suis une nouvelle créature, toutes choses anciennes sont passées…! »

    On pense qu'en venant à Christ, le passé et ses douloureuses blessures sont littéralement effacés ! C'est très rarement le cas. La première chose que Jésus accomplit dans nos vies, lors de la repentance, c'est de nous pardonner de tous nos péchés. Il nous accorde la vie éternelle, inscrit notre nom dans le Livre de Vie, nous appelle désormais fille de Dieu. Il vient habiter en nous. Il fait de nous le temple du Saint Esprit….Alléluia !!!
    Mais ce n'est en aucun cas un lavage de cerveau !!! Il n'efface ni notre mémoire, ni nos souvenirs. C'est précisément au travers de ces souvenirs, que nous revivons ou ressentons les émotions passées ! Qu'ils soient d'ordre positifs ou négatifs. Nous avons besoin que Jésus vienne guérir ces blessures, ces souvenirs. Pour cela il a besoin de notre consentement, car il ne forcera jamais la porte de notre cœur. Il ne bousculera pas, ira à notre rythme, respectant la sensibilité de chacune.

    L'auteur Dan B. Allender(1) illustre bien cette situation :
    Quand nous venons à Christ, notre cœur est semblable à une maison délabrée, en ruine. Jésus vient restaurer et rebâtir ce qui est cassé. Il arrive qu'il y ait des pièces fermées à clé, où Il ne peut entrer. Il attendra que cette porte lui soit volontairement ouverte.

    Ces pièces représentent le passé douloureux. Consciemment ou inconsciemment, par mécanisme de défense(2), ces blessures sont enfouies dans un coin de notre cœur, « avec le temps ça passera. »

    L'abus est comme une ombre qui se manifeste et réapparaît par moments. Il peut se passer des années sans qu'aucun « symptôme » évident ne se déclare. Bien souvent c'est à la suite d'un facteur déclenchant que tout se « réveille » : un mariage, une naissance, un deuil, un conflit…, ou à la conversion.

    Lorsque cela arrive, nous sommes complètement désemparées. Tout ce que nous pensions avoir bâti semble s'écrouler. Nous pouvons très vite sombrer dans le désespoir, pensant qu'il n'existe aucune solution pour échapper à ce passé qui nous poursuit sans relâche.
    C'est en tout cas ce que voudrait nous faire croire l'ennemi de nos âmes, Satan, qui n'a qu'un but : voler, dérober et détruire. Au travers de l'abus, il cherche à nous anéantir afin que nous ne soyons plus utiles à quoi que ce soit pour l'avancement du règne de Dieu.


    Mais Dieu nous dit :
    « J'ai pour toi un avenir et une espérance, plan de paix et non de malheur » Jérémie 29/11

     

    3-Dieu change notre vision !!! 

    Faire le lien entre le passé et les difficultés du présent
    Lors de périodes très difficiles nous ne comprenons plus ce qu'il se passe, réactions démesurées, manque d'assurance, peurs, craintes non justifiées jalonnent notre vie…Un mal-être profond, la crainte de pas être aimée, acceptée, la peur d' être trompée, abandonnée, etc. Ne comprenant pas ces mécanismes, on est tenté de trouver un substitut :

    Ø une personne (ses parents, son conjoint, ses enfants, ses amis…)

    Ø -ou quelque chose (l'alcool, la drogue, le tabac, le sport à outrance, le travail, ou l'activisme, même parfois dans l église)

    Eviter de faire face ! En fait, le problème est bien plus profond qu'un simple malaise passager. Il est très difficile d'examiner son propre cœur, de se poser les vraies questions.
    Il est beaucoup plus facile de blâmer son conjoint qui ne passe pas assez de temps avec nous, qui ne nous fait pas assez de cadeau !...Ou bien ce sont les enfants qui sont trop pénibles, ou encore notre travail trop exténuant. Notre église, notre pasteur, les frères et sœurs qui sont trop ceci ou pas assez cela…

    En fait on cherche chez les autres, ce qui se trouve en nous ! Il est possible que nous cherchions en toutes ces personnes de l'aide, de l'amour, de la compréhension…C'est légitime ! Mais en fin de compte, nous sommes toujours déçues. Ils peuvent nous aider ! Partiellement ! Ils ne pourront jamais remplacer Dieu !
    Nous avons besoin qu'ils prient avec nous, qu'ils nous accompagnent, nous soutiennent, nous aiment….Mais il y un travail que seul Dieu peut faire !

    Dieu est celui qui sonde les cœurs et les reins, Il est celui qui connaît notre passé, notre présent, mais aussi notre avenir. Il sait exactement ce qui nous fait souffrir, et comment nous guérir, mais il ne nous forcera jamais !
    Il attendra que nous soyons prêtes à le laisser venir poser ses mains guérissantes sur nos plaies les plus profondes et les plus cachées.
    Dès l'instant où nous lui donnons accès, où nous lui donnons l'autorisation, carte blanche en quelque sorte, Il viendra nettoyer, reconstruire, réhabiliter ces pièces jusqu'a présent fermées à clé !
    Il ne faut pas avoir peur ! Il n'est pas celui qui vient en saccageant tout sur son passage ! Non Il vient avec douceur, avec tendresse, avec amour et délicatement il vous aidera à faire face à votre passé.

    Il n'est pas facile de laisser remonter ces événements enfouis depuis tant d'années. Pas facile d'accepter qu'ils soient responsables de vos souffrances présentes. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises « méthodes » ! Certaines personnes auront le désir de cheminer seules avec Dieu, d'autres d'être accompagnées, par un psychologue chrétien, un conseiller en relation d'aide chrétienne, ou encore un groupe de parole (ex : « Torrent de Vie »), soutenue par son conjoint, son pasteur, un parent, une amie. Chacune de nous avons une personnalité, une sensibilité, des attentes et des besoins différents. Ce qui est important, c'est de vous laisser guider par Dieu et que vous soyez en situation de confiance avec la personne qui vous écoute. Priez afin que Dieu vous conduise.

    Vous allez commencer une merveilleuse route vers la guérison !

    Nous sommes toutes uniques, et les étapes ne seront pas identiques pour l'une ou pour l'autre. Dieu sait ce qu'il vous faut !
    Ne faites aucune démarche forcée ou entreprise à contre cœur. Cela ne ferait qu'empirer votre situation !
    Remettez tout entre les mains de Dieu. Appuyez-vous sur Lui. Il est le seul capable «d'absorber » vos souffrances, vos blessures, car Il les a portées à la croix ! Nous nous sommes souvent posé cette question : « Pourquoi moi ? Ce n'est pas juste !!!»….
    Jésus a choisi de quitter son père, son ciel de gloire, pour chacune de nous. Non ce n'était pas juste !!! Il a été humilié, dénudé, maltraité !!! Tout cela par Amour, afin qu'aujourd'hui nous ayons dans ces meurtrissures, la guérison de nos blessures. Il nous comprend. Il vous comprend personnellement. Il veut prendre soin de chacune, individuellement !

    Le premier pas, celui de prendre conscience de l'abus, des conséquences et de tous les dégâts qu'il a occasionnés reste souvent le plus dur à accomplir.
    Il est indispensable d'en parler. « Mettre des mots sur des maux », avec un interlocuteur à la « hauteur » et en qui nous avons confiance. Cela permet de « sortir » ce qui est en nous, de mettre une distance entre nous et l'événement, pour pouvoir le regarder de l'extérieur et non plus de l'intérieur. Cela procure un énorme soulagement, il est fort possible que les larmes coulent à flots, ce n'est pas grave, elles ont une action guérissante et libératrice !
    Elles permettent d'« évacuer » !
    Ensuite, laissez Dieu vous conduire, vous reconstruire, vous guérir, vous chérir, et vous aimer. Faites-lui confiance, vous êtes sa fille bien aimée, il ne fera jamais rien pour vous faire du mal !
    Certains moments seront difficiles. Il y aura des luttes et des combats, mais jamais ils ne seront au dessus de vos forces. Si vous lui faites confiance, vous en sortirez grandie, plus que vainqueur, enrichie et joyeuse ! Il a préparé pour chacune un plan bien précis, Il veut se servir de nous afin que nous soyons pour les autres un sujet de joie et de bénédiction ! Alors si Satan a détruit une partie de votre passé, ne le laissez pas « pourrir » votre présent et anéantir votre avenir ! Relevez la tête !
     Car Dieu dit :
    « Mettez moi de la sorte à l'épreuve et vous verrez si je n'ouvre pas pour vous les écluses des cieux » Malachie 3/10


    Vous pouvez si vous le souhaitez faire la prière qui suit :


    « Seigneur ! Je crois en ta puissance ! Tu es merveilleux Jésus, tu es celui qui change le mal en bien, qui relève le malheureux, qui fait grâce à l'opprimé ! Tu ne désires pas ma mort, mais tu me dis de choisir la Vie afin que je vive !
    Alors Seigneur je viens à toi. Toi qui es LA VIE. Je viens à la croix, je dépose entre tes mains, mes souffrances, mes blessures, mes peines, ma colère, mes doutes et mes questions. Viens par ton Esprit me faire ressentir ton Amour. Eclaire tout ce qui est caché, enfoui au plus profond de moi ! Fais renaître des cendres la vie. Reconstruis ce qui a été détruit, guéris ce qui est blessé et meurtri. Montre-moi comment toi tu me vois ! Donne-moi une nouvelle vision de ce que tu veux pour moi. Enlève-tous les mensonges que Satan a déposés en moi. Au travers de ton sang, je veux aimer ce que je suis. Jésus, tu es le seul capable de faire un miracle dans ma vie. Je veux goûter à la joie de vivre ! Je veux me réjouir chaque matin de tes bontés pour moi, je veux rayonner de ton Amour, de ta paix et de ta joie.
    Je te fais entièrement confiance, je remets mon être tout entier entre tes mains, croyant que tu vas faire ton œuvre !Au nom de Jésus. Amen !
    »


    Jésus sera toujours là pour vous tenir la main, Il ne vous abandonnera jamais !

    Shélomie Monte 

     

    Shélomie a 32 ans, elle est mariée et mère de famille. Victime elle-même d'abus dans son jeune âge, elle s'est donnée à Jésus et a expérimenté la guérison de ses blessures. Elle se consacre maintenant à soutenir les victimes d'abus. Elle a travaillé pendant un an et demi pour une site internet spécialisé dans ce problème en tant que conseillère et intervient dans des conférences sur le sujet. 


    (1). "Quand la confiance est perdue" (Guérison pour les victimes d'abus sexuels), Série découverte. DR Dan B Allender. La maison de la Bible.

    (2) un mécanisme de défense est une façon de se défendre contre les conséquences négatives face à une situation difficile à vivre. Il a pour but d'éviter le sentiment d'angoisse. Mais c'est un moyen erroné, pour se cacher la réalité et éviter d'y faire face.

    Mécanisme de défenses les plus courant :

    Ø -le refoulement : c'est refouler une émotion, un sentiment, une idée…..avant même d'en avoir conscience. On peut ressentir une émotion même si on n'en a pas le souvenir !
    Ø -le déni : nier une partie plus ou moins grande d'une réalité existante en dehors de soi. Minimiser les conséquences d'un événement passé, présent, ou à venir.
    Ø -la régression : retour à un stade du développement antérieur déclenché par une émotion similaire à celle du passé. (Ex : lors de relation sexuelle une femme abusée dans son enfance pleure sans savoir pourquoi).
    Ø -ambivalence : sentiments intérieurs contraires (ex : amour/haine) empêchant la personne de prendre des décisions par crainte de se tromper.

    * Statistiques issues d'un rapport du Comité (canadien) sur les infractions sexuelles à l'égard des enfants et des jeunes: 53% des femmes et 31 % des hommes ont été agressés sexuellement pendant leur enfance.

     

    Sites d'information recommandés 

    Centre National d'information sur la violence dans la famille:(Santé Canada) l'agression sexuelle d'enfants

    Abus sexuels: Quand l'enfant est en danger (Doctissimo)

     

     

    L'abus sexuel : parlons-en (Partie 1 et 2)

     

     

    L'abus sexuel : parlons-en! (2è partie) Pardonner?

     

    Top Féminin vous propose ce mois-ci la suite du dossier sur l'abus sexuel que nous avons publié au mois de novembre dernier. Shélomie Monte aborde maintenant deux aspects difficiles de "L'après-agression" : le pardon, et l'épreuve de la confrontation avec l'agresseur. Est-il possible de pardonner un jour à notre agresseur? et est-ce souhaitable? Est-il nécessaire de confronter l'agresseur? Ces étapes font partie du difficile travail de guérison et de reconstruction et l'auteur nous en parle avec beaucoup de délicatesse, d'honnêteté et de sagesse spirituelle. Toute l'équipe de Top féminin prie que cet article vous soit en bénédiction, bonne lecture! 

    L'abus sexuel parlons-en : LE PARDON

    Par Shélomie Monte 

    Vous avez été nombreuses à réagir au dossier : "L'abus sexuel parlons en !"  J'ai voulu ce mois-ci parler d'une question qui vous a touchées plus particulièrement :

     

    LE PARDON  

    Je n'ai pas la prétention de détenir « LA VERITE ». Je désire simplement essayer de répondre à vos questions, en me basant sur mon expérience, sur mes lectures, et surtout sur ma foi chrétienne.

    Je souhaite préciser que je ne veux en aucun cas juger qui que ce soit, ni culpabiliser aucune d'entre vous . Il faut du temps pour pardonner, et j'aimerais vraiment que vous ne considériez pas cet article comme une offense ou une insulte pour celles qui vivraient actuellement des moments difficiles de souffrance et de combats dans ce domaine, ce n'est pas mon but !

    Je voudrais au contraire vous aider à réaliser combien le pardon a le goût de la liberté.  

    Chaque jour, ou presque nous sommes confrontées au choix de pardonner ou non.Vis a vis de notre mari, de nos enfants, de nos amis, nos frères et sœurs, nos collègues de travail…Régulièrement nous avons besoin de pardonner mais aussi de demander pardon. Reconnaissons-le, ne serait-ce que pour nos maris et nos enfants, ils auraient bien des raisons de nous en vouloir.Mais nous exerçons le pardon, parce que nous nous aimons !

    Dans le cas de l'abus il est difficile de concevoir le pardon, car la nature de la blessure est différente et bien plus profonde.

    Essayons de voir ensemble les différentes possibilités de réagir après avoir été blessé :

    • Nous pouvons non seulement accepter les sentiments qui naissent alors dans notre cœur, colère, rancune, haine …Mais en plus les nourrir, en passant du temps à y penser, à ruminer ces choses.

    « Ce que nous nourrissons, c'est ce qui grandit en nous. »(ref Sallie Collbret).

    • Faire semblant, faire comme si rien ne s'était passé, se mentir à soi-même, s'auto persuadant que tout va bien et que nous n'avons pas été meurtris.Vivant dans le déni, essayant tant bien que mal d'enfouir au plus profond de notre cœur tout ce que nous ressentons, ne laissant voir aux autres qu'un masque de bonheur.
    • Prendre conscience de nos sentiments, des dégâts causés par l'abus. Réaliser la profondeur de la blessure .Mais décider malgré tout de combattre ces mauvais sentiments, faire le choix délibéré de ne pas en tenir rigueur. Et, surtout, confier notre cœur, avec tout ce qu'il contient, à Dieu.

    Pardonner est une grâce que l'on accorde à quelqu'un, alors qu'il ne la mérite pas et que nous aurions des raisons justes de lui en vouloir.

    Pardonner n'est pas : 

    -Excuser.

    -Se voiler la face.

    -Enfouir.

    -Nier.

    -Manquer de courage.

    -Fuir.

    -Facile

    -Naturel

    -Logique

    -Impossible

     

    POURQUOI PARDONNER ? 

    Pour être libre ! 

    Si nous ne pardonnons pas, nous laissons alors germer en nous, des racines d'amertume, de haine, un esprit de vengeance….

    « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu, à ce qu' aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n' en soient infectés ». Hébreux 12/15  

    « Que toute amertume, toute animosité, toute colère…sorte du milieu de vous ». Ephésiens 4/31  

    Ces racines, au début insignifiantes, vont bien vite grandir et finir par remplir tout notre cœur. Elles deviennent alors comme des boulets que nous traînons derrière nous, un poison qui circule dans nos veines, nous rongeant de l'intérieur. Notre vie familiale, professionnelle, sentimentale, amicale, en sera inévitablement affectée. Il faut beaucoup d'énergie pour gérer tous ces sentiments négatifs, et cela peut même finir par nous arrêter dans tout ce que nous faisons, dans nos projets d'avenir etc.….Nous centrant sur nous même, devenant aigris , et désagréables .La rancune est un lien entre nous et l' offenseur , entre notre passé et notre présent , et un obstacle entre notre souffrance et le processus de guérison, entre le mal et le bien que Dieu voudrait faire! Elle nous lie à l'autre et nous empêche d'avancer, faisant bien plus de tort à nous-mêmes qu'à l'autre !

    La rancune et la haine, sont comme une corde qui relie un bateau au port, l'empêchant ainsi de faire ce pour quoi il a été construit. Lorsque l'on coupe cette corde, le navire peut alors s'éloigner du bord et naviguer en toute liberté !

    Coupons les cordes qui nous lient à l'offenseur et déchargeons-nous sur Dieu, de TOUS nos soucis, de tous nos fardeaux, de toutes nos souffrances, de toutes les injustices, de tout ce qui nous fait mal, car Lui-même prendra soin de nous (1Pierre.5/7). Il ne confie pas cette grande tâche à un autre, non, c'est Lui-même qui prend soin de nous .Mais pour cela, nous devons accepter de lui donner « le dossier », nous devons lui faire confiance !

    Dieu nous demande de pardonner non pas comme un ordre, sans appel, mais comme un conseil bienveillant. Parce qu'il sait que la rancune et la haine nous feront du mal et finiront par nous détruire. Dieu veut notre bonheur, il veut nous voir heureuse, épanouie, ayant la joie de vivre.

    Alors n'hésitez plus et choisissez de vivre en pardonnant !

     

    COMMENT ? 

    Nous sommes bien conscients que nous ne parlons pas ici de quelqu'un qui vient de nous marcher sur le pied, et qui dit « oh pardon ! ». Nous ne nous poserions même pas la question « est-ce que je vais lui pardonner ? Hum je ne sais pas ….Quand même, il a sali mes nouvelles chaussures …. »

    Non! Nous savons que l'abus atteint notre être intime, ébranle nos croyances, nos valeurs, notre estime de soi…Et nous blesse au plus profond de nous-mêmes, là où aucun homme ne peut aller, là où seul Dieu peut sonder, panser, consoler et guérir! Faisons-lui confiance totalement, Il connaît nos besoins, Il sait si bien parler à notre cœur.

    Dieu comprend ce que vous ressentez.

    Jésus a été flagellé, battu, humilié, dénudé devant tous, et tout cela injustement. Il ne méritait pas cela, Lui le Saint, le pur, le juste. Malgré tout, Il a CHOISI de souffrir, de mourir pour chacune d'entre nous, afin que nous puissions être réconciliées avec le Père. Il a offert sa vie afin que nous ayons accès libre à son pardon, n'est-ce pas merveilleux ? Savoir que nous pouvons nous approcher de Jésus, sans crainte, sachant qu'Il ne nous juge pas, et que malgré nos fautes il est toujours prêt à nous pardonner !!!!!!!!Est ce que nous méritons tout cela ? Non !!! Mais c'est un effet de sa grâce. C'est parce qu il nous aime qu'il a TOUT accepté !

    Après tout ce que Dieu a fait pour nous, après tout ce qu'Il nous a pardonné, et cela lui a coûté la vie ! Pouvons-nous encore refuser de faire grâce à celui qui nous a fait du mal ? A celui qui a péché contre nous ?

    « C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.  

    Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.  

    Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée.  

    Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.  

    Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.  

    Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois.  

    Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai.  

    Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait.  

    Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.  

    Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié ; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ?  

    Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait.  

    C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur. » Matthieu 18/23  

    « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous ». Romains 5/8  

    Dieu nous a aimés bien avant que nous ne nous repentions. Il n'a pas attend u que nous venions à Lui.

    Au travers de la croix Il nous offre son pardon, alors que nous ne le méritons pas. Vous pouvez bien sur réagir et dire que nous ne sommes pas Dieu, et c'est vrai !

    Humainement nous n'avons pas la capacité de pardonner, mais si nous avons accepté Jésus dans notre vie et notre cœur, nous avons reçu son esprit et sa capacité !

    « Je puis tout par Christ qui me fortifie » Philippiens 4/13  

    Notre capacité nous vient de Dieu, qui au travers de son Esprit nous communique les dons de l'esprit :

    L'amour, la joie,la paix, la patience,la bonté, la bénignité,la fidélité,la douceur,la tempérance Galates 5/22  

    Notre secours dans l'incapacité se trouve en Jésus ! 

    Mais Dieu nous laisse libres de choisir !

     

    QUAND PARDONNER ? 

    De par notre nature, lorsque nous sommes blessées, notre premier sentiment est négatif. Il faudra plus ou moins de temps pour que ce premier sentiment s'atténue. Cela dépendra de la profondeur et de la nature de la blessure, ainsi que de la sensibilité de chacune. Le travail du Saint-Esprit et notre désir de nous rapprocher de Dieu y sont aussi pour beaucoup ! Mais il arrive un temps, où par le Saint-Esprit, Dieu nous propose de pardonner. Je voudrais insister sur ce point, c'est vraiment le Saint-Esprit qui nous convainc, qui nous reprend, avec amour et douceur. Sans le Saint-Esprit nous ne pouvons prendre que des décisions intellectuelles, mais pas avec le cœur.

    Mais il vient un moment où notre cœur est « travaillé ». Nous pouvons décider de nous emmurer un peu plus, restant sur le chemin de la rancune, brandissant toutes sortes d'arguments tout à fait honorables et légitimes. Ou, nous pouvons décider de changer de direction en donnant cette blessure à Dieu et en le laissant s'en occuper ! C'est notre choix ! Notre responsabilité! Cela ne veut pas dire qu'il n'y a plus en nous de souffrance, mais nous sommes à un point où nous faisons assez confiance à Dieu pour croire qu'Il est capable de s'occuper de cette situation et qu'elle lui tient assez à cœur pour qu'Il s'y « penche » et nous fasse justice.

    Une fois cette décision prise, un lourd fardeau va disparaître. Désormais il n'y a plus d'obstacle, Dieu peut continuer à reconstruire notre vie. Il va par le Saint Esprit travailler en profondeur. Même si cela prend du temps, nous ne le regretterons pas, nous en verrons les fruits !

    Il va transformer les eaux amères de notre cœur en source de bénédiction pour nous- mêmes mais aussi pour tous ceux que nous côtoierons  

    « De même que Christ vous a pardonnés, pardonnez vous aussi. » Colossiens 3/13  

    « Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonnés. » Ephésiens 4/31.32  

     

    Porter plainte ou pas? 

    Certaines personnes pensent que l'on ne peut pas porter plainte si l'on a pardonné. Ce sont deux choses complètement différentes. Lorsque l'on parle de pardon, on parle le langage du cœur, où seul Dieu peut intervenir.Un verdict n'a jamais guéri de blessure intérieure! Mais parfois la victime ressent le besoin de faire intervenir la loi. Elle peut le faire aussi dans le but de protéger d'autres victimes potentielles, ou afin, tout simplement d'entendre l'agresseur reconnaître ses fautes. La justice est là pour ça. Dans bien des situations nous faisons appel à la police, lors d'un cambriolage, d'un accident… Pourquoi dans le cas d'abus on brandit la pancarte du pardon? Que chacune fasse selon ce qu'elle ressent, le choix vous appartient. Ce qu'il faut savoir néanmoins, c'est que les démarches sont compliquées, longues et le verdict est bien souvent décevant comparé au crime. Cependant, pour celles qui ont été victimes d'abus durant leur enfance et qui souhaitent porter plainte, elles ont vingt ans après leur majorité pour le faire (en France).

    Une autre question a été soulevée et mérite d'être développée :

     

    LA CONFRONTATION  

    FAUT-IL OUI OU NON CONFRONTER L'OFFENSEUR ? 

    Oui…et non !

    NON : 

    · Dans le cas où vous vous mettriez en danger !

    • Si vos motivations sont la colère, l'animosité, la haine. L'entretien ne sera pas constructif et n'aboutira pas à grand chose, au contraire vous risquez fort de perdre vos moyens et d'en ressortir complètement frustrée.
    • Si vous ne vous en sentez pas capable.
    • Si vous êtes seule à y aller.
    • Si vous nourrissez de trop grands espoirs
    • Si vous n'avez pas ou très rarement de contact avec la personne.
    • Si vous n'avez pas le « feu vert » de Dieu.

    OUI : 

    • Si vous en ressentez le besoin.
    • Si vous avez des contacts réguliers avec la personne.
    • Si vous pouvez lui dire que vous avez remis cette situation entre les mains de Dieu, et que par sa grâce Il a enlevé toute animosité. C'est l'occasion de lui témoigner de l'amour de Dieu, qui vous a sauvé et pardonné de tous vos péchés, c'est un témoignage qui peut lui permettre d'accéder à la même grâce que vous.
    • Si vous êtes accompagnée par au moins une personne qui vous soutiendra physiquement mais aussi spirituellement.
    • Pour le mettre devant ses responsabilités.
    • Pour ne plus porter le poids de la culpabilité, et la remettre entre les mains du réel fautif.
    •  

    SE PREPARER A LA CONFRONTATION. 

    Une préparation dans la prière est indispensable !!!

    La confrontation est loin d'être une chose facile. Bien au contraire. Ne surestimez pas vos capacités, vous aurez besoin de toute la grâce de Dieu.

    Demandez à Dieu de vous conduire, de vous fortifier, entourez-vous de la prière de personnes en qui vous avez confiance, évitez de rester seule sur ce chemin.

    Ne vous précipitez pas. Laissez Dieu vous conduire.

    Prenez le temps de réfléchir à cette confrontation, quelles sont vos attentes? Préparez ce que vous allez dire, pour ne pas perdre vos moyens, submergée par vos émotions.

    Soyez réaliste, ne nourrissez pas de trop grands espoirs, il est en effet très rare qu'un offenseur se repente et se reconnaisse à 100% coupable. Il aura plutôt tendance à nier en bloc ou bien à se trouver des fausses excuses : « je ne me souviens plus trop », « je voulais simplement te faire du bien », « je ne t'ai pas forcé, tu étais d'accord » « j'étais jeune ». Ou au pire mettre la responsabilité sur vos épaules : « c'est toi qui m'a cherché », « tu m'aguichais », « tu aimais ça »….

    Tous ces mots sont bien crus et écorchent nos oreilles et nos cœurs, et pourtant c'est la réalité.

    Il est donc important de ne pas faire cette démarche à la légère et de savoir exactement quels sont vos buts.

     

    LES CONDITIONS MATERIELLES 

    Choisissez un lieu de rencontre neutre. Ni chez vous, ni chez lui. Si la situation prend une tournure qui ne vous convient pas, ou si vous vous sentez méprisée… N'hésitez pas à quitter ce lieu, ne vous laissez pas « piétiner ». Respectez vos propres limites. Ne laissez pas quelqu'un être votre voix!! C'est vous qui devez maîtriser la situation et non l'inverse comme dans le passé! L'offenseur vous a plongé dans le silence, aujourd'hui vous avez le droit de vous faire entendre.

    La confrontation peut se révéler très constructive. Vous avez donné l'occasion à l'offenseur de se repentir « la balle » est désormais dans son camp. Vous avez fait votre part. Pensez maintenant à vous, faites-vous plaisir, prenez soin de vous. Et laissez à Dieu le soin de faire le reste …

     

     

    Shelomie Monte

    (Source : TopChrétien)

     

     

     

     

     

     

    « Jésus peut vous guérirQuelques promesses à retenir »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :