• Gérez vos défaites (1 à 2)

     

     

    Gérer vos défaites (1)

     

    « Le cœur du peuple lui manqua et perdit toute vigueur » Jos 7.5

    Même les croyants les plus fervents subissent des défaites. Dans ce cas, ne dites pas : « Comment ai-je pu en arriver là ? » Dites plutôt : « Comment bien gérer la situation ? » On pense naturellement à l'autocritique, mais elle ne sert à rien. Elle n'apporte que découragement et vous enferme dans l’échec. Suite au péché d'Akân, Israël a été vaincu à Aï et a fui devant ses ennemis. Comme nous, en réponse à la défaite, « le cœur du peuple lui manqua et perdit toute vigueur ». Même Josué, leur chef, « tomba la face contre terre » (v.6), pensant avec désespoir que les choses ne pourraient qu'empirer ! Avez-vous vécu cela ? Ce schéma vous est-il familier ? Défaite, découragement, désespoir, et nouveau revers. Comment Dieu a-t-il répondu ? « Lève-toi, qu'est-ce donc ? Tu tombes la face contre terre ! Israël a péché : […] Lève-toi, sanctifie le peuple » (v.10-13). Il est le Dieu qui pardonne et qui relève, non le Dieu qui accable ! La sainteté n'est pas un lieu mais un chemin. Quand vous sortez du chemin, Dieu ne veut qu'une chose : vous y ramener sur le champ. Confessez votre péché (1Jn1.9). Par la foi, acceptez la miséricorde et le pardon de Dieu. Et refusez la condamnation de Satan (Ro 8.1). « [...] Oubliant ce qui est en arrière, […] je cours vers le but […] » (Ph 3.13-14). Comme un enfant qui apprend à marcher, quand vous tombez, n'abandonnez pas en restant à terre. Relevez-vous vite et marchez à nouveau. Souvenez-vous : au moment où vous prenez conscience de votre péché, confessez-le et soyez sûr que vous êtes pardonné !

     

     

     

    Gérer vos défaites (2)

     

    « Revenez, fils rebelles, je vous guérirai de vos inconstances » Jér 3.22

    Quelle est l'origine de nos défaites ? Ce n’est ni la puissance de l'ennemi, ni notre propre faiblesse, ni la réticence de Dieu à nous aider. Israël a été vaincu par une petite ville après avoir conquis l'immense Jéricho. Comme pour nous, leur défaite était le résultat d'un péché non confessé (Jos 7). Mais une fois leur péché mis en lumière, Dieu les a encouragés. « N'aie pas peur […]. Prends toute ton armée […], je te livre le roi d'Aï avec son peuple, sa ville et son pays » (Jos 8.1, PDV). Vous serez toujours vaincu si vous ne reconnaissez pas votre péché. En le confessant, vous obtiendrez le pardon et la restauration qui mènent à la victoire. Hannah Whitall Smith nous raconte son arrivée dans sa nouvelle maison. Elle avait remarqué dans la cave un très joli tonneau de cidre. Elle avait hésité à l’ouvrir mais avait fini par le laisser intact. À chaque nettoyage de printemps, elle retombait dessus mais n’y touchait pas. Inexplicablement, des chenilles avaient commencé à envahir la maison. Elle essaya par tous les moyens de s’en débarrasser, en vain. Elle finit par se souvenir du tonneau, l’ouvrit, et des milliers de chenilles en sortirent ! La morale est simple : tout ce à quoi nous nous accrochons et qui est contraire à la Parole de Dieu nous mettra en échec devant l’ennemi. Ayez toujours en tête la prière de David : « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! […] Regarde si je suis sur une mauvaise voie » (Ps 139.23-24). Quoi que Dieu vous montre, confessez-le immédiatement et croyez qu’il vous pardonne et vous purifie. Alors vous serez capable de vaincre vos ennemis.

     

    Bob Gass 

     

     

    « Le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion - Jacques 5 : 11Nous sommes abattus mais non perdus - 2 Corinthiens 4 : 8-9 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :