• En avant, chrétien !

     

    En avant, chrétien !

     

    En avant, chrétien !

     

     

    Comment continuer à avancer dans les moments difficiles.


    Je n’en peux plus.

    Jusqu’à quand Dieu s’attend-il à ce que je supporte ma situation? Pourquoi ne m’aide-t-il pas? Avez-vous déjà pensé ainsi? Pression du travail, tensions à l’église, conflits relationnels, problèmes de santé, familiaux et financiers : la liste des difficultés écrasantes est infinie. Il est difficile de voir la lumière au bout du tunnel, encore plus de saisir comment vous pourriez le traverser victorieusement. Où pouvez-vous trouver la force de poursuivre votre route lorsque vous êtes si épuisé?

    Heureusement, Dieu nous fait une promesse incroyable : « Mais ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force. Ils prennent leur vol comme les aigles; ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point » (És 40.31). Ce verset ne parle pas seulement de la faiblesse physique, car l’épuisement émotionnel peut être encore pire. Quand nous sommes crevés, une bonne nuit de sommeil renouvelle normalement nos forces, mais la fatigue émotionnelle peut nous mettre complètement à plat, nous envahir de craintes et de doutes. Comment vais-je affronter le lendemain? Seigneur, où es-tu?

    C’est exactement ainsi que les Israélites se sont sentis quand le Seigneur leur a parlé par le prophète Ésaïe : « Pourquoi dis-tu, Jacob, pourquoi dis-tu, Israël : Ma destinée est cachée devant l’Éternel, mon droit passe inaperçu devant mon Dieu? » (És 40.27.) Nos circonstances nous donnent parfois l’impression que le Seigneur nous a complètement oubliés. Si nous sommes ses enfants, ne devrait-il pas nous épargner des difficultés et rendre notre vie plaisante et facile? Pas nécessairement.

    Une telle réflexion indique que nous oublions que la souffrance et les épreuves font partie intégrante de la vie, même de celle des croyants. Quand Adam et Ève ont choisi de suivre Satan plutôt que Dieu, les conséquences de leur péché se sont étendues au monde entier, et personne n’en a jamais été exempté. Même si le Seigneur règne toujours sur sa création, il accomplit maintenant ses desseins parfaits dans le contexte d’un environnement déchu.

    La clé pour remporter la victoire dans les épreuves consiste à bien y réagir, sans tenter de les fuir. N’importe qui peut continuer d’avancer quand il est déchargé de ses fardeaux, mais celui qui fait confiance au Seigneur malgré les difficultés persévérera. Cependant, ce type de confiance entière n’est possible que si nous connaissons le caractère de Dieu et comprenons ses objectifs.


    SAVOIR QUI EST DIEU

    Ésaïe a décrit le Seigneur comme le Dieu d’éternité et le Créateur, qui ne se fatigue jamais et dont on ne peut sonder l’intelligence (És 40.28). Considérons donc comment ces attributs divins peuvent augmenter notre confiance en lui alors que nous traversons des épreuves. Tandis que nous ne voyons que nos besoins immédiats, Dieu a une perspective éternelle de notre situation. Puisqu’il est notre Créateur, il a conçu des projets pour notre vie qui s’accomplissent soigneusement au moyen de chacune de nos circonstances. De plus, il ne nous perd jamais de vue parce qu’il pense toujours à nous. Finalement, Dieu est omniscient, ce qui veut dire que les raisons pour lesquelles il permet les épreuves dans notre vie peuvent dépasser notre compréhension, mais elles sont toujours pour notre bien.

    Dans le même chapitre, Ésaïe décrit le Seigneur comme un berger qui prend soin de ses brebis, les rassemble et les guide (És 40.11). Dans ce verset, nous voyons la grandeur de l’amour et de la miséricorde de Dieu. Il s’occupe de nous, pourvoit à nos besoins, nous porte quand nous sommes trop faibles pour marcher et nous guide aimablement lorsque nous ne savons où aller. Toutes ces qualités devraient nous motiver à lui faire confiance.


    COMPRENDRE CE QUE DIEU VEUT FAIRE

    Si nous avons déjà été tentés d’abandonner la partie ou de nous plaindre au Seigneur, c’est peut-être parce que nous ne comprenons pas à quel point il veut nous aider. « Il donne de la force à celui qui est fatigué et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance » (És 40.29). Dieu ne veut jamais que nous vivions par nos propres forces; c’est pourquoi il permettra parfois que nous traversions des moments de faiblesse. Il veut nous montrer que nous avons besoin d’échanger notre minuscule force terrestre contre sa puissance céleste. Que nous éprouvions un besoin physique ou émotionnel, il peut nous remplir de nouveau de son énergie divine.


    ESPÉRER DANS LE SEIGNEUR

    Puisque Dieu détient toute la puissance dont nous pourrions avoir besoin et qu’il désire la partager avec nous, nous devons comprendre comment en bénéficier. Ésaïe dit que la clé consiste à nous confier en l’Éternel (És 40.31). C’est probablement la dernière chose que nous voulons entendre quand nous sommes accablés et abattus. Nous voulons un soulagement sur-le-champ, et non plus tard! Espérer dans le Seigneur n’est pourtant pas la même chose qu’espérer la fin d’une période difficile.

    Le mot hébreu traduit par « espérer » véhicule l’idée d’espoir et d’anticipation. Puisque nous ne savons pas automatiquement à quoi nous attendre de Dieu ou comment il agira dans notre vie, nous devons passer du temps avec lui, lui faire part de nos sentiments et examiner l’Écriture pour comprendre ce qu’il désire accomplir en nous et par nous. Nous devrions ensuite anticiper, dans le silence, sa réponse. Si nous comptons sur ses promesses, sa paix remplacera notre anxiété.

    Le meilleur exemple que j’aie vu d’une personne qui savait comment vivre par la force de Dieu est peut-être celui d’une femme appelée Bertha avec qui j’ai travaillé lors d’un congrès. Même si elle avait 97 ans, cette ancienne missionnaire en Chine a travaillé sans relâche durant la semaine en priant pour les gens et en discutant avec eux jusque tard dans la soirée. Le lendemain, elle se levait tôt et s’astreignait de nouveau à la même routine. Après avoir connu une journée particulièrement longue et épuisante, je me suis traîné jusqu’au centre des congrès, et j'y ai vu Bertha qui travaillait toujours. Je lui ai demandé : « Comment pouvez-vous garder ce rythme, jour après jour? » En me faisant un large sourire, elle m’a répondu : « Je n’utilise pas mon énergie. Je me sers de celle du Seigneur. »

    Je n’ai pas vraiment compris ce qu’elle voulait dire à ce moment-là, mais je savais que c’était une leçon que j’avais besoin d’apprendre. En son temps, Dieu me l’a enseignée, mais je l’ai apprise à la dure : par l’échec. Je pensais que Dieu et moi pouvions accomplir n’importe quoi, et je me suis donné corps et âme à son service. Je n’avais cependant pas compris que je courais selon mon plan et avec mes propres forces, et non la sienne. Pendant un certain temps, cela a fonctionné, mais un jour le Seigneur m’a mis à l'écart. Durant trois mois, il m’a imposé un « temps d’arrêt » pour attirer mon attention. Pendant cette période, j’ai appris que nous ne pouvons pas nous attendre à tracer notre propre sentier, en pensant que Dieu nous dépannera si nous sommes dans le pétrin. Il nous donne la force de porter les fardeaux qu’il permet, mais pas ceux dont nous nous chargeons et qui ne s’alignent pas sur sa volonté.

    Pendant ma période d’inactivité, j’ai fait l’expérience de la vérité qui se trouve en Galates 2.20 et qui a transformé ma vie : « J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » La seule manière de persévérer dans les moments difficiles consiste à laisser Christ vivre sa vie en nous. Quand nous sommes au bout du rouleau et acceptons la vérité qu’il nous soutiendra, peu importe la situation, nous pouvons accomplir tout ce qu’il nous appelle à faire.

    Le Seigneur ne promet jamais de nous soustraire aux difficultés, mais nous pouvons être assurés que si nous devons courir, il nous fortifiera à mesure que nous avancerons. Et si la route est longue, il nous aidera à la parcourir sans perdre courage. Quand nous espérons en lui, en croyant qu’il peut et veut venir à notre aide, tout est possible.


    Connaissez-vous Dieu?
    Si vous traversez un moment difficile et que vous ne connaissez pas Jésus-Christ, vous pouvez changer cette situation dès aujourd’hui. Il vous aime tant qu’il est mort à votre place pour subir le châtiment que méritaient vos péchés. Jésus veut vous accompagner dans tout ce que vous vivez. Tout ce que vous devez faire est de croire en lui et d’accepter son salut (Actes 16.30,31). Vous pouvez formuler votre propre prière ou vous servir de celle qui suit :

    Seigneur Jésus, je crois que tu es vraiment le Fils de Dieu. Je confesse avoir péché contre toi en pensées, en paroles et en actions. Je te demande de me pardonner mes fautes pour que je puisse désormais vivre en relation avec toi. Je te reconnais comme mon Sauveur et j’accepte l’œuvre de la croix que tu as accomplie pour moi une fois pour toutes. Merci de m’avoir sauvé. Aide-moi à mener une vie qui te soit agréable. Amen.

     

    Charles F. Stanley
    Source : encontact.org

     

    En avant, chrétien !

     

     

    « Il garde les âmes de ses fidèles - Psaume 87 : 10Sois tranquille, ne crains point - Esaïe 7 : 4 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :