• Avez-vous abandonné ?

     

    Avez-vous abandonné ?

     

    Avez-vous abandonné ?

     

     

     

    «Du fait que tu as du prix à mes yeux, du fait que tu es glorifié et que je t’aime….» Esaïe 43:4

    Un jour, en 1831, dans une salle de vente, à Londres, on mit aux enchères un vieux violon noir et graisseux.

    On affirmait qu’il venait de Crémone, qu’il avait 120 ans, et qu’il avait été fabriqué par le fameux Stradivarius.

     
    Le commissaire priseur commença par une guinée et parvint péniblement jusqu’à 10 guinées (200F or), mais il s’arrêta là.

    – Voyons messieurs, 10 guinées pour un instrument qui vaut son pesant d’or, qui date de 1700, un vrai, un authentique Stradivarius !


    Les efforts du commissaire-priseur semblaient vains, lorsqu’on vit entrer, dans la salle, un personnage vêtu d’un habit de velours.

     
    Attiré comme par un aimant, le visiteur s’approche de la table, retire le violon de sa boite, l’examine d’un oeil connaisseur. Il prend l’archer. Le silence le plus complet s’établit. Plusieurs personnes le reconnaissent et murmurent le nom magique : Paganini.


    Les premières notes font frissonner l’auditoire. Les têtes se découvrent comme dans une église. Beaucoup sont en larmes, puis battent la mesure, comme s’ils allaient danser. Les voici maintenant qui sourient.


    D’autres rient aux éclats. L’artiste change fréquemment de thème. Voici un air de bataille, et chacun se redresse pour le combat.


    Quand il eu fini, Paganini repose le violon dans sa boite, tandis qu’une demi-douzaine de voix s’écrient : 50 guinées ! 60 ! 70 ! 80 ! 90 ! 95 ! Et finalement, aux applaudissements de la foule, le fameux musicien l’obtient pour 100 guinées (2000F).

    Le soir, Paganini parut devant la foule immense avec le vieux violon qu’il venait d’acheter. Il en joua de telle sorte que le peuple enthousiasmé voulait le porter en triomphe.

     
    Nos échecs répétés, nos fausses notes, nos incapacités récurrentes, nous conduisent à nous sous estimer, à perdre courage et à nous enfermer dans le désespoir intérieur. Nous finissons par croire que nous ne valons pas grand chose à nos yeux, aux yeux des autres et du Seigneur. La honte devient notre partage et nos regards sont tournés vers le bas. Nous doutons même que le Seigneur nous aime pleinement, parfaitement.


    L’apôtre Pierre a connu cette situation après sa chute spirituelle. Il retourna en arrière, repris le chemin de son ancien métier, se considéra comme inutilisable et s’enferma dans le remord et la culpabilité.

    Mais Jésus vint le chercher sur la plage du Lac de Galilée, lui adressa de nouveau l’appel à le suivre et à entrer dans le service car il avait du prix aux yeux de son Sauveur.


    Vous avez du prix aux yeux de Celui qui vous a racheté au prix de sa vie. On a estimé la vie de Jésus au prix de 30 pièces d’argent, au prix d’un esclave. Judas l’a vendu pour cette somme méprisable. C’était certainement le prix que nous valions autrefois lorsque nous menions une vie de vaurien.


    Aujourd’hui, sauvé, pardonné, appelé, justifié et glorifié comme l’affirme l’apôtre Paul dans l’épitre aux Romains, chapitre 8 verset 29 à 34, j’affirme que je suis et que vous êtes, cher ami (e), comme le vieux violon entre les mains du célèbre artiste, une vie d’une valeur inestimable pour célébrer la gloire de sa Grâce.


    Prière
    : Seigneur Jésus tu m’as racheté à un prix inestimable. Fais de moi un instrument d’adoration et de proclamation de ta gloire. Ma place est d’être entre tes mains et non les miennes. Amen



     

    Pasteur Guy Bergamini
    (Source : viechretienne.net)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Je ne crains aucun mal - Psaumes 23 : 4Il ordonnera à ses anges de te garder - Psaumes 91 : 11 »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    jef lumiere
    Dimanche 26 Mars à 14:46

    Merci ! Amen

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :